SPORT (Histoire et société)Sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mutations de la société sportive

Comment la société sportive réagit-elle à ces contraintes et à ces transformations ? Le champ socio-sportif est un domaine délimité, avec sa logique, ses enjeux et son histoire propres, qui regroupe d'abord les agents porteurs des fonctions sociales traditionnelles du sport (éducation et formation de la jeunesse, production et gestion spectaculaire des élites, intégration et consensus sociaux). Dans la conjoncture des années 1960, sous l'action énergique d'un État fortement centralisé, le ministère de la Jeunesse et des Sports, les fédérations sportives et les pédagogues pro-sportifs de l'éducation physique ont pu ajuster leurs objectifs, concentrer leurs pouvoirs et renforcer l'autonomie de ce champ. Dans une phase de croissance économique, l'importance des ressources budgétaires allouées par la puissance publique, le recrutement en grand nombre de personnel enseignant et de cadres ont assuré le redressement des performances de l'élite sportive, l'officialisation du rôle de service public des fédérations, enfin la « sportivisation » de l'éducation physique ; autant de faits consacrant les effets puissants et durables de cette stratégie d'alliance. Mais, dès les années 1970, sous l'influence de la crise culturelle et du renouvellement des générations, se sont dégagées en France, avec une particulière netteté, les composantes ludiques et hédonistes, transgressives et de libre expression de l'activité sportive. Les catégories culturelles de perception et d'appréciation portées par les événements de Mai-68 (aspiration à l'indépendance et à l'autonomie, rejet de l'autorité, des hiérarchies et des classements, humeur anti-institutionnelle) entrent alors en résonance avec les sports d'inspiration californienne (planche à voile, vol libre, expression corporelle, etc.) et promeuvent dans le registre sportif toutes sortes de « contre-cultures ». Les attributs les plus prégnants des différents sports s'en trouveront modifiés, créant ainsi des conditions socioculturelles de transformations dont les effets se feront sentir ultérieurement. Ces nouveaux modèles entrent d'emblée en opposition avec les formes scolaires qui ont pu contribuer à assimiler le sport à un travail. À partir des années 1980, sous l'influence de la professionnalisation des sportifs d'élite et de la médiatisation accrue de leurs performances, sous l'effet aussi de l'accroissement des impacts économiques de la pratique sportive de loisir, « libre », individualisée et solvable, alors en plein essor, le champ sportif voit monter en puissance et se diversifier de nouveaux « acteurs » (industriels, commerçants, producteurs d'« événements », aménageurs, promoteurs...). Même s'il est relatif, le désengagement budgétaire de l'État met davantage en valeur les traits caractéristiques de cette nouvelle donne..

Outre les trois instances principales – l'État, les fédérations et l'Éducation nationale –, les médias, le secteur industriel et marchand, les organismes privés de services, le secteur financier, les agents de l'intégration sociale des jeunes et les élus locaux entrent alors en relation de concurrence ou d'alliance et reconsidèrent leurs stratégies dans un système qui s'est considérablement modifié. Or, face à la diversification des acteurs et des enjeux issus de son environnement, et face à l'accroissement de ses tensions internes, le champ social du sport se déséquilibre et perd de son autonomie mais n'explose pas. Il tend, au contraire, à se réaménager pour s'ajuster aux transformations les plus patentes qui lui sont ainsi imposées « de l'extérieur » et pour tenter de répondre à l'évolution des goûts et des demandes du public. En tout état de cause, les relations de forte synergie que la conjoncture des années 1960 avait établies entre la fonction éducative du sport (convertie en travail, en efforts et en valeurs scolaires) et les fonctions compétitives et sélectives promues par les fédérations et soutenues par l'État tendent alors à se distendre. Le passage, au ministère de l'Éducation nationale, des enseignants d'éducation physique (qui relevaient jusqu'en 1981 du ministère de la Jeunesse et des Sports) marque institutionnellement cette disjonction. Celle-ci s'opère au profit d'une liaison – toujours plus forte et durable – entre les acteurs de la sphère économique et les fonctions montantes du jeu libre, des vacances « actives », du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Éric Cantona

Éric Cantona
Crédits : Shaun Botterill / Allsport/ Getty

photographie

Yannick Noah, vainqueur à Roland-Garros en 1983, 1

Yannick Noah, vainqueur à Roland-Garros en 1983, 1
Crédits : Steve Powell/ Allsport/ Getty Images

photographie

Éric Tabarly

Éric Tabarly
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres et sciences humaines, professeur à l'université de Paris-XI

