PRÉCIOSITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La préciosité, entendue au sens le plus strict, c'est-à-dire historique, originel en quelque sorte, s'est épanouie en France au cours de la période de 1650 à 1660, qui a pu, à juste titre, être appelée la « poussée précieuse ». Les précieux et les précieuses au temps de Mlle de Scudéry et de l'abbé de Pure ont été les premiers à porter ce nom et restent les seuls, au fond, qui doivent le conserver. Car, hors de là, l'épithète, louangeuse ou péjorative, ressortit à la langue de la critique et, se détachant du contexte et des réalités historiques où elle est née et où elle a pris sa pleine et authentique signification, devient une qualification esthétique ou morale aux critères mal définis.

Apparences et caricatures

On se fonde, pour dater l'apparition des précieuses, sur une lettre du chevalier Renaud de Sévigné à Christine de France, duchesse de Savoie, le 3 avril 1654 : « Il y a une nature de filles et de femmes à Paris que l'on nomme « précieuses », qui ont un jargon et des mines, avec un démanchement merveilleux : l'on en a fait une carte pour naviguer en leur pays. » Dès lors, on trouve de nombreuses allusions à la mode du jour sous la plume de nouvellistes ou de pamphlétaires, plus soucieux, il est vrai, de bizarrerie ou de polémique que d'objectivité. On fait des airs et des vaudevilles, des chansons, des comédies, des ballets pour tourner en ridicule la « secte façonnière ». Mais quel crédit accorder à de tels portraits qui accablent les victimes sous la charge et la caricature ? Il convient de rectifier ces données partiales par les renseignements que nous fournissent des textes fort divers : citons notamment les Epistres de Scarron, la Nouvelle allégorique de Furetière, les Lettres de Mme de Sévigné, les Mémoires et la Carte du pays de Braquerie de Bussy-Rabutin, les Satires et le Dialogue des héros de roman de Boileau, les Entretiens d'Ariste et d'Eugène du père Bouhours, les Œuvres de Saint-Évremond, les Mémoires de Mlle de Montpensier et son Histoire de la princesse de Paphlagonie, l'Académie des femmes de Samuel Chappuzeau, les Œuvres de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRÉCIOSITÉ  » est également traité dans :

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'artifice et le naturel »  : […] Le xvii e et le xviii e siècles n'iront pas toujours aussi loin dans la réflexion sur la création littéraire. Le premier fait qui les caractérise est l'approfondissement du maniérisme. Avec Gracián ou Tesauro, celui-ci aboutit à sa forme extrême, qui ressemble fort aux ornementations du « plateresque » espagnol. En matière de langage, on parle essentiellement de pointes et de concetti à travers […] Lire la suite

L'ASTRÉE, Honoré d'Urfé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 519 mots

Dans le chapitre « Amour-amitié contre amour-passion »  : […] La structure adoptée par Honoré d'Urfé va devenir la règle durant plus de cinquante ans : cinq volumes (les cinq actes d'une tragi-comédie pastorale), douze livres par actes (douze scènes), des monologues lyriques, des débats psychologiques, un écoulement ralenti du temps, une action-cadre longue (l'histoire de l'amour entre Astrée et Céladon, doublée de celle de Diane et de Silvandre), des récits […] Lire la suite

BALZAC JEAN-LOUIS GUEZ DE (1595 env.-1654)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 660 mots

Le maître de la littérature épistolaire et l'un des créateurs de la prose classique dans la première moitié du xvii e siècle. Balzac met d'abord sa plume au service du duc d'Épernon et tente de jouer lui-même un rôle politique. Ses ambitions sont vite déçues et, après un séjour à Rome, il se retire dans sa province natale, devenant (surtout à partir de 1628) « l'ermite de la Charente ». C'est com […] Lire la suite

BENSÉRADE ISAAC DE ou ISAAC (1612-1691)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 379 mots

Originaire de Normandie, Isaac Bensérade vient chercher fortune à Paris et plaît immédiatement à Richelieu. Il s'intéresse d'abord au théâtre (et à une comédienne, la Bellerose) et fait jouer sans grand succès cinq pièces, dont Cléopâtre . À la mort de Richelieu, il gagne la faveur de Mazarin et de la reine, ce qui lui vaut de fort belles pensions. Il a peu de savoir, mais beaucoup d'esprit et dev […] Lire la suite

BOUHOURS DOMINIQUE (1628-1702)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 277 mots

Le plus « honnête homme » de la Compagnie de Jésus, et le plus estimé dans le monde, malgré une formation théologique, reçue à Bourges, et une carrière enseignante, commencée à Tours, puis vouée à des préceptorats flatteurs. L'éducation des jeunes princes de Longueville, celle de Seignelay, fils de Colbert, après un séjour à Dunkerque comme aumônier de garnison, assurent sa réputation. Fixé au col […] Lire la suite

BRÉBEUF GEORGES DE (1617-1661)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 357 mots

Poète français, issu d'une famille de vieille noblesse normande. Pauvre et malade, ombrageux, instable et exalté, Brébeuf est doué d'une sensibilité inquiète, et porté à la mélancolie. Longtemps, en dépit du succès obtenu par la libre traduction qu'il donne de La Pharsale de Lucain (1653), ses ambitions et ses espérances restent déçues, quand enfin il trouve un protecteur en Fouquet ; mais il n'a […] Lire la suite

CHAPELAIN JEAN (1595-1674)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 369 mots

Fils d'un notaire parisien, Jean Chapelain abandonne des études de médecine pour entrer comme précepteur chez le marquis de La Trousse, dont il administrera longtemps les biens. Célibataire, il vit avec une économie que ses adversaires taxent de ladrerie, de même qu'ils brocardent sa mise peu soignée. Il nourrit, il est vrai, une seule passion, le savoir, et a pour seul luxe sa bibliothèque (4 000 […] Lire la suite

CHASSIGNET JEAN-BAPTISTE (1570?-? 1635)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 152 mots

L'œuvre de ce Franc-Comtois est un des trésors oubliés qu'ont exhumés les recherches entreprises depuis la Seconde Guerre mondiale sur la littérature baroque en France. Fils d'un médecin de Besançon, il poursuit à Dôle des études juridiques qui le mènent à une carrière d'avocat fiscal à Gray. Attaché à sa province, il publie des travaux d'histoire locale. Mais, dès l'âge de vingt-quatre ans, il a […] Lire la suite

CONCEPTISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 375 mots

De l'espagnol conceptismo . Le trait, la pointe, la saillie, le mot d'esprit, alliant le paradoxe de l'ambiguïté, le brillant à l'inattendu, l'hermétisme à la profondeur, voilà ce qui caractérise le conceptisme, qui joue avec l'idée ou le vocable à la différence du cultisme (ou cultéranisme ) qui complique à plaisir l'énoncé ou la syntaxe. Fondé sur la croyance d'une relation d'analogie entre les […] Lire la suite

COTIN abbé CHARLES (1604-1682)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 203 mots

Né et mort à Paris, académicien, conseiller et aumônier du roi. Nul n'ignore, grâce à Boileau, que Cotin a prêché. À travers Trissotin, on le connaît encore mieux comme auteur prétentieux de poésies galantes, énigmes, etc., et comme adversaire pédant de Ménage. Il fréquente effectivement l'hôtel de Rambouillet et d'autres salons, dont celui de la Grande Mademoiselle, produit des volumes de Poésie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger LATHUILLÈRE, « PRÉCIOSITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/preciosite/