RAISON (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les historiens de la philosophie sont très nombreux à avoir décrit la mutation intellectuelle qui s’est produite sur le sol de la Grèce antique comme un combat du « logos » contre le « muthos », autrement dit (en se souvenant que le mot grec logos possède de multiples significations) de la raison contre le mythe, de l’explication rationnelle contre le récit religieux.

Dans son dialogue le Phédon, Platon (env. 428-env. 347 av. J.-C.) met dans la bouche de Socrate (env. 469-399 av. J.-C.) le choc intellectuel que ce dernier éprouva en lisant une formule attribuée à Anaxagore (env. 500-428 av. J.-C.) : « C’est en définitive l’Esprit (le nοûs) qui a tout mis en ordre, c’est lui qui est la cause de toutes choses. » Platon nous présente un Socrate en quelque sorte « réveillé » par l’affirmation d’Anaxagore, qui lui apparut comme « l’homme capable de lui enseigner la cause, intelligible à son esprit, de tout ce qui est ».

Même si Socrate avoue sa grande déception de n’avoir plus retrouvé trace de cet « Esprit » dans les explications des phénomènes naturels fournies par Anaxagore et ses contemporains, il n’est pas excessif d’affirmer que ce passage du Phédon résume remarquablement ce qu’au xixe siècle Ernest Renan (1823-1892) qualifia de « miracle grec ». S’agit-il réellement d’une mutation inexplicable de l’esprit humain ? Ou, au contraire, peut-on avancer certaines hypothèses afin de comprendre en quoi la Grèce du ve siècle a pu orienter l’humanité dans une direction qu’elle n’a plus quittée depuis ?

Une interrogation sur le langage

Restons en compagnie de Platon, lui qui construit le premier grand édifice rationnel de l’histoire des idées. S’il parvient à le faire, c’est sans doute parce qu’il a été éclairé par Socrate, mais c’est surtout parce qu’il est aussi le premier philosophe à réfléchir sur les relations qui existent entre le langage et la pensée. L’esprit est perdu devant l’infinité des réalités particulières toutes différentes les unes des autres. Or ce qui permet avant tout d’unifier cette multiplicité, de la « mettre en ordre » pour reprendre les mots d’Anaxagore, c’est le langage. On peut dire des Grecs qu’ils furent les premiers à s’étonner de parler, et de Platon qu’il fut celui qui, par ses dialogues, donna une puissance dramatique à cet étonnement. Alors que, dans leur approche du langage, les sophistes s’efforcent de prendre en compte l’instabilité de ce qui est, Platon, lui, considère les mots comme de précieux indicateurs faisant signe vers ce qui rassemble le multiple. Certes, un mot unique recouvre une série infinie de choses. Certes, un mot n’est pas à lui seul une idée. Mais les mots n’en pointent pas moins la direction dans laquelle nous devons cheminer pour comprendre le monde qui nous environne. Ils « figent » peut-être la réalité, ce que reprocheront au langage de nombreux philosophes après Platon. Mais cet inconvénient est dérisoire en comparaison de ce qu’ils nous apportent.

Aristote (env. 385-322 av. J.C.) va prolonger la réflexion de Platon, en déplaçant les arguments de son maître vers la structure de la phrase, ce qui a fait dire à certains linguistes que la philosophie d’Aristote était une méditation sur la grammaire. Ainsi le sujet de la phrase, susceptible de recevoir de multiples attributs, reste identique, quels que soient les qualificatifs qu’on lui accole. L’arbre peut être vert au printemps et jaune à l’automne, il demeure le même arbre. À partir du sujet de la phrase, on peut bâtir la notion de « substance » qui sera l’une des catégories majeures de la métaphysique d’Aristote. La généralité du langage incite à l’abstraction et, grâce aux mots, on peut ramener à l’unité la diversité du monde perçu.

Pour Platon, comme pour Aristote, il ne saurait y avoir de raison sans langage. C’est donc en partant de lui, et à condition d’en faire un bon usage, qu’on s’élève vers la connaissance.

Cependant, Aristote dépasse Platon quand il remarque que la raison pense « par repos et arrêt ». Il reprend la question majeure des premiers philosophes grecs (qu’on appelle depuis les présocratiques) : qu’est-ce que le mouvement, et comment peut-on penser le mouvement ? Dans sa Physique, Aristote s’attaque aux questions les plus difficiles, en particulier à la question du temps. S’il est vrai, comme le disait Héraclite (env. 576-env. 480 av. J.-C.), que « tout bouge » et qu’« on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve », il est tout aussi indiscutable que notre esprit a la capacité de repérer dans ce flux incessant un ordre, de distinguer une régularité. Les réflexions d’Aristote ouvrent la voie à ce qui constituera deux millénaires plus tard la science moderne. Bien avant Galilée (1564-1642), Aristote comprend que le principe du mouvement – qu’il n’appelle pas encore une « loi » – est ce qui ne change pas dans le mouvement, ce qui demeure stable au sein de ce qui est mouvant.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

6-30 août 2016 Syrie. Avancées des milices kurdes et recul de l'EI.

base de Hamadan, dans le nord-ouest de l’Iran, ce qui leur permet d’augmenter sensiblement leur efficacité. Ces opérations cessent le 22 en raison de dissensions à leur sujet en Iran. Le 18, pour la première fois depuis le début du conflit, l’aviation syrienne bombarde des positions kurdes, à Hassaké, ville du nord du pays dont l’armée et les FDS se […] Lire la suite

19-29 juillet 2013 Israël – Autorité palestinienne. Reprise des négociations directes

base d'une reprise des négociations directes sur le statut final » des relations entre les deux parties. Celles-ci sont interrompues depuis septembre 2010 en raison des désaccords sur la politique de colonisation juive des territoires occupés palestiniens et sur la référence aux frontières de 1967. Le 28, Israël annonce la libération prochaine de  […] Lire la suite

2-12 avril 2013 Corée du Nord – Corée du Sud. Poursuite des menaces de Pyongyang contre Séoul

base militaire de l'île de Guam, dans le Pacifique, face aux menaces nord-coréennes. Le 3 également, Pyongyang empêche l'accès des employés sud-coréens à la zone industrielle intercoréenne de Kaesong, en territoire nord-coréen. Le 8, Pyongyang annonce le retrait des employés nord-coréens du site de Kaesong. Le 9 également, la Corée du Nord, qui  […] Lire la suite

1er-20 mai 2010 États-Unis. Tentative d'attentat à la bombe à New York

raison d'une série de dysfonctionnements des agences qu'il coordonne et à l'issue d'une période marquée par la fusillade meurtrière dans la base militaire de Fort Hood (Texas) en novembre 2009 – dont le responsable était un officier musulman d'origine palestinienne –, par les attentats manqués contre un avion américain en décembre 2009 et par celui […] Lire la suite

8-15 avril 2010 France. Polémique sur le tracé des « zones noires » décrétées à la suite de la tempête Xynthia

base d'une expertise contradictoire ». Le 15, le ministre de l'Écologie Jean-Louis Borloo, en visite dans la région, indique que « les zones évoquées [...] sont des zones de solidarité et des zones de rachat, [...] pas des zones de destruction massive ».  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « RAISON (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raison-notions-de-base/