FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le roman

On voit que la poésie héroïque n’occupe pas, loin s’en faut, le premier plan de ce tableau, en dépit des efforts de Desmarets de Saint-Sorlin, Georges de Scudéry ou Chapelain pour donner à la France une épopée digne de celles d’Homère et surtout de Virgile. C’est le roman qui occupe pour partie ce registre, même si, effectivement héroïque dans la lignée des Amadis de Gaule, il peut aussi être pastoral, dans le souvenir des bucoliques antiques. Dans tous les cas, le sentiment amoureux y a sa place pleine et entière. Le genre exploite en effet le filon très ancien du roman grec qu’il adapte au goût baroque pour les intrigues à tiroirs et les aventures galantes. L’Astrée d’Honoré d’Urfé, avec sa rêverie ornée et raffinée teintée de néo-platonisme, ouvre ainsi la voie aux grands romans de l’époque baroque en France. Le second tiers du xviie siècle sera sillonné par les exploits merveilleux, les discours éloquents et les cas de conscience amoureuse des héros idéalisés et stéréotypés que Gomberville, La Calprenède ou Georges et Madeleine de Scudéry entraînent dans leurs récits interminables, multipliant rebonds, replis et enchâssements.

La lassitude peu à peu suscitée par ces sommes qui manquaient de vraisemblable pour un public féru de récits de voyages, de correspondances et de mémoires plus solides et variés, entraîna dans la seconde moitié du siècle la vogue des « nouvelles » de forme brève, mimant les échanges de lettres, comme celles de La Religieuse portugaise (Guilleragues), ou les récits historiques, comme La Princesse de Clèves (Mme de Lafayette). Ces réussites ne doivent pas faire oublier les romans et nouvelles moins célèbres de Jean Regnault de Segrais, Edme Boursault, Mme de Villedieu, Saint-Réal ou encore Courtilz de Sandras dont les mémoires fictifs de d’Artagan inspireront Alexandre Dumas.

Sans que la fiction narrative quitte le registre de l’élégance et de l’idéalisation, cette inflexion en direction de la vraisemblance sinon de la réalité permettait à ces na [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite à la faculté des lettres de Sorbonne Université

Classification


Autres références

«  FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVII e s.  » est également traité dans :

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'« imitation » au « naturel » »  : […] La « querelle » des Anciens et des Modernes fut donc pour ceux qui la vécurent un débat très intense, virulent – et pas seulement une dispute entre érudits. Elle ne cesse, dans le dernier quart du xvii e  siècle, de prendre de l'ampleur. Boileau vole au secours de Phèdre (1676) – quitte à y reconnaître un « sublime » nettem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anciens-et-modernes/#i_86598

ARNAULD, ARNAULT ou ARNAUT LES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 257 mots

Famille originaire d'Auvergne, établie à Paris au milieu du xvi e siècle, époque de sa première ascension et, sans doute, de son anoblissement. Gens de loi et de finances, hommes d'épée, hommes d'État s'y côtoient. Cependant c'est dans le domaine des lettres et surtout dans celui de la vie religieuse qu'elle atteindra sa plus haute illustration. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnauld-arnault-arnaut/#i_86598

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'artifice et le naturel »  : […] Le xvii e et le xviii e siècles n'iront pas toujours aussi loin dans la réflexion sur la création littéraire. Le premier fait qui les caractérise est l'approfondissement du maniérisme. Avec Gracián ou Tesauro, celui-ci aboutit à sa forme extrême, qui ressemble fort aux ornementations du « plate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_86598

L'ASTRÉE, Honoré d'Urfé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 519 mots

On a, de nos jours, trop tendance à négliger les grands romans des xvi e et xvii e  siècles. On se fie à Cervantès pour repousser les romans de chevalerie, on croit sur parole les Scarron, Sorel et autres Furetière, qui parodient les auteurs d' Amadis , de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-astree/#i_86598

ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 174 mots

À Versailles, devant Louis XIV et le dauphin, le 5 janvier 1691, on vit pour la première fois Athalie , tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699). Sans costumes ni décor, cette tragédie biblique inspirée du Livre des Rois et du Livre des Chroniques fut représentée par les demoiselles de Saint-Cyr, chères à madame de Maintenon, l'épous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athalie-jean-racine/#i_86598

AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' (1552-1630)

  • Écrit par 
  • Jacques BAILBE
  •  • 1 841 mots

Après la mort de Henri II, la poésie française s'enrichit d'accents nouveaux. On assiste au développement de la poésie sérieuse, avec Du Bartas ( Le Triomphe de la foi , 1574, La Semaine ou Création du monde , 1578), et de la poésie politique et polémique. Les poètes interviennent dans le conflit qui divise la France à l'époque des guerres de Religion, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-agrippa-d-aubigne/#i_86598

AULNOY MARIE CATHERINE LE JUMEL DE BARNEVILLE baronne d' (1650-1705)

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 391 mots

De bonne famille normande, Marie Catherine Le Jumel de Barneville est l'un des personnages les plus inquiétants et les plus contradictoires du siècle de Louis XIV. Conteuse raffinée, mais aventurière mêlée à deux reprises à une affaire de meurtre, elle épousa à quinze ans François de La Motte, baron d'Aulnoy, assez triste personnage, par surcroît trois fois plus âgé qu'elle. Elle tenta de s'en déb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aulnoy-marie-catherine-le-jumel-de-barneville-baronne-d/#i_86598

L'AUTRE MONDE OU LES ÉTATS ET EMPIRES DE LA LUNE, ET LES ÉTATS ET EMPIRES DU SOLEIL, Savinien Cyrano de Bergerac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 130 mots

L'Autre Monde ou les États et Empires de la Lune , de Savinien Cyrano de Bergerac (1619-1655), rédigé vers 1650, a d'abord circulé sous forme manuscrite, avant de paraître après la mort de l'auteur, en 1657, mais modifié au regard des manuscrits retrouvés, qui datent de 1653 environ. Le Bret, ami de l'auteur et éditeur de l'écrit libertin, ne souhaitait pas affronter la cens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-autre-monde-ou-les-etats-et-empires-de-la-lune-et-les-etats-et-empires-du-soleil/#i_86598

BAJAZET, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 447 mots

Britannicus (1669) était, selon certains, trop immoral et trop complexe, Bérénice (1670) trop élégiaque et trop simple. Bajazet (1672) sera violent, sans abandonner ni le romanesque ni le goût galant. Racine (1639-1699), adulé par le public mondain, finalement reconnu par les dramaturges, écrit maintenant une pièce par an sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bajazet/#i_86598

BALZAC JEAN-LOUIS GUEZ DE (1595 env.-1654)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 660 mots

Le maître de la littérature épistolaire et l'un des créateurs de la prose classique dans la première moitié du xvii e siècle. Balzac met d'abord sa plume au service du duc d'Épernon et tente de jouer lui-même un rôle politique. Ses ambitions sont vite déçues et, après un séjour à Rome, il se retire dans sa province natale, devenant (surtout à par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balzac-jean-louis-guez-de/#i_86598

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Esquisse d'une chronologie de la littérature européenne à l'âge baroque »  : […] On distingue généralement, à l'intérieur de l'« âge baroque » européen une double oscillation qui détermine quatre phases essentielles. Cette périodisation ne coïncide pas avec les divisions traditionnellement effectuées dans les histoires de la littérature française : un « âge baroque » restreint (1610-1660), antérieurement appelé « préclassicisme », y précède le règne de Louis XIV, auquel corre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_86598

BAYLE PIERRE (1647-1706)

  • Écrit par 
  • Élisabeth LABROUSSE
  •  • 945 mots

Le Dictionnaire historique et critique de Bayle (1696) figure très souvent dans les inventaires de bibliothèques privées du xviii e  siècle. Bayle fut en effet un des inspirateurs des Lumières. Dans cet ouvrage, l'auteur manifeste une prodigieuse érudition, mais les longues « remarques » personnelles dont il agrémente ces qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-bayle/#i_86598

BÉRÉNICE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 968 mots
  •  • 1 média

Concurrent de Pierre Corneille – qui, au même moment, écrit Tite et Bérénice  –, Jean Racine (1639-1699) signe avec Bérénice (1670) l'un de ses plus grands succès. L'œuvre est une tragédie expérimentale : peu de vers (1 506), peu de scènes (29), trois personnages majeurs, une intrigue qui trouve sa source chez Suétone : «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berenice-jean-racine/#i_86598

