DEBUSSY CLAUDE(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Debussy, L'Enfant prodigue

Debussy, L'Enfant prodigue
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Debussy, Quatuor à cordes

Debussy, Quatuor à cordes
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Debussy, Prélude à l'après-midi d'un faune

Debussy, Prélude à l'après-midi d'un faune
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Debussy, Trois Chansons de Bilitis

Debussy, Trois Chansons de Bilitis
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Tous les médias


22 août 1862 Achille-Claude Debussy naît à Saint-Germain-en-Laye.

1884 Debussy remporte le prix de Rome avec sa cantate L'Enfant prodigue, « scène lyrique pour soprano, baryton et ténor avec orchestre » (L 57).

Debussy, L'Enfant prodigue

Debussy, L'Enfant prodigue

Son

L'Enfant prodigue, «scène lyrique pour soprano, baryton et ténor avec orchestre», L.57: «L'année en vain chasse l'année» Interprétation: Ninon Vallin, soprano (enregistré en 1932). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

29 décembre 1893 Le Quatuor à cordes en sol mineur (opus 10, L 85) est créé à Paris, à la Société nationale de musique, par le Quatuor Ysäye.

Debussy, Quatuor à cordes

Debussy, Quatuor à cordes

Son

Deuxième mouvement, Assez vif et bien rythmé, du Quatuor à cordes en sol mineur, opus.10, L.85 Interprétation: Quatuor Capet (Lucien Capet, premier violon, Maurice Hewitt, second violon, Henri Benoît, alto, Camille Delobelle, violoncelle) [enregistré en 1928]. 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

22 décembre 1894 Prélude à l'après-midi d'un faune, pour orchestre (L 86), librement inspiré d'un poème de Stéphane Mallarmé, est créé à Paris, à la Société nationale de musique, sous la direction de Gustave Doret ; cette œuvre ouvre une nouvelle ère de l'écriture pour orchestre où le raffinement des timbres et la sensualité harmonique supplantent les formes et les développements classiques.

Debussy, Prélude à l'après-midi d'un faune

Debussy, Prélude à l'après-midi d'un faune

Son

Prélude à l'après-midi d'un faune, pour orchestre, L.86: thème principal Interprétation: Philharmonia Orchestra, direction Igor Markevitch (enregistré en 1954). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

17 mars 1900 Les Trois Chansons de Bilitis (L 90), sur des poèmes de Pierre Loüys (La Flûte de pan : Pour le jour des Hyacinthies ; La Chevelure : Il m'a dit « Cette nuit j'ai rêvé » ; Le Tombeau des Naïades : Le long du bois couvert de givre) sont créées à Paris, à la Société nationale de musique (ancienne salle Pleyel), par Blanche Marot et le compositeur. Dans ce triptyque, Debussy commence à cultiver l'art du non-dit, de la suggestion : c'est ici qu'il se montre le plus proche du courant symboliste.

Debussy, Trois Chansons de Bilitis

Debussy, Trois Chansons de Bilitis

Son

Trois Chansons de Bilitis, L.90: La Chevelure: Il m'a dit «Cette nuit j'ai rêvé» Interprétation: Maggie Teyte, soprano, Alfred Cortot, piano (enregistré en 1936). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

30 avril 1902 Pelléas et Mélisande (L 88), drame lyrique en cinq actes de Debussy sur un texte de Maurice Maeterlinck (1892), est créé à l'Opéra-Comique (salle Favart) à Paris, sous la direction d'André Messager, avec la cantatrice écossaise Mary Garden dans le rôle de Mélisande. Par l'absence d'airs et d'ensembles obligés, l'osmose parfaite entre le texte et la musique, la continuité ininterrompue du discours, quasi parlando, cet unique opéra achevé de Debussy a bouleversé le genre aussi profondément qu [...]

