SCARRON PAUL (1610-1660)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'interprétation de l'œuvre de Scarron fut dominée, pendant deux siècles, par les préjugés d'une orthodoxie classique qui soumettait les œuvres littéraires à des exigences de « raison » et de « noblesse ». On comprend mieux aujourd'hui le véritable sens de ses livres, et on cesse de s'étonner que ce prétendu hérétique de la littérature ait eu, de son vivant même, l'estime et l'admiration des meilleurs esprits.

Un burlesque

Paul Scarron naquit à Paris. Sans briller par des dispositions particulières pour la piété, il entra dans les ordres, et vécut, de 1632 à 1640, au Mans, dans l'entourage intime de l'évêque. Il n'était pas précisément scandaleux, mais d'allures fort libres. En 1638, il fut atteint d'une terrible maladie qui finit par le rendre paralysé des jambes, de la colonne vertébrale et de la nuque. L'explication malveillante qui se présente d'abord à l'esprit n'est pourtant pas la plus probable. De retour à Paris, il vécut cloué sur sa chaise, mais entouré d'une élite d'amis du très grand monde, esprits libres et cultivés. En 1652, il épousa, pour lui éviter le couvent, une orpheline pauvre, celle-là même qui, bien plus tard, devait épouser Louis XIV et devenir Madame de Maintenon. Il mourut à Paris après des années de souffrances.

Scarron a joué un rôle décisif dans les destinées du genre burlesque en France. Son Recueil de quelques vers burlesques, en 1643, fut exactement l'origine d'une vogue qui fut immense. Puis il publia Le Typhon (1644), première en date des épopées burlesques françaises. De 1648 à 1652, il fit paraître le Virgile travesti.

Ces faits bien établis ont besoin d'être interprétés. Le burlesque, tel que le conçoit Scarron, n'est pas du tout, comme le croyait Sainte-Beuve, un antidote aux excès du style « précieux ». Il n'exprime pas non plus une complaisance pour la vulgarité et la bassesse. Au niveau le plus profond, il se relie à cette conception de la poésie, si puissante au xviie siècle, mais si méconnue des historiens, qu'on peut appeler une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  SCARRON PAUL (1610-1660)  » est également traité dans :

LE ROMAN COMIQUE, Paul Scarron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 123 mots

Ex-abbé galant devenu libertin parisien difforme (une tuberculose osseuse eut raison de son apparence), Paul Scarron (1610-1660) cultive le genre burlesque. Proche de la Fronde, puis protégé de Fouquet, enfin époux de Françoise d'Aubigné – future marquise de Maintenon, épouse morganatique de Louis XIV –, il accumule les déconvenues. Mais il a la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-comique/#i_39581

BURLESQUE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 809 mots

Mode littéraire qui a fait fureur en France au xviie siècle pendant une dizaine d'années (env. 1643-1653). À genre nouveau, mot nouveau : le terme lui-même est emprunté à l'italien et introduit dans la langue (ou plutôt réintroduit, car il avait déjà été employé, mais avec un sens différent) par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burlesque-esthetique/#i_39581

COMÉDIE DE CAPE ET D'ÉPÉE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 362 mots

Genre dramatique fidèlement adapté de la comedia de capa y espada espagnole qui a connu, de 1640 environ à 1656, une grande vogue en France. Les auteurs français — d'Ouville, l'initiateur du genre (L'Esprit folet, La Dame suivante), Scarron (Jodelet ou le Valet maître […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-de-cape-et-d-epee/#i_39581

MAINTENON FRANÇOISE D'AUBIGNÉ marquise de (1635-1719)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 546 mots

Petite-fille du grand poète protestant dont elle porte le nom, Françoise d'Aubigné naquit à la prison de Niort où son père, un débauché, purgeait une peine pour faux monnayage. Baptisée selon le culte catholique, elle reçoit l'éducation huguenote de sa tante madame de Villette qu'elle retrouve en 1647, après un séjour de six ans à la Martinique où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-d-maintenon/#i_39581

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine ADAM, « SCARRON PAUL - (1610-1660) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-scarron/