MUSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La musique !... Qu'est-ce que cela veut dire ?... Il est permis de supposer que Bach aurait su tranquillement trouver la réponse à une telle question, et sans doute aussi Couperin, Lassus, Grégoire le Grand et Aristoxène. Plus près de nous, Rameau et Haydn devaient avoir quelque idée claire de la chose. Pour Mozart, cela est déjà moins sûr. Quant à Beethoven, il commence à s'interroger gravement sur la nature même de son art et sur sa finalité véritable.

Il est trop évident que les frontières du domaine musical ne sont pas les mêmes pour tout le monde : chacun s'en forge un concept plus ou moins restrictif, à la mesure de sa culture et de ses désirs. Un homme pourtant ouvert à toutes les nouveautés, Berlioz, assistant un jour à un concert donné par une troupe chinoise, se demande si l'on peut encore appeler musique un tel amas de « fausses notes » dont les règles de composition lui échappent complètement. On dit que Debussy, qui n'est pas suspect d'académisme, aurait, vers la fin de sa vie, exprimé une réaction analogue après l'audition du Sacre du printemps. Ces deux exemples ne sont absolument pas scandaleux ni exceptionnels.

Aujourd'hui, grâce à toutes les facilités accordées par le progrès technique, et singulièrement en ce qui concerne l'enregistrement et la diffusion du son, l'expérience musicale s'est élargie dans des proportions vertigineuses. Non seulement la culture occidentale a enrichi son musée de toutes les musiques du passé, mais elle a aussi accueilli des traditions étrangères à la sienne. Il n'est plus guère possible, à présent que toute la musique du monde est offerte à l'homme de culture occidentale, d'en récuser la presque totalité en vertu de quelques principes dont on a découvert qu'ils ne sont pas plus immortels qu'universels. La musique se présente sous mille visages, c'est-à-dire qu'il est de plus en plus difficile de connaître son visage. Le fait n'est paradoxal qu'en apparence : plus notre connaissance de la musique est étendue et moins nous savons, en fin de compte, ce qu'elle est.

Aujourd'hui, l'étude historique, musicologique, l'étude de la genèse du processus de création ne sauraient suffire à rendre compte des phénomènes de communication, qui sont essentiels. À ce titre, son étude est pratiquement indissociable de celle des moyens par lesquels il lui est permis d'apparaître à la conscience de ses auditeurs. Au cours des âges, en effet, l'idée même que l'on a pu se faire de la musique a varié en fonction du nombre de ceux à qui elle était destinée et de leurs catégories sociales, en fonction du mode de production des assemblages sonores qui la composent (ou du mode de leur reproduction), en fonction aussi d'une certaine « efficacité économique » des collectivités qui la produisent ou qui la consomment. Il semble qu'on soit parvenu à un point de l'évolution de l'art musical où s'est opérée une révolution considérable : celle qui résulte du fait que les techniques d'enregistrement et de diffusion se soient muées en techniques de création (musiques électroacoustiques) et que les moyens informatiques et numériques aient conquis aussi bien les aspects acoustiques (synthèse des sons) que les aspects de création (musique composée par ordinateur) et de diffusion. Si les conséquences esthétiques d'une telle révolution ont été immédiatement visibles, les conséquences sociologiques, moins remarquées, sont sans doute plus considérables. Les changements survenus dans les modes de consommation de la musique sont passés presque inaperçus parce qu'ils ont paru naturels, sinon progressifs. Pourtant, ces changements ont sans doute affecté la nature même de la musique. Il suffit, pour s'en convaincre, d'imaginer ce que pouvait représenter, pour un contemporain de Napoléon Ier, une œuvre musicale (par exemple la Cinquième Symphonie de Beethoven), qui lui était très difficilement accessible parce qu'il n'avait guère l'occasion de l'entendre plus d'une fois au cours de sa vie (parfois au prix d'un voyage coûteux), et ce que cette même œuvre représente pour nous, qui n'avons aucune difficulté à nous en procurer un enregistrement. Il est légitime de se poser la question de savoir si, dans la conscience de l'auditeur de 1808 et dans celle de l'auditeur que nous sommes, il s'agit encore, véritablement, de la même œuvre.

En un certain sens, on peut donc dire que les moyens de communication de masse n'ont pas seulement permis une diffusion de la musique ; en mettant un terme à son extériorité par rapport à de très larges couches sociales, ils l'ont transformée, ont provoqué sa mutation en une véritable « denrée esthétique », en produit de consommation.