Debussy, Pelléas et Mélisande

Debussy, Pelléas et Mélisande

Son

Pelléas et Mélisande, L.88: acte III, scène.3, Pelléas : «Ah! Je respire enfin!»Interprétation: Pierre Mollet, baryton (Pelléas), Suzanne Danco, soprano (Mélisande), Heinz Rehfuss, baryton (Golaud), Orchestre de la Suisse romande, direction Ernest Ansermet (enregistré en... 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  DEBUSSY CLAUDE (1862-1918)  » est également traité dans :

DEBUSSY CLAUDE

  • Écrit par 
  • Luc-André MARCEL
  •  • 5 497 mots
  •  • 2 médias

Il n'est pas d'aventure plus singulière que celle de Debussy, l'un des plus grands musiciens français. À lui seul, il modifie si profondément le langage et ses usages qu'il ne sera plus possible aux compositeurs qui viendront après lui de passer outre sans risques. Il a mis tout le monde au banc des autodidactes et, après lui, chacun se doit de découvrir le secret de soi-même qui le distinguera de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-debussy/

DEBUSSY, LA MUSIQUE ET LES ARTS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves BOSSEUR
  •  • 1 050 mots
  •  • 2 médias

L'attirance pour l'art pictural et, plus globalement, pour tout ce qui relève du visuel est particulièrement manifeste chez le compositeur Claude Debussy (1862-1918), qui s'est référé à l'univers de peintres comme Botticelli pour sa suite symphonique Printemps (1887), Velázquez pour En blanc et noir (1915), Watt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debussy-la-musique-et-les-arts/#i_9811

PELLÉAS ET MÉLISANDE (C. Debussy)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 468 mots
  •  • 1 média

Publié en mai 1892, le drame en cinq actes de Maurice Maeterlinck Pelléas et Mélisande est créé à Paris, au théâtre des Bouffes-Parisiens, le 17 mai 1893. Claude Debussy (1862-1918) assiste à une des premières représentations mais il a déjà lu l'œuvre et, fasciné par celle-ci, décidé d'en tirer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelleas-et-melisande/#i_9811

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-et-semiologie-musicales/#i_9811

BAIRD TADEUSZ (1928-1981)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 005 mots

Moins connu en France que Penderecki ou Lutosławski, Baird fait partie, comme eux, des figures marquantes de la musique polonaise contemporaine, à laquelle il a apporté un langage nouveau dans un style authentiquement slave qui lui valut d'emblée l'adhésion populaire. Tadeusz Baird voit le jour à Grodzisk Mazowiecki le 26 juillet 1928, dans une famille d'origine écossaise : ses ancêtres, des catho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tadeusz-baird/#i_9811

CAPLET ANDRÉ (1878-1925)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 813 mots

Compositeur et chef d'orchestre français qui occupe une place essentielle dans la musique du début du xx e siècle, bien que son œuvre ne connaisse pas la diffusion qui devrait être la sienne. D'origine normande, André Caplet restera toujours profondément attaché à ses racines : cautèle, humour, rigueur, amour de la mer et de la nature, mais aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-caplet/#i_9811

COLORATION, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « La coloration orchestrale »  : […] Dès le début du xix e  siècle, les nouvelles exigences des compositeurs (de Ludwig van Beethoven, par exemple, en ce qui concerne le piano) suscitent des progrès de la facture instrumentale, qui vont rendre possible la naissance d'un nouveau langage orchestral. L'attention des compositeurs se porte sur le timbre, l'équivalent de la couleur, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coloration-musique/#i_9811

DUKAS PAUL (1865-1935)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 674 mots

Paul Dukas relève de cette rare catégorie de compositeurs qui « ne se résignèrent qu'au chef-d'œuvre » : bien qu'ayant vécu soixante-dix ans, il se limita à sept œuvres principales et à cinq partitions plus réduites, dont Prélude élégiaque sur le nom de Haydn (1909), pour le centenaire de la mort de ce maître, et La Plainte au loin du faune (1920), en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-dukas/#i_9811

HARMONIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 6 426 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La relativité des dissonances »  : […] La résolution des appoggiatures, entre autres, peut demeurer sous-entendue. C'est là une innovation enivrante, incalculable dans ses conséquences. Elle consacre la valeur absolue de la beauté de la matière sonore. Mais la notion même de dissonance devient de plus en plus floue. Des grappes de sons que le musicien classique eût considérés comme antagonistes seront acceptées comme de savoureuses sy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harmonie/#i_9811

HAUTBOIS

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 770 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Le répertoire pour hautbois est extrêmement varié. Parmi les œuvres les plus importantes, on citera, au xviii e  siècle, les trois concertos pour hautbois de Haendel ainsi que le Quatuor pour hautbois et cordes , en fa majeur, de Mozart (1781). L'instrument tient un rôle important dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hautbois/#i_9811

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

La révolution apportée dans la peinture par l'impressionnisme est un de ces événements au cours desquels l'homme apparaît comme prenant conscience de son caractère temporel : il se situe dans le temps, se saisit dans le temps. Une telle prise de conscience s'est produite de façon particulièrement aiguë dans le dernier quart du xix e  siècle, et l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_9811

JANSEN JACQUES (1913-2002)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 593 mots

Rares sont les chanteurs d'opéra à s'être totalement identifiés à un personnage : Jacques Jansen était Pelléas, un rôle qu'il a tenu pendant une quarantaine d'années à l'Opéra-Comique et sur les plus grandes scènes du monde. De son vrai nom Jacques Toupin, il naît à Paris le 22 novembre 1913. Il étudie le violon et le violoncelle avant d'entrer au Conservatoire de Paris, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-jansen/#i_9811

JOACHIM IRÈNE (1913-2001)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 837 mots

Le nom d'Irène Joachim demeure indissociable du rôle de Mélisande de Pelléas et Mélisande de Debussy, qu'elle a interprété durant plus de quinze ans et enregistré dans une gravure de référence. Née à Paris le 13 mars 1913, Irène Joachim est la petite-fille de deux grands artistes : le violoniste allemand Joseph Joachim, créateur du Concerto pour violon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irene-joachim/#i_9811

KODÁLY ZOLTÁN (1882-1967)

  • Écrit par 
  • Jean GERGELY
  •  • 3 055 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Impressionnisme et polyphonie vocale »  : […] En 1907, Kodály passe trois mois à Berlin, puis trois mois à Paris. Il y suit les cours de Charles Marie Widor au conservatoire et découvre la musique de Debussy, « cet art plus pictural que musical », écrira-t-il à Bartók. C'est à Paris qu'il reçoit, après la découverte du folklore musical, la deuxième impulsion décisive de sa vie, celle de l'impressionnisme français. Il compose sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoltan-kodaly/#i_9811

LE FLEM PAUL (1881-1984)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 944 mots

Le compositeur français Paul Le Flem se situe en marge des courants et du temps. Sa patrie bretonne trouve un large écho dans sa musique, et il a su concilier cette source d'inspiration avec une écriture faisant revivre les principes de base de la musique polyphonique ou du chant grégorien. Paul Le Flem voit le jour à Lézardrieux (Côtes-d'Armor). Après des études générales effectuées à Dinan et à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-le-flem/#i_9811

LESURE FRANÇOIS (1923-2001)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 849 mots

Rares sont les musicologues dont le nom reste attaché à l'œuvre d'un musicien. Le Français François Lesure a consacré sa vie à Debussy et, si l'on ne se réfère pas encore à son catalogue comme à celui de Köchel pour l'œuvre de Mozart ou à celui de Deutsch pour celle de Schubert, la lettre L se substitue peu à peu aux numéros d'opus pour la musique de l'auteur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-lesure/#i_9811

