Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

L’éloquence et la foi

Sinon face à eux, du moins sur le pôle opposé, celui de la foi ardente et agissante en ce siècle qui court entre l’édit de Nantes (1598) et sa révocation (1685), on ne compte plus les apologistes, les prédicateurs et les pasteurs des âmes, dont certains ont laissé une œuvre entrée en littérature, alors qu’ils n’aspiraient qu’à faire entrer en meilleure religion leurs auditeurs. Théologien, précepteur, penseur politique et historien de l’aventure humaine, Bossuet concentre la plus haute et fulgurante poésie oratoire dans ses sermons et ses oraisons funèbres. Il est plus modestement entouré par Bourdaloue, Fléchier ou Massillon. Ses combats avec les quiétistes (Fénelon), les protestants (Jurieu), les libertins (« conversion » de Condé), les amateurs de théâtre (le père Caffaro) ou les ultramontains (déclaration de Quatre Articles affirmant l’autonomie de l’Église gallicane par rapport à Rome) donnent une idée des domaines nombreux où la foi, la pensée et l’écriture furent alors engagées dans des controverses et des polémiques dont quelques-uns des débatteurs ont conquis aujourd’hui le statut d’écrivains ou de penseurs.

Ainsi les jansénistes, que par exception Bossuet a épargnés, ont-ils fait du couvent de Port-Royal une pépinière de prosateurs et parfois de poètes, inégaux, mais nullement indifférents, même si les plus brillants de ces écrivains malgré eux, aux talents divers et singuliers, comme Saint-Cyran, Arnauld ou Nicole, n’atteignent pas au génie universel de Pascal, incisif et fulminant dans la polémique (Les Provinciales), visionnaire et fulgurant dans l’apologétique (les Pensées). Que Pascal ait choisi dans sa polémique avec les Jésuites sur la question de la grâce et du salut individuel, un sujet débattu en Sorbonne, la fiction de lettres adressées par un mondain non prévenu à un père jésuite de ses amis montre l’interférence entre les pôles du moi, de la société et de Dieu dans la littérature d’alors. Les Pensées n’eurent-elles pas pour projet avoué de convertir des chrétiens « tièdes » liés d’amitié avec Pascal comme Mitton ou le chevalier de Méré, théoriciens de l’honnêteté dans le sillage une fois encore de Montaigne, et héritiers plus lointains des réflexions de l’Italien Baldassarre Castiglione, dont le Livre du courtisan (1528) avait fixé les normes de l’esprit de société, de civilité et d’élégance porté à hauteur d’idéal individuel par une partie de la littérature du Grand Siècle ?

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à la faculté des lettres de Sorbonne université

Classification

Pour citer cet article

Patrick DANDREY. FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s. [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMPHITRYON, Molière - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 504 mots
    • 1 média

    La seconde interdiction du Tartuffeen 1667contraint Molière à chercher un nouveau sujet de pièce. Il le puise dans la mythologie grecque et le théâtre latin en reprenant l'histoire d’Amphitryon, déjà traitée, entre autres, par Plaute (Amphitruo, 187 av. J.-C.) et, plus récemment,...

  • ANCIENS ET MODERNES

    • Écrit par Milovan STANIC, François TRÉMOLIÈRES
    • 5 024 mots
    • 4 médias
    ...querelle » des Anciens et des Modernes fut donc pour ceux qui la vécurent un débat très intense, virulent – et pas seulement une dispute entre érudits. Elle ne cesse, dans le dernier quart du xviie siècle, de prendre de l'ampleur. Boileau vole au secours de Phèdre (1676) – quitte à y reconnaître...
  • ARNAULD, ARNAULT ou ARNAUT LES

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 1 259 mots

    Famille originaire d'Auvergne, établie à Paris au milieu du xvie siècle, époque de sa première ascension et, sans doute, de son anoblissement. Gens de loi et de finances, hommes d'épée, hommes d'État s'y côtoient. Cependant c'est dans le domaine des lettres et surtout dans celui de la vie...

  • ARTS POÉTIQUES

    • Écrit par Alain MICHEL
    • 5 904 mots
    • 3 médias
    Le xviie et le xviiie siècles n'iront pas toujours aussi loin dans la réflexion sur la création littéraire. Le premier fait qui les caractérise est l'approfondissement du maniérisme. Avec Gracián ou Tesauro, celui-ci aboutit à sa forme extrême, qui ressemble fort aux ornementations du « plateresque...
  • Afficher les 135 références

Voir aussi