BERNIER FRANÇOIS (1625-1688)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 301 mots

Philosophe et médecin français qui reçoit en même temps que Chapelle les leçons de Gassendi, dont il défendra les idées par de vigoureux libelles latins. Après un grand voyage à travers l'Europe et des études médicales à Montpellier, Bernier s'embarque en 1656 pour l'Orient ; il demeure de longues années auprès d'Aurangzeb, Grand Moghol de l'Inde, dont il est devenu le médecin. Il ne rentrera en F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-bernier/#i_86598

LES FEMMES SAVANTES, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 682 mots
  •  • 1 média

Avant-dernière comédie de Molière (1622-1673) , Les Femmes savantes font écho aux Précieuses ridicules (1659) qui ont ouvert la carrière parisienne de l'auteur. Sur le même motif (les femmes et leur volonté de prétendre au savoir et à l'art dans une société de salon), Molière est passé d'une pièce en un acte et en prose, fondée sur des types, faisant l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-femmes-savantes/#i_86598

BOILEAU NICOLAS (1636-1711)

  • Écrit par 
  • Pierre CLARAC
  •  • 1 836 mots

Sous le règne de Louis XIV, la bourgeoisie ne cesse de s'élever. Boileau est, dans l'ordre des lettres, le représentant le plus authentique de cette bourgeoisie. Il est issu d'une longue suite de greffiers, d'avocats et de petits officiers de finance. C'est à peine si, parmi les ascendants de sa grand-mère paternelle, on rencontre quelques magistrats. Il est du Palais et un peu d'Église ; à onze […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-boileau/#i_86598

BOISROBERT FRANÇOIS DE (1592-1662)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Fils d'un homme de loi normand et huguenot, Boisrobert vint à Paris en 1616 et s'insinua comme poète dans les bonnes grâces de la reine mère Marie de Médicis. Il se convertit au catholicisme en 1621 et fut tonsuré en 1623. Son esprit et son effronterie lui valurent la faveur du cardinal de Richelieu, et, après avoir visité l'Angleterre (1625-1626) et Rome (1630-1631), il entra dans les ordres et r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-boisrobert/#i_86598

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 924 mots
  •  • 1 média

Bossuet est comme un homme du Moyen Âge planté au cœur d'un siècle de crises qui s'ouvre, dès 1598, avec le traité de Vervins et la mort de Philippe II, et s'achève, en 1715, avec la mort de Louis XIV. Son intelligence exceptionnelle et sa foi inébranlable sont tout au service de l'ordre établi, de la tradition religieuse, de la plus rigoureuse orthodoxie. Une seule haine anime l'Aigle de Meaux, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-benigne-bossuet/#i_86598

BOURDALOUE LOUIS (1632-1704)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 362 mots

Jésuite français, Bourdaloue est l'un des plus grands prédicateurs, et sans doute le plus apprécié, du siècle de Louis XIV. Il fait ses débuts à Paris à la fin de 1669, au moment même où Bossuet, nommé évêque puis précepteur du grand dauphin, délaisse la chaire. Ses sermons provoquent un engouement extraordinaire (dont témoignent les lettres de M me de Sévigné), aussi bie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-bourdaloue/#i_86598

BRÉBEUF GEORGES DE (1617-1661)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 357 mots

Poète français, issu d'une famille de vieille noblesse normande. Pauvre et malade, ombrageux, instable et exalté, Brébeuf est doué d'une sensibilité inquiète, et porté à la mélancolie. Longtemps, en dépit du succès obtenu par la libre traduction qu'il donne de La Pharsale de Lucain (1653), ses ambitions et ses espérances restent déçues, quand enfin il trouve un protecteur en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-brebeuf/#i_86598

BRITANNICUS, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 138 mots

Joué pour la première fois à l'Hôtel de Bourgogne, le 13 décembre 1669, Britannicus , tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699), est une réflexion sur l’histoire, la politique, les calculs de cour, autrement dit un texte qui rencontre directement les questions de légitimité, de souveraineté, et de tyrannie. Britannicus est d’abord l’h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/britannicus/#i_86598

BURLESQUE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 809 mots

Mode littéraire qui a fait fureur en France au xvii e siècle pendant une dizaine d'années (env. 1643-1653). À genre nouveau, mot nouveau : le terme lui-même est emprunté à l'italien et introduit dans la langue (ou plutôt réintroduit, car il avait déjà été employé, mais avec un sens différent) par Sarrasin à la même époque. Il désigne « l'explicat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burlesque-esthetique/#i_86598

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Une codification de la parole littéraire »  : […] Le processus qui conduit à l'élaboration des arts poétiques trouve son origine dans un souci de légitimation de la littérature. On peut déjà constater ce phénomène dans la Poétique d'Aristote, souvent interprétée comme une réponse à la critique platonicienne de la mimèsis . Selon la doctrine de Platon, le monde sensible n'est que l'apparence trompeuse de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques-notion-de/#i_86598

CHAPELAIN JEAN (1595-1674)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 369 mots

Fils d'un notaire parisien, Jean Chapelain abandonne des études de médecine pour entrer comme précepteur chez le marquis de La Trousse, dont il administrera longtemps les biens. Célibataire, il vit avec une économie que ses adversaires taxent de ladrerie, de même qu'ils brocardent sa mise peu soignée. Il nourrit, il est vrai, une seule passion, le savoir, et a pour seul luxe sa bibliothèque (4 000 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-chapelain/#i_86598

CHASSIGNET JEAN-BAPTISTE (1570?-? 1635)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 152 mots

L'œuvre de ce Franc-Comtois est un des trésors oubliés qu'ont exhumés les recherches entreprises depuis la Seconde Guerre mondiale sur la littérature baroque en France. Fils d'un médecin de Besançon, il poursuit à Dôle des études juridiques qui le mènent à une carrière d'avocat fiscal à Gray. Attaché à sa province, il publie des travaux d'histoire locale. Mais, dès l'âge de vingt-quatre ans, il a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-chassignet/#i_86598

LE CID, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 274 mots

D'abord joué en janvier 1637 sous la bannière de la tragi-comédie, Le Cid de Pierre Corneille (1606-1684) connaît immédiatement un grand succès au théâtre du Marais. La « Querelle du Cid  » s'ouvre quelques semaines après la première représentation, en avril 1637, avec les Observations sur « Le Cid » du dramaturge et académicien G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cid-pierre-corneille/#i_86598

CINNA, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 073 mots

Après la querelle du Cid (1637) et un silence de trois années, Corneille (1606-1684) composa coup sur coup Horace et Cinna (dont les premières représentations eurent lieu en 1640 ou 1641), deux pièces romaines à fin heureuse. Il ne fit éditer Cinna qu'en 1642, pour éviter qu'elle ne tombe trop vite dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinna/#i_86598

CONRART VALENTIN (1603-1675)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 232 mots

Homme de lettres français né en 1603 à Paris, mort le 23 septembre 1675 à Paris. Fils d'un commerçant huguenot originaire de Valenciennes, Valentin Conrart est élevé dans un calvinisme austère. Il ne sait ni le latin ni le grec, mais apprend l'italien et l'espagnol dès qu'il s'émancipe de la tutelle paternelle. En 1627, il achète une charge de conseiller-secrétaire du roi, s'introduit dans la soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valentin-conrart/#i_86598

CONSIDÉRATIONS POLITIQUES SUR LES COUPS D'ÉTAT, Gabriel Naudé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 780 mots

Considérations politiques sur les coups d'État , par G.N.P. à Rome, 1639 : à qui s'adresse cet ouvrage d'une centaine de pages qui paraît initialement en douze exemplaires ? Au cardinal de Bagni, selon la note préliminaire, puissant patron protecteur du bibliothécaire Gabriel Naudé (1600-1653), que sauront reconnaître tous ceux qui pourront déchiffrer ces trois lettres (Gabri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/considerations-politiques-sur-les-coups-d-etat/#i_86598

CONTES, Charles Perrault - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 218 mots

Les Histoires, ou Contes du temps passé avec des moralités , de Charles Perrault (1628-1703), parurent tous les huit ( La Belle au bois dormant , Le Petit Chaperon rouge , La Barbe-Bleue , Le Maître Chat, ou le Chat botté , Les Fées , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-charles-perrault/#i_86598

