DEBUSSY CLAUDE(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 22 août 1862 Achille-Claude Debussy naît à Saint-Germain-en-Laye.

  • 1884 Debussy remporte le prix de Rome avec sa cantate L'Enfant prodigue, « scène lyrique pour soprano, baryton et ténor avec orchestre » (L 57).

  • 29 décembre 1893 Le Quatuor à cordes en sol mineur (opus 10, L 85) est créé à Paris, à la Société nationale de musique, par le Quatuor Ysäye.

  • 22 décembre 1894 Prélude à l'après-midi d'un faune, pour orchestre (L 86), librement inspiré d'un poème de Stéphane Mallarmé, est créé à Paris, à la Société nationale de musique, sous la direction de Gustave Doret ; cette œuvre ouvre une nouvelle ère de l'écriture pour orchestre où le raffinement des timbres et la sensualité harmonique supplantent les formes et les développements classiques.

  • 17 mars 1900 Les Trois Chansons de Bilitis (L 90), sur des poèmes de Pierre Loüys (La Flûte de pan : Pour le jour des Hyacinthies ; La Chevelure : Il m'a dit « Cette nuit j'ai rêvé » ; Le Tombeau des Naïades : Le long du bois couvert de givre) sont créées à Paris, à la Société nationale de musique (ancienne salle Pleyel), par Blanche Marot et le compositeur. Dans ce triptyque, Debussy commence à cultiver l'art du non-dit, de la suggestion : c'est ici qu'il se montre le plus proche du courant symboliste.

  • 30 avril 1902 Pelléas et Mélisande (L 88), drame lyrique en cinq actes de Debussy sur un texte de Maurice Maeterlinck (1892), est créé à l'Opéra-Comique (salle Favart) à Paris, sous la direction d'André Messager, avec la cantatrice écossaise Mary Garden dans le rôle de Mélisande. Par l'absence d'airs et d'ensembles obligés, l'osmose parfaite entre le texte et la musique, la continuité ininterrompue du discours, quasi parlando, cet unique opéra achevé de Debussy a bouleversé le genre aussi profondément qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Debussy, L'Enfant prodigue

Debussy, L'Enfant prodigue
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Debussy, Quatuor à cordes

Debussy, Quatuor à cordes
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Debussy, Prélude à l'après-midi d'un faune

Debussy, Prélude à l'après-midi d'un faune
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Debussy, Trois Chansons de Bilitis

Debussy, Trois Chansons de Bilitis
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Afficher les 21 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  DEBUSSY CLAUDE (1862-1918)  » est également traité dans :

DEBUSSY CLAUDE

  • Écrit par 
  • Luc-André MARCEL
  •  • 5 497 mots
  •  • 2 médias

Il n'est pas d'aventure plus singulière que celle de Debussy, l'un des plus grands musiciens français. À lui seul, il modifie si profondément le langage et ses usages qu'il ne sera plus possible aux compositeurs qui viendront après lui de passer outre sans risques. Il a mis tout le monde au banc des autodidactes et, après lui, chacun se doit de découvrir le secret de soi-même qui le distinguera de […] Lire la suite

DEBUSSY, LA MUSIQUE ET LES ARTS (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves BOSSEUR
  •  • 1 050 mots
  •  • 2 médias

L'attirance pour l'art pictural et, plus globalement, pour tout ce qui relève du visuel est particulièrement manifeste chez le compositeur Claude Debussy (1862-1918), qui s'est référé à l'univers de peintres comme Botticelli pour sa suite symphonique Printemps (1887), Velázquez pour En blanc et noir (1915), Watt […] Lire la suite

PELLÉAS ET MÉLISANDE (C. Debussy)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 468 mots
  •  • 1 média

Publié en mai 1892, le drame en cinq actes de Maurice Maeterlinck Pelléas et Mélisande est créé à Paris, au théâtre des Bouffes-Parisiens, le 17 mai 1893. Claude Debussy (1862-1918) assiste à une des premières représentations mais il a déjà lu l'œuvre et, fasciné par celle-ci, décidé d'en tirer […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite

BAIRD TADEUSZ (1928-1981)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 005 mots

Moins connu en France que Penderecki ou Lutosławski, Baird fait partie, comme eux, des figures marquantes de la musique polonaise contemporaine, à laquelle il a apporté un langage nouveau dans un style authentiquement slave qui lui valut d'emblée l'adhésion populaire. Tadeusz Baird voit le jour à Grodzisk Mazowiecki le 26 juillet 1928, dans une famille d'origine écossaise : ses ancêtres, des catho […] Lire la suite

CAPLET ANDRÉ (1878-1925)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 813 mots

Compositeur et chef d'orchestre français qui occupe une place essentielle dans la musique du début du xx e siècle, bien que son œuvre ne connaisse pas la diffusion qui devrait être la sienne. D'origine normande, André Caplet restera toujours profondément attaché à ses racines : cautèle, humour, rigueur, amour de la mer et de la nature, mais aussi ferveur religieuse et don de soi-même au point d'e […] Lire la suite

COLORATION, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « La coloration orchestrale »  : […] Dès le début du xix e  siècle, les nouvelles exigences des compositeurs (de Ludwig van Beethoven, par exemple, en ce qui concerne le piano) suscitent des progrès de la facture instrumentale, qui vont rendre possible la naissance d'un nouveau langage orchestral. L'attention des compositeurs se porte sur le timbre, l'équivalent de la couleur, qui est un des moyens d'expression privilégié par les […] Lire la suite

DUKAS PAUL (1865-1935)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 674 mots

Paul Dukas relève de cette rare catégorie de compositeurs qui « ne se résignèrent qu'au chef-d'œuvre » : bien qu'ayant vécu soixante-dix ans, il se limita à sept œuvres principales et à cinq partitions plus réduites, dont Prélude élégiaque sur le nom de Haydn (1909), pour le centenaire de la mort de ce maître, et La Plainte au loin du faune (1920), en mémoire de Debussy. Durant les deux dernière […] Lire la suite

HARMONIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 6 426 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La relativité des dissonances »  : […] La résolution des appoggiatures, entre autres, peut demeurer sous-entendue. C'est là une innovation enivrante, incalculable dans ses conséquences. Elle consacre la valeur absolue de la beauté de la matière sonore. Mais la notion même de dissonance devient de plus en plus floue. Des grappes de sons que le musicien classique eût considérés comme antagonistes seront acceptées comme de savoureuses sy […] Lire la suite

HAUTBOIS

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 770 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Le répertoire pour hautbois est extrêmement varié. Parmi les œuvres les plus importantes, on citera, au xviii e  siècle, les trois concertos pour hautbois de Haendel ainsi que le Quatuor pour hautbois et cordes , en fa majeur, de Mozart (1781). L'instrument tient un rôle important dans la Scène aux champs de la Symphonie fantastique d'Hector Berlioz (1830) : dans ce passage, le compositeur fait […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « DEBUSSY CLAUDE - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/debussy-reperes-chronologiques/