THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Joséphine Baker

Joséphine Baker
Crédits : Hulton Getty

photographie

Anna Pavlova

Anna Pavlova
Crédits : James Abbe/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Un haut lieu de la création artistique

La volonté artistique d’Astruc d’unir faste et avant-garde fait du Théâtre des Champs-Élysées un lieu de tradition autant que de modernité : l’inauguration avec Benvenuto Cellini d’Hector Berlioz le 31 mars 1913 et le concert du 2 avril célébrant Camille Saint-Saëns, Claude Debussy, Paul Dukas, Vincent d’Indy et Emmanuel Chabrier en témoignent. Mais c’est la saison russe, confiée aux Ballets russes de Serge de Diaghilev, qui marque définitivement le théâtre du sceau de la modernité. Le 29 mai, la création du Sacre du printemps d’Igor Stravinski, dans une chorégraphie de Vaslav Nijinski, et sous la baguette de Pierre Monteux, déclenche un des scandales les plus retentissants de l’histoire de la musique, qui n’aura d’équivalent qu’à la création, dans la même salle, de Déserts d’Edgar Varèse, le 2 décembre 1954. Mais si nombre d’autres représentations secouent l’auguste salle, comme la première parisienne de Chronochromie d’Olivier Messiaen en 1962, les triomphes y sont multiples. Car le niveau de la première saison, qui s’achève le 6 novembre 1913 avec Boris Godounov de Modest Moussorgski interprété par Fiodor Chaliapine, est très élevé. Mais, pour Gabriel Astruc, cette première saison sera la dernière : il est ruiné.

On parle de démolition. Le Théâtre des Champs-Élysées n’en survit pas moins pendant quinze ans, entre l’éclat (les tournées du Boston Opera Company et du Covent Garden de Londres en 1914), le silence des années de guerre, et les productions de ballets (dont la Revue nègre avec Joséphine Baker) qui dominent les années 1920.

Joséphine Baker

Joséphine Baker

Photographie

Joséphine Baker (1906-1975) est arrivée à Paris avec une troupe américaine qui présentait la Revue nègre au théâtre des Champs-Élysées, en 1925. Elle s'établit en France pour y mener sa carrière de meneuse de revue, de chanteuse et d'actrice. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La gloire renaît avec une richissime cantatrice américaine, Ganna Walska, qui [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES  » est également traité dans :

PERRET AUGUSTE (1874-1954)

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 1 656 mots

Dans le chapitre « Une esthétique du béton armé »  : […] Avec le garage de la rue Ponthieu (1906), Perret accuse l'expression du béton apparent par un dessin classique de l'ossature. Le Théâtre des Champs-Élysées (1911-1913) donnera au matériau ses lettres de noblesse. Comme l'explique Perret, toutes les dispositions de cet édifice sont déduites de sa carcasse en béton armé. Cette structure offre aux artistes chargés de la décorer (Antoine Bourdelle, M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perret-auguste-1874-1954/#i_55467

LE SACRE DU PRINTEMPS (I. Stravinski)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 240 mots

La création du Sacre du printemps , le 29 mai 1913, au théâtre des Champs-Élysées, à Paris, a donné lieu à l'un des plus fameux scandales de l'histoire de la musique, empoignades entre les spectateurs, sifflets et hurlements couvrant la musique. Alors que la comtesse de Pourtalès déplorait qu'on lui manque de respect pour la première fois de sa vie, Ravel criait au génie. Ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacre-du-printemps/#i_55467

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre FLINOIS, « THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-des-champs-elysees/