CONTES DE FÉES, Madame d'Aulnoy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 226 mots

La comtesse d'Aulnoy (Marie Catherine Le Jumel de Barneville, baronne d'Aulnoy, 1650-1705) est surtout connue, au xvii e  siècle, pour le scandale énorme dont elle a été l'objet. Elle fut en effet convaincue, en 1669, d'avoir dénoncé à tort son mari, le baron d'Aulnoy, pour avoir tenu des propos outrageants contre le roi. Cette calomnie, qu'elle e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-fees-madame-d-aulnoy/#i_86598

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Le théâtre cornélien est fait pour nous saisir et nous entraîner, au moyen d'exemples qu'il place à distance de nous et au-dessus de nos pouvoirs ordinaires, et qui cependant n'ont tout leur sens que par notre admiration. Étonnement et communion, mouvement de ce que nous sommes vers ce que le drame nous suggère d'être au-delà de nous-mêmes, tel est le ressort puissant de ce théâtre. Ce qui a quel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_86598

CORNEILLE PIERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 314 mots

6 juin 1606 Naissance de Pierre Corneille à Rouen. 1615-1622 Corneille fait ses études au collège des jésuites de Rouen, où il s'initie au théâtre. 1629 Mélite , première œuvre dramatique de Corneille. C'est une « pièce comique ». 1634 Médée , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corneille-reperes-chronologiques/#i_86598

CYRANO DE BERGERAC SAVINIEN (1619-1655)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 674 mots

Si l'indiscret Tallemant des Réaux n'accorde, dans ses Historiettes , que quelques lignes à Savinien Cyrano de Bergerac, encore est-ce pour avancer, sur la foi d'un libraire, que sa tragédie, La Mort d'Agrippine , ne dut son succès qu'à « de belles impiétés ». Serait-ce donc le destin de Cyrano de ne susciter que commérages ou contresens ? Ce fut pourtan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/savinien-cyrano-de-bergerac/#i_86598

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Le 15 février 1665, Molière (1622-1673) donne Dom Juan , une comédie fort dangereuse, à la suite de Tartuffe qui venait d'être interdit. Quinze jours après la première, les pressions de toutes sortes et la prudence font que l'écrivain retire sa pièce : Le Festin de pierre , cette version originale qui n'a pas été imprimée, qu'on n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan-moliere/#i_86598

L'ÉCOLE DES FEMMES, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 274 mots

Après le succès de L'École des maris (1661), Molière (1622-1673) décide de reprendre la même intrigue : une jeune fille échappe à son tuteur, un barbon, pour épouser un jeune homme qu'elle aime et dont elle est aimée. Le naturel et l'innocence triomphent du pouvoir et de l'argent. La farce venue de la tradition médiévale nourrit le ridicule d'Arnolphe, comme elle constituait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-des-femmes-moliere/#i_86598

ENTRETIENS SUR LES VIES ET SUR LES OUVRAGES DES PLUS EXCELLENTS PEINTRES ANCIENS ET MODERNES, André Félibien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC
  •  • 876 mots

Dans le chapitre « « Instruire en délectant » »  : […] Dans l'œuvre de Félibien qui comprend aussi des écrits politiques et religieux, les Entretiens , un succès de librairie, ont toujours bénéficié d'une considération particulière. Ils se présentent sous la forme de dialogues selon l'ordre chronologique entre un narrateur et son interlocuteur. Traversant les siècles pour parvenir à la « perfection » atteinte par les arts en Fran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entretiens-sur-les-vies-et-sur-les-ouvrages-des-plus-excellents-peintres-anciens-et-modernes/#i_86598

FABLES (J. de La Fontaine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 968 mots
  •  • 1 média

Jean de La Fontaine (1621-1695) a quarante-six ans quand, en mars 1668, Barbin, éditeur prestigieux de Boileau et de Racine, fait paraître les six premiers livres des Fables choisies et mises en vers par M. de La Fontaine. Elles sont précédées d'une Épître à Monseigneur le Dauphin , le fils de Louis XIV, alors âgé de sept ans ; d'une Préface qui procla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fables/#i_86598

FÉNELON FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE- (1651-1715)

  • Écrit par 
  • Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO
  •  • 3 168 mots

Grand seigneur, précepteur des princes exilé par Louis XIV, théologien discuté, pieux archevêque, penseur politique hardi mais déniant toute valeur à ce que nous appelons « mobilité sociale », Fénelon est tantôt apparu à la postérité comme le philanthrope éclairé précurseur des philosophes, tantôt comme l'héritier et le défenseur suspect, discuté, d'une longue tradition mystique : jamais cependant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fenelon-la-mothe/#i_86598

FLÉCHIER ESPRIT (1632-1710)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 448 mots

L'un des plus grands orateurs sacrés du xvii e siècle, Esprit Fléchier, né à Pernes (Comtat Venaissin) dans une famille modeste, reçut son éducation à Tarascon au sein de la congrégation de la Doctrine chrétienne de César de Bus, dans laquelle il entra en 1648. Il la quitta en 1658, après avoir enseigné quelque temps la rhétorique à Narbonne. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esprit-flechier/#i_86598

FOIGNY GABRIEL DE (1630?-? 1692)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 294 mots

Écrivain français, auteur de l'un des romans utopiques les plus importants de la fin du xvii e  siècle. Entré dans l'ordre des Cordeliers, Gabriel de Foigny acquiert une réputation d'excellent prédicateur ; mais en 1666, il abjure le catholicisme et se réfugie en Suisse. Il vit alors en donnant des leçons, ainsi qu'en témoignent quelques manuels : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-de-foigny/#i_86598

FONTENELLE BERNARD DE (1657-1757)

  • Écrit par 
  • Werner KRAUSS
  •  • 1 756 mots

Sous le couvert du bel esprit – qu'il resta jusqu'au bout –, donnant même dans la préciosité, Fontenelle entra en science comme on chausse une mode. Venu pour divertir, il instruit réellement. En l'annexant à la littérature, loin de la confondre avec elle, il veut que la science devienne assimilable à l'honnête homme qui a le droit d'être initié, mais aussi le devoir de s'ouvrir aux disciplines no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-de-fontenelle/#i_86598

LES FOURBERIES DE SCAPIN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 203 mots

Comédie en trois actes créée en 1671 au théâtre du Palais-Royal à Paris, Les Fourberies de Scapin semblent reprendre à leur compte, avec virtuosité, les tours et les figures de la comédie latine, puis italienne. D'antiques problèmes, que Molière (1622-1673) adapte à la société moderne, y sont traités. Le vieillard ( senex ) est là pour interdire aux plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fourberies-de-scapin-moliere/#i_86598

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Cour et la ville »  : […] L'unité de cette période tient au fait que l'on considère surtout la langue littéraire. Or celle-ci fait l'objet d'une élaboration consciente et atteint vers 1660 un état d'équilibre dans lequel on essayera de la maintenir au siècle suivant. Cette vue générale et commode ne doit pas cacher que, dans ses manifestations burlesques ou précieuses au xvii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-la-langue-francaise/#i_86598

FRANÇOIS DE SALES (1567-1622)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET
  •  • 2 677 mots

Évêque d'un diocèse savoyard dont plus de la moitié des fidèles étaient passés au calvinisme, François de Sales eut à se poser, dans un contexte difficile, le problème de la lutte contre la Réforme. Il eut le mérite de comprendre rapidement que les méthodes de controverse alors en faveur conduisaient rarement à des résultats solides, et que la puissance de diffusion du calvinisme venait de l'inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-sales/#i_86598

FURETIÈRE ANTOINE (1619-1688)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 373 mots

Ayant fait d'excellentes études, Furetière, fils d'un clerc d'avoué, entreprit d'abord une carrière d'homme de loi, mais il abandonna bientôt sa charge pour entrer dans les ordres et obtenir des bénéfices qui lui permirent de donner libre cours à sa vocation littéraire. Après trois livres de vers comiques et satiriques, où il se montrait un adversaire résolu de la préciosité, Furetière publia la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-furetiere/#i_86598

GOMBERVILLE MARIN LE ROY DE (1600-1674)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 709 mots

