RAISON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La raison et l'expérience

On raconte que Diogène, pendant l'exposé d'un philosophe de l'école de Parménide, se serait tranquillement mis à marcher à travers la salle. Sans doute n'est-ce pas là une réfutation digne d'une philosophie, laquelle exige d'être traitée sur son plan, celui du discours cohérent et de la raison ; la réaction n'en est pas moins compréhensible : elle indique que la cohérence du discours, surtout lorsqu'elle signifie la fin de tout ce que les hommes ont habitude de considérer comme discours, n'est pas, à elle seule, capable de constituer le critère de ce qu'on appelle raisonnable. Aussi à l'absolutisme de la raison ainsi conçue s'opposera, profitant d'ailleurs de cet enseignement, une philosophie (antiphilosophie du point de vue de l'éléatisme), une pensée qui se veut de ce monde, du monde de tous les jours, celui de la conscience commune et des intérêts de tout le monde.

Des sophistes à Socrate

Les sophistes expriment cette façon de penser. D'une part, ils s'adonnent à l'enseignement des techniques au sens le plus large (l'un d'eux se présente à Olympie dans un costume d'apparat dont il a façonné lui-même toutes les pièces, jusqu'à la bague qu'il porte à son doigt) ; d'autre part, ils se présentent comme maîtres du discours, non de celui de la vérité absolue, mais du discours efficace, utile à celui qui veut gagner le peuple, les dirigeants, les juges populaires. Quant à l'Être, quant à ce qui est vraiment, Gorgias, précisément en acceptant les thèses éléatiques, s'en débarrasse : rien n'existe, déclare-t-il, en prenant pour critère celui de Parménide ; si quelque chose existait, nous ne pourrions le saisir ; si quelqu'un pouvait le saisir, son savoir serait incommunicable. Ce qui signifie, non point que Gorgias ait nié toute réalité, mais qu'au contraire il rejette ce qui s'oppose à la reconnaissance de la réalité de la vie ordinaire et qu'il fait de la fausse réalité de Parménide la seule qui compte.

Rhétorique et politique, les discours de celui qui a un litige et de l'homme politique chassent ainsi la recherche de toute vérité désintéressée, c'est-à-dire qui soit sans effet sur le plan de l'action. Ce n'est pas que les sophistes soient ennemis de tout enseignement ; au contraire, ils se présentent comme maîtres de sagesse (et se font payer cher leur enseignement, ce qui les exposera au mépris de Platon). Mais cette sagesse s'éprouve et se prouve dans l'action devant les tribunaux et à l'Assemblée. L'homme, certes, est doué de raison, il n'agit pas instinctivement comme l'animal, il fait des plans, il distingue entre un bien et un mal, il pense. Mais le ressort de cette pensée n'est pas la pensée elle-même, le pur désir de connaître ce qui est, c'est la passion, c'est la volonté de puissance et de jouissance. Il est vrai que seuls les extrémistes prêchent l'évangile de la violence et de la ruse, réservées aux natures supérieures ; les grands maîtres affirment qu'ils défendent la morale civique et travaillent pour le bien des cités : ils ne fournissent que les moyens de convaincre les hommes de leurs vrais intérêts, et tel d'entre eux déclare que son frère médecin, seul qualifié pour guérir un malade, a cependant besoin de lui et de sa technique pour convaincre ce malade de se soumettre au traitement, d'agir raisonnablement ; ils tâchent, non toujours avec succès, de ne pas froisser les sentiments religieux, quoique cultes d'État, lois particulières, traditions morales ne soient pour eux que des conventions humaines toujours modifiables et sans fondement dans la nature. Seul est naturel le désir ; mais le désir non éclairé par la raison est toujours en danger de se fourvoyer sous l'influence de la passion aveugle et d'aller contre ses propres fins.

Socrate, le pourfendeur des sophistes selon Platon (qui ne l'a connu qu'à la fin de sa vie), pourrait tout aussi bien être appelé le plus grand d'entre eux : comme eux, il ramène, ainsi qu'on a dit, la philosophie du ciel sur la terre (après s'être occupé de philosophie naturelle, sinon la caricature que présente de lui Aristophane aurait été incompréhensible au public athénien) ; comme eux, il voi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAISON  » est également traité dans :

RAISON (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 943 mots

Les historiens de la philosophie sont très nombreux à avoir décrit la mutation intellectuelle qui s’est produite sur le sol de la Grèce antique comme un combat du « logos » contre le « muthos », autrement dit (en se souvenant que le mot grec logos possède de multiples significations) de la raison […] Lire la suite

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mythe et raison »  : […] Ainsi s'énonce la question inaugurale qui commande l'enquête critique qui sous-tend l'ouvrage : pourquoi l'humanité, au lieu de s'engager dans des conditions vraiment humaines, a-t-elle sombré dans une nouvelle forme de barbarie ? Ou encore, pourquoi la raison, à vocation émancipatrice, s'est-elle inversée en son contraire, donnant naissance à des formes inédites de domination ? Il s'agit donc bi […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affect et de la passion : Kant »  : […] La profonde nouveauté de Kant dans l'histoire de la philosophie, le « renversement » ou la « révolution copernicienne », consiste en sa conception architectonique de la pensée, c'est-à-dire en ce que les termes (concepts) et les choses ( Sachen ) de la pensée dépendent, dans leur pouvoir de signifier, de l'orientation préliminaire de la pensée au sein du champ symbolique des concepts et de la lang […] Lire la suite

ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

  • Écrit par 
  • Robert BOURGNE
  •  • 4 551 mots

Dans le chapitre « Philosophie de l'entendement ouvert »  : […] Alain rétrograde ici de Hegel à Descartes ; il opère, en toute connaissance de cause – ayant été l'un des premiers en France à introduire Hegel dans son enseignement –, une « restauration » de l'entendement. Si l'entendement séparé impose au savoir de s'autolimiter à l'univers du fini, la raison est, dans l'entendement même, négation de la finitude, mais cette négation ne s'arrache pas elle-même […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les deux cultures »  : […] À la différence des humanistes, les inventeurs de ce que nous appelons aujourd'hui les sciences exactes ne nourrissent aucun complexe à l'égard de l'Antiquité. Conscients des progrès qu'ils réalisent, ils les expriment dans les langues vulgaires et délaissent progressivement le latin, réservé, écrit Descartes dans le Discours de la méthode (1637), « à ceux qui ne croient qu'aux livres anciens ». […] Lire la suite

ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 2 177 mots

Dans le chapitre « Un des premiers maîtres du dialogue entre la logique et la foi »  : […] Né à Aoste, d'un puissant lignage, Anselme est venu jeune à l'abbaye du Bec (Bec-Hellouin) en Normandie, dont l'abbé, Lanfranc, était son compatriote ; il y parcourut, selon la science et la foi de son temps, un cycle de fructueuses études sur la Bible, en logique et en patristique. Il y gravit les échelons des fonctions internes d'enseignement et de gouvernement. En 1063, pour sa trentaine, il es […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Toute la pensée de l'évêque d'Hippone est naturellement tournée vers Dieu, tendue vers lui. Mais comment l'atteindre ? Converti, Augustin ne se pose pas le problème d'un Dieu dont il faut démontrer l'existence, mais d'une foi qu'il faut acquérir à travers l'Écriture sainte et l'enseignement de l'Église. Non que cette priorité de la foi soit pour lui obscurcissement de la raison humaine : Intellig […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

L'œuvre du philosophe français Gaston Bachelard est dominée par deux thématiques bien distinctes, développées dans deux séries d’ouvrages aux références et aux lecteurs bien différents. Bachelard constitue de ce fait une figure singulière du paysage intellectuel français. Il échappe à toute simplification et se range malaisément dans une école de pensée. C'est bien cette singularité, mais aussi ce […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bien comme bonheur, ou « eudaimonia »  »  : […] Les philosophes de l'Antiquité ont lié la recherche du bonheur à la moralité. D'où le nom d'eudémonisme (du terme grec eudaimonia , bonheur, prospérité ou félicité) donné à leur philosophie. La thèse centrale de l'eudémonisme a trait à la coïncidence de la poursuite du bonheur et de l'accès à la vertu. Les philosophes antiques l'ont défendue contre les objections communes qui leur étaient opposées […] Lire la suite

BLONDEL MAURICE (1861-1949)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 877 mots

Dans le chapitre « L'action et l'infini »  : […] Blondel eut très vite le sentiment que la philosophie et la foi avaient en définitive tout à gagner dans l'approfondissement du conflit qui les opposait. De sa rigueur même devait surgir la solution. Si raison et foi semblaient incompatibles, c'est qu'on s'en tenait à des oppositions artificielles sans ramener l'une et l'autre à leur pureté originelle. Si on suit la genèse de la raison, on voit q […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 mars - 7 avril 2022 Espagne – Maroc. Approbation par Madrid de la position marocaine sur le Sahara occidental.

En février, l’Allemagne avait également approuvé le plan d’autonomie marocain, rétablissant ainsi ses relations avec le Maroc, qui avaient été rompues par Rabat en mars 2021 en raison de la position de Berlin sur la question du Sahara occidental. Le 19, Alger, qui défend l’indépendance du Sahara occidental et soutient le Front Polisario, rappelle son ambassadeur à Madrid. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 3 également, lors de son premier entretien avec la presse internationale, le président Volodymyr Zelensky demande à ses alliés occidentaux d’instaurer une zone d’exclusion aérienne sur son pays, en raison de la supériorité de l’aviation russe, ou, à défaut, de lui livrer des avions. L’OTAN a déjà exclu d’imposer une telle zone d’exclusion aérienne. […] Lire la suite

2-25 mars 2022 France. Meurtre du nationaliste corse Yvan Colonna en prison.

L’administration pénitentiaire s’y opposait en raison du statut de « détenu particulièrement signalé » (DPS) d’Yvan Colonna. Le 6, Franck Elong Abé est mis en examen pour « tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste ». Le 6 également, plusieurs milliers de personnes manifestent à Corte (Haute-Corse) « en soutien à Yvan Colonna et sa famille », à l’appel des mouvements nationalistes de l’île. […] Lire la suite

4 février - 13 mars 2022 Chine. Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver de Pékin.

Cinq cent soixante-quatre athlètes appartenant à quarante-six délégations y participent, à la suite de l’exclusion par le CIO, le 3 mars, des sportifs russes, qui devaient concourir sous une bannière neutre, et des sportifs biélorusses, en raison de la violation de la trêve olympique par leurs gouvernements du fait de l’invasion de l’Ukraine. Les pays occupant les trois premières places en nombre de titres sont la Chine, l’Ukraine et le Canada. […] Lire la suite

11 mars 2022 Iran. Suspension des négociations sur le nucléaire.

Les négociations relatives au retour de l’ensemble des parties dans l’accord de Vienne de juillet 2015 sur le nucléaire iranien, qui avaient repris en avril, puis en novembre 2021, et étaient entrées dans leur phase finale, sont suspendues en raison des conditions posées par Moscou. La Russie, qui est l’objet de sévères sanctions économiques depuis son invasion de l’Ukraine en février, exige que ces sanctions n’entravent pas sa coopération avec l’Iran. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric WEIL, « RAISON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/