LE SACRE DU PRINTEMPS (I. Stravinski)

La création du Sacre du printemps, le 29 mai 1913, au théâtre des Champs-Élysées, à Paris, a donné lieu à l'un des plus fameux scandales de l'histoire de la musique, empoignades entre les spectateurs, sifflets et hurlements couvrant la musique. Alors que la comtesse de Pourtalès déplorait qu'on lui manque de respect pour la première fois de sa vie, Ravel criait au génie. Ces « Tableaux de la Russie païenne » en deux parties avaient été commandés à Stravinski par Serge de Diaghilev pour ses Ballets russes. L'argument était signé Stravinski et Nicolas Roerich, la chorégraphie Vaslav Nijinski ; l'orchestre était dirigé par Pierre Monteux. Stravinski reconstitue un rituel sacral païen, plongeant aux origines du paganisme russe, comme l'avait fait avant lui Rimski-Korsakov dans plusieurs de ses opéras. Mais le langage est radicalement nouveau, ce qui a dérouté les musiciens et l'auditoire : rudesse des agrégats harmoniques, mélanges de tonalités, figures répétées de manière obsessionnelle, structures polyrythmiques, violence de l'orchestration. L'effectif instrumental est considérable. La Danse sacrale finale est un condensé en forme de chaos de la tension accumulée au cours des deux parties. Le Sacre du printemps s'est rapidement imposé comme la pierre fondamentale de la musique du xxe siècle.

—  Alain PÂRIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « LE SACRE DU PRINTEMPS (I. Stravinski) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacre-du-printemps/