SPORT (Histoire et société)Sport et argent

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poids des médias

Le spectacle sportif est omniprésent dans les médias et en premier lieu à la télévision. La télévision nourrit le sport par l'intermédiaire de droits de retransmission de plus en plus importants, notamment en raison d'une concurrence acharnée entre diffuseurs, lesquels lui fournissent une part croissante de ses revenus ; en retour, le sport nourrit la télévision, en procurant aux chaînes généralistes des pics d'audience qui leur permettent de vendre des écrans publicitaires à des tarifs colossaux à l'occasion des événements majeurs (pour la finale de la Coupe du monde de football 2014, T.F.1 facturait 186 000 euros les 30 secondes de publicité). En outre, les chaînes thématiques (Eurosport, Sport Plus, Canal Plus Sport, Ma Chaîne Sport, Beinsport, entre autres) se sont multipliées et ne pourraient pas survivre en l'absence de spectacles sportifs attractifs et de téléspectateurs passionnés.

En fait, le rapport étroit entre sport et médias est une constante depuis le début du xxe siècle. Ainsi le Tour de France cycliste fut-il inventé par Henri Desgrange pour promouvoir son journal, L'Auto (ancêtre de L'Équipe), et faire disparaître son rival, Le Vélo de Pierre Giffard. L'Équipe est à l'origine de la création de la Coupe d'Europe de football (1955) ou de la Coupe du monde de ski alpin (1967), un des objectifs du quotidien sportif étant d'augmenter ses ventes en attirant de nouveaux lecteurs captivés par des compétitions inédites.

Néanmoins, à partir des années 1980, avec la diversification du paysage audiovisuel, les sommes que les médias sont prêts à débourser pour retransmettre les compétitions majeures se sont envolées. Les droits de retransmission télévisée des jeux Olympiques d'été, qui se montaient à 1,2 million de dollars en 1960 (Rome), atteignaient 87 millions de dollars en 1980 (Moscou), puis explosaient pour se situer à 2,240 milliards de dollars en 2012 (Londres). Pour les Jeux d'hiver, les droits se montaient à 50 000 dollars en 1960 (Squaw Valley), à 21 millions de dollars en 1980 (Lake Placid), à 1,128 milliard de dollars en 2010 (Vancouver). Le même phénomène s'observe pour la Coupe du monde de football : 24,6 millions d'euros pour l'édition de 1982 ; 86 millions d'euros pour 1998 ; 757 millions d'euros pour 2002 ; 1,01 milliard d'euros pour 2006 ; 2,1 milliards d'euros pour 2010. En France, la Ligue a cédé les droits de retransmission du Championnat de France de football, pour la période 2016-2020, aux opérateurs privés Canal Plus et Beinsport pour 726,5 millions d'euros par an. T.F.1 paye 45,35 millions d'euros chaque année pour diffuser les matchs des Bleus. En Angleterre, le groupe BSkyB et l'opérateur de téléphonie B.T. versent au total 6,9 milliards d'euros pour retransmettre les matchs de football de la Premier League de 2016 à 2019 (soit 2,3 milliards d'euros par an). France Télévisions débourse 23 millions d'euros tous les ans pour diffuser les images du Tour de France cycliste et 15,5 millions pour retransmettre le tournoi de tennis de Roland-Garros. Canal Plus paye 74 millions d'euros chaque année pour couvrir le Championnat de France de rugby (Top 14), sur la période 2015-2019, et, depuis 2013, 29 millions d'euros pour diffuser le Championnat du monde de formule 1... Au-delà de ces chiffres, on constate que le grand perdant est le téléspectateur : en effet, le nombre des grandes compétitions qu'il ne peut suivre que s'il est abonné à un ou plusieurs bouquets payants va croissant...

Il est clair, aujourd'hui, qu'aucune manifestation sportive d'envergure ne peut être viable sans une importante couverture médiatique, donc sans la vente de ses droits de retransmission. Néanmoins, cette dépendance conduit à des dérives certaines. Ainsi, plusieurs sports ont modifié leurs règles pour répondre aux exigences du « format » télévisuel (instauration du tie-break en tennis en 1971, du rally point system en 1998 pour le volley-ball, etc.), ce qui a modifié totalement le déroulement d'une partie. Mais les exigences des télévisions peuvent aller plus loin encore : lors de la Coupe du monde de football 1986 au Mexique, certains matchs débutaient à midi, au plus fort de la canicule, pour que les téléspectateurs européens puissent les regarder en début de soirée, au mépris de la santé des joueurs ; aux jeux Olympiques de Pékin, en 2008, les finales des compétitions de natation avaient lieu le matin, ce qui aurait pu modifier totalement les repères des nageurs, pour que la chaîne N.B.C. soit en mesure de proposer aux Américains les exploits de Michael Phelps en prime time. Enfin, la diffusion même d'une épreuve peut imposer un scénario qui influence son déroulement : ainsi, depuis les années 1990, la télévision retransmet plusieurs étapes du Tour de France cycliste dans leur intégralité et au moins les 100 derniers kilomètres de chaque étape (au lieu des traditionnels 20 derniers kilomètres d'antan) ; les coureurs sont donc contraints, pour « montrer le maillot » de leur sponsor, de « faire la course » dès le départ ; la vitesse moyenne de l'épreuve a ainsi considérablement augmenté, avec pour corollaire la multiplication des affaires de dopage.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Football : les clubs riches

