SAINT-SAËNS CAMILLE (1835-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Camille Saint-Saëns fut l’un des musiciens les plus complets de son époque. Tout à la fois maître de l’écriture et de l’orchestration, pianiste et organiste virtuose, chef d’orchestre, épistolier, musicographe, il aura pratiqué tous les genres existants. Il s’est également signalé par ses curiosités multiples, notamment dans le domaine scientifique.

Saint-Saëns

Photographie : Saint-Saëns

Le compositeur français Camille Saint-Saëns (1835-1921). 

Crédits : Rischgitz/ Getty Images

Afficher

Né à Paris le 9 octobre 1835, orphelin de père dès ses premiers mois, élevé par sa mère et sa grand-tante, il se révèle enfant prodige, ayant l’oreille absolue et sachant les notes avant les lettres. Son premier professeur de piano est Camille-Marie Stamaty, qui l’oriente rapidement vers Pierre Maleden auprès duquel il apprend l’harmonie et le contrepoint. Il donne son premier concert avec orchestre à l’âge de onze ans. À quatorze ans, il entre au Conservatoire de Paris chez François Benoît en classe d’orgue et chez Fromental Halévy en composition. Il échouera pourtant à deux reprises au prix de Rome. En 1853, il est nommé à l’orgue de Saint-Merri, qu’il quitte pour l’église de la Madeleine en 1858. Ses talents d’improvisateur impressionnent Liszt, et une estime réciproque s’établit entre eux. De même, il suscite en tant que pianiste et déchiffreur l’admiration de Berlioz et de Wagner. Il pratiquera le piano toute sa vie, se produira abondamment comme concertiste et enseignera quelques années (1861-1865) à l’école Niedermeyer où Fauré, Messager, Gigout, entre autres vont compter parmi ses élèves.

Une affirmation de la musique française

Les deux premières décennies de sa carrière de compositeur, des années 1850 à la fin 1860, sont marquées par le succès de l’Ode à sainte Cécile (1852) couronnée par la Société Sainte-Cécile ; la même récompense salue la symphonie Urbs Roma (1857). Au cours de cette même période, il écrit sa Symphonie no 1 (1853) et son Concerto pour piano no 1 (1858), le premier d’une série de cinq qui font de lui le premier Français à pratiquer ce genre.

La mort de Berlioz en 1869 et la défaite face à l’Allemagne en 1870 vont amorcer un double tournant dans la musique française. En mars 1871, les événements de la Commune incitent Saint-Saëns à quitter provisoirement la France pour l’Angleterre, un pays où il séjourne fréquemment. En cette même année, il est l’un des principaux fondateurs, avec Romain Bussine, César Franck, Édouard Lalo, Henri Duparc et Gabriel Fauré, de la Société nationale de musique (SNM), dont la devise est « Ars gallica ». Née d’une réaction patriotique, elle se fixe pour but de promouvoir la nouvelle génération de compositeurs français et de constituer un répertoire d’œuvres instrumentales telles que la symphonie classico-romantique et la musique de chambre, typiques de la tradition allemande mais inexistantes dans la musique française. Fonctionnant en synergie avec la Société des compositeurs, la SNM a l’oreille favorable de l’Assemblée nationale.

Entre 1871 et 1876, Saint-Saëns écrit ses quatre poèmes symphoniques, les premiers en France, nés sous l’influence de Liszt quoique très différents d’esprit : Le Rouet d’Omphale (1871), Phaéton (1873), la Danse macabre (1874) et La Jeunesse d’Hercule (1876). Pièce concertante pour violon et orchestre, la Danse macabre, lui a valu une célébrité justifiée. À partir d’une mélodie du compositeur, l’œuvre est adaptée d’un poème de Henri Cazalis alias Jean Lahor, qui sert de programme : « Zig et zig et zag, la Mort en cadence/frappant une tombe avec son talon,/la Mort à minuit joue un air de danse,/ Zig et zig et zag sur son violon ». Après les douze coups de minuit, un rythme de valse s’installe, où passe une citation parodiée du Dies irae grégorien ; les pizzicati des cordes et le xylophone imitent les bruits d’ossements. Le chant du coq, au hautbois, marque la fin de la fête nocturne.

Les années 1870 sont très actives à divers titres : Saint-Saëns écrit pour des journaux, La Renaissance littéraire et artistique (sou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Saint-Saëns

Saint-Saëns
Crédits : Rischgitz/ Getty Images

photographie

Samson et Dalila, G. Moreau

Samson et Dalila, G. Moreau
Crédits : Heritage Images/Fine Art Images/ Akg-images

photographie

L’Assassinat du duc de Guise, C. Le Bargy et A. Calmettes

L’Assassinat du duc de Guise, C. Le Bargy et A. Calmettes
Crédits : Affiche de Maxime Desthomas, 1908 - Collection Fondation Pathé

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en musicologie, maître de conférences à l'université d'Évry, retraité

Classification

Autres références

«  SAINT-SAËNS CAMILLE (1835-1921)  » est également traité dans :

DARRÉ JEANNE-MARIE (1905-1999)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 633 mots

La France l'a trop vite oubliée. Ailleurs, notamment aux États-Unis, Jeanne-Marie Darré est considérée comme l'une des plus grandes interprètes d'un siècle qu'elle a traversé presque dans son entier. Avec elle a disparu la dernière incarnation d'une brillante école française du piano, dont les caractéristiques très particulières se sont noyées dans l'uniformité des standards internationaux. Jeanne […] Lire la suite

GODOWSKI LEOPOLD (1870-1938)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 079 mots

Surnommé le « pianiste des pianistes », Godowski fut, de 1900 à 1930, acclamé par le public du monde entier et admiré par ses pairs, qui voyaient en lui le premier d'entre eux. Il fut également un pédagogue réputé, comptant parmi ses élèves nombre de musiciens qui deviendront célèbres, comme Issaï Alexandrovitch Dobroven (Dobrowen) ou Heinrich Neuhaus. Enfin et surtout, il écrivit pour le piano s […] Lire la suite

LYRISME MUSICAL

  • Écrit par 
  • Étienne SOURIAU
  •  • 2 857 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Arguments esthétiques »  : […] On fait observer que le fait musical doit trouver en lui-même sa raison d'être ; que si, aux mesures 14 à 18 de la Sonate pour piano (1926) de Béla Bartók, l' ut , qui précédemment était diésé, est marqué d'un bécarre, ce n'est pas parce que l'émotion du compositeur le force à baisser le ton (ce qui ne serait qu'un pur accident technique, analogue à un couac d'exécutant), mais c'est qu'ici il fa […] Lire la suite

XYLOPHONE, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 635 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] Instrument des fêtes populaires et des musiciens vagabonds, le psaltérion européen est également l'attribut de la Mort dans les représentations de danses macabres. C'est d'ailleurs dans le poème symphonique Danse macabre de Camille Saint-Saëns (1875) que le xylophone fait son entrée, tardive, dans l'orchestre symphonique ; le compositeur a mis à profit sa sonorité sèche et cassante pour évoquer l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André LISCHKE, « SAINT-SAËNS CAMILLE - (1835-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-saint-saens/