BRAHMAPOUTRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Indiens donnent le nom de Brahmaputra (« fils de Brahma ») à un fleuve puissant, long de 2 900 kilomètres et drainant un bassin de 580 000 kilomètres carrés, qui prend sa source au nord de l'Himalaya pour venir finalement mêler ses eaux à celles du Gange dans un delta commun qui forme l'essentiel du Bangladesh. La longueur même de ce fleuve fait qu'il change de nom en passant d'une aire culturelle à une autre. Dans l'aire sino-tibétaine, il est connu sous le nom de Gtsang-po ou Zangbojiang. Le cours comporte trois tronçons assez différents pour qu'ils puissent être présentés tour à tour.

Le cours supérieur tibétain occupe un long sillon (plus de 1 000 km) au nord de la haute chaîne himalayenne, qui lui est assez strictement parallèle. L'explication de ce cours très rectiligne pose un problème assez difficile, d'autant plus que l'Indus supérieur coule vers l'ouest selon un alignement qui prolonge celui du Brahmapoutre. Il est possible que les deux fleuves aient été fixés dans cette position par l'existence d'une zone de faiblesse correspondant à une suture structurale majeure au contact de l'orogène himalayen et du Tibet. La région est élevée, mais assez sèche, car elle est isolée par de hautes montagnes des sources d'humidité. Les précipitations tombent sous forme de neige, en hiver surtout, et les glaciers sont étendus dans le haut bassin. Ces conditions expliquent que l'abondance soit assez faible dans cette partie tibétaine (débit maximal de 14 000 m3/s près de la sortie du Tibet), et que le régime soit du type nivo-glaciaire, avec de hautes eaux commençant en mars et se prolongeant vers le début de l'été. Malgré l'altitude supérieure à 3 000 mètres sur de longues distances, le fleuve est navigable au long de 640 kilomètres sur les 1 100 du cours tibétain, fait dont la rareté mérite d'être notée.

Après un brusqu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BRAHMAPOUTRE  » est également traité dans :

ASSAM

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 713 mots
  •  • 1 média

État de l'Union indienne, situé dans l'extrême nord-est du pays, proche des frontières de l'Inde avec la Chine et avec la Birmanie. En grande partie montagneux, l'Assam ne compte que 26 655 500 habitants (recensement de 2001) malgré ses 78 438 kilomètres carrés. La région est marginale par rapport au reste de l'Inde dont elle est largement séparée par le Bangladesh. Elle a été conquise par les Bri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assam/#i_34130

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 386 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un milieu naturel fertile, mais vulnérable »  : […] Une grande partie des terres du Bangladesh se trouvent à moins de 12 mètres au-dessus du niveau de la mer, et les zones côtières se situent à moins de 2 mètres : il est donc un des pays les plus plats du monde. Plateaux et collines ne représentent que 20 p. 100 de sa superficie, et se situent essentiellement dans le nord-est (région de Sylhet) et dans le sud-est du pays (Chittagong Hill Tracts). À […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bangladesh/#i_34130

HIMALAYA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jacques DUPUIS
  •  • 3 476 mots
  •  • 8 médias

Barrière naturelle entre la péninsule indienne et le reste du continent asiatique, l'arc montagneux de l'Himalaya (ou Himālaya : « Séjour des neiges » en sanskrit) s'allonge entre le plateau du Tibet, au nord, et la plaine alluviale indo-gangétique, au sud. Il se raccorde, par des courbures très accentuées, à la chaîne béloutche et à l'Hindū Kūch oriental (Karakoram), à l'ouest, aux chaînes birm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/himalaya/#i_34130

INONDATIONS

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 4 241 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les crues des fleuves »  : […] Le débordement des eaux d'un fleuve hors de son lit mineur, pour emplir son lit moyen ou son lit majeur , se produit généralement après des périodes plus ou moins longues de précipitations qui n'ont pas besoin d'être particulièrement intenses. Ce type d'inondation, le plus fréquent, n'est pas soudain et les habitants des régions concernées peuvent observer la montée des eaux jusqu'à ce qu'ils soi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inondations/#i_34130

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 824 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les grandes régions naturelles »  : […] Tout un ensemble de systèmes montagneux, qui comptent parmi les plus puissants du globe – « nœud » du Pamir et Karakoram à l'ouest, monts Tanglha et chaînes méridiennes du sud-est, système des Kunlun au nord et arc himalayen au sud –, marquent les limites de la Région autonome du Tibet, où l'on peut distinguer trois grands domaines : le haut Tibet, le Tibet oriental et le Tibet méridional. Le haut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibet-xiziang/#i_34130

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, « BRAHMAPOUTRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmapoutre/