Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

La poésie

En poésie, par exemple, parmi les quelque quatre cents poètes qui publient entre 1600 et 1630, la modernité du lyrisme véhément de Théophile de Viau, naturaliste, imaginatif et rebelle, diffère en tout de celle de Malherbe, raisonnée et architecturée, coulée dans le moule des formes prosodiques héritées de l’antique, pourtant en rupture revendiquée avec la « passion mythologique » qui caractérise au xvi° siècle la Pléiade et ses références érudites : on a ici une combinaison diverse de choix esthétiques entre les pôles de la mesure et de l’excès, de l’Antiquité et de la modernité.

De même, autour de ces deux poètes majeurs, les déchirements amoureux du néo-pétrarquisme (Desportes), les délicatesses nostalgiques de la pastorale (Racan), la robustesse paillarde et souvent obscène des « satyriques » (Sigogne) – qui ne se confond pas tout à fait avec la verve incisive des satiriques (Régnier) – et les « divins élancements » d’un mysticisme exacerbé (Chassignet) ou d’une foi militante (d’Aubigné) colorent la sensibilité de chacun diversement et parfois conjointement : le même poète peut se montrer tour à tour dévot et licencieux, austère et obscène. C’est le cas d‘Auvray, de Motin ou de François Maynard.

Saint-Amant et Tristan L’Hermite, dont l’œuvre poétique domine ensuite le second quart du siècle, manifestent l’un avec la verve pétulante d’une fantaisie inspirée par les « caprices » à l’italienne, l’autre avec la délicatesse d’un hédonisme teinté de mélancolie, le goût d’une poésie de cercles et de coteries : pour l’un le cabaret joyeux et sa verve bachique, pour l’autre la cour ou le salon mondain. Dans ce dernier cadre, le goût délicat, qu’on dit « précieux », raffinera bientôt jusqu’à l’amphigouri les jeux d’esprit sur le mode et dans le moule d’une Antiquité de pacotille, pour une poésie d’actualité immédiate et de circonstance. Ce sera le milieu où Voiture, Malleville, Godeau ou Sarasin pratiquent les formes brèves et « galantes » (c’est-à-dire élégantes) au sommet desquelles règne le madrigal, genre moderne vêtu à l’antique avec la caution d’Horace, illustré par la célèbre Guirlande de Julie composée au sein de l’hôtel de Rambouillet, temple de la première préciosité.

Le retour à Horace et à la pure inspiration antique sera, après 1660, le fait de Boileau dont les Satires, les Épîtres et l’Art poétique, dans la lignée du poète latin, adapteront au goût classique français celui du tout premier Empire romain, tout en prolongeant la rationalité et la robustesse poétiques de Malherbe pour offrir par l’exemple et par la doctrine une synthèse de l’esprit et du goût classiques plus originale et personnelle qu’on ne l’a dit. L’humeur que révèlent les Épîtresde Boileau l’inclinait aussi à la brusquerie sombre ; et la verve de ses Satires doit quelque chose à la poésie burlesque du temps de la Fronde (1648-1652), qui avait été portée à son incandescence irrévérencieuse par Scarron, l’auteur du Virgile travesti, pour qui la référence aux Anciens passait par l’irrévérence savoureuse et complice de la parodie.

Héritier conjoint du cabaret et des salons, l’autre grand poète du règne personnel de Louis XIV, La Fontaine, conjoint dans la diversité de son œuvre l’inspiration antique et moderne, rimant alternativement la morale de la fable héritée d’Ésope et les grivoiseries du conte à l’italienne, parmi des textes de tout genre, divers de forme et d’inspiration. Mais tous sont revêtus de ce vernis de badinage charmeur qui jette une lumière diffuse sur les profondeurs plus secrètes de son épicurisme inquiet.

Leur signature « classique » à tous deux, c’est le naturel, sommet d’une aisance obtenue à force de travail, mais qui se dissimule, que Boileau, tout « Ancien »,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à la faculté des lettres de Sorbonne université

Classification

Pour citer cet article

Patrick DANDREY. FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s. [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMPHITRYON, Molière - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 504 mots
    • 1 média

    La seconde interdiction du Tartuffeen 1667contraint Molière à chercher un nouveau sujet de pièce. Il le puise dans la mythologie grecque et le théâtre latin en reprenant l'histoire d’Amphitryon, déjà traitée, entre autres, par Plaute (Amphitruo, 187 av. J.-C.) et, plus récemment,...

  • ANCIENS ET MODERNES

    • Écrit par Milovan STANIC, François TRÉMOLIÈRES
    • 5 024 mots
    • 4 médias
    ...querelle » des Anciens et des Modernes fut donc pour ceux qui la vécurent un débat très intense, virulent – et pas seulement une dispute entre érudits. Elle ne cesse, dans le dernier quart du xviie siècle, de prendre de l'ampleur. Boileau vole au secours de Phèdre (1676) – quitte à y reconnaître...
  • ARNAULD, ARNAULT ou ARNAUT LES

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 1 259 mots

    Famille originaire d'Auvergne, établie à Paris au milieu du xvie siècle, époque de sa première ascension et, sans doute, de son anoblissement. Gens de loi et de finances, hommes d'épée, hommes d'État s'y côtoient. Cependant c'est dans le domaine des lettres et surtout dans celui de la vie...

  • ARTS POÉTIQUES

    • Écrit par Alain MICHEL
    • 5 904 mots
    • 3 médias
    Le xviie et le xviiie siècles n'iront pas toujours aussi loin dans la réflexion sur la création littéraire. Le premier fait qui les caractérise est l'approfondissement du maniérisme. Avec Gracián ou Tesauro, celui-ci aboutit à sa forme extrême, qui ressemble fort aux ornementations du « plateresque...
  • Afficher les 135 références

Voir aussi