SAINT-SAËNS CAMILLE (1835-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur, organiste et pianiste français Camille Saint-Saëns possédait une culture encyclopédique remarquable. Intéressé par la botanique, l’astronomie et l’archéologie, il privilégiait jusque dans son œuvre la raison, s’inspirant du classicisme français à l’âge du postromantisme. Son style, selon la formule convenue, préférait la « clarté de la forme », ce qui n’excluait pas l’expression d’une certaine sensibilité, comme en témoignent des œuvres aussi diverses que l’Introduction et Rondo Capriccioso (1863), le Troisième Concerto pour violon (1880), l’opéra Samson et Dalila (1877) ou encore la Symphonie avec orgue (1886).

Saint-Saëns

Saint-Saëns

Photographie

Le compositeur français Camille Saint-Saëns (1835-1921). 

Crédits : Rischgitz/ Getty Images

Afficher

Formation et parcours

Charles-Camille Saint-Saëns naît le 9 octobre 1835 à Paris. Issu de la petite bourgeoisie, orphelin de père, il est élevé par sa mère et sa grand-tante. Doué d’une excellente mémoire auditive, le jeune garçon manifeste très tôt des dons musicaux. Il reçoit de Camille-Marie Stamaty un premier enseignement du piano dès 1843 et de Pierre Maleden ses premières leçons d’harmonie, de contrepoint et de fugue. Le 6 mai 1846, le jeune musicien donne un concert à la salle Pleyel où il exécute au piano des œuvres de Mozart et de Beethoven. Cet événement salué par la presse, et qui lui vaut de se produire à la cour de Louis-Philippe aux Tuileries, inaugure soixante-quinze années de carrière, soit l’une des plus longues de la musique occidentale.

En 1848, Saint-Saëns entre au Conservatoire de Paris dont il obtient un premier prix en 1851. Il y étudie notamment l’orgue avec François Benoist et la composition avec Jacques Fromental Halévy. Après un échec au prix de Rome en 1852, Saint-Saëns devient le titulaire des orgues de l’église Saint-Merry à Paris et compose sa Première Symphonie l’année suivante, à l’âge de dix-huit ans. Il obtient en 1857 le prestig [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAINT-SAËNS CAMILLE (1835-1921)  » est également traité dans :

DARRÉ JEANNE-MARIE (1905-1999)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 633 mots

La France l'a trop vite oubliée. Ailleurs, notamment aux États-Unis, Jeanne-Marie Darré est considérée comme l'une des plus grandes interprètes d'un siècle qu'elle a traversé presque dans son entier. Avec elle a disparu la dernière incarnation d'une brillante école française du piano, dont les caractéristiques très particulières se sont noyées dans l'uniformité des standards internationaux. Jeanne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-marie-darre/#i_17346

GODOWSKI LEOPOLD (1870-1938)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 079 mots

Surnommé le « pianiste des pianistes », Godowski fut, de 1900 à 1930, acclamé par le public du monde entier et admiré par ses pairs, qui voyaient en lui le premier d'entre eux. Il fut également un pédagogue réputé, comptant parmi ses élèves nombre de musiciens qui deviendront célèbres, comme Issaï Alexandrovitch Dobroven (Dobrowen) ou Heinrich Neuhaus. Enfin et surtout, il écrivit pour le piano s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-godowski/#i_17346

LYRISME MUSICAL

  • Écrit par 
  • Étienne SOURIAU
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Arguments esthétiques »  : […] On fait observer que le fait musical doit trouver en lui-même sa raison d'être ; que si, aux mesures 14 à 18 de la Sonate pour piano (1926) de Béla Bartók, l' ut , qui précédemment était diésé, est marqué d'un bécarre, ce n'est pas parce que l'émotion du compositeur le force à baisser le ton (ce qui ne serait qu'un pur accident technique, analogue à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme-musical/#i_17346

XYLOPHONE, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 633 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] Instrument des fêtes populaires et des musiciens vagabonds, le psaltérion européen est également l'attribut de la Mort dans les représentations de danses macabres. C'est d'ailleurs dans le poème symphonique Danse macabre de Camille Saint-Saëns (1875) que le xylophone fait son entrée, tardive, dans l'orchestre symphonique ; le compositeur a mis à profit sa sonorité sèche et c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xylophone-en-bref/#i_17346

Voir aussi

Pour citer l’article

Stéphane LETEURÉ, « SAINT-SAËNS CAMILLE - (1835-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-saint-saens/