Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

La littérature épistolaire et les mémoires

Pourfendu par Pascal, interrogé par Molière, idéalisé par Saint-Évremond, encensé par les précieux et les précieuses, cet idéal fait son chemin dans un genre littéraire abondamment pratiqué en un temps où les déplacements sont difficiles et la poste nouvellement organisée : l’épistolaire. Retiré en Charente, Guez de Balzac fondera dans ses Lettres destinées au public autant et plus qu’à ses correspondants les piliers de la réflexion critique moderne sur les normes et le goût du beau style : prélude aux réflexions sur les règles de la langue et du « bel usage » (Ménage, Vaugelas), aux entretiens sur le goût, la conversation, le bel esprit (Mlle de Scudéry, Bouhours), et à l’application qu’en font tant d’épistoliers et d’épistolières du xviie siècle, dont Voiture fut le plus spirituel, la princesse palatine la plus prolixe, et Mme de Sévigné l’emblème de la grâce, de l’enjouement et de la sensibilité.

Que cette dernière ait été à l’initiative des Mémoires du cardinal de Retz retiré des affaires et revivant par la médiation du récit à la première personne ses déboires politiques du temps de la Fronde, cela laisse imaginer quels liens existent entre ces genres périphériques que sont la correspondance, les mémoires, les maximes, les traités. Tous convergent vers une forme d’exercice de soi, une anatomie du cœur et des passions où l’auteur commence par se prendre pour objet dans un dialogue de soi avec soi. Le grand nombre des écrits mémoriels composés au xviie siècle par des gens d’épée (Bassompierre, La Rochefoucauld), des hommes politiques (Retz, Torcy), des femmes de pouvoir (Mlle de Montpensier, les sœurs Mancini) ou des courtisans (Bussy-Rabutin, Cosnac), ne fait pas oublier le plus brillant de tous les mémorialistes du Grand Siècle, le duc de Saint-Simon, même s’il écrivit au siècle suivant (entre 1739 et 1749) son œuvre à tout point de vue immense.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à la faculté des lettres de Sorbonne université

Classification

Pour citer cet article

Patrick DANDREY. FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s. [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMPHITRYON, Molière - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 504 mots
    • 1 média

    La seconde interdiction du Tartuffeen 1667contraint Molière à chercher un nouveau sujet de pièce. Il le puise dans la mythologie grecque et le théâtre latin en reprenant l'histoire d’Amphitryon, déjà traitée, entre autres, par Plaute (Amphitruo, 187 av. J.-C.) et, plus récemment,...

  • ANCIENS ET MODERNES

    • Écrit par Milovan STANIC, François TRÉMOLIÈRES
    • 5 024 mots
    • 4 médias
    ...querelle » des Anciens et des Modernes fut donc pour ceux qui la vécurent un débat très intense, virulent – et pas seulement une dispute entre érudits. Elle ne cesse, dans le dernier quart du xviie siècle, de prendre de l'ampleur. Boileau vole au secours de Phèdre (1676) – quitte à y reconnaître...
  • ARNAULD, ARNAULT ou ARNAUT LES

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 1 259 mots

    Famille originaire d'Auvergne, établie à Paris au milieu du xvie siècle, époque de sa première ascension et, sans doute, de son anoblissement. Gens de loi et de finances, hommes d'épée, hommes d'État s'y côtoient. Cependant c'est dans le domaine des lettres et surtout dans celui de la vie...

  • ARTS POÉTIQUES

    • Écrit par Alain MICHEL
    • 5 904 mots
    • 3 médias
    Le xviie et le xviiie siècles n'iront pas toujours aussi loin dans la réflexion sur la création littéraire. Le premier fait qui les caractérise est l'approfondissement du maniérisme. Avec Gracián ou Tesauro, celui-ci aboutit à sa forme extrême, qui ressemble fort aux ornementations du « plateresque...
  • Afficher les 135 références

Voir aussi