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Debussy »  : […] Claude Debussy n'est pas à strictement parler un compositeur de lieder, malgré la beauté proprement mélodique de ses Ariettes oubliées , de ses Fêtes galantes ou de ses Poèmes de Baudelaire . Mais il est, plus qu'aucun autre, la langue française faite musique. Il l'est surtout à partir d'un moment de sa production que semblent pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lied/#i_9811

MÉLODIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chromatisme wagnérien et ses conséquences »  : […] Jusqu'à Wagner, on ne quitte jamais un diatonisme fondamental, et le rapport harmonie-mélodie se signale surtout par un certain asservissement de celle-ci au jeu traditionnel entre tonique et dominante et à des évasions contrôlées dans des tons voisins. Le chromatisme wagnérien, que l'on peut qualifier d'organique, implique que l'aspect purement linéaire de la libre mélodie primitive s'estompe pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodie/#i_9811

MURARO ROGER (1959- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 047 mots

Dans le chapitre « Avec Messiaen »  : […] Olivier Messiaen, rencontré dès 1977, reste néanmoins au centre de ses prestations. Le pianiste siège fréquemment à Paris au sein du jury du concours qui porte le nom du compositeur. En 2008, année du centenaire de la naissance de Messiaen, il donne plus de quatre-vingts concerts dédiés à sa mémoire et participe à l’exécution de plusieurs œuvres symphoniques comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-muraro/#i_9811

MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 6 364 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Exotisme et orientalisme »  : […] Au xix e  siècle, l'intérêt pour l'Orient se développe en Europe parmi les savants et les artistes. L'orientalisme désigne l'intérêt porté par les Occidentaux à la langue, aux arts, à la littérature de l'Orient ; commençant par les pays du Levant, il engloba ensuite la Turquie, l'Égypte, l'Afrique du Nord et l'Espagne avec son passé arabe. L'expé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-savantes-et-musiques-populaires/#i_9811

OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH, 
  • Christian MERLIN
  •  • 6 138 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La postérité de « Pelléas » »  : […] Si la musique moderne est née avec le Prélude à l'après-midi d'un faune (1894) – avec le recul du temps, cette césure se confirme, elle est plus décisive même que celle du Sacre du printemps ou des premières œuvres atonales de Schönberg –, il est légitime de faire partir une histoire de l'opéra moderne de Pelléas et Mélisande , do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-pelleas-a-nos-jours/#i_9811

OPÉRA - Les techniques d'écriture

  • Écrit par 
  • Yves GÉRARD
  •  • 3 850 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le récitatif »  : […] L' écriture du récitatif est sans doute le travail le plus délicat pour un compositeur d'opéra, car elle résulte d'une série d'options liées à la conception même du drame et de son rôle vis-à-vis de la musique. Selon le rapport que le compositeur entend privilégier entre les éléments du drame, entre le parlé, le récité, le déclamé et l'expression mélodique, entre l'intelligibilité maintenue et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-les-techniques-d-ecriture/#i_9811

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Rameau : le réveil »  : […] Remonté en scène à peu près en même temps que Monteverdi, Jean-Philippe Rameau eut à franchir d'autres obstacles. Ici, malgré une rupture analogue de toute tradition, le texte pose incomparablement moins de problèmes : ni cornet à bouquin, ni régale, ni chitarrone dans son orchestre, mais des hautbois, des bassons, des flûtes et des cordes parentes des nôtres. Rameau traverse d'ailleurs tout le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_9811

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Musique française et écoles nationales »  : […] Sans ignorer l'apport lisztien, l'école française s'oriente au xix e siècle dans des voies différentes : Alkan choisit la description, Saint-Saëns les lignes dépouillées du classicisme et la virtuosité à l'état pur, Franck transpose au piano la richesse polyphonique de l'orgue en conservant l'écriture cyclique qui lui est chère ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_9811

