BOULEZ PIERRE(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 26 mars 1925 Pierre Boulez naît à Montbrison (Loire).

  • 1946 Boulez est nommé directeur de la musique de scène de la Compagnie Renaud-Barrault (il conservera ce poste jusqu'en 1955). Il compose la Première Sonate pour piano, la Sonatine, pour flûte et piano (commande de Jean-Pierre Rampal), et entame la composition du Visage nuptial, pour soprano, contralto, chœur de femmes et grand orchestre, sur des poèmes de René Char tirés de Fureur et mystère (la première version de cette œuvre est achevée en 1947 ; elle sera révisée en 1951-1952, puis en 1985-1989).

  • 1948 Boulez compose la Deuxième Sonate pour piano (qui sera créée par Yvette Grimaud le 29 avril 1950 à l'École normale de musique de Paris) et Le Soleil des eaux, pour soprano, chœur mixte et orchestre, sur des poèmes de René Char (Complainte du lézard amoureux et La Sorgue, extraits du Soleil des eaux) ; cette œuvre sera révisée en 1950, en 1958 et en 1965 (la version de 1950, pour soprano, ténor, baryton, chœur et orchestre, sera créée le 18 juillet 1950 au Théâtre des Champs-Élysées, par l'Orchestre national et les Chœurs de la R.T.F. sous la direction de Roger Désormière, avec Irène Joachim, Joseph Peyron et Pierre Mollet).

  • 4 mai 1952 Le premier mouvement du Premier Livre de Structures pour deux pianos est créé à Paris par Olivier Messiaen et Pierre Boulez ; la version intégrale, en trois mouvements, sera crée à Cologne le 13 novembre 1953, par Yvette Grimaud et Yvonne Loriod ; dans cette œuvre, Boulez tente un sérialisme intégral : l'ordre imposé par les règles du développement sériel s'applique également à la polyphonie, au rythme, aux nuances et à l'instrumentation.

  • 1954 Boulez fonde les Concerts du Petit Marigny, qui prendront en 1955 le nom de Domaine musical, véritable banc d'essai de la musique nouvelle ; Boulez dirigera le Domaine musical jusqu'en 1967.

  • 18 juin 1955 Le Marteau sans maître, pour voix et six instruments, sur des poèmes de René Char extraits du Marteau sans maître, est créé à Baden-Baden, lors du festival de la Société internationale de musique contemporaine, par la mezzo-soprano Sybilla Plate et l'Orchestre symphonique du Südwestfunk de Baden-Baden sous la direction de Hans Rosbaud, son dédicataire.

  • 20 octobre 1962 Les cinq mouvements de Pli selon pli, « portrait de Mallarmé pour soprano et orchestre », sont créés au festival de Donaueschingen, par l'Orchestre symphonique du Südwestfunk de Baden-Baden sous la direction de Hans Rosbaud.

  • 26 mars 1965 Éclat, pour orchestre (15 musiciens), est créé à l'université de Californie à Los Angeles (U.C.L.A.), par des membres du Los Angeles Philharmonic Orchestra sous la direction du compositeur.

  • 1966 Éclat devient Éclat / Multiples, pour orchestre ; cette œuvre sera créée le 21 octobre 1970 à Londres, par l'Orchestre symphonique de la B.B.C. sous la direction du compositeur. Invité par Wieland Wagner, Boulez dirige pour la première fois au festival de Bayreuth (Parsifal, mis en scène par Wieland Wagner) ; il dirige cette production de Parsifal à Bayreuth en 1966, 1967, 1968 et 1970.

  • 1971-1977 Boulez est directeur musical et chef principal de l'Orchestre philharmonique de New York.

  • 2 avril 1975 Rituel in memoriam Bruno Maderna, pour orchestre en huit groupes, est créé à Londres par l'Orchestre symphonique de la B.B.C. sous la direction du compositeur.

  • 1976 Boulez revient au festival de Bayreuth pour diriger la célèbre production du centenaire de la Tétralogie, mise en scène par Patrice Chéreau ; il la dirigera cinq ans de suite, jusqu'en 1980. Il fonde l'Ensemble InterContemporain, qu'il dirigera jusqu'en 1998.

  • Automne de 1977 L'I.R.C.A.M. (Institut de recherche et de coordination acoustique/musique) ouvre ses portes. Boulez, qui avait été invité à le fonder par Georges Pompidou en 1970, le dirigera jusqu'en 1992.

  • 24 février 1979 Boulez dirige au Palais-Garnier, à Paris, la première mondiale de la version en trois actes de Lulu d'Alban Berg, achevée par Friedrich Cerha, dans une mise en scène de Patrice Chéreau.

