CHALIAPINE FIODOR (1873-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chaliapine

Chaliapine
Crédits : Hulton Getty

photographie

Fiodor Chaliapine, par A. Y. Golovine, 1912

Fiodor Chaliapine, par A. Y. Golovine, 1912
Crédits : AKG

photographie


Deux hommes, la basse russe Fiodor Chaliapine et le ténor italien Enrico Caruso, vont être les premiers à réunir les exigences de l'art lyrique propres au xxe siècle naissant : une voix, certes, mais aussi, plus que jamais, une personnalité expressive, une intelligence des rôles, un charisme et un engagement scénique. De ce point de vue, on peut considérer que, quel qu'ait été leur immense talent, une grande partie des artistes de la première moitié du xxe siècle s'inscrit encore dans une conception « dix-neuviémiste » de l'opéra. Des personnalités aussi légendaires et au rayonnement aussi indiscutable que Nellie Melba ou Lauritz Melchior, Kirsten Flagstad ou Max Lorenz, Beniamino Gigli ou Ninon Vallin, Georges Thill ou Germaine Lubin, Lily Pons ou Rosa Ponselle, ces très grandes voix n'ont pas, comme Chaliapine et Caruso, conféré à l'opéra cette dimension moderne qu'en leur temps une Pasta ou une Malibran ont fait pressentir.

Chaliapine

Chaliapine

Photographie

La basse russe Fedor Ivanovitch Chaliapine (1873-1938) en 1924. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Un chanteur d'exception

Fiodor – ou Feodor – Ivanovitch Chaliapine (parfois Fyodor Ivanovich Shalyapin en translittération anglaise), naît le 1er (ancien style)/13 février (nouveau style) 1873 près de Kazan, dans une famille très pauvre et commence par exercer toutes sortes de métiers – cordonnier, menuisier, potier –, avant de se faire engager comme figurant, puis comme choriste, dans des troupes itinérantes. Il vagabonde d'emploi en emploi, débardeur sur la Volga, puis employé aux Chemins de fer transcaucasiens, se liant d'amitié avec un certain Alexis Maximovitch Pechkov – qui se fera bientôt connaître sous le pseudonyme de Maxime Gorki. Il étudie le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : licence de lettres et sciences humaines, maîtrise de lettres modernes, concepteur et présentateur des émissions musicales classiques de France-3 et R.T.L.

Classification


Autres références

«  CHALIAPINE FIODOR (1873-1938)  » est également traité dans :

OPÉRA DE MONTE-CARLO

  • Écrit par 
  • Gérard CONDÉ
  •  • 1 092 mots

L'inauguration de la salle construite par Charles Garnier, le 25 janvier 1879, peut être considérée comme le point de départ d'une véritable activité lyrique dans la principauté de Monaco. Mais il faudra encore attendre la nomination de Raoul Gunsbourg, en 1893, pour que l'Opéra de Monte-Carlo commence à rivaliser avec les plus grandes scènes internationales. On n'oubliera pas que la construction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-de-monte-carlo/#i_5100

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain DUAULT, « CHALIAPINE FIODOR - (1873-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fiodor-chaliapine/