Le fait musical

La musique partout

Alors que certains arts peuvent être considérés comme les fruits tardifs des civilisations, la musique nous paraît vieille comme le monde, et presque aussi partagée entre tous les peuples que la lumière du Soleil. Il est permis, toutefois, de se demander comment peut s'énoncer le commun dénominateur entre des faits musicaux aussi profondément dissemblables qu'une fugue de Bach, l'air de flûte d'un berger peul, une représentation de Tannhäuser à Covent Garden, la leçon de piano d'une petite fille de Saint-Germain-en-Laye, la méditation d'un virtuose indien sur un r̄aga, le dernier disque élaboré à l'I.R.C.A.M., le défilé d'une fanfare de Tourcoing, un chant de piroguiers sur le Chari, une séance de jazz au festival de Newport, un concert de gamelan à Java, un bal populaire à Saint-Flour, un n̄o japonais, la chorale d'une paroisse du Devonshire, une cérémonie de funérailles chez les Baoulé, la prière d'un muezzin en basse Égypte, une grand-messe à Notre-Dame de Paris et la douce chanson d'une jeune Inuit qui berce son enfant.

Il s'agit là, sans doute, d'exemples arbitrairement choisis, et dont les différences sont manifestes. Mais, quels que soient les jugements de valeur qu'on puisse porter sur chacun d'eux, il est indéniable qu'objectivement – et bien qu'à des titres divers – ce sont tous là des faits musicaux. Et pourtant, lorsque nous cherchons à démêler quelque fil conducteur dans cet ensemble hétérogène, une première difficulté surgit aussitôt : comment un musicien imprégné de la tradition classique occidentale peut-il se défendre de faire, même inconsciemment, référence à des schémas de pensée qui so [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Technologie : évolution

Technologie : évolution
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Consommation musicale : histoire

Consommation musicale : histoire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

communication musicale

communication musicale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Liszt

Liszt
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MUSIQUE  » est également traité dans :

CERVEAU ET MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 1 025 mots

Identifier les zones du cerveau qui traitent la musique et préciser leur rôle respectif dans la perception, la mémoire, les émotions et la pratique musicale font l’objet de nombreux travaux en neuroscience de la musique. C’est à partir de l’observation des patients présentant […] Lire la suite

ACCOMPAGNEMENT MUSICAL

  • Écrit par 
  • PIERRE-PETIT
  •  • 1 922 mots

La notion d'accompagnement est directement liée à l'état actuel de la musique, c'est-à-dire qu'elle n'est explicable que si l'on tient compte de l'évolution historique qui a amené cet art au point où il en est aujourd'hui. Pour nos contemporains, l'accompagnement, c'est l'office d'une personne qui, assise devant un piano, soutient les efforts mélodiques d'un chanteur ou d'un violoniste ; c'est au […] Lire la suite

AIR, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 3 282 mots

Dans le langage commun, on a pris l'habitude de désigner par le mot « air » la musique destinée à être chantée. On oppose ainsi, dans la chanson, l'air aux paroles. Par extension, on en est arrivé à employer le mot « air » dans le cas de toute mélodie suffisamment connue pour être immédiatement identifiée par l'auditeur. On parle donc indifféremment de l'air de Marguerite (dans Faust de Gounod), […] Lire la suite

AMUSIE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 325 mots

L’amusie est un trouble neurologique qui affecte à des degrés variables la perception et la production musicales. Celui-ci ne s’explique pas par une baisse de l’acuité auditive (surdité), une déficience intellectuelle ou motrice. Cette perte sélective de la fonction musicale contraste avec des compétences de langage qui peuvent demeurer intactes tout comme la reconnaissance des voix humaines et d […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

  • Écrit par 
  • Virginie MILLIOT
  •  • 4 426 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le devenir paradoxal du concept de sous-culture »  : […] Les chercheurs issus des différentes traditions que nous avons présentées considèrent que le concept de « sous-culture » n’est plus pertinent pour décrire les cultures juvéniles, c’est pourquoi ils lui en ont substitué d’autres. Le concept de « mondes » sociaux et artistiques (Howard Becker, 1988) comme milieux d’expérience et d’activité collective, de perspectives stabilisées dans un environnemen […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

La comparaison, tentée à maintes reprises, entre architecture et musique a donné lieu en général à des slogans du genre « l'architecture est une musique figée ». On ne s'est pas privé non plus de constater que les œuvres de la « grande » musique occidentale s'étaient peu à peu solidifiées en objets, et que la complexité de leur architectonique autorisait que l'on parlât à leur propos d'édifices. […] Lire la suite

