LYRISME

Médias de l’article

Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, Enku

Portrait de Kakinomoto no Hitomaro, Enku
Crédits : M. De Fraeye/ AKG

photographie

Lamartine

Lamartine
Crédits : Hulton Getty

photographie


La notion de lyrisme unit traditionnellement la poésie au chant. Ce terme doit en effet son nom à la lyre dont les accords harmonieux accompagnaient dans l'Antiquité les compositions des aèdes. Associé à la figure d'Apollon ou d'Orphée, cet instrument pacificateur devint le symbole de l'inspiration poétique et des pouvoirs du poète : suspendre le temps, calmer les souffrances, apprivoiser la mort... Issu de la langue grecque, l'adjectif « lyrique » apparaît en français au xvie siècle, et se répand largement dans toutes les langues européennes. Plus tardif, le néologisme « lyrisme » date du début du xixe siècle : il semble qu'il vienne traduire l'hégémonie romantique du genre lyrique, voire l'identification complète de la poésie à sa part la plus subjective. Pourtant, le lyrisme ne saurait se réduire à la seule catégorie de l'expression personnelle du poète. S'il se nourrit d'intimité, l'altérité le travaille. S'il articule une voix toute personnelle, c'est souvent pour y faire entendre l'épreuve de l'impersonnalité même. En fait, le lyrisme associe étroitement trois données : la subjectivité, le chant et l'idéalité.

Subjectif, le lyrisme prête voix au contenu sentimental de l'existence du sujet. Le poète lyrique est par excellence celui qui dit « je ». Sa parole se distingue par là de celle du poète dramatique et du poète épique. Expressive, elle tient d'abord du cri, mais s'attache à idéaliser une émotion intime et immédiate, au moyen d'un développement harmonieux.

Chantant et mélodieux, le lyrisme recherche l'harmonie. Il privilégie les valeurs musicales du langage. Son moyen d'expression privilégié est donc le vers, dont il a contribué à faire évoluer les formes. Les aspects du texte lyrique se sont modifiés à mesure que changeait le statut du sujet dans l'histoire, ainsi que son rapport au monde, au langage, aux œuvres du passé et à lui-même.

Idéal, le lyrisme sublime le contenu de la vie affective du sujet, avec le secours de la musique et des images. Il a vocation à l'éloge et à la célébrat [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  LYRISME  » est également traité dans :

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 258 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Au temps du muet »  : […] Wilhelm Murnau, le cinéma semble partager avec l'opéra, et cela dans sa forme même, une vocation et un style lyriques. Ainsi le musicologue Carlo Piccardi note, dans Cinémémoire : films retrouvés, films restaurés (1991) : « La récitation dans les films muets ne se déroulait pas au rythme de la déclaration des mots mais bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-opera/#i_197

ÉLÉGIE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 796 mots

Ce petit genre poétique, d'abord caractérisé uniquement par l'emploi d'une forme métrique, le distique élégiaque, s'est spécialisé chez les Latins dans un « lyrisme modéré et fleuri » faisant « la plus large part aux émotions personnelles du poète » (J. Bayet). On a continué, dans les littératures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elegie/#i_197

HORACE (-65--8)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 3 202 mots

Dans le chapitre « Le lyrisme comme style de vie »  : […] De catastrophes en convulsions, l'antique république romaine s'acheminait cependant à une métamorphose. Chacun comprit que l'essentiel était acquis le jour où le jeune Octave remporta sur les forces d'Antoine et de Cléopâtre une victoire décisive (bataille d'Actium, 2 septembre 31). Il est peu d'événements historiques qui, dans la littérature, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horace-65-8/#i_197

JEAN DE LA CROIX (1542-1591)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Bernard SESÉ
  •  • 3 742 mots

Dans le chapitre « Les poèmes »  : […] Selon la tradition, Jean de la Croix aurait écrit les premiers vers du Cantique spirituel sous le choc de l'émotion qu'il aurait éprouvée, alors qu'il était enfermé au couvent de Tolède (déc. 1577-mi-août 1578) en entendant chanter un refrain d'amour : « Muérome de amores, / Carillo, ¿ qué haré ? / Que te mueras, ¡ alahé ! » (« […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-croix/#i_197

LYRE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 639 mots

Il est à peine besoin de rappeler que la lyre a engendré dans la langue courante deux sens figurés et connexes. Instrument privilégié pour accompagner le chant, elle finit par imposer son nom à toute musique chantée : c'est en ce sens qu'on parle d'art lyrique, de spectacles ou de théâtres lyriques. Ensuite, le chant et la poésie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyre-litterature/#i_197

ODE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 883 mots
  •  • 1 média

L'ode est une forme. Pour une fois, l'étymologie correspond à la réalité de sens (ôdè, chant) et nous renvoie naturellement aux anciennes manifestations de la poésie en Occident, c'est-à-dire au lyrisme grec. Le lyrisme, on le sait, est un chant fait de couplets, accompagné de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ode-genre-litteraire/#i_197

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 893 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Hermès celui des moutons d'Arcadie. Mais celui-ci, d'après l'Hymne à Hermès, est l'inventeur de la lyre, qu'il offrit à son frère pour prix de ses « vaches immortelles ». Apollon garda les troupeaux de Laomédon (Iliade, XXI, 448) et ceux d'Admète en jouant de la flûte (Alceste d'Euripide). D'autres personnages […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastorale-genre-litteraire/#i_197

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question du lyrisme »  : […] comme dans la réflexion philosophique. On a pu ainsi parler en France d'un renouveau du lyrisme, qui avait été longtemps proscrit comme poétiquement et politiquement incorrect. Il correspondait à un certain essoufflement de la dynamique des avant-gardes, qui, à force de surenchère dans la transgression et l'expérimentation, avait fini par tourner à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_197

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Michel MAULPOIX, Jamel Eddine BENCHEIKH, Jean-Pierre DIÉNY, René SIEFFERT, Vincent MONTEIL, « LYRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/