Écrivain français, dont les romans ont connu une vogue exceptionnelle, Gomberville débuta très tôt dans la poésie, mais médiocrement ; il s'intéresse de bonne heure à l'histoire : en 1620, il rédige un Discours des vertus et des vices de l'histoire, et de la manière de la bien escrire — mais déjà il s'est tourné vers le roman ; il a publié à dix-neuf ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gomberville-marin-le-roy-de/#i_86598

GUIRLANDE DE JULIE LA

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 415 mots

Recueil de poèmes collectif, composé à l'imitation des « guirlandes » italiennes et offert le 1 er janvier 1634 (plutôt qu'en 1641, comme le veut la tradition) par le marquis de Montausier (qui deviendra plus tard duc et pair et sera nommé précepteur du Dauphin), à Julie d'Angennes, fille de la marquise de Rambouillet, qu'il courtisait depuis 1631 et qu'il finira par épou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-guirlande-de-julie/#i_86598

HISTOIRE AMOUREUSE DES GAULES, Roger de Bussy-Rabutin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 098 mots

Militaire, gentilhomme bourguignon, grand officier du royaume, ex-frondeur rallié à la cause du roi, Roger de Bussy-Rabutin (1618-1693) aime écrire à temps perdu. Sa Carte du pays de Braquerie (1654), où il faisait la satire de la Carte de Tendre en comparant les femmes à des forteresses aisées à investir, l'a fait connaître, ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-amoureuse-des-gaules/#i_86598

HISTOIRE COMIQUE DE FRANCION, Charles Sorel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 271 mots

Face à L'Astrée d'Honoré d'Urfé et aux grands romans de Gomberville, puis de M lle de Scudéry, le début du xvii e  siècle développe le genre de « l'histoire ». À la différence du merveilleux, et contre le principe de la pastorale idéalisante, les histoires comiques et tragiques revendiquent un rappo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-comique-de-francion/#i_86598

HONNÊTE HOMME

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 413 mots

Presque tous les écrivains du xvii e siècle ont dessiné, enrichi ou reproduit le portrait idéal de l'honnête homme. Socialement, ce dernier ne se conçoit guère sans une aisance propre à le libérer des travaux « mécaniques ». Méré le verrait aussi bien vivre dans une cabane qu'à la cour : hypothèse hyperbolique qui marque le moment où le type a pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honnete-homme/#i_86598

HORACE, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 195 mots

On a coutume de lire Horace (joué en 1640 au théâtre du Marais, publié en 1641) et Cinna (probablement jouée en 1641 au théâtre du Marais, et publiée en 1643) comme des tragédies idéalisantes où se met en place un équilibre dramaturgique. L'ambition y est guidée par la volonté dans une voie vertueuse, vers une soif de gloire aristocratique jugulée par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horace-pierre-corneille/#i_86598

HUET PIERRE DANIEL (1630-1721)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 307 mots

Prélat et érudit français, Pierre Daniel Huet est né le 8 février 1630 à Caen et mort le 26 janvier 1721 à Paris. Après avoir étudié les mathématiques chez les Jésuites, il visite en 1652 la cour de la reine Christine de Suède. Il y découvre, dans la bibliothèque royale, plusieurs fragments d'un commentaire sur saint Matthieu par le théologien grec Origène (185-253/254) dont il établit une éditio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-daniel-huet/#i_86598

L'ILLUSION COMIQUE, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 517 mots

Comment défendre le théâtre et les comédiens au moyen du théâtre ? Comment, lorsqu'on est Pierre Corneille ( 1606-1684), poète dramatique de bientôt trente ans, déjà assez connu à Paris, auteur d'une tragi-comédie ( Clitandre , 1631), de quatre comédies ( Mélite , 1629-1630 ; La Veuve , 1632 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-illusion-comique/#i_86598

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Comme d'autres termes généraux et vagues qui désignent une époque littéraire et artistique, un idéal esthétique et quelque groupement d'hommes poursuivant un objet analogue (Renaissance, âge des Lumières, romantisme, symbolisme), le mot «  classicisme » défie toute précision. Il y a des classiques dans toutes les littératures ; et, dans diverses langues de l'Europe, le substantif ou l'adjectif dés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classicisme/#i_86598

MAXIMES, François de La Rochefoucauld - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 029 mots

François VI, duc de La Rochefoucauld , prince de Marcillac (1613-1680), est un grand aristocrate. Comme tel, il défend, durant la Fronde, les valeurs de sa classe. Après l'échec de cette révolte de la noblesse, il s'écarte de la vie politique, rejoint les salons parisiens, compose ses maximes morales et fait figure d'« honnête homme », lucide, loyal, haïssant l'amour-propre, mais acharné, jusqu'à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximes/#i_86598

LA BRUYÈRE JEAN DE (1645-1696)

  • Écrit par 
  • Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO
  •  • 2 461 mots

L'auteur des Caractères s'inscrit dans cette lignée complexe de moralistes français qui, au xvii e siècle, unis dans un même pessimisme, ont rivalisé de mépris pour l'inanité et le caractère hétéroclite du moi. Chrétiens fervents ou libertins, s'il leur est arrivé de célébrer parfois la grandeur de l'homme, ils ont préféré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-bruyere/#i_86598

LA CALPRENÈDE GAUTIER DE COSTES sieur de (1609-1663)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 302 mots

Originaire sinon de Gascogne, comme sa fierté l'aurait aimé et comme le veut la tradition, du moins des environs de Sarlat, La Calprenède entre dans la carrière des armes et ne l'abandonnera pas en abordant le théâtre en 1635. Il compose neuf tragédies (dont La Mort de Mithridate ) ou tragi-comédies ; trois de ces pièces tirent leur sujet de l'histoire anglaise ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gautier-de-la-calprenede/#i_86598

LA FAYETTE MARIE-MADELEINE DE dite MADAME DE (1634-1693)

  • Écrit par 
  • Jeanne FAURE-COUSIN
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

« M me de La Fayette a eu raison pendant sa vie. Elle a eu raison après sa mort. » M me de Sévigné croyait-elle si bien dire et comme prophétiser. Depuis trois siècles, en effet, ce nom a fait éclore un mythe. Qu'importe qu'elle soit auteur plus qu'écrivain si sa postérité littéraire en est encore à s'enrichir de cette sorte de cascade qui (homma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-madeleine-de-la-fayette/#i_86598

LA FONTAINE JEAN DE (1621-1695)

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 2 854 mots

Est-ce le plus grand poète français ou le plus français de nos grands poètes ? La célébrité de Jean de La Fontaine – indéniable – occulte souvent d'irritantes questions qu'on retrouve en filigrane, d'une époque à l'autre, dans les innombrables études qui lui sont consacrées. Par exemple, celles-ci : doit-il sa gloire à l'habitude que nous avons prise d'utiliser ses fables à l'école ou s'agit-il d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-fontaine/#i_86598

LA ROCHEFOUCAULD FRANÇOIS DE (1613-1680)

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 1 410 mots

L'œuvre du moraliste français François, duc de La Rochefoucauld , est née tout entière de sa carrière d'aristocrate conspirateur et homme du monde. Il conspira en effet et se battit de vingt-cinq à quarante ans, puis vécut paisiblement dans la retraite ou dans le monde jusqu'à sa mort, à Paris où il était né. Sa vie, commencée dans les agitations de la Fronde, à laquelle il prit une part active, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-la-rochefoucauld/#i_86598

LA LEÇON DE PEINTURE DU DUC DE BOURGOGNE (A.-M. Lecoq)

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC
  •  • 974 mots

Du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, Saint-Simon disait qu'il « était né avec un naturel à faire trembler. [...] Le prodige est qu'en très peu de temps la dévotion et la grâce en firent un autre homme ». Celui qui réussit à opérer une telle métamorphose ne fut autre que son éducateur, l'abbé Fénelon, nommé à ce poste en août 1689, alors que le prince, fils aîné du Grand Dauphin, était âgé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-lecon-de-peinture-du-duc-de-bourgogne/#i_86598

LE MISANTHROPE, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 675 mots

Dès Boileau et la fin du xvii e et surtout durant le xviii e  siècle, on n'a cessé de célébrer Le Misanthrope de Molière (1622-1673) : une pièce aussi harmonieuse, aussi rigoureuse, en un mot une comédie aussi sérieuse a enfin réussi à légitimer le comique en le rendant mor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-misanthrope/#i_86598

