BERG ALBAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Anneliese Rothenberger dans le rôle-titre de Lulu de Berg

Anneliese Rothenberger dans le rôle-titre de Lulu de Berg
Crédits : D.R.

photographie

Alban Berg

Alban Berg
Crédits : Bettmann/ Corbis

photographie

Patricia Petibon dans Lulu, d’Alban Berg.

Patricia Petibon dans Lulu, d’Alban Berg.
Crédits : M. Rittershaus/ Salzburg Festival

photographie


Par ce qu'elles nous enseignent d'essentiel au niveau de la dialectique musicale, les œuvres maîtresses d'Alban Berg – Wozzeck, la Suite lyrique, le Concerto de chambre et, dans une certaine mesure, Lulu – s'inscrivent aujourd'hui de manière toute naturelle dans l'évolution esthétique de la musique depuis la fin du xixe siècle. Il n'en fut pas toujours de même, et Berg, considéré comme un « musicien du cœur », fut souvent opposé à Webern, regardé comme un « musicien de l'esprit ». Longtemps, l'idée d'un pont romantiquement jeté entre un passé wagnérien et un avenir dont on craignait le pire s'incarna dans l'auteur du Concerto pour violon « À la mémoire d'un ange », dont l'harmonisation « sérielle » d'un choral de Bach rassura un public désemparé par certains défis de la Suite lyrique ou du Concerto de chambre. Le rapprochement de ces deux « périodes » de l'art bergien marque bien, du reste, la contradiction profonde que le compositeur assumera, non sans courage, dans la dernière partie de son œuvre.

Anneliese Rothenberger dans le rôle-titre de Lulu de Berg

Anneliese Rothenberger dans le rôle-titre de Lulu de Berg

Photographie

« La meilleure Sophie au monde », selon Lotte Lehmann, se révélera aussi une remarquable tragédienne: Anneliese Rothenberger incarne ici le rôle-titre de Lulu de Berg, en 1967 à la Staatsoper de Hambourg, dans la célèbre mise en scène de l'intendant Günther Rennert. 

Crédits : D.R.

Afficher

Le langage

Se posant en transgression (au sens littéral d'« aller au-delà »), la méditation tonale de Wozzeck (acte III, interlude en mineur) était une audace ; la réconciliation sérielle avec un monde tonal, nostalgiquement retrouvé, témoigne, dans le Concerto « À la mémoire d'un ange », d'une angoisse créatrice profonde, devenue aujourd'hui, pour certains, une erreur de langage.

Car c'est bien du langage et de son articulation dont il faut parler en premier lieu, si l'on cherche à définir la profonde influence de Berg sur la musique et le spectacle. Et, probablement, au sens qu'il conférait à la notion de structure, c'est-à-dire à celui d'une relation de connaissance, de communication, d'efficacité entre le monde et lui. Rapport nouveau, parce que organiquement musical, entre signifiant et signifié : prémonition étonnante de la valeur structurante du symbole, définie par l'école psychanalytique moderne.

Berg élabore également une dialectique subt [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BERG ALBAN (1885-1935)  » est également traité dans :

BERG ALBAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 305 mots

9 février 1885 Alban Berg naît à Vienne.24 avril 1911 Le Quatuor à cordes op. 3, composé en 1910, est créé à Vienne.1912 Berg compose les Orchesterlieder op. 4 (Altenberglieder), cinq lieder avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berg-reperes-chronologiques/

WOZZECK (A. Berg)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 569 mots

L’histoire de l’opéra Wozzeck d’Alban Berg est tirée d’un fait divers : en 1821, à Leipzig, un ancien soldat, Woyzeck, poignarde sa maîtresse ; il sera décapité le 27 août 1824 sur la place publique. Georg Büchner écrit les premières esquisses de Woyzeck en 1836, mais meurt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wozzeck-a-berg/#i_2620

WOZZECK (A. Berg), en bref

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 206 mots

La création, le 14 décembre 1925, à la Staatsoper Unter den Linden de Berlin, du Wozzeck d'Alban Berg va communiquer une impulsion sans précédent et susciter en même temps une prise de conscience : l'opéra moderne est possible. Richard Strauss ou Puccini, qui triomphent à la même époque, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wozzeck-a-berg-en-bref/#i_2620

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art, une autre figure de la raison ? »  : […] Ainsi l'art et l'expérience esthétique sont exposés à deux hypothèses contradictoires : soit l'expérience esthétique fait l'objet d'une intégration à l'industrie culturelle, à la transformation des œuvres d'art en marchandises, sous l'emprise de la « ratio de la vénalité » – ce qu'Adorno s'attacha à montrer dans le grand texte de musicologie critique de 1938 : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-wiesengrund-adorno/#i_2620

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 385 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Évolution de l'atonalité »  : […] On peut discerner trois périodes principales dans l'évolution des musiques dites atonales. Dans la première, qui s'étend de 1908 environ (année où Schönberg commence à écrire ses Quinze Poèmes sur le Livre des jardins suspendus de Stefan George op. 15) à 1923 (année d'achèvement des Cinq Pièces pour piano op. 23), on peut considérer que le principe de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atonalite/#i_2620

