FINITUDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la philosophie grecque, fini et infini forment couple ; ils rendent compte de deux aspects du réel. Le fini, c'est le degré de détermination d'une notion ou d'une chose, ce qui fait qu'elle a un caractère précis, achevé dans son ordre. L'infini, c'est le degré d'indétermination d'une notion ou d'une chose, ce qui fait qu'elle comporte une part d'inconnu, de mystère, par excès ou par défaut, après tous les efforts de l'analyse pour cerner sa signification ou son essence. L'Antiquité grecque accordait plus de prix au fini, en raison des possibilités de prise et de maîtrise qu'il offrait : le fini, c'est l'ordre, la mesure, la proportion, l'harmonie ; l'infini, c'est le désordre, la démesure, la disproportion, le manque d'harmonie. Cependant, la dernière période de la philosophie antique renverse la priorité. Pour Plotin, l'infini revêt un sens positif quand il désigne un principe de production capable d'engendrer une série de termes ; le principe est alors illimité par rapport aux termes qui en dérivent et qui sont limités ; le principe suprême est absolument illimité, indéterminé et indéterminable, mais son illimitation est supérieure à toute limitation, elle est féconde, elle fait procéder toutes les déterminations de l'être ; en regard, les termes dérivés, quels qu'ils soient, sont tous limités, composés, et ils lui sont inférieurs, quoique finis, achevés, définis ; Plotin admet d'autre part une indétermination (infinité) de la matière, inversement symétrique de l'infinité du principe ; mais cette indétermination est stérile, elle est absence de formes par opacité, inertie, défection, tandis que le principe premier fait jaillir toutes les formes.

La théologie et la philosophie chrétiennes ont repris à leur compte cette réhabilitation de l'infini. Mais elles n'ont retenu, ou retrouvé, qu'une partie de la leçon. Pour elles, l'infini, c'est la plénitude de l'être  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  FINITUDE  » est également traité dans :

ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

  • Écrit par 
  • Robert BOURGNE
  •  • 4 551 mots

Dans le chapitre « Philosophie de l'entendement ouvert »  : […] Alain rétrograde ici de Hegel à Descartes ; il opère, en toute connaissance de cause – ayant été l'un des premiers en France à introduire Hegel dans son enseignement –, une « restauration » de l'entendement. Si l'entendement séparé impose au savoir de s'autolimiter à l'univers du fini, la raison est, dans l'entendement même, négation de la finitude, mais cette négation ne s'arrache pas elle-même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain/#i_8162

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

Dans le chapitre « L'infinitisation de l'Univers »  : […] La révolution intellectuelle que G. Bruno tenta d'opérer pour repenser les rapports de l'infini et du fini n'est qu'un effort d'unification de la pensée, sans concession à quelque autorité que ce soit. Aristote avait fondé son finitisme cosmologique sur des arguments rationnels, mais aussi sur des données d' observation. C'est cet attachement aux évidences sensibles que dénonce Bruno. Non qu'il ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giordano-bruno/#i_8162

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « Formes composées »  : […] Ces remarques nous acheminent vers des formes plus complexes de l'idée de contingence, celles qui mettent en jeu non plus un, mais deux des trois termes dont nous étions parti : nature, liberté, Dieu. L'idée de contingence revêt alors des sens fort différents suivant qu'on se place ou non dans une philosophie athée. Si, en effet, on met entre parenthèses le problème de l'existence de Dieu, et qu'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contingence/#i_8162

DIEU - La négation de Dieu

  • Écrit par 
  • Jeanne DELHOMME
  •  • 9 211 mots

Dans le chapitre « La finitude »  : […] Prétention d'un absurde saut pour dépasser les limites de l'expérience et de la pensée en vue d'une insertion dans un autre monde porté par sa seule image ou par sa seule idée, la métaphysique rationnelle et la foi, faillite du présent de la vie pour quelque passé en deçà du temps et au-delà du futur, boutent l'esprit hors de chez lui pour tirer de lui plus qu'il n'a ; le schème caché du dépasseme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-la-negation-de-dieu/#i_8162

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La limite et l'illimité »  : […] Comment comprendre d'autre part que l'engagement, tout en mobilisant la totalité de l'être, ne soit effectif que dans la mesure où il porte sur un objet précis et limité ? Ici se manifeste une structure qui caractérise la volonté humaine et que l'on pourrait décrire en distinguant la volonté comme pouvoir et la volonté comme effectivité. En tant que pouvoir, la volonté n'est liée par aucune déter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/engagement/#i_8162

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le système hégélien »  : […] Si tout ce qui est fini est une différenciation interne et relative de l'Idée absolue, et si cette différenciation s'effectue par dérivation dialectique, le résultat, ou le produit, ne peut être qu'une sorte d'organisme spirituel, actif en son identité. Le philosophe ne sait l'exprimer que discursivement et abstraitement dans une forme fixe, immobile et articulée : une sorte d'exposition spatiale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_8162

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La finitude »  : […] En ce sens, la finitude est radicale. L'homme ne peut poser absolument ni la question de son origine – comment parler sensément de ce qui, par définition, est en dehors de tout sens ? – ni même celle de sa fin : l'œuvre du sens ne peut avoir d'autre justification qu'elle-même. Plus exactement, le sens est la finitude même. Le discours hégélien était savoir absolu parce qu'il se refermait totaleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_8162

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La transcendance horizontale »  : […] Mais transascendance ou transdescendance ressortissent encore à « l'imagination en hauteur » dont parlait Brunschvicg, et le tout-autre de Jaspers comme le tout-autre d'Emmanuel Lévinas se situent également à la verticale de l'homme. C'est avec l'existentialisme athée de Heidegger et de Sartre qu'on aperçoit une nouvelle forme de la transcendance, tout à la fois intérieure à ce monde-ci et distin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_8162

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le divin infini »  : […] À l'époque hellénistique, à travers les spéculations gnostiques et la patristique chrétienne, s'établit un contact entre la spiritualité orientale et la philosophie : la notion d'infini s'identifie avec la perfection et la toute-puissance du Dieu biblique. L'Un de Plotin (205-270) est, par excès et non pas par défaut, au-delà de tout monde sensible ou intelligible. Il est infini, sans forme, au-d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_8162

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le temps et l'espace du lyrisme »  : […] Le sujet lyrique ne s'exprime qu'en se liant à un lieu et à une temporalité particulière. Le vallon de Lamartine, le promontoire de Victor Hugo, la « maison du berger » de Vigny, les fenêtres de Baudelaire et de Mallarmé figurent cette posture subjective dans sa relation avec le monde extérieur, qu'il soit naturel ou urbain. Volontiers, rivages et lisières dessinent géographiquement les points de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_8162

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « FINITUDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/finitude/