LENOBLE EUSTACHE (1643-1711)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 158 mots

Aventurier et littérateur français. Après avoir été procureur général à Metz, Eustache Lenoble est arrêté et condamné pour faux. Il se rend alors fameux par sa liaison, en captivité et en cavale, avec Gabrielle Perreau, surnommée la Belle Épicière, et par des écrits (souvent rédigés en prison) d'une abondance et d'une diversité stupéfiantes : traités et dissertations, fables et poèmes héroïques ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eustache-lenoble/#i_86598

LES AVENTURES DE TÉLÉMAQUE, F. de Fénelon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 079 mots

François de Salignac de la Mothe Fénelon (1651-1715) compose en même temps, de juillet 1694 à mars 1695, Les Aventures de Télémaque et les études préparatoires à L'Explication des maximes des saints , durant les conférences d'Issy (pourparlers avec Bossuet, évêque de Meaux, à propos de la question du quiétisme, ce courant mystique qui sera condamné en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-aventures-de-telemaque/#i_86598

LES CARACTÈRES, Jean de La Bruyère - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 951 mots

Les Caractères et mœurs de ce siècle de Jean de La Bruyère (1645-1696) ont été publiés en 1688 dans un même volume, à la suite des Caractères moraux de Théophraste (auteur grec du iv e  siècle av. J.-C.), dont ils constituent une version moderne. Rapidement, on vit que le profil bas adopté par l'auteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-caracteres/#i_86598

LETTRES, Madame de Sévigné - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 110 mots

Madame de Sévigné, née Marie de Rabutin-Chantal (1626-1696), est une familière du Marais, quartier aristocratique de Paris dont elle connaît tous les salons. Elle a lu les romans précieux de M lle  de Scudéry, connaît la littérature italienne dans le texte et se tient au courant de tout ce qui advient, à la ville comme à la cour, dans le quotidien des choses comme dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-madame-de-sevigne/#i_86598

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 274 mots

Dans le chapitre « De la liberté au dérèglement »  : […] L'histoire du mot se caractérise par des renversements sémantiques, des confusions et contaminations. Étymologiquement, le libertus ou le libertinus est à Rome un affranchi, un ancien esclave qui a reçu sa liberté. Libertinus est un statut social. Le mot désigne aussi plus tard un fils d'affranchi, donc marqué par une infériorité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertinage/#i_86598

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « L'athéisme des aristocrates »  : […] Les premières manifestations d'une pensée libertine au xvii e siècle apparaissent aux environs de 1620 dans un milieu très particulier, la jeunesse de la cour. Ces jeunes libertins cherchent le scandale, se moquent des prédicateurs, affectent de ne pas observer la règle du jeûne et de l'abstinence, chantent dans les cabarets des couplets impies e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertins/#i_86598

LITTÉRATURE D'ÉRUDITION (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine FRAGONARD
  •  • 1 229 mots

Vers le milieu du xvii e siècle une dissociation s'opère au sein des savoirs entre les sciences et les lettres, et au sein des lettres entre les savants et « ceux qui écrivent bien en français », entre ce que nous appelons érudition et ce que nous appelons littérature. Ce clivage, résultat d'un long affrontement entre les tenants d'un courant doc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-d-erudition/#i_86598

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lettre privée »  : […] Une génération après l'essor de la lettre éloquente vint celui de la lettre privée, en même temps que l'on assistait à un accès plus large des mondains à la culture écrite. Dès 1552, E. Pasquier incluait dans ses Rimes et prose un groupe de Lettres amoureuses . En 1555 paraissait le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_86598

MALHERBE FRANÇOIS DE (1555-1628)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 604 mots

Depuis Boileau, et par une suite naturelle de l'influence qu'il eut pendant plus de deux siècles sur notre histoire littéraire, il a été admis que Malherbe était le père de notre poésie et, plus généralement, de toute notre littérature classique. Même ceux qui, aujourd'hui, ne partagent plus cette vue, continuent le plus souvent d'admettre qu'il est, par excellence, classique, et que son œuvre s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-malherbe/#i_86598

MALLEVILLE CLAUDE DE (1597-1647)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 220 mots

Poète français, il est l'un des représentants les plus marquants de la génération qui a suivi immédiatement celle de Malherbe. Attaché au service du maréchal de Bassompierre, qu'il ne quittera que quelques mois pour suivre le cardinal de Bérulle, il l'accompagne dans ses missions diplomatiques. Lorsque son maître est arrêté en 1631, et emprisonné pendant de longues années, il lui reste fidèle et m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-de-malleville/#i_86598

MARANA GIOVANNI PAOLO (1642-1693)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 86 mots

Noble génois vivant en France après avoir participé, en 1672, à une conjuration manquée, destinée à faire passer la ville de Savone sous la domination des ducs de Savoie. Marana est l'auteur de L'Espion du Grand Seigneur dans les cours des princes chrétiens (1684) ; dans cet ouvrage, qui annonce les Lettres persanes de Montesquieu, il fait découvrir et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-paolo-marana/#i_86598

MAYNARD FRANÇOIS (1582-1646)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 339 mots

Son principal biographe n'a pas réussi à imposer l'orthographe Mainard. Fils d'un conseiller au parlement de Toulouse, il est reçu avocat, puis, attiré par les lettres, vient à Paris comme secrétaire de la reine Margot à l'hôtel de Sens, rendez-vous de poètes (1605 ?). C'est alors qu'il aurait écrit le Philandre , poème pastoral d'authenticité contestée ; il rime aussi avec s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-maynard/#i_86598

MÉNAGE GILLES (1613-1692)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 794 mots

L'un de ces abbés qui occupent tant de place dans l'histoire de la littérature française au xvii e siècle. Un abbé, mais non un prêtre : il n'ira pas au-delà du sous-diaconat qu'il reçoit en 1648 ; ses confortables revenus ecclésiastiques lui permettent dès lors de donner tout son temps aux études et aussi, plus tard, à la vie de salon. C'est un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-menage/#i_86598

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans la longue tradition de la littérature comique, qui naît avec Aristophane et qui n'a cessé de se développer depuis la Grèce classique jusqu'au xx e  siècle, le nom de Molière figure parmi les plus grands. Il n'est pas question de ramener tout l'art de la comédie à l'imitation de ses pièces et nul aujourd'hui n'aurait cette prétention. Mais ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_86598

MOLIÈRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 320 mots

15 janvier 1622 Baptême de Jean-Baptiste Poquelin en l'église Saint-Eustache à Paris. 1636 Études chez les jésuites au collège de Clermont. Se prépare à devenir avocat. 1643 Molière fonde avec les Béjart la troupe de l'Illustre-Théâtre. 1644 Liaison amoureuse de Molière avec Madeleine Bé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere-reperes-chronologiques/#i_86598

MONTCHRESTIEN ANTOINE DE (1576 env.-1621)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 495 mots

Fils d'un apothicaire, Montchrestien se fait connaître, dès 1596, en faisant jouer sa tragédie La Carthaginoise ou la liberté à Rouen. En 1601, il publie un livre de tragédies ( L'Écossaise ou le désastre , Les Lacènes ou la constance , David ou l'adultère , etc.). En 1605 paraît une nouvelle édition, avec u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-de-montchrestien/#i_86598

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

On désigne habituellement sous le terme « moralistes » un ensemble d'écrivains français qui ont pour premier point commun de traiter des « mœurs », plutôt que de morale au sens moderne. Définition bien trop générale pour circonscrire un groupe que pourtant les dictionnaires, les manuels, les anthologies s'entendent, depuis en gros la seconde moitié du xviii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/#i_86598

ŒUVRES POÉTIQUES, François de Malherbe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 570 mots

François de Malherbe (1555-1628) , poète officiel de Henri IV et de Louis XIII, fit paraître, de son vivant, différentes pièces poétiques dans des éditions collectives, des livrets de ballets, des livres d'airs de cour, ou sous forme de feuilles volantes, de manuscrits recopiés, de plaquettes. Il n'était pas encore nécessaire, pour un poète de cour, d'être le titulaire, ni « l'auteur » d'une œuvr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-poetiques-francois-de-malherbe/#i_86598