PIERRE BOULEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 911 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Le son-matériau » »  : […] De la Deuxième Sonate pour piano à Incises , en passant par Le Marteau sans maître , Rituel ou Répons , nous voici conviés à la quête d’une forme (ré)inventée : celle du « son-matériau » qui s’auto-génère à partir du « geste » musical sur lequel elle s’appuie. Ains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-boulez-exposition/#i_9811

Prélude à l'après-midi d'un faune, DEBUSSY (Claude)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 581 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] En 1889, Debussy se rend à Bayreuth ; il en revient wagnérien. La même année, il découvre lors de l'Exposition universelle la musique russe et les timbres inouïs de l'Extrême-Orient. Il connaît le succès en 1894 avec le Prélude à l'après-midi d'un faune . Les chefs-d'œuvre se succèdent : Nocturnes (1901), réponse musicale au symbolisme littéraire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prelude-a-l-apres-midi-d-un-faune-debussy-claude/#i_9811

QUATUOR À CORDES

  • Écrit par 
  • Marc PINCHERLE
  •  • 3 064 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le quatuor classique »  : […] Attribuer à Joseph Haydn, comme le font les manuels élémentaires d'histoire de la musique, la « création » du quatuor à cordes , c'est simplifier les choses à l'excès. Si, pour ce qui est de la sonate, on est d'accord sur l'époque et le lieu d'origine et sur les premiers pionniers (Tarquinio Merula, Salomone Rossi, Biagio Marini, Giovanni Battista Fontana, en Italie, pendant la première moitié du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatuor-a-cordes/#i_9811

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'explosion des années 1970 »  : […] Retrouver un spectacle intact, soixante-huit ans après sa création : ce rêve d'un archéologue du théâtre pouvait se réaliser en 1970, au terme de l'histoire des représentations de Pelléas et Mélisande à l'Opéra-Comique. Ni la peinture hallucinée de Valentine Hugo, d'inspiration onirique et fantastique (1947), ni les volumes géométriques d'André Boll, directement inspirés d'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_9811

TEMPO

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trois conceptions du temps musical : Debussy, Stravinski, Boulez »  : […] Le deuxième livre des Préludes pour piano de Debussy contient douze préludes. L'indication de tempo du début ne comporte que pour une seule de ces pièces le mouvement métronomique, accompagné d'une indication de caractère : « calme, doucement expressif.    = 66 » ( Bruyères ). Les autres indications de début, toujours en français, portent : 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tempo/#i_9811

TEYTE MAGGIE (1888-1976)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 394 mots

La soprano anglaise Maggie Teyte est considérée comme l'une des plus grandes interprètes de mélodies françaises du xx e  siècle. Margaret Tate naît le 17 avril 1888, à Wolverhampton, non loin de Birmingham. Dès son plus jeune âge, elle prend des cours au Royal College of Music de Londres, avant de venir à Paris, en 1903, pour étudier le chant aupr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maggie-teyte/#i_9811

TONAL SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 5 259 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Évolution et désagrégation »  : […] La description qui précède s'applique à un système tonal considéré pour ainsi dire comme un archétype. À aucun moment de l'histoire on ne pourrait le saisir ainsi dans son idéalité pure, parce qu'il s'est constitué petit à petit, vers le xvi e  siècle, à une époque où n'existait que des tempéraments inégaux ; il a connu une longue évolution et il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-tonal/#i_9811

WAGNÉRISME

  • Écrit par 
  • Jean PAVANS
  •  • 1 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Debussy et la création d’une esthétique nouvelle »  : […] Nous voici arrivés à la part la plus féconde, part esthétique et française, de l'influence wagnérienne. Sans doute faut-il évoquer quelques sous-produits déplorables du wagnérisme, issus de douteux raisonnements politiques, nationalistes et raciaux, déviés du pessimisme volontariste hérité de Schopenhauer, et qu'on trouve dans des écrits antisémites ou pangermanistes du Maître, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wagnerisme/#i_9811

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « DEBUSSY CLAUDE - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/debussy-reperes-chronologiques/