  • 18 octobre 1981 La version initiale de Répons, pour six instruments so [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Autres références

«  BOULEZ PIERRE (1925-2016)  » est également traité dans :

BOULEZ PIERRE

  • Écrit par 
  • Michel FANO
  •  • 4 054 mots
  •  • 2 médias

En 1945, un homme, seul, pénétrait la musique. Le choc eut lieu par contestation et non par adhésion inconditionnelle aux nouvelles idées musicales de l'époque. Il devait nourrir une inquiétude vigilante, face aux réponses – aussitôt académiques – des assoiffés de modernité turbulente. Il faisait surgir d'une réalité musicale exténuée la véritable contestation qui devait s'affirmer comme le vecteu […] Lire la suite

PIERRE BOULEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 912 mots
  •  • 1 média

Organisé autour des œuvres phares de Pierre Boulez, l’hommage en forme d’exposition que nous propose la Philharmonie de Paris, du 17 mars au 28 juin 2015, se révèle très intelligemment conçu.Agrémenté d’un grand nombre de documents (photos, lettres, manuscrits de partitions, extraits de presse, vidéos) le parcours […] Lire la suite

RÉPONS (P. Boulez)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 288 mots
  •  • 1 média

La version initiale de Répons, de Pierre Boulez, est créée le 18 octobre 1981 au festival de Donaueschingen, sous la direction du compositeur. Avec cette pièce pour solistes, ensemble instrumental et dispositif électroacoustique, l'idée, chère au monde occidental, de l'œuvre-objet, produit fini et reproductible, est battue en brèche […] Lire la suite

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 829 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Support-espace »  : […] S'il nous a paru nécessaire de développer de telles considérations sur les « contenus acousmatiques », c'est que le très abondant répertoire de ces musiques qui s'est constitué depuis le début des années 1950 reste, sur le plan pratique, d'accès difficile. À titre d'exemple, l'acousmathèque du G.R.M. – Groupe de recherches musicales de l'Institut national de l'audiovisuel, héritier du Groupe de m […] Lire la suite

ALÉATOIRE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 301 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  L'œuvre ouverte »  : […] Le concept d'œuvre ouverte est spécifique aux compositeurs européens, qui sont inspirés par des recherches essentiellement littéraires (alors que les compositeurs américains sont surtout influencés par des recherches picturales). Des écrivains comme Stéphane Mallarmé ou James Joyce ont en effet totalement repensé la notion de forme en ne concevant plus l'œuvre dans un déroulement linéaire, avec […] Lire la suite

AMY GILBERT (1936- )

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 717 mots

Dans le chapitre « La composition comme processus inné »  : […] Gilbert Amy naît le 29 août 1936 à Paris. Attiré très jeune par l'architecture et la littérature, il apprend le piano sans enthousiasme excessif, avant de connaître à douze ans la révélation de la musique, lors d'un concert. Dès l'âge de treize ans, s'inspirant de Schubert, de Schumann et de Berlioz, il commence à composer, sans posséder le moindre rudiment de contrepoint ou d'harmonie, simplemen […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conception tripartite de la sémiologie musicale »  : […] Le recours aux modèles linguistiques et l'utilisation de la psychologie expérimentale reposent, comme on l'a montré, sur deux conceptions ontologiques opposées de la musique : la première la traite comme un système de formes pures, la seconde comme un objet immergé dans le vécu humain. Il y a du vrai dans les deux positions, et c'est ce que tente de démontrer la théorie tripartite de la sémiologie […] Lire la suite

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 388 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Évolution de l'atonalité »  : […] On peut discerner trois périodes principales dans l'évolution des musiques dites atonales. Dans la première, qui s'étend de 1908 environ (année où Schönberg commence à écrire ses Quinze Poèmes sur le Livre des jardins suspendus de Stefan George op. 15) à 1923 (année d'achèvement des Cinq Pièces pour piano op. 23), on peut considérer que le principe de la tonalité classique s'est trouvé complètem […] Lire la suite

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] Jean-Louis Barrault entre en théâtre à vingt ans, après avoir été l'élève de Charles Dullin, dont il apprend beaucoup, et rencontré au théâtre de l'Atelier le grand mime Étienne Decroux dont les leçons font épanouir en lui un art inné de la pantomime, qui lui donne une place particulière parmi les comédiens de son temps. Il en témoigne dès sa première mise en scène au théâtre de l'Atelier en 193 […] Lire la suite

DOMAINE MUSICAL

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 255 mots
  •  • 1 média

Le Domaine musical fut une des grandes aventures musicales du xx e  siècle : cette bouillonnante association naît en 1954 de la volonté de Jean-Louis Barrault et de Pierre Boulez. Il est alors indispensable d'offrir aux jeunes compositeurs un cadre où ils puissent s'exprimer et nouer un contact avec un public qui ignore pratiquement tout des bouleversements que connaît la musique, les organisat […] Lire la suite

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « BOULEZ PIERRE - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/boulez-reperes-chronologiques/