ORAISONS FUNÈBRES, Jacques Benigne Bossuet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 907 mots
  •  • 1 média

Jacques Benigne Bossuet (1627-1704), orateur sacré sans égal, disciple de Vincent de Paul (1581-1660), académicien en 1671, évêque de Meaux en 1681, premier théologien du roi Louis XIV, est un apôtre de la dévotion. Fort opposé aux jansénistes et à leur doctrine sur la grâce et la prédestination, mais partageant avec eux leur haine du théâtre, il prêche avec éclat. La cour, pourtant, vers 1662, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oraisons-funebres/#i_86598

SATIRE

  • Écrit par 
  • Roger ZUBER
  •  • 2 689 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Satire et naturel »  : […] Il suffit de peu de chose pour que les voies du comique (monologue, dialogue, autres procédés repris des Anciens et des Italiens) deviennent les voies du naturel. Comme les autres genres, la satire classique se propose d'« imiter les actions humaines ». Comme les autres genres, mais avec plus de simplicité : chez l'Arioste et chez Régnier, chez Furetière et chez Boileau, le vraisemblable se trouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire/#i_86598

BAROQUE / CLASSIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 575 mots

Dans le chapitre « La doctrine classique et le rapport au temps »  : […] Dans tous les cas, la France du xvii e  siècle semblait exclue : « cartésienne », c'est-à-dire raisonnable, et plus gallicane qu'ultramontaine (l'art que nous qualifions de baroque : celui du Bernin, était alors dit « italien » ou « romain ») ; surtout, tributaire d'une tout autre définition du classique, par référence non à la Renaissance, ni mêm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque-classique-notion-de/#i_86598

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 433 mots
  •  • 2 médias

On a « tant imaginé et si passionnément considéré » Pascal, dit Valéry, qu'on en a fait un « personnage de tragédie », une « sorte de héros de la dépréciation totale et amère », de « Hamlet français et janséniste ». Les travaux des historiens modernes achèvent à peine aujourd'hui de corriger cette légende, née des polémiques religieuses des xviii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/#i_86598

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Un fruit de l'humanisme »  : […] Dans les littératures modernes européennes, la pastorale jouit d'un remarquable succès du xv e au xviii e  siècle, et particulièrement vers la fin du xvi e et le début du xvii e  siècle. Comme t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastorale-genre-litteraire/#i_86598

PEAU D'ÂNE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 388 mots

Pour échapper au désir incestueux de son père, Peau d'Âne exige de lui des robes de plus en plus somptueuses, puis s'enfuit, déguisée en souillon. Peau d'Âne est l'un des contes les plus anciens et les plus aimés du répertoire populaire. Cité dès 1547 par Noël du Fail sous le titre de Cuir d'Anette , il est attesté par Molière en 1673 ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peau-d-ane/#i_86598

PENSÉES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 998 mots
  •  • 1 média

À la mort de Blaise Pascal (1623-1662), on recueillit un « amas de pensées détachées » (plus d'un millier) destinées à former ultérieurement un traité. Les Pensées de M. Pascal sur la religion et sur quelques autres sujets, qui ont été trouvées après sa mort parmy ses papiers , on les nomma alors ainsi, furent publiées pour la première fois par Port-Royal en 1670. Cette prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensees/#i_86598

PERRAULT CHARLES (1628-1703)

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 1 764 mots

Dans le chapitre « Le commis de Colbert »  : […] Né à Paris, cadet d'une famille appartenant à la bourgeoisie parlementaire, d'orientation janséniste, élevé dans l'horreur des « superstitions populaires », Perrault s'intéresse passionnément aux problèmes scientifiques qui sont débattus dans son milieu (aussi bien en mathématiques qu'en mécanique ou en hydrologie, en médecine qu'en architecture). Mais, très tôt, il découvre que c'est la littératu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-perrault/#i_86598

PETIT CHAPERON ROUGE LE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 417 mots

Une jolie fillette ne se méfie pas du loup. Il la mange. Paradoxe : ce récit qui finit mal est le seul des Contes de ma mère l'Oye (1697) qui appartienne organiquement au répertoire de l'enfance. C'est qu'il relève de la catégorie des « contes d'avertissement », destinés à prévenir l'enfant des dangers qui le menacent hors de la maison. Le conte porte le numéro 333 dans la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-petit-chaperon-rouge/#i_86598

PETIT POUCET LE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 367 mots

Petit mais rusé, il triomphe de toutes les embûches et s'empare des richesses de l'Ogre. L'explication mythologique (G. Paris) a cru identifier en Poucet et ses frères les étoiles de la Grande Ourse ; les « ritualistes » y ont vu un récit d'épreuves initiatiques, ce qui expliquerait l'absence de scrupules du héros. Le conte porte le numéro 327 dans la classification Aarne-Thompson, mais plusieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-petit-poucet/#i_86598

PHÈDRE (J. Racine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 001 mots
  •  • 1 média

Phèdre (1677) est certainement la tragédie la plus célèbre de Jean Racine (1639-1699). Après elle, Racine abandonna le théâtre pour devenir historiographe du roi. Auparavant, il avait dû affronter la querelle qui l'opposa à Pradon, auteur d'une autre Phèdre et Hippolyte (1677). Depuis cette date, presque toutes les grandes comédiennes françaises ont j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre-fiche-de-lecture/#i_86598

PICARD RAYMOND (1917-1975)

  • Écrit par 
  • Jacques ROBICHEZ
  •  • 1 071 mots

Né à Paris, Raymond Picard était ancien élève du lycée Poincaré à Nancy et de la faculté des lettres de Paris. Après avoir été reçu à l'agrégation des lettres en 1945, il commence sa carrière au lycée de Chartres, où il enseigne pendant deux ans. Il est ensuite détaché à la direction générale des relations culturelles et professeur à l'institut français du Royaume-Uni, à Londres, de 1947 à 1954. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-picard/#i_86598

POÉSIE DU SENTIMENT RELIGIEUX (XVIe et XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine FRAGONARD
  •  • 1 100 mots

La fréquentation des Écritures, les affrontements de la fin du xvi e siècle métamorphosent la notion même de littérature religieuse, en un temps où le religieux représente plus de la moitié des livres édités. Une littérature institutionnelle polémique, didactique, historique prend un essor inouï dans les deux Églises, catholique et protestante. M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-du-sentiment-religieux/#i_86598

POLYEUCTE MARTYR, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 341 mots

Créé au théâtre du Marais en 1643, Polyeucte martyr est la première tragédie chrétienne de Pierre Corneille (1606-1684). Suivra Théodore, vierge et martyre , la seconde et dernière, en 1646. Le genre de la tragédie de saints et de martyrs, dans les années 1640, donne lieu à de nombreuses réalisations (Rotrou et Desfontaines s'y illustrent à propos de Sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polyeucte-martyr/#i_86598

PORT-ROYAL

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 2 624 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La gloire et les luttes »  : […] Rien d'essentiel ne sera désormais ajouté à l'esprit de Port-Royal. Mais il eut sa plus grande vigueur dans les quelque vingt années qui suivirent la mort de l'abbé de Saint-Cyran. L'abbaye de Port-Royal atteignit alors son plus haut degré de prospérité. Les bâtiments du monastère de Paris furent agrandis et s'ornèrent d'une chapelle dessinée par Le Pautre. Le nombre des religieuses obligea, en 16 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/port-royal/#i_86598

PRÉCIOSITÉ

  • Écrit par 
  • Roger LATHUILLÈRE
  •  • 2 980 mots

La préciosité, entendue au sens le plus strict, c'est-à-dire historique, originel en quelque sorte, s'est épanouie en France au cours de la période de 1650 à 1660, qui a pu, à juste titre, être appelée la « poussée précieuse ». Les précieux et les précieuses au temps de M lle de Scudéry et de l'abbé de Pure ont été les premiers à porter ce nom et restent les seuls, au fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preciosite/#i_86598

PROVERBES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 126 mots

Dans le chapitre « Mise à mort et résurrection »  : […] Autre caractère fondamental des proverbes : leur lien avec la paysannerie. Les soulèvements populaires du xvii e siècle vont obliger les intellectuels, intermédiaires culturels, à prendre parti pour ou contre leur emploi. Cette option n'est pas évidente dans le Trésor de la langue française (1605), dic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proverbes/#i_86598

