MOLIÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier titre de célébrité de Molière réside dans la trentaine de pièces de théâtre qu’il a composées entre 1655 et 1673, et dont certaines font partie des œuvres les plus jouées du répertoire occidental. Mais l’auteur de théâtre au succès phénoménal est également l’un des comédiens les plus renommés de son temps, qui a profondément renouvelé le jeu comique. Et ce même comédien de génie s’est affirmé comme un entrepreneur de spectacles hors pair qui, placé à la tête d’une troupe, a su opérer les choix décisifs pour en faire le lieu de divertissement le plus prisé de son temps. Sur tous les plans, l’homme de théâtre Molière peut se targuer d’une réussite prodigieuse, comme il en existe peu dans l’histoire du spectacle.

Le phénomène est unique à son époque, qui l’a parfaitement perçu, décrit et célébré en tant que tel. Molière n’est pas le seul comédien auteur que la France du xviie siècle a connu (même s’il établit sur ce point un modèle que les concurrents s’efforceront d’imiter). Mais ses contemporains sont frappés par cette concentration de talents exceptionnelle, amplifiée par une extraordinaire capacité d’adaptation aux circonstances, qui amène celui qui n’est à l’origine qu’un professionnel du théâtre parmi d’autres, à devenir, sur le tard, l’entertainer de référence du royaume et à fréquenter les cercles les plus élevés du pouvoir, souverain en tête : ascension vertigineuse, qui se concrétise ultimement dans une grande opulence matérielle, ainsi que l’atteste son inventaire après décès.

Mais le cas Molière s’avère aussi exceptionnel dans l’histoire du théâtre, en raison de la qualité de la documentation dont nous disposons. Certes aucun écrit autographe de Molière, à l’exception de quelques signatures, ne nous est parvenu, conformément à ce qui est la norme pour les auteurs du xviie siècle. En revanche, d’autres sources, à la fois substantielles et détaillées, permettent de nous faire une idée assez précise de l’individu et de son activité. Non seulement les pièces composées par Molière ont été, pour la plupart, imprimées après avoir été jouées, ce qui nous permet de connaître assez précisément le contenu des spectacles, mais en outre l’activité du comédien auteur a fait l’objet de nombreux commentaires à son époque, lesquels ont nourri des publications consacrées à un individu perçu par ses contemporains comme une vedette. À cela s’ajoute le fait que les événements principaux marquant la vie de la troupe, ainsi que les décomptes précis des revenus acquis lors des représentations, nous sont connus au travers d’un document exceptionnel, le Registre que le comédien La Grange a mis au net en se fondant sur les livres de comptes et sur ses souvenirs personnels. Aucune troupe théâtrale du xviie siècle n’a laissé un compte rendu aussi détaillé de son activité.

Une carrière théâtrale

La vie de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, né à Paris le 15 janvier 1622, s’inscrit tout entière sous le signe du théâtre. Certes, il n’est pas issu d’une lignée de comédiens, comme le sont parfois les professionnels de la scène à cette époque. Il provient des milieux de service de la cour (son père détient la charge de valet de chambre-tapissier du roi, qui consiste à veiller aux fournitures des appartements du souverain). Sa culture familiale l’a néanmoins fait bénéficier d’une solide connaissance des goûts dominants au sein de l’élite sociale et lui a inculqué l’esprit d’entreprise caractéristique du « capitalisme de charges » propre à son milieu. Il n’est donc pas surprenant qu’il se lance dans la carrière théâtrale, alors même que, comme le dit un contemporain, « il eût assez de bien pour vivre honorablement dans le monde » (Donneau de Visé, Les Nouvelles Nouvelles, 1663).

Cette carrière se déroule en trois phases. Elle débute en 1643 quand le jeune Jean-Baptiste Poquelin, âgé d’à peine plus de vingt ans, s’associe à la famille Béjart, avec qui il fonde une troupe dénommée L’Illustre-Théâtre, et prend le nom de Molière, évoquant un élément de la réalité champêtre ‒ une carrière de meules – conformément à la tradition bucolique que cultivent les comédiens dans le choix de leurs noms de scène. Contrairement à la majorité des troupes de l’époque, celle-ci ne se propose pas de fonctionner sur le mode itinérant, mais s’établit, moyennant [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Molière (1622-1673) dans le rôle de César de La Mort de Pompée de Corneille, N. Mignard

Molière (1622-1673) dans le rôle de César de La Mort de Pompée de Corneille, N. Mignard
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

La Princesse d’Élide, Molière et Lully

La Princesse d’Élide, Molière et Lully
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Le Bourgeois gentilhomme de Molière, mise en scène de B. Lazar

