DURAS MARGUERITE (1914-1996)

Médias de l’article

Marguerite Duras

Marguerite Duras
Crédits : Hulton Getty

photographie

Hiroshima mon amour, d'A. Resnais, 1959 : E. Riva et Eiji Okada

Hiroshima mon amour, d'A. Resnais, 1959 : E. Riva et Eiji Okada
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


« Elle écrit, Marguerite Duras, oui, M. D., elle écrit. Elle a des crayons, des stylos et elle écrit. C'est ça. C'est ça et rien d'autre. » L'écriture est la seule identité que Marguerite Duras se concède. L'écrit a pris possession de tout, du théâtre comme du cinéma. Il parcourt tout, le corps comme le plus courant de la vie. Il finit par tenir lieu de tout, de l'alcool – refuge contre l'absence de Dieu –, de l'histoire personnelle comme de celle de l'univers – « Que le monde aille à sa perte, c'est la seule politique. » Écrire ne sauve de rien, et surtout pas de la mort, et surtout pas de l'amour. Écrire est une occupation tragique plongeant au fond d'un inconnu de soi, dans cette zone indéfinissable que Marguerite Duras appelle « l'ombre interne », nourrie par la mémoire et l'oubli, proche de l'inconscient mais aussi de cet état de folie à la limite de laquelle se tient l'auteur. Elle est fascinée par la mendiante des bords du Gange – dont le chant lancinant parcourt India Song –, par Lol V. Stein – dont Le Ravissement s'exprime dans le silence ou dans le cri –, par Émily L., femme poète dont le personnage lui a été suggéré par une malade d'un asile psychiatrique.

Marguerite Duras

Marguerite Duras

photographie

Marguerite Duras (1914-1996), romancière et cinéaste française, photographiée ici en 1961. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'histoire de la vie n'existe pas : « Le roman de ma vie, de nos vies, oui ; mais pas l'histoire. » Pourtant, c'est de la vie que se nourrit entièrement l'écrit, à distance d'abord, jusqu'en 1984, jusqu'à l'aveu autobiographique que représente L'Amant. Marguerite Duras se laisse alors porter par ce qu'elle a appelé « l'écriture courante », qui suit le mouvement quotidien et poétique de l'existence. L'écriture devient alors celle de tous, et l'auteur peut parler au nom de tous. Atteignant à une notoriété populaire, nationale et internationale, rarement égalée, elle suscite des polémiques violentes par ses prises de position dans des affaires judiciaires à scandale (le meurtre du petit Grégory Villemin) et par son désir de tout dire, dans ses romans, dans ses films, dans ses pièces de théâtre ou dans des formes ordinairement considérées, avec mépris, comme de la paralittérature : elle revendique comme une part de son œuvre les entretiens, les articles de journaux et même ses interventions à la télévision.

Marguerite Duras fait scandale par l'écrit, par les circonstances de sa vie qu'elle s'obstine à montrer au grand jour, par une présence médiatique qu'elle utilise pour donner à la parole le pouvoir d'une vraie liberté.

Du roman aux zones limites

Marguerite Donnadieu est née le 4 avril 1914 à Gia Dinh, agglomération au nord de Saigon, dans une famille de petits fonctionnaires français. Le pseudonyme de Duras lui vient d'une commune du sud-ouest de la France, lieu d'origine de la famille paternelle. Son père meurt en 1918, et sa mère, institutrice, reste seule avec Marguerite et ses deux frères plus âgés : le « grand frère » – l'ennemi, le dépravé – et le « petit frère », celui dont elle partage tous les jeux. La mère achète une concession à Vinh Long sur les bords du Mékong. Or sa propriété se révèle incultivable, envahie régulièrement par la mer, malgré le barrage qu'elle tente d'ériger contre le Pacifique. La mère, proche de la folie, manifeste une vraie préférence pour le frère aîné qui, longtemps après, finira de la dépouiller. À l'âge de douze ans, Marguerite connaît une crise très grave avant son départ pour le pensionnat de Saigon. Elle y est fascinée par la beauté et l'histoire d'une femme de la colonie européenne, Elizabeth Striedter, qui deviendra dans son œuvre Anne-Marie Stretter. Elle y rencontre celui qui sera l'amant chinois.