LES PROVINCIALES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Les Provinciales, ou Lettres escrites par Louis de Montalte à un provincial de ses amis et aux RR. PP. Jésuites sur le sujet de la morale et de la politique de ces Pères , sont un ensemble de dix-huit lettres anonymes vendues clandestinement à Paris, puis publiées sous le pseudonyme de Louis de Montalte de janvier 1656 à mai 1657. Violemment attaqués par les jésuites et par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-provinciales/#i_86598

QUINAULT PHILIPPE (1635-1688)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 521 mots

Dramaturge, librettiste et poète français. Bien que Quinault soit fils d'un boulanger, Tristan l'Hermite le prend sous sa protection et l'introduit à l'hôtel de Guise. Il débute très tôt au théâtre avec une comédie fort bien enlevée, Les Rivales (1655), qui obtient un triomphe. C'est le début d'une carrière exceptionnelle durant laquelle il ne connaîtra que le succès. Très at […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-quinault/#i_86598

RACAN HONORAT DE (1589-1670)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 318 mots

Faux marquis, mais membre authentique de la famille de Bueil, né à la lisière du Maine et de l'Anjou, Racan est élevé aux champs, en Touraine, tandis que son père, maréchal de camp, est tué au service du roi en 1597, et que sa mère meurt à son tour en 1602. Il demeure sous la chaude protection de son cousin, futur duc de Bellegarde, mais son éducation reste plutôt légère. Après avoir été page, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honorat-de-racan/#i_86598

RACINE JEAN

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 4 340 mots
  •  • 1 média

L'œuvre de Racine marque, dans l'histoire de la tragédie classique, le moment de l'accomplissement. Ce genre, au sein duquel un idéal de simplicité et de rigueur formelles avait lutté longtemps avec une matière héroïco-baroque, trouve enfin chez lui son harmonie et ce qu'on pourrait appeler son allure naturelle. Par quels moyens, et grâce à quelle inspiration originale ? Définir l'œuvre tragique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-racine/#i_86598

RACINE JEAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 423 mots

22 décembre 1639 Baptême de Jean Racine à La Ferté-Milon. 1648-1653 Troubles de la Fronde en France. 1649-1653 Après la mort de ses parents et de son grand-père paternel, Racine est élevé aux Petites Écoles du monastère de Port-Royal des Champs. 1653-1654 Fait sa rhétorique au collège de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/racine-reperes-chronologiques/#i_86598

REGNARD JEAN-FRANÇOIS (1655-1709)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 483 mots

Parisien des Halles, fils d'un riche marchand de poisson salé, mais orphelin de père dès sa tendre enfance, Jean-François Regnard est élevé par sa mère et ses quatre sœurs, fait de bonnes études et entre en apprentissage chez un mercier. Les démons du voyage, du jeu et de la poésie le saisissent de bonne heure. Avant vingt ans, il part pour Constantinople, revient au bout de deux ans, puis, en 167 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-regnard/#i_86598

RÉGNIER MATHURIN (1573-1613)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 784 mots

La vie de Mathurin Régnier est assez mal connue, ou du moins avec assez peu de certitude. Il est né à Chartres ; sa mère était la sœur du poète Philippe Desportes ; son père, un notable bourgeois, tenait sur la place des Halles un jeu de paume appelé le Tripot Régnier. Il semble bien que le jeune Mathurin ait hanté de bonne heure des lieux fort peu recommandables. Destiné cependant aux ordres, Rég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathurin-regnier/#i_86598

RETZ JEAN FRANÇOIS PAUL DE GONDI cardinal de (1613-1679)

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse HIPP
  •  • 1 620 mots

Longtemps, Paul de Gondi a été un prêtre franchement scandaleux, factieux, opportuniste et maladroit. Mais il fut aussi – encore que plus rarement – coadjuteur, familier du pavé de Paris, champion de la romanité, élève de « M. Vincent », proscrit et pénitent de dom Hennezon. Peu à peu, il quitte ce personnage douteux pour devenir ce qu'il est : un des grands écrivains de son temps ; sa vie entièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-paul-de-retz/#i_86598

LE ROMAN BOURGEOIS, Antoine Furetière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 207 mots

« Ne l'appelez plus roman, et il ne vous choquera point, en qualité de récit d'aventures particulières » (Avertissement de la seconde partie du Roman bourgeois ). Antoine Furetière (1619-1688), bon artisan des lettres, académicien depuis 1662 et fameux pour sa virtuosité burlesque, entend bien rompre avec les romans comme L'Astrée pour produire un nouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-bourgeois/#i_86598

LE ROMAN COMIQUE, Paul Scarron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 123 mots

Ex-abbé galant devenu libertin parisien difforme (une tuberculose osseuse eut raison de son apparence), Paul Scarron (1610-1660) cultive le genre burlesque. Proche de la Fronde, puis protégé de Fouquet, enfin époux de Françoise d'Aubigné – future marquise de Maintenon, épouse morganatique de Louis XIV –, il accumule les déconvenues. Mais il a la réputation de faire face par le rire et la dérision […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-comique/#i_86598

ROTROU JEAN DE (1609-1650)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 511 mots

Le plus important, après Corneille, des dramaturges français dans les années qui précèdent 1650. Bien qu'il ait été victime d'une épidémie de fièvre pourprée alors qu'il avait à peine plus de quarante ans, il a écrit une cinquantaine de pièces dont trente-cinq ont été conservées. Cette abondance s'explique sans doute par sa précocité (à vingt ans, il fait jouer sa première pièce, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-rotrou/#i_86598

RUELLE, histoire littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 339 mots

Le xvi e siècle a connu des salons curieux de littérature, comme celui des dames des Roches. Mais avant le xviii e siècle, le salon comme pièce de réception n'existe que dans les palais. Au xvii e , c'est dans la « ruelle » (en fait, dans la cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruelle-histoire-litteraire/#i_86598

SAINT-AMANT MARC ANTOINE GIRARD DE (1594-1661)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 520 mots

Antoine Girard, dont le nom se gonflera peu à peu, naît à Quevilly près Rouen, dans une famille de marins. Son frère courra l'aventure à Java. Son père a navigué, puis est devenu armateur et possède des intérêts commerciaux dans une fabrique de verre. Il professe le protestantisme. Saint-Amant se flatte de n'avoir pas appris les langues anciennes. Il sait du moins l'italien, l'espagnol, l'anglais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-amant-marc-antoine-girard-de/#i_86598

SAINT-ÉVREMOND CHARLES DE MARGUETEL DE SAINT-DENIS DE (1614-1703)

  • Écrit par 
  • Jean THOMAS
  •  • 1 378 mots

Voici un cas hors du commun. Admiré en France et à l'étranger pour son esprit, son talent et l'originalité de sa pensée, Saint-Évremond est mort à un âge très avancé sans avoir pris la peine de faire imprimer aucun de ses nombreux ouvrages, qu'il abandonnait à ses amis, plus intéressé lui-même à bien vivre qu'à soutenir une réputation d'écrivain. Il est de ces auteurs dont on a pu dire qu'ils avai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-evremond-charles-de-marguetel-de-saint-denis-de/#i_86598

SALONS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Antoine LILTI
  •  • 6 529 mots

Dans le chapitre « Les écrivains et la bonne société. »  : […] Comme nous l'avons vu, au regard d'autres formes de sociabilité mondaine, une des grandes spécificités des salons parisiens est la place qu'y occupent les écrivains. Leur présence régulière et durable au sein de la bonne société a été souvent commentée par les historiens et a donné lieu à des interprétations divergentes. Doit-on considérer que les auteurs qui fréquentent les salons ne sont que des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-litteraires/#i_86598

SCARRON PAUL (1610-1660)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 335 mots

L'interprétation de l'œuvre de Scarron fut dominée, pendant deux siècles, par les préjugés d'une orthodoxie classique qui soumettait les œuvres littéraires à des exigences de « raison » et de « noblesse ». On comprend mieux aujourd'hui le véritable sens de ses livres, et on cesse de s'étonner que ce prétendu hérétique de la littérature ait eu, de son vivant même, l'estime et l'admiration des meill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-scarron/#i_86598

SCUDÉRY GEORGES DE (1601-1667)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 642 mots

