Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ORGANISATION SOCIALE

L'idée est ancienne : la société humaine fonctionne non comme une machine ou un automate composé de pièces mécaniques, mais comme un corps organisé ou, plus généralement, comme une « organisation ». L'analogie, cependant, serait trompeuse, et conduirait aux métaphores de l'organisme, si ethnologues et sociologues n'élaboraient des instruments d'analyse pour leur usage spécifique. C'est ainsi que selon Durkheim, la variété des types de société s'explique par la différenciation sociale, ou division du travail social : l'histoire manifeste la prépondérance progressive de la solidarité organique sur la solidarité mécanique. Pour Radcliffe-Brown, au contraire, et surtout pour Murdock, plus statisticien, c'est non par l'analyse théorique, mais par l'étude ethnographique ou l'investigation empirique dans l'univers des cultures qu'il faut rechercher quels sont les principes de l'organisation sociale. La combinaison de déterminants, si nombreux soient-ils, ne suffit pas, toutefois, à expliquer le fonctionnement des sociétés : c'est ainsi que règles de résidence et règles d'alliance, qui contribuent à déterminer l'organisation sociale, ne fonctionnent pas de la même manière dans toutes les sociétés. Certains traits culturels, en outre, n'ont pas de fonction apparente ; d'autres, au contraire, fonctionnent comme des substituts. Reconnaître le caractère organisé d'une société ne signifie donc nullement que toutes les institutions, dans cette société, sont adaptées à leur fonction, mais simplement que les groupes et les sous-groupes dont toute société se compose « fonctionnent », qu'ils sont le lieu de processus réguliers et le sujet d'activités orientées. L'organisation sociale est à comprendre, dès lors, comme un agencement déterminé du système social en sous-systèmes, qui manifeste les affinités structurales plus ou moins grandes existant entre ces sous-systèmes. L'analyse est ainsi à mener en trois temps : elle doit consister à dégager des principes, à distinguer des niveaux, et à manifester un fonctionnement.

Principes de l'organisation sociale

Comment une collection d'individus peut-elle constituer une société ? À cette question, source de la théorie de l'organisation sociale, Durkheim répond par la distinction entre deux formes de solidarité (De la division du travail social).

Les deux formes de solidarité

La première, qu'il appelle mécanique, est une solidarité par similitude. Quand elle prédomine dans une société, les individus diffèrent peu les uns des autres. Ils éprouvent les mêmes sentiments, servent les mêmes valeurs, révèrent le même monde sacré. La forme opposée de solidarité, que Durkheim nomme organique, est celle par laquelle les individus, non plus semblables mais différents, remplissent chacun une fonction propre, et sont de ce fait, comme les organes d'un être vivant, également nécessaires au fonctionnement de la totalité. Les tribus australiennes et l'Angleterre contemporaine offrent l'exemple de formes d'organisation sociale extrêmes, caractérisées par la prédominance de la solidarité mécanique dans un cas, de la solidarité organique, dans l'autre. Cette opposition entre deux formes de solidarité se conjugue, toujours selon Durkheim, avec l'opposition entre deux types de société. Les sociétés du premier type, qu'il nomme segmentaires, sont composées d'individus liés les uns aux autres par une solidarité mécanique, et forment des groupes locaux séparés capables de mener chacun une vie autonome. Les sociétés du second type, qui sont différenciées, sont composées d'individus liés les uns aux autres par solidarité organique, et forment des collectivités fondées sur la division du travail. Une structure segmentaire, il est vrai, peut subsister dans une société différenciée : c'est[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef du musée des Arts et Traditions populaires, directeur de recherche au C.N.R.S.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Indiens de la Fraser River - crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

Indiens de la Fraser River

Types de familles et types de relations - crédits : Encyclopædia Universalis France

Types de familles et types de relations

Organisation en section chez les Arandas - crédits : Encyclopædia Universalis France

Organisation en section chez les Arandas

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

    • Écrit par Marc PIAULT
    • 9 619 mots
    • 1 média
    Lorsque se sont constitués des États politiques, donnant une certaine cohésion à des groupes étendus, les mythes et les cultes liés à la souveraineté et à ses détenteurs se sont développés, aux dépens de ceux de la terre et des ancêtres, entraînant une forme plus hiérarchisée de la religion, à l'image...
  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par Claire BOULLIER, Geneviève CALAME-GRIAULE, Michèle COQUET, Universalis, François NEYT
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    Le village constituait l'unité dominante dans le bassin intérieur de la grande boucle du moyen Congo. Sur une vaste région allant du Haut-Ogooué au Maniema du Nord, la famille avait accru son importance au détriment du village, mettant en valeur les biens acquis, des objets en métal, et un système de...
  • AÏMAG

    • Écrit par Françoise AUBIN
    • 120 mots

    À l'origine, chez les peuples turcs, mongols et parfois toungouso-mandchous, l'aïmag (ou aïmak, ou ayimaq) est une unité sociale plus ou moins étendue qui repose sur la parenté patrilinéaire.

    À partir du XIIIe siècle, chez les Mongols, c'est une sous-tribu ayant un territoire de...

  • AMÉRINDIENS - Amérique centrale

    • Écrit par Universalis, Georgette SOUSTELLE
    • 7 512 mots
    • 1 média
    ...Indiens sont accrues par le fait qu'en général ils consacrent une partie de leurs ressources à des dépenses destinées à leur assurer une place dans la société. Il leur paraît aussi indispensable de remplir leurs obligations sociales et religieuses que d'assurer la vie matérielle de leur famille. Il est...
  • Afficher les 120 références

Voir aussi