Son retour en France en 1932 est définitif : jamais elle ne reviendra dans ces colonies des deltas d'Extrême-Orient. Après son baccalauréat de philosophie, elle fait des études supérieures et épouse Robert Antelme en 1939. Ils habitent rue Saint-Benoît dans un appartement que Marguerite Duras ne quittera jamais. Leur absence totale de conscience politique est manifeste lorsque Marguerite collabore au livre de Philippe Roques, L'Empire français, aux résonances colonialistes. Par contre, son premier roman, La Famille Taneran, est refusé par Gallimard. Les années 1942-1943 sont un tournant essentiel : elle perd à la naissance son premier enfant. Elle apprend, peu après, la mort du « petit frère » pendant la guerre sino-japonaise, et sa douleur est terrible. Elle rencontre Dionys Mascolo et décide de vivre avec lui, ce qui n'entrave pas l'amitié très forte de celui-ci avec Robert Antelme : dans l'œuvre apparaît souvent « ce chiffre [...] à nouer autrement : car pour le saisir il faut se compter trois » mis en valeur par Jacques Lacan dans son « hommage fait à Marguerite Duras, du ravissement de Lol V. Stein ».

L'année 1943 est celle de la publication du premier roman sous le pseudonyme de Duras : La Vie tranquille. Mais c'est également celle de la terrible prise de conscience du sort fait aux juifs. Dionys Mascolo, Robert Antelme et Marguerite Duras rejoignent la Résistance, où ils se retrouvent dans le même réseau que François Mitterrand. Robert Antelme est arrêté, déporté et sauvé par miracle des camps. Ce n'est qu'après l'été de 1946, après cette saison de chaleur et de soleil où se déroule la plupart des romans de Marguerite Duras – dont Les Petits Chevaux de Tarquinia – qu'elle divorce de Robert Antelme. Son fils, Jean Mascolo, naît en 1947. À partir de 1950, sa vie est marquée par la succession de ses livres : Un barrage contre le Pacifique manque de peu le Goncourt, Le Square marque la critique qui y voit l'émergence d'un nouveau genre d'écriture, cette « sous-conversation » venue de la littérature anglo-saxonne et déjà mise en valeur par Nathalie Sarraute. Moderato cantabile (500 000 exemplaires vendus) lui permet, en 1958, d'acheter la maison de Neauphle-le-Château. Le film Hiroshima mon amour est connu autant pour sa scénariste, Marguerite Duras, que pour son réalisateur, Alain Resnais. En 1965, son premier succès théâtral, Des journées entières dans les arbres, marque également sa première collaboration avec l'actrice Madeleine Renaud, qui ressuscite le personnage de sa mère.