Classification

Autres références

«  SPORT  » est également traité dans :

SPORT (Histoire et société) - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PARIENTÉ
  •  • 12 538 mots
  •  • 5 médias

Entre la naissance de l'acte sportif, accompli par l'homme primitif et les épreuves que des centaines de millions de spectateurs suivent avec passion aujourd'hui, quand ils n'y participent pas, subsiste un fil conducteur que les aléas de l'évolution ne sont pas parvenus à rompre.« Le sport, a écrit Jean Giraudoux, est le seul moyen de conserver dans l'homme les qualités de l'homme primitif. Il ass […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Économie

  • Écrit par 
  • Wladimir ANDREFF
  •  • 6 790 mots
  •  • 2 médias

L'expression française « économie du sport » confond ce que l'anglais distingue : un secteur de l'économie (the sports economy) et une analyse économique du sport (sports economics). Cette dernière cherche d'abord à estimer le poids économique du sport. Celui-ci dépend de la demande de sport, laquelle peut être étudiée par grandes catégories : pratiques spor […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Le dopage

  • Écrit par 
  • Jean-François BOURG
  •  • 10 038 mots
  •  • 5 médias

Le dopage est un phénomène social de grande échelle. L'homme n'a jamais pu accepter ses limites physiques ou mentales. Le recours à la cocaïne chez l'écrivain, aux amphétamines chez l'étudiant, aux stimulants chez le manager, aux antidépresseurs chez le tourmenté, aux dopants militaires les plus sophistiqués chez […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - La presse sportive

  • Écrit par 
  • Jacques MARCHAND
  •  • 6 149 mots
  •  • 1 média

La presse sportive se définit « presse comme les autres, sans être tout à fait comme les autres ». Elle est intégrée, aujourd'hui plus qu'hier, à la presse de grande information, aussi bien pour l'écrit, la radio, la télévision que maintenant sur Internet. Elle remplit les mêmes fonctions, elle a les mêmes exigences techniques et éthiques, les mêmes droits, […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Sport et argent

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 7 889 mots
  •  • 3 médias

Sport et argent constituent un couple des plus soudés que la crise financière et économique mondiale de la fin des années 2000 et du début des années 2010 semble, en surface du moins, ne pas avoir affecté – peuvent en témoigner les montants des transferts des joueurs de football (94 millions d'euros versés en juin 2009 par le Real Madrid à Manchester United pour recruter le Portugais […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DU SPORT

  • Écrit par 
  • Christophe GERNIGON
  •  • 1 571 mots

En 1887, un peu plus de dix ans avant l’Américain Norman Triplett pourtant considéré comme le fondateur de la psychologie sociale expérimentale, le médecin neurologue français Charles Féré est le premier à démontrer l’effet positif de la présence d’autrui sur la performance humaine, mesurée alors en termes de force exercée sur une poignée dynamom […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - L'athlétisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 662 mots
  •  • 32 médias

Citius, Fortius, Altius(« plus vite, plus fort, plus profond »). Cette devise, proposée en 1891 par le père Henri Didon pour l'Association sportive Albert-le-Grand d'Arcueil et reprise par Pierre de Coubertin pour les […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le cyclisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 189 mots
  •  • 19 médias

Affaires Festina (1998), Cofidis (2004), opération Puerto (2006), disqualification du « vainqueur » du Tour de France 2006, l’Américain Floyd Landis, mise hors course du maillot jaune de la Grande Boucle, le Danois Michael Rasmussen, en 2007, disqualification rétroactive d’Alberto Contador, premier du Tour en 2010, les sept victoires de […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le football

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 13 406 mots
  •  • 40 médias

« C'est beau un monde qui joue. » L'expression est de Michel Platini. Elle fut mise en exergue à l'occasion de la Coupe du monde 1998 en France. Sport-roi, sport-spectacle, sport populaire, sport universel : ainsi peut se définir le football.La Fédération internationale de football association (F.I.F.A.) ras […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le rugby

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 9 372 mots
  •  • 6 médias

Le 27 août 1995 à Paris, Bernard Lapasset, alors président en exercice de l'International Board, déclarait à la presse que l'instance dirigeante du rugby mondial avait décidé de renoncer aux règles relatives à l'amateurisme et d'autoriser « ... toutes les formes de paiement, à tous les niveaux du jeu ». Les primes de match comme les salaires, versés sous le ma […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian POCIELLO, « SPORT (Histoire et société) - Sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-sociologie/