Le Bourgeois gentilhomme de Molière, mise en scène de B. Lazar
Crédits : Pascal Victor/ ArtComPress/ opale.photo

photographie

Farceurs français et italiens, anonyme

Farceurs français et italiens, anonyme
Crédits : Art Media/ Print Collector/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Fribourg

Classification

Autres références

«  MOLIÈRE (1622-1673)  » est également traité dans :

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans la longue tradition de la littérature comique, qui naît avec Aristophane et qui n'a cessé de se développer depuis la Grèce classique jusqu'au xxe siècle, le nom de Molière figure parmi les plus grands. Il n'est pas question […] Lire la suite

MOLIÈRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 320 mots

15 janvier 1622 Baptême de Jean-Baptiste Poquelin en l'église Saint-Eustache à Paris.1636 Études chez les jésuites au collège de Clermont. Se prépare à devenir avocat.1643 Molière fonde avec les Béjart la troupe de l'Illustre-Théâtre.1644 Liaison amoureuse de […] Lire la suite

AMPHITRYON (mise en scène C. Rauck)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 987 mots
  •  • 1 média

Amphitryon est l’une des comédies les mieux ciselées de Molière. Inspirée de Plaute, elle nous reconduit aux temps anciens de la Grèce, lorsque les dieux couvaient les hommes d’un regard jaloux.Victorieux d’Athènes, le valeureux Amphitryon s’apprête à regagn […] Lire la suite

LES FEMMES SAVANTES, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 683 mots
  •  • 1 média

Avant-dernière comédie de Molière (1622-1673), Les Femmes savantes font écho aux Précieuses ridicules (1659) qui ont ouvert la carrière parisienne de l'auteur. Sur le même motif (les femmes et leur volonté de prétendre au savoir et à l'art dans une société de salon), […] Lire la suite

DOM JUAN (mise en scène B. Jaques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 003 mots

À travers sa mise en scène d'Elvire Jouvet 40, d'après les carnets de travail de Louis Jouvet, Brigitte Jaques s'était intéressée au Dom Juan de Molière, aux rôles et à la manière de les dire. Cette fois, sans abandonner le travail de l'acte […] Lire la suite

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 132 mots
  •  • 1 média

Le 15 février 1665, Molière (1622-1673) donne Dom Juan, une comédie fort dangereuse, à la suite de Tartuffe qui venait d'être interdit. Quinze jours après la première, les pressions de toutes sortes et la prudence font que l'écrivain retire sa pièce : Le Festin de pierre, cette version originale qui […] Lire la suite

L'ÉCOLE DES FEMMES, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 274 mots

Après le succès de L'École des maris (1661), Molière (1622-1673) décide de reprendre la même intrigue : une jeune fille échappe à son tuteur, un barbon, pour épouser un jeune homme qu'elle aime et dont elle est aimée. Le naturel et l'innocence triomphent du pouvoir et de l'argent. La farce venue de la […] Lire la suite

L'ÉCOLE DES FEMMES (mise en scène J. Lassalle)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 113 mots

L'École des femmes, de Molière. À peine a-t-on prononcé ces quelques mots que tout se met en place. Le premier combat de Molière travesti en Arnolphe, les Maximes du mariage comme passage obligé du tyran domestique, le jeu des quiproquos. Et une pièce jugée éclatante, une comédie […] Lire la suite

LES FOURBERIES DE SCAPIN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 203 mots

Comédie en trois actes créée en 1671 au théâtre du Palais-Royal à Paris, Les Fourberies de Scapin semblent reprendre à leur compte, avec virtuosité, les tours et les figures de la comédie latine, puis italienne. D'antiques problèmes, que Molière (1622-1673) […] Lire la suite

LES FOURBERIES DE SCAPIN (mise en scène J.-L. Benoit)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 349 mots

« Dans ce sac ridicule où Scapin s'enveloppe, /Je ne reconnais plus l'auteur du Misanthrope. » (Boileau, Art poétique). On a souvent tort de s'en remettre aveuglément à Boileau en matière de comédie. Son jugement sur Les Fourberies a une fois pour toutes instal […] Lire la suite

LE MALADE IMAGINAIRE, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 712 mots
  •  • 1 média

Le Malade imaginaire, créé le 10 février 1673 au théâtre du Palais-Royal,est la dernière pièce de Molière (1622-1673), celui-ci, par une tragique superposition de la réalité et de la fiction, mourant juste après la quatrième représentation, le 17 février. Il s’agit d’une comédie-ballet compos […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude BOURQUI, « MOLIÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/