Hiroshima mon amour, d'A. Resnais, 1959 : E. Riva et Eiji Okada

Hiroshima mon amour, d'A. Resnais, 1959 : E. Riva et Eiji Okada

photographie

Emmanuelle Riva et Eiji Okada dans Hiroshima mon amour (1959), d'Alain Resnais. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Après avoir quitté le Parti communiste, où ils s'étaient inscrits après la guerre, les membres du groupe de la rue Saint-Benoît – Edgar Morin, Elio Vittorini, puis Jean Schuster autour de Marguerite Duras, de Robert Antelme et de Dionys Mascolo – sont extrêmement présents sur le terrain politique : contre la guerre d'Algérie est publié, avec la participation de Maurice Blanchot, le Manifeste des 121. En 1968, ils participent très activement au Comité étudiants-écrivains. Les événements de Mai ne sont sans doute pas étrangers à l'évolution de Marguerite Duras. Elle prospecte des genres nouveaux, celui de l'entretien (Les Parleuses, avec Xavière Gauthier), celui d'un cinéma à tout petit budget, explorant des zones limites : India Song est fondé sur le principe des « voies extérieures au récit », sur un décalage total entre l'image et le son, une mise en valeur de la lumière, des lieux et des corps ; la narration n'intervient que de manière secondaire. Dans Le Camion, le texte est lu par elle-même et par Gérard Depardieu, filmés assis à une table, dans une situation de lecteurs plus que d'acteurs. L'extrême limite, l'impossible du cinéma est atteint en 1981 avec L'Homme atlantique où l'écran noir rend visible « l'ombre interne » et redonne toute sa place au texte, à cette écriture sans laquelle le cinéma – selon Marguerite Duras – n'existe pas : « l'image est portée par l'écriture ; elle est d'abord dite dans l'écriture. »

L’« écriture courante »

Le début des années 1980 est marqué par le retour à l'écriture, mais une écriture différente. Différente au niveau de la forme : elle suit le courant de la vie, ce sont des chroniques parues dans les journaux (L'Été 80 publié dans Libération) ou des textes d'abord dits devant le magnétophone de Jérôme Beaujour (La Vie matérielle, où « on parle de tout et de rien, au cours d'une journée comme les autres, banale ») ou devant la caméra de Benoît Jacquot (Écrire). Différente aussi au niveau du contenu avec l'arrivée dans son appartement de l'hôtel des Roches noires à Trouville de Yann Andréa, jeune homosexuel avec lequel elle entretient une relation amoureuse dont le plus beau chant est La Maladie de la mort. Différente dans l'enjeu, dans le pacte signé avec ses lecteurs : à partir de 1984, avec L'Amant elle dit ouvertement « je », je suis la jeune fille qui a eu, à seize ans, à Saigon, un riche amant chinois, au mépris de toutes les conventions sociales. La force de cet aveu chez un écrivain dont la réputation d'intellectuelle était pour le grand public synonyme d'austérité, la limpidité de l'écriture, le caractère exotique du thème font partie des raisons du succès immédiat et foudroyant du livre, avant même son entretien avec Bernard Pivot dans le cadre d’« Apostrophes ». Elle y manifeste tous les atouts de sa séduction et de son savoir-faire devant la caméra, forgé pendant des années d'une pratique cinématographique qui était aussi un apprentissage personnel. Elle a le désir de prendre la parole, sur tous les sujets, à tout moment, en toute liberté. Le succès lui permet d'en faire usage au risque de se séparer de son public habituel. Pour les lecteurs de Marguerite Duras, il y a les livres d'avant L'Amant et ceux d'après. Très rares sont ceux qui aiment également les deux périodes.

Marguerite Duras a accepté que d'autres rassemblent pour elle ses articles en recueils intitulés Outside. Profitant de l’« impunité » que lui confère le succès de L'Amant, elle publie La Douleur, des textes sur la Seconde guerre mondiale, à la limite du soutenable. Elle tente la fusion de l'écriture avec les arts de la représentation – le théâtre et le cinéma – sur un mode original : Les Yeux bleux cheveux noirs reprend le thème exploré dans La Maladie de la mort en lui donnant une dimension théâtrale, sans pour autant cesser de résonner comme un texte romanesque. Elle considère L'Amant de la Chine du Nord comme « le livre libre du cinéma », comme la reprise de L'Amant par le regard du cinéaste, comme le texte du film qui aurait dû être tourné non par Jean-Jacques Annaud mais par Marguerite Duras elle-même. Quant au roman La Pluie d'été, il reprend l'histoire d'Ernesto, d'abord album pour enfants publié par Harlin Quist, puis film sous le titre Les Enfants. Ce surdoué d'une famille émigrée de Vitry, qui voue à sa sœur un amour proche de la mort, refuse d'aller à l'école « parce que à l'école on lui apprend des choses qu'il ne sait pas ». Lorsque Éric Vigné met en scène La Pluie d'été, en 1993, il fait lire aux acteurs sur la scène ce texte dont les dialogues sont écrits comme pour être joués.

