Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WALTER BRUNO (1876-1962)

Bruno Walter - crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Bruno Walter

Au sein d'une génération de chefs d'orchestre qui assura la transition entre le xixe et le xxe siècle, Bruno Walter a incarné une approche mesurée, à mi-chemin des deux tempéraments extrêmes que représentaient Furtwängler et Toscanini. Disciple de Mahler, grand mozartien, il plaça toute sa carrière sous le signe de la recherche de l'équilibre et de la perfection, sans pourtant gommer l'héritage passionné des conceptions romantiques dans lesquelles il avait été bercé pendant toute sa jeunesse.

Bruno Walter et Elisabeth Schumann - crédits : Gerti Deutsch/ Picture Post/ Hulton Archive / Getty Images

Bruno Walter et Elisabeth Schumann

Cinq grands chefs d'orchestre - crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

Cinq grands chefs d'orchestre

Dans l'ombre de Mahler

Bruno Walter Schlesinger voit le jour à Berlin le 15 septembre 1876. Il fait ses études musicales au conservatoire Stern de sa ville natale avec Heinrich Ehrlich ( piano), Ludwig Bussler (théorie) et Robert Radeke (composition et direction) ; il reçoit notamment une solide formation de pianiste. Il s'immerge dans les écrits du théoricien Heinrich Schenker et découvre la musique de Wagner (interdite au conservatoire !) à la Bibliothèque royale de Prusse. Dès l'âge de neuf ans, il donne ses premiers concerts et, à treize ans, il joue le Concerto en mi bémol de Ignaz Moscheles avec l'Orchestre philharmonique de Berlin.

Pendant toute sa vie, il continuera à se produire comme pianiste. Mais ses parents s'opposent à une carrière d'enfant prodige. En 1889, il entend Hans von Bülow et décide alors de devenir chef d'orchestre. Une bourse lui permet d'assister à des représentations du festival de Bayreuth de 1891. En 1893, il est engagé comme répétiteur à l'Opéra de Cologne, où il fait ses débuts dans une fosse d'orchestre en dirigeant Der Waffenschmied (L'Armurier) de Gustav Albert Lortzing. Un an plus tard, il est nommé répétiteur puis chef de chœurs à l'Opéra de Hambourg, où Gustav Mahler est alors directeur général de la musique. Il devient le pianiste attitré de celui-ci et les deux hommes se lient d'une amitié profonde. Sur les conseils de Mahler, il décide alors de changer de nom, adoptant le pseudonyme de Walter, en référence au personnage des Maîtres chanteurs de Nuremberg. Amené à remplacer un chef malade dans Cavalleria Rusticana, il commence à diriger régulièrement les opéras-comiques.

Il est deuxième chef à Breslau (1896-1897) puis premier chef à Presbourg [aujourd'hui Bratislava] (1897-1898) et à Riga (1898-1900) avant d'être nommé, en 1900, à la Staatsoper de Berlin, où il partage le pupitre avec Richard Strauss et Karl Muck. C'est à Berlin qu'il dirige son premier concert symphonique et son premier Ring. Il y effectue aussi ses premiers enregistrements (entractes de Carmen). Un an plus tard, Mahler lui propose de le rejoindre à Vienne, où il restera attaché à la Hofoper, d'abord comme assistant du directeur puis comme chef d'orchestre, entre 1901 et 1913. Dans la capitale autrichienne, il doit surmonter les premières véritables difficultés de sa carrière : auparavant, il avait toujours résolu ses problèmes en quittant le poste où il rencontrait des obstacles. Vienne est son premier contrat de longue durée et, malgré la tentation d'accepter une proposition de l'Opéra de Cologne, il parvient, notamment grâce à Freud, à trouver cette confiance en soi qui fait la force des grands chefs d'orchestre. Il participe au renouveau du théâtre lyrique prôné par Mahler et dirige tout le répertoire dans l'ombre de celui-ci. À Vienne, il continue à se produire comme pianiste, donnant de nombreux concerts de musique de chambre avec le violoniste Arnold Rosé et son quatuor à cordes. Il a aussi l'occasion de jouer avec Pablo Casals. En 1911, il adopte la nationalité autrichienne.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer cet article

Alain PÂRIS. WALTER BRUNO (1876-1962) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Bruno Walter - crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Bruno Walter

Bruno Walter et Elisabeth Schumann - crédits : Gerti Deutsch/ Picture Post/ Hulton Archive / Getty Images

Bruno Walter et Elisabeth Schumann

Cinq grands chefs d'orchestre - crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

Cinq grands chefs d'orchestre

Autres références

  • DAS LIED VON DER ERDE (G. Mahler)

    • Écrit par
    • 320 mots
    • 1 média

    Composé au cours de l'été de 1908, Das Lied von der Erde (Le Chant de la Terre) est créé à Munich le 20 novembre 1911 – six mois après la mort de Gustav Mahler –, par l'Orchestre du Konzertverein de Munich sous la direction du fidèle disciple du compositeur, Bruno Walter...

  • DEUTSCHE OPER, Berlin

    • Écrit par
    • 544 mots

    La capitale allemande possède trois théâtres lyriques dont deux, le Staatsoper et le Komische Oper, se trouvaient à Berlin-Est du temps de la R.D.A. La chute du Mur et la réunification de l’Allemagne rendit à ces deux lieux leur identité nationale intrinsèque, dont le Deutsche Oper, du fait de sa...

  • FERRIER KATHLEEN (1912-1953)

    • Écrit par
    • 1 774 mots
    • 1 média
    ...Désormais, elle se consacrera essentiellement à l'oratorio, au lied et aux partitions pour voix et orchestre. En 1947, au premier festival d'Édimbourg, Bruno Walter la dirige dans Das Lied von der Erde, où l'émotion la submerge dans les dernières mesures de l'Abschied, l'adieu qui se dissout...
  • FESTIVALS

    • Écrit par , , , , , et
    • 17 230 mots
    • 21 médias
    Dès lors, deux chefs d'orchestre se partagent la vedette au cours de ce premier âge d'or : Bruno Walter, qui voue un culte à Mozart mais fait aussi entrer au répertoire local les opéras de Gluck et les symphonies de son maître Gustav Mahler, et Clemens Krauss, l'ami de Richard Strauss,...
  • Afficher les 7 références