Football : les clubs riches
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Nasser Al-Khelaïfi et Laurent Blanc

Nasser Al-Khelaïfi et Laurent Blanc
Crédits : Liewig Christian/ Corbis Sport/ Getty Images

photographie

Sport : les revenus des stars

Sport : les revenus des stars
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  SPORT  » est également traité dans :

SPORT (Histoire et société) - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PARIENTÉ
  •  • 12 538 mots
  •  • 5 médias

Entre la naissance de l'acte sportif, accompli par l'homme primitif et les épreuves que des centaines de millions de spectateurs suivent avec passion aujourd'hui, quand ils n'y participent pas, subsiste un fil conducteur que les aléas de l'évolution ne sont pas parvenus à rompre.« Le sport, a écrit Jean Giraudoux, est le seul moyen de conserver dans l'homme les qualités de l'homme primitif. Il ass […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Sociologie

  • Écrit par 
  • Christian POCIELLO
  • , Universalis
  •  • 9 877 mots
  •  • 3 médias

Terme polysémique, le sport a toutes les apparences d'un paradoxe. Alors qu'il est connu de tous et le sujet des conversations les plus quotidiennes, les meilleurs experts ne parviennent pas à le définir avec précision. Parce qu'il rassemble en lui la libre expression du corps exultant dans la consumation de ses énergies et le travail technique rigoureux v […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Économie

  • Écrit par 
  • Wladimir ANDREFF
  •  • 6 790 mots
  •  • 2 médias

L'expression française « économie du sport » confond ce que l'anglais distingue : un secteur de l'économie (the sports economy) et une analyse économique du sport (sports economics). Cette dernière cherche d'abord à estimer le poids économique du sport. Celui-ci dépend de la demande de sport, laquelle peut être étudiée par grandes catégories : pratiques spor […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Le dopage

  • Écrit par 
  • Jean-François BOURG
  •  • 10 038 mots
  •  • 5 médias

Le dopage est un phénomène social de grande échelle. L'homme n'a jamais pu accepter ses limites physiques ou mentales. Le recours à la cocaïne chez l'écrivain, aux amphétamines chez l'étudiant, aux stimulants chez le manager, aux antidépresseurs chez le tourmenté, aux dopants militaires les plus sophistiqués chez […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - La presse sportive

  • Écrit par 
  • Jacques MARCHAND
  •  • 6 149 mots
  •  • 1 média

La presse sportive se définit « presse comme les autres, sans être tout à fait comme les autres ». Elle est intégrée, aujourd'hui plus qu'hier, à la presse de grande information, aussi bien pour l'écrit, la radio, la télévision que maintenant sur Internet. Elle remplit les mêmes fonctions, elle a les mêmes exigences techniques et éthiques, les mêmes droits, […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DU SPORT

  • Écrit par 
  • Christophe GERNIGON
  •  • 1 571 mots

En 1887, un peu plus de dix ans avant l’Américain Norman Triplett pourtant considéré comme le fondateur de la psychologie sociale expérimentale, le médecin neurologue français Charles Féré est le premier à démontrer l’effet positif de la présence d’autrui sur la performance humaine, mesurée alors en termes de force exercée sur une poignée dynamom […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - L'athlétisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 662 mots
  •  • 32 médias

Citius, Fortius, Altius(« plus vite, plus fort, plus profond »). Cette devise, proposée en 1891 par le père Henri Didon pour l'Association sportive Albert-le-Grand d'Arcueil et reprise par Pierre de Coubertin pour les […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le cyclisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 189 mots
  •  • 19 médias

Affaires Festina (1998), Cofidis (2004), opération Puerto (2006), disqualification du « vainqueur » du Tour de France 2006, l’Américain Floyd Landis, mise hors course du maillot jaune de la Grande Boucle, le Danois Michael Rasmussen, en 2007, disqualification rétroactive d’Alberto Contador, premier du Tour en 2010, les sept victoires de […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le football

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 13 406 mots
  •  • 40 médias

« C'est beau un monde qui joue. » L'expression est de Michel Platini. Elle fut mise en exergue à l'occasion de la Coupe du monde 1998 en France. Sport-roi, sport-spectacle, sport populaire, sport universel : ainsi peut se définir le football.La Fédération internationale de football association (F.I.F.A.) ras […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le rugby

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 9 372 mots
  •  • 6 médias

Le 27 août 1995 à Paris, Bernard Lapasset, alors président en exercice de l'International Board, déclarait à la presse que l'instance dirigeante du rugby mondial avait décidé de renoncer aux règles relatives à l'amateurisme et d'autoriser « ... toutes les formes de paiement, à tous les niveaux du jeu ». Les primes de match comme les salaires, versés sous le ma […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SPORT (Histoire et société) - Sport et argent  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-sport-et-argent/