Yann Andréa est devenu un personnage mythique sous le nom de Yann Andréa Steiner, le héros du roman homonyme, et le livre pressenti comme ultime, presque unanimement rejeté et décrié, C'est tout, s'élève encore comme un chant d'amour à celui qui par son existence et sa présence a redonné un nouvel élan à l'écriture pour la conduire à son point de tension extrême, dans un texte qui s'approche de l'indécence du rien. L'écriture se poursuit au-delà de l'écrit. Marguerite Duras s'y montre comme Nicholas Ray face à la caméra de Wim Wenders dans Nick's Movie. Aucun des deux metteurs en scène n'ose dire « cut ! », « coupez ! », car tous deux savent que cet ordre sera signe de mort, en ôtant à celui pour lequel l'art et la vie ne font qu'un le droit à l'écriture, sa seule respiration.

Marguerite Duras est morte le 3 mars 1996.

—  Aliette ARMEL

Bibliographie

※ Œuvres

Œuvres complètes, 4 t., G. Philippe dir., Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris, 2011-2014

Les Impudents, roman, Plon, Paris, 1943 ; La Vie tranquille, roman, Gallimard, Paris, 1944 ; Un barrage contre le Pacifique, roman, ibid., 1950 ; Le Marin de Gibraltar, roman, ibid., 1952 ; Les Petits Chevaux de Tarquinia, roman, ibid., 1953 ; Des journées entières dans les arbres, suivi de Le Boa, Madame Dodin, Les Chantiers, récits, ibid., 1954 ; Le Square, roman, ibid., 1955 ; Moderato cantabile, roman, Minuit, Paris, 1958 ; Les Viaducs de la Seine-et-Oise, théâtre, Gallimard, 1959 ; Hiroshima mon amour, scénario et dialogues, film d'A. Resnais, 1959, ibid., 1960 ; Dix Heures et demie du soir en été, roman, ibid., 1960 ; Une aussi longue absence, scénario et dialogues, en coll. avec G. Jarlot, film de H. Colpi, ibid., 1961 ; L'Après-Midi de monsieur Andesmas, récit, ibid., 1962 ; Le Ravissement de Lol V. Stein, roman, ibid., 1964 ; Théâtre I : Les Eaux et Forêts, Le Square, La Musica, ibid., 1965 ; Le Vice-Consul, roman, ibid., 1965 ; La Musica, film, coréalisé avec P. Seban, 1966 ; L'Amante anglaise, roman, Gallimard, 1967, théâtre, Cahiers du Théâtre national populaire, Paris, 1968 ; Théâtre II : Suzanna Andler, Des journées entières dans les arbres, Yes, peut-être, Le Shaga, Un homme est venu me voir, Gallimard, 1968 ; Détruire, dit-elle, roman, Minuit, 1969 ; film, 1969 ; Abahn, Sabana, David, roman, Gallimard, 1970 ; L'Amour, ibid., 1971 ; Jaune le soleil, film, 1971 ; Nathalie Granger, film, 1972 ; roman, Gallimard, 1973 ; India Song, théâtre, ibid., 1973 ; La Femme du Gange, film, 1973, Gallimard, 1973 ; Les Parleuses, entretiens avec X. Gauthier, Minuit, 1974 ; India Song, film, 1975 ; Baxter, Vera Baxter, film, Diffusion, 1976 ; Son nom de Venise dans Calcutta désert, film, 1976 ; Des journées entières dans les arbres, film, 1976 ; Le Camion, film, 1977, suivi de Entretien avec Michelle Porte, Minuit, 1977 ; Les Lieux de Marguerite Duras, en coll. avec M. Porte, ibid., 1977 ; L'Éden cinéma, théâtre, Mercure de France, Paris, 1977 ; Le Navire night, 1978, suivi de Césarée, film, 1979 ; Les Mains négatives, film, 1979 ; Aurélia Steiner, dit Aurélia Melbourne, film, 1979 ; Aurélia Steiner, dit Aurélia Vancouver, film, 1979 ; Aurélia Steiner, dit Aurélia Paris, roman, Mercure de France, 1979 ; Vera Baxter, ou Les Plages de l'Atlantique, roman, Albatros, Paris, 1980 ; L'Homme assis dans le couloir, récit, Minuit, 1980 ; L'Été 80, ibid., 1980 ; Les Yeux verts, textes, Cahiers du cinéma, Paris, 1980 ; Agatha, Minuit, 1981 ; Agatha et les lectures illimitées, film, 1981 ; Outside, articles, Albin Michel, Paris, 1981 ; L'Homme atlantique, film, 1981 ; récit, Minuit, 1982 ; Dialogue de Rome, film, 1982 ; Savannah Bay, Minuit, 1re éd. 1982, 2e éd. augm. 1983 ; La Maladie de la mort, récit, ibid., 1982 ; Théâtre III : Les Papiers d'Aspern, d'après H. James, adaptation franç. avec R. Antelme, 1961 ; La Bête dans la jungle, d'après H. James, première adaptation avec G. Jarlot, 1962 ; seconde adaptation 1981 ; La Danse de mort, d'après A. Strindberg, adaptation, 1970, Gallimard, 1984 ; L'Amant, roman, Minuit, 1984 ; La Douleur, roman, P.O.L., 1985 ; La Musica deuxième, roman, Gallimard, 1985 ; Les Enfants, film, avec J. Mascolo et J.-M. Turine, 1985 ; Les Yeux bleus cheveux noirs, roman, Minuit, 1986 ; La Pute de la côte normande, ibid., 1986 ; La Vie matérielle, P.O.L., 1987 ; Emily L., roman, Minuit, 1987 ; La Pluie d'été, roman, P.O.L., 1990 ; L'Amant de la Chine du Nord, roman, Gallimard, 1991 ; Yann Andréa Steiner, roman, P.O.L., 1992 ; Écrire, Gallimard, 1993 ; Le Monde extérieur, Outside 2, articles, P.O.L., 1993 ; C'est tout, récit, ibid., 1995 ; La Mer écrite, photogr. H. Bramberger, Marval, 1996 ; Romans, cinéma, théâtre, un parcours, 1943-1993, coll. Quarto, Gallimard, Paris 1997 ; Théâtre IV : Véra Baxter, L'Eden cinéma, L'Amante anglaise, Adaptations de Home, La Mouette, Gallimard, Paris, 1999 ; Yann Andréa Steiner, ibid., 2001 ; Cahiers de la guerre et autres textes, éd. S. Bogaert et O. Corpet, P.O.L., Paris, 2006.

※ Études

B. Alazet & C. Blot-Labarrère dir., Marguerite Duras, Cahier de l'Herne, 2005

B. Alazet, C. Blot-Labarrère & R. Harvey dir., Marguerite Duras. La tentation du poétique, Presses de la Sorbonne nouvelle, Paris, 2002

A. Armel, Marguerite Duras et l'autobiographie, Le Castor Astral, Paris, 1990

D. Bajomee, Duras ou la Douleur, De Bœck univ., Bruxelles, 1989

M. Blanchot, La Communauté inavouable, Minuit, Paris, 1983

C. Blot-Labarrère, Marguerite Duras, Seuil, Paris, 1992

C. Burgelin & P. de Gaulmyn, Lire Duras : écriture, théâtre, cinéma, actes du colloque « Duras 3D », université de Lyon-II, 13-1 nov. 1997, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2001