ARRANGEMENT, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 323 mots
  •  • 1 média

En musique, le mot « arrangement » est employé d'une manière vague pour désigner toutes les adaptations possibles d'une œuvre. Le plus souvent, cette adaptation est destinée à faciliter l'exécution, en transcrivant l'œuvre soit pour un nombre d'instruments plus restreint, soit pour des instruments usuels. Dans certains cas, l'arrangement aboutit à une véritable caricature du texte original sous pr […] Lire la suite

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Si une chanson est au départ une subtile union de paroles écrites par un auteur et d’un air créé par un compositeur, c’est grâce à un accompagnement musical approprié, fruit du travail d’un arrangeur, qu’elle prend toute sa valeur auprès de son interprète. Arrangeurs ! Ce mot étonnant et baroque désigne un métier musical étroitement lié aux chansons qui ont marqué la mémoire collective. Si le gran […] Lire la suite

BASSE, musique

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Selon qu'un son est engendré par un nombre plus ou moins grand de vibrations à la seconde, nous traduisons la sensation qu'il nous donne par les mots : aigu ou grave, haut ou bas. Ces images ne s'appliquent évidemment qu'à des notions toutes relatives. L'oreille peut reconnaître la hauteur absolue d'un son, mais la musique commence avec les rapports qui s'établissent, dans la durée ou la simultan […] Lire la suite

CANTATE

  • Écrit par 
  • PIERRE-PETIT
  •  • 1 894 mots

Issu de cantare , qui signifie « chanter », le mot « cantate » est l'exact pendant du mot « sonate », issu de sonare . La définition de la cantate est donc « quelque chose qui se chante ». Semblable dénomination ne peut, tout au moins au début, recouvrir une forme très précise. Aussi les premières cantates ne sont-elles pratiquement que des airs, à une ou plusieurs voix, avec accompagnement d'ins […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13-22 juillet 2021 France. Mises en examen dans le dossier de la mort de Steve Maia Caniço.

musique, en juin 2019, à Nantes (Loire-Atlantique), met en examen pour « homicide involontaire » le commissaire Grégoire Chassaing, chargé du dispositif policier cette nuit-là. L’analyse du téléphone de la victime a confirmé que celle-ci était tombée dans la Loire « dans le temps de l’intervention de la police », contrairement à ce qu’indiquait le  […] Lire la suite

1er-14 avril 2021 Belgique. Annonce de l'assouplissement des mesures de restriction sanitaire.

musique gratuit baptisé « La Boum ». Le 7, les ministres régionaux et fédéraux de la Santé décident de réserver l’administration du vaccin AstraZeneca contre la Covid-19 aux personnes âgées de plus de cinquante-cinq ans. Le 14, le Comité de concertation annonce un assouplissement des mesures de restrictions sanitaires. En conséquence, les écoles rouvrent […] Lire la suite

26-29 novembre 2020 France. Violences policières contre Michel Zecler.

musique Michel Zecler, à Paris, cinq jours plus tôt. Ces images provoquent une très vive émotion. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dénonce la violence des trois policiers qui ont « sali l’uniforme de la République ». Ceux-ci sont aussitôt suspendus et placés en garde à vue. Le 29, les trois policiers auteurs du tabassage de Michel Zecler […] Lire la suite

13 septembre 2019 France. Publication du rapport de l'IGA sur les incidents de la fête de la musique à Nantes.

musique à Nantes, en juin, et l’intervention de la police. Plusieurs participants à la fête étaient alors tombés dans la Loire et l’un d’entre eux, Steve Maia Caniço, s’était noyé. Le rapport attribue la « cause première » des violences au refus des participants à la fête de couper la sonorisation, comme l’exigeait la police. Il reconnaît que les policiers […] Lire la suite

15-26 août 2019 Belgique. Menaces de mort contre des militantes pro-climat.

musique Pukkelpop, sont huées, prises à partie et menacées de mort par des festivaliers porteurs de drapeaux flamands jaunes frappés du lion noir. Le 16, la direction du festival décide de bannir du camping du festival les drapeaux « flamingants », qualifiés de « drapeaux de collabos ». Le Vlaams Belang (extrême droite) et l’Alliance néo-flamande ( […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BILLARD, Michel PHILIPPOT, « MUSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musique/