Il n'est pas seulement le frère (et le collaborateur) de Madeleine, ou le matamore des lettres qu'on s'est plu à ridiculiser : c'est aussi un poète et un dramaturge apprécié de ses contemporains. Il quitte en 1630 une carrière militaire illustrée par cette retraite au pas de Suse qu'il vantera toute sa vie comme un exploit (sans être d'ailleurs, semble-t-il, démenti à l'époque), pour se fixer à Pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-scudery/#i_86598

SCUDÉRY MADELEINE DE (1607-1701)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 352 mots

Née au Havre, orpheline, Madeleine de Scudéry reçoit une éducation d'une solidité rare pour son sexe, qui contrebalance son goût précoce des romans, et elle se fixe à Paris. Sa laideur lui ôte l'espoir de s'y marier, mais son esprit et l'agrément de sa conversation lui ouvrent l'hôtel de Rambouillet. Elle se lie avec Mlle Paulet et avec Montausier, Chapelain, Conrart, Ménage, Godeau. Bientôt « Sap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madeleine-de-scudery/#i_86598

SÉVIGNÉ MADAME DE (1626-1696)

  • Écrit par 
  • Roger DUCHÊNE
  •  • 1 342 mots

M me de Sévigné a été célèbre en son temps comme femme d'esprit et comme mère passionnée, non comme épistolière hors du commun. Chacun, dans les salons, connaissait ses dons exceptionnels pour la conversation et ses trouvailles verbales. Mais ses correspondants seuls connaissaient sa rare aptitude à donner par écrit l'impression de la parole saisie sur le vif. La nouveaut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madame-de-sevigne/#i_86598

SOREL CHARLES (1599 ?-1674)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 384 mots

Bien qu'étant un professionnel de la littérature, Charles Sorel répugne à signer ses livres ou bien les signe de pseudonymes, si bien qu'« aujourd'hui encore il n'est pas possible de dresser un catalogue sûr de ses œuvres » (A. Adam). Grand liseur — ainsi qu'en témoigne, entre autres, sa remarquable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sorel/#i_86598

SURÉNA, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 054 mots

Dernière tragédie de Corneille (1606-1684), Suréna (1674) ne connut pas le succès à son époque : on ne voulut pas l'entendre et l'on croyait l'auteur trop vieux et dépassé. Pourtant, cette tragédie, longtemps oubliée, passe depuis peu pour un chef-d'œuvre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surena-pierre-corneille/#i_86598

TALLEMANT DES RÉAUX GÉDÉON (1619-1692)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 482 mots

Bien que sa famille fît partie de la grande bourgeoisie protestante et occupe une place importante dans le monde de la haute finance, Tallemant des Réaux a toujours préféré aux affaires la littérature, le monde et la compagnie des gens d'esprit. Il écrit des satires, des rondeaux, des épigrammes qu'il ne montre « qu'à ses plus particuliers amis » ; il annote l'œuvre de Voiture et rassemble dans de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gedeon-tallemant-des-reaux/#i_86598

LE TARTUFFE, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 477 mots
  •  • 1 média

Le 12 mai 1664, au dernier jour des Plaisirs de l'Ile enchantée , cette grande fête donnée dans les jardins de Versailles, Molière joua Le Tartuffe , ou l'imposteur , devant le roi. Dans cette comédie initialement en trois actes et qu'il remaniera ensuite, Molière s'était trop découvert en visant de prétendus faux dévots. Les vrai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tartuffe-moliere/#i_86598

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La dramaturgie classique : l'espace tragique »  : […] Joué avant d'être publié, en particulier au xvii e  siècle, le théâtre s'affirme comme un type de représentation où plusieurs praticiens s'affrontent, et rarement s'accordent : à côté des comédiens et des décorateurs, face au public qui considère avant tout que la séance de théâtre est un moment de sociabilité, les nouveaux auteurs-écrivains reve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_86598

LES TRAGIQUES, Théodore Agrippa d'Aubigné - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 826 mots

Les Tragiques parurent en 1616, longtemps après les événements qui les avaient inspirés. L'œuvre était signée d'un simple sigle : L.B.D.D. (« Le Bouc Du Désert »), traduisant bien l'éloignement que ressentait l'auteur, Agrippa d'Aubigné (1552-1630), calviniste ardent, pour le monde où il vivait. Ce long poème, commencé en 1577, conte l'épopée des guerres de religion. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-tragiques/#i_86598

TRISTAN L'HERMITE FRANÇOIS L'HERMITE dit (1601-1655)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 398 mots

Après une jeunesse errante et aventureuse qu'il a racontée — ou plutôt romancée — dans un récit curieux et attachant, Le Page disgracié (1642), Tristan l'Hermite entre vers 1621 au service de Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, qu'il quittera vingt-cinq ans plus tard pour suivre le duc de Guise. Il mourra pauvre et désenchanté, regrettant ses années de vaine servitude. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-l-hermite/#i_86598

TROIS DISCOURS SUR LE POÈME DRAMATIQUE, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 721 mots

Pierre Corneille (1606-1684) est peut-être le premier, en France, à se distinguer clairement de l'auteur employé-au-texte comme de l'auteur chef de troupe : il devient en effet l'« auteur dramatique » et, pour ce faire, établit sa légitimité sur plusieurs fronts. Pour s'affranchir du pouvoir des comédiens, il publie de plus en plus rapidement ses textes de théâtre et ainsi, légalement, se les réap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-discours-sur-le-poeme-dramatique/#i_86598

ANDROMAQUE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 991 mots

Après avoir polémiqué avec Port-Royal en défendant le théâtre dans un pamphlet anonyme ( Lettre à l'auteur des « Hérésies imaginaires » , 1666), Racine (1639-1699) conquiert la Cour. Henriette d'Angleterre, belle-sœur du roi, assiste aux lectures préliminaires d' Andromaque , les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne répètent avec l'auteur, et, le 17 novembr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andromaque/#i_86598

UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 516 mots

Observées dans certaines tragédies du xvi e  siècle, les unités d'action, de temps et de lieu sont posées comme règle par Jean de La Taille (1572), sous l'influence de la Poétique de Castelvetro (1570), qui emprunte les deux premières à Aristote. Mais le théâtre baroque fait triompher l'irrégularité dans la tragi-comédie, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-des-trois-unites-histoire-litteraire/#i_86598

URFÉ HONORÉ D' (1557-1625)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 567 mots

L'auteur de L'Astrée est né à Marseille ; son père est issu d'une ancienne famille du Forez, sa mère est apparentée à la maison ducale de Savoie, son oncle est gouverneur de la Provence. Honoré d'Urfé est d'abord élevé au château de la Bastie en Forez, puis à Paris au collège de Tournon. Encore tout jeune homme, il prend parti pour la Ligue et demeurera fidèle au duc de Nemo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-d-urfe/#i_86598

VIAU THÉOPHILE DE (1590-1626)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 482 mots

La phrase trop fameuse de Boileau : « Enfin Malherbe vint » a conduit l'ensemble de la critique, pendant plus de deux cents ans, à considérer le xvii e  siècle comme entièrement dominé par une orthodoxie classique fondée sur l'enseignement et l'exemple de Malherbe. Deux chiffres aujourd'hui connus permettent de mesurer combien cette vue était illu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile-de-viau/#i_86598

VOITURE VINCENT (1598-1648)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 238 mots

Fils d'un marchand de vin d'Amiens, Vincent Voiture acquiert au collège de Boncourt la protection du comte d'Avaux. Dans les années 1625-1627, il est accueilli à l'hôtel de Rambouillet, où il devient « l'âme du rond » ; il est d'autre part nommé introducteur des ambassadeurs auprès de Gaston d'Orléans dont les équipées l'entraînent, en de multiples pérégrinations, jusqu'au Maroc. Pourtant, il s'at […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincent-voiture/#i_86598

VRAISEMBLABLE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 647 mots

La règle de la vraisemblance — l'une des plus importantes et des plus générales de la doctrine classique — trouve sa source dans la Poétique d'Aristote : « Il est évident que l'œuvre du poète n'est pas de dire ce qui est arrivé, mais ce qui aurait pu arriver, ce qui était possible selon la nécessité ou la vraisemblance. » Le vrai est l'objet de l'historien, le possible, celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vraisemblable-esthetique/#i_86598

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick DANDREY, « FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/