M. Duras, J. Lacan, M. Blanchot et al., Marguerite Duras, Albatros, Paris, 1975

M. Marini, Territoires au féminin, Minuit, 1977

A. Vircondelet dir., Marguerite Duras, Rencontres de Cerisy, Écriture, 1994.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DURAS MARGUERITE (1914-1996)  » est également traité dans :

LE RAVISSEMENT DE LOL V. STEIN (M. Duras) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 063 mots
  •  • 1 média

Marguerite Duras écrit Le Ravissement de Lol V. Stein pendant l'été de 1963, enfermée, seule, dans son appartement de l'hôtel des Roches noires à Trouville. Elle a mis un temps à distance sa relation passionnée avec Gérard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-ravissement-de-lol-v-stein/#i_39329

LA MALADIE DE LA MORT (M. Duras)

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURIN
  •  • 1 319 mots

Créée à la Schaubühne de Berlin en 1991, dans une traduction de Peter Handke, la mise en scène de La Maladie de la mort par Robert Wilson a dû attendre sa reprise au Théâtre Vidy-Lausanne, en 1996, pour être jouée dans le texte original de Marguerite Duras . Cette seconde version du spectacle, semblable à la première dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-maladie-de-la-mort/#i_39329

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Érôs et Thanatos »  : […] « Tu me tues, tu me fais du bien. » Les huit monosyllabes de ce leitmotiv harcelant d'Hiroshima mon amour, agressivement contradictoires, deviennent, dans la mémoire, chant profond, recomposent idéalement, au bénéfice de la simplicité, un film surchargé d'intentions. Par-delà la rhétorique des dialogues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_39329

FÉMINISME - Le féminisme des années 1970 dans l'édition et la littérature

  • Écrit par 
  • Brigitte LEGARS
  •  • 6 190 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le « continent noir » »  : […] aussi avec la même fréquence chez des auteurs qui n'ont pas de rapports directs avec le mouvement ou, du moins, avec sa théorie et ses axes de revendication. Pour Marguerite Duras, l'écriture est ainsi le moyen d'un retour aux images de l'enfance en Indochine et d'une réflexion sur un passé colonial désormais clos, où la pauvreté côtoyait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-le-feminisme-des-annees-1970-dans-l-edition-et-la-litterature/#i_39329

HIROSHIMA MON AMOUR, film de Alain Resnais

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 993 mots
  •  • 1 média

des nazis, Resnais propose de transformer la commande initiale d'un documentaire sur Hiroshima en film de fiction. Il propose également de faire appel à la romancière Marguerite Duras pour obtenir un scénario original. Celle-ci écrit alors l'histoire de la jeune femme de Nevers, amoureuse d'un soldat allemand, qui devient la maîtresse d'un jeune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hiroshima-mon-amour/#i_39329

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1975 France. lndia Song, de Marguerite Duras Chef-d’œuvre fascinant, ponctué par le thème de Carlos d'Alessio. Des voix, en majorité féminines, flottent autour des corps des invités d'une réception à l'ambassade de France dans l’Inde des années 1930, sans être « plaquées » sur eux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_39329

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 684 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles techniques, nouvelle vision du monde »  : […] des impressions qui enrichissent sa conscience. Si on annexe difficilement les œuvres de Marguerite Duras au nouveau roman, c'est qu'y figurent (voire y reviennent, dans le cas d'Anne-Marie Stretter) des personnages au destin romanesque, fussent-ils (telles Lol. V. Stein ou Emily L.) dotés d'un nom qui trahit un manque : faille de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_39329

SELLERS CATHERINE (1926-2014)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 865 mots

Paradoxalement, à l’exception d’Alain Resnais qui lui confie le rôle de Natalya dans Stavisky (1974), le cinéma n’a guère fait appel à cette personnalité aussi exigeante que discrète. À une exception notable : Marguerite Duras […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catherine-sellers/#i_39329

Voir aussi

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « DURAS MARGUERITE - (1914-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-duras/