BAIRD TADEUSZ (1928-1981)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 005 mots

Moins connu en France que Penderecki ou Lutosławski, Baird fait partie, comme eux, des figures marquantes de la musique polonaise contemporaine, à laquelle il a apporté un langage nouveau dans un style authentiquement slave qui lui valut d'emblée l'adhésion populaire. Tadeusz Baird voit le jour à Grodzisk Mazowiecki le 26 juillet 1928, dans une famille d'origine écossaise : ses ancêtres, des catho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tadeusz-baird/#i_2620

BOULEZ PIERRE

  • Écrit par 
  • Michel FANO
  •  • 4 053 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chef d'orchestre »  : […] Cependant, bien que toujours parallèle à l'œuvre elle-même, une sorte de « pédagogie appliquée » succède bientôt à l'expression écrite ou universitaire de la pensée théorique. Il s'agit de la direction d'orchestre. Amené par les circonstances, en 1957, à diriger son Visage nuptial , Pierre Boulez devait, là encore, repenser fondamentalement un métier aujourd'hui intégré à son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-boulez/#i_2620

CERHA FRIEDRICH (1926- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 787 mots

L'Autrichien Friedrich Cerha est une personnalité aux multiples facettes : compositeur, violoniste, pédagogue et chef d'orchestre, il est en outre un infatigable animateur de la vie musicale et un ardent défenseur de la musique de son temps. C'est aussi à lui que l'on doit le parachèvement du troisième acte de Lulu , d'Alban Berg. Né à Vienne le 17 février 1926, Friedrich Pau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-cerha/#i_2620

MUSIQUE CONTEMPORAINE - La musique sérielle et le dodécaphonisme

  • Écrit par 
  • Pierre BARBAUD, 
  • Rémi LENGAGNE
  •  • 3 022 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Arnold Schönberg et la musique sérielle »  : […] La musique sérielle, ou plutôt le principe sériel, est une extension et une généralisation de la méthode d'écriture dite dodécaphonique . Le système tonal établissait une dualité dans le discours sonore en se conformant en même temps à deux modèles : l'un, la gamme, contrôlait l'horizontalité ; l'autre, la résonance des fondamentales successives, contrôlait la verticalité. Arnold Schönberg s'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-la-musique-serielle-et-le-dodecaphonisme/#i_2620

OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH, 
  • Christian MERLIN
  •  • 6 138 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La postérité de « Pelléas » »  : […] Si la musique moderne est née avec le Prélude à l'après-midi d'un faune (1894) – avec le recul du temps, cette césure se confirme, elle est plus décisive même que celle du Sacre du printemps ou des premières œuvres atonales de Schönberg –, il est légitime de faire partir une histoire de l'opéra moderne de Pelléas et Mélisande , do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-pelleas-a-nos-jours/#i_2620

PIERRE BOULEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 911 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Le son-matériau » »  : […] De la Deuxième Sonate pour piano à Incises , en passant par Le Marteau sans maître , Rituel ou Répons , nous voici conviés à la quête d’une forme (ré)inventée : celle du « son-matériau » qui s’auto-génère à partir du « geste » musical sur lequel elle s’appuie. Ains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-boulez-exposition/#i_2620

SÉRIALISME (musique)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 468 mots

Dans le chapitre « Le sérialisme dodécaphonique »  : […] La technique du sérialisme dodécaphonique est inaugurée par Schönberg dans la dernière des Cinq Pièces pour piano , opus 23 (1920-1923). Le principe en est le suivant. Avant d'écrire une œuvre, le compositeur détermine une série de douze sons chromatiques, sans répétition, classés dans un ordre précis. Chacun de ces sons pourra être transposé à n'importe quelle octave, et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serialisme/#i_2620

VIENNE ÉCOLE DE, musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Schönberg ou la volonté d'instaurer un nouveau système »  : […] L'abandon de la tonalité n'est pas l'œuvre de l'école de Vienne. Bien avant Schönberg, plusieurs compositeurs avaient affirmé la nécessité de se libérer du système tonal. Franz Liszt avait d'ailleurs fait un pas important dès 1885 en composant Bagatelle sans tonalité . L'abandon de la tonalité avait pour principales caractéristiques la déhiérarchisation des degrés de la gamm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-vienne-musique/#i_2620

Wozzeck, BERG (Alban)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 838 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Avec Arnold Schönberg, son maître, et Anton von Webern, Alban Berg constitue l'école de Vienne, qui symbolise l'avant-garde musicale du xx e  siècle. Des trois, il est le plus lyrique, le plus «romantique». Que ce soit dans son Quatuor à cordes (1911), ses Trois Pièces pour orchestre (1914), sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wozzeck-berg-alban/#i_2620

Pour citer l’article

Michel FANO, « BERG ALBAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alban-berg/