RAISON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La raison absolue

C'est ce qu'on a appelé le dualisme kantien, entendement et sensibilité, raison théorique et entendement, raison théorique et raison pratique, connaissance des phénomènes et pensée d'un absolu non empirique (chose en soi), monde de l'expérience et monde de la loi de la raison, finitude de l'homme et infinité de la liberté. Ce dualisme a été la source et le moteur de toute la discussion ultérieure qui se développe sur le sol du kantisme. Fichte, Schelling, Hegel, malgré toutes les différences (et les différends) qui existent entre eux, cherchent à constituer un discours unique, saisie d'un Tout unique de la réalité naturelle et de la réalité intellectuelle, discours qui, sans qu'un extérieur le limite et s'oppose à lui, in-fini et sans un « autre » qui lui fasse obstacle, sans passivité, se tienne et se soutienne en lui-même.

Hegel et la raison sans extériorité

La tentative a été menée à son aboutissement (ou, selon un autre point de vue, à son échec définitif) par Hegel. Pour lui, le fini n'est pas en face de l'infini à la manière de deux partenaires ou adversaires : l'infini n'est pas vrai infini s'il est opposé à un fini, précisément parce qu'il serait déterminé, limité par celui-ci ; l'infini ne peut être que la totalité structurée du fini. Il en découle que ce qui est fini n'a pas de consistance vraie : sur le plan du concept comme sur celui de l'existence, il se défait et s'annihile lui-même, non point pour disparaître, mais pour être compris comme aspect particulier sans lequel ce Tout ne serait pas, mais aussi comme aspect qui ne peut pas être transformé en substance existant par elle-même ; kantien sur ce point décisif, Hegel s'oppose à son grand prédécesseur en affirmant que la raison est parfaitement capable de penser par elle-même le sensible, du moins en ce qu'il possède de structure et de raison. Ce n'est pas « comme si » le monde était raisonnable : s'il convient de parler d'un « comme si », c'est « comme si » le fait ou le concept isolés étaient compréhensibles en eux-mêmes sans être ramenés par la dialectique à leur rôle de simple aspect (moment), pourtant essentiel à sa place. Il suffit, pour s'en convaincre, d'essayer de maintenir tel concept particulier en lui-même : il se retournera, et l'Être pur, parce que pur de toute détermination, se montrera comme Néant ; la cause, n'étant que dans ses effets, aura son être en ceux-ci.

Cette dialectique n'est cependant pas ce qu'on appelle une méthode, un procédé inventé pour obtenir certains résultats auparavant envisagés et déclarés souhaitables. Elle n'est pas, non plus, exigence d'un discours qui voudrait parler d'un point de vue qui serait situé en dehors de la réalité – entreprise insensée puisqu'un tel point de vue ne saurait exister. Elle est l'exposition du processus intemporel dans lequel le discours de la raison expose et explicite (dé-veloppe) ce qui est en tant qu'il est, et où s'expose la situation de tout particulier à l'intérieur de ce processus. Elle est en même temps et inséparablement le mouvement intemporel de la réalité même, qui se dit dans le discours de la raison, se dit elle-même, puisqu'un être qui ne serait pas pensé, une pensée qui ne serait pas pensée de ce qui est, qui ne serait pas dans l'Être et de l'Être, seraient autant d'impossibilités. Le philosophe n'invente rien, il n'apporte rien, il assiste simplement à un développement, au spectacle dans lequel toute particularité qui veut se maintenir se retourne en son contraire sans pourtant disparaître, où le nouveau est justement le renversement du précédent, ne se comprend qu'en tant que tel, est donc cet antérieur qui, sublimé, dure dans cette négation, non de lui-même, mais de sa prétention à la réalité inconditionnée (aufgehoben). La raison incarnée dans les structures sensées et compréhensibles de la réalité naturelle, historique, morale, politique, religieuse, dans tous ses aspects sans exception, ne se refuse pas à la raison consciente d'elle-même, à celui qui, en accédant à ce savoir de la raison, cesse d'être philosophe, éternel chercheur de vérité, pour devenir celui qui sait, sage.

La raison est donc tout et en tout. Elle l'est encore quand il s'agit de l'individu humain, qui n'est plus, comme c'était le cas aux yeux de Kant, le centre d'une philosophie qui devait donner sens et direction à la vie des hommes : le seul objet, le seul sujet est la raison, le discours devenu abs [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAISON  » est également traité dans :

RAISON (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 943 mots

Les historiens de la philosophie sont très nombreux à avoir décrit la mutation intellectuelle qui s’est produite sur le sol de la Grèce antique comme un combat du « logos » contre le « muthos », autrement dit (en se souvenant que le mot grec logos possède de multiples significations) de la raison […] Lire la suite

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mythe et raison »  : […] Ainsi s'énonce la question inaugurale qui commande l'enquête critique qui sous-tend l'ouvrage : pourquoi l'humanité, au lieu de s'engager dans des conditions vraiment humaines, a-t-elle sombré dans une nouvelle forme de barbarie ? Ou encore, pourquoi la raison, à vocation émancipatrice, s'est-elle inversée en son contraire, donnant naissance à des formes inédites de domination ? Il s'agit donc bi […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affect et de la passion : Kant »  : […] La profonde nouveauté de Kant dans l'histoire de la philosophie, le « renversement » ou la « révolution copernicienne », consiste en sa conception architectonique de la pensée, c'est-à-dire en ce que les termes (concepts) et les choses ( Sachen ) de la pensée dépendent, dans leur pouvoir de signifier, de l'orientation préliminaire de la pensée au sein du champ symbolique des concepts et de la lang […] Lire la suite

ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

  • Écrit par 
  • Robert BOURGNE
  •  • 4 551 mots

Dans le chapitre « Philosophie de l'entendement ouvert »  : […] Alain rétrograde ici de Hegel à Descartes ; il opère, en toute connaissance de cause – ayant été l'un des premiers en France à introduire Hegel dans son enseignement –, une « restauration » de l'entendement. Si l'entendement séparé impose au savoir de s'autolimiter à l'univers du fini, la raison est, dans l'entendement même, négation de la finitude, mais cette négation ne s'arrache pas elle-même […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les deux cultures »  : […] À la différence des humanistes, les inventeurs de ce que nous appelons aujourd'hui les sciences exactes ne nourrissent aucun complexe à l'égard de l'Antiquité. Conscients des progrès qu'ils réalisent, ils les expriment dans les langues vulgaires et délaissent progressivement le latin, réservé, écrit Descartes dans le Discours de la méthode (1637), « à ceux qui ne croient qu'aux livres anciens ». […] Lire la suite

ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 2 177 mots

Dans le chapitre « Un des premiers maîtres du dialogue entre la logique et la foi »  : […] Né à Aoste, d'un puissant lignage, Anselme est venu jeune à l'abbaye du Bec (Bec-Hellouin) en Normandie, dont l'abbé, Lanfranc, était son compatriote ; il y parcourut, selon la science et la foi de son temps, un cycle de fructueuses études sur la Bible, en logique et en patristique. Il y gravit les échelons des fonctions internes d'enseignement et de gouvernement. En 1063, pour sa trentaine, il es […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Toute la pensée de l'évêque d'Hippone est naturellement tournée vers Dieu, tendue vers lui. Mais comment l'atteindre ? Converti, Augustin ne se pose pas le problème d'un Dieu dont il faut démontrer l'existence, mais d'une foi qu'il faut acquérir à travers l'Écriture sainte et l'enseignement de l'Église. Non que cette priorité de la foi soit pour lui obscurcissement de la raison humaine : Intellig […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

L'œuvre du philosophe français Gaston Bachelard est dominée par deux thématiques bien distinctes, développées dans deux séries d’ouvrages aux références et aux lecteurs bien différents. Bachelard constitue de ce fait une figure singulière du paysage intellectuel français. Il échappe à toute simplification et se range malaisément dans une école de pensée. C'est bien cette singularité, mais aussi ce […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bien comme bonheur, ou « eudaimonia »  »  : […] Les philosophes de l'Antiquité ont lié la recherche du bonheur à la moralité. D'où le nom d'eudémonisme (du terme grec eudaimonia , bonheur, prospérité ou félicité) donné à leur philosophie. La thèse centrale de l'eudémonisme a trait à la coïncidence de la poursuite du bonheur et de l'accès à la vertu. Les philosophes antiques l'ont défendue contre les objections communes qui leur étaient opposées […] Lire la suite

BLONDEL MAURICE (1861-1949)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 877 mots

Dans le chapitre « L'action et l'infini »  : […] Blondel eut très vite le sentiment que la philosophie et la foi avaient en définitive tout à gagner dans l'approfondissement du conflit qui les opposait. De sa rigueur même devait surgir la solution. Si raison et foi semblaient incompatibles, c'est qu'on s'en tenait à des oppositions artificielles sans ramener l'une et l'autre à leur pureté originelle. Si on suit la genèse de la raison, on voit q […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

26 août 2022 Pakistan. Instauration de l'état d'urgence en raison d'inondations dévastatrices.

Le gouvernement instaure l’état d’urgence en raison de la situation critique créée par les inondations. Celles-ci ont débuté en juin, provoquées par des pluies de mousson d’une ampleur exceptionnelle, elles-mêmes précédées d’une vague de chaleur sans précédent. Le pays enregistre le mois d’août le plus pluvieux depuis 1962. Les inondations affectent trente-trois millions de personnes, soit un habitant sur sept. […] Lire la suite

8 juillet - 25 août 2022 Japon. Assassinat de l'ancien Premier ministre Shinzō Abe et élections sénatoriales.

Son agresseur affirme avoir agi en raison de la proximité de Shinzō Abe avec l’Association de l’Esprit saint pour l’unification du christianisme mondial, plus connue sous le nom de secte Moon. Le 10, à l’issue des élections sénatoriales, la coalition au pouvoir, formée par le Parti libéral démocrate (PLD) et le Kōmeitō, conforte sa majorité à la Chambre haute où elle contrôle désormais 146 sièges sur 248. […] Lire la suite

24 août 2022 France. Déclaration du président Emmanuel Macron sur la « fin de l'abondance ».

Celui-ci se caractérise selon lui par trois fins : « fin de l’abondance » des matières premières, de l’eau, mais aussi des « liquidités sans coût » ; « fin de l’insouciance » à la suite du retour de la guerre en Europe ; « fin des évidences » en raison d’« une montée des régimes illibéraux » et des « régimes autoritaires ». […] Lire la suite

19 août 2022 Chine. Condamnation de l'homme d'affaires Xiao Jianhua.

Propriétaire du fonds d’investissement Tomorrow Holding, qui est quant à lui condamné à l’équivalent de 8 milliards d’euros d’amende, Xiao Jianhua était surnommé le « banquier des princes rouges » en raison de ses nombreuses relations d’affaires avec le personnel dirigeant. Xiao Jianhua avait été enlevé à Hong Kong en janvier 2017, peu avant la tenue du XIXe Congrès du Parti communiste chinois (PCC), et n’était plus réapparu jusqu’à son procès. […] Lire la suite

9 août 2022 Arabie Saoudite. Condamnation de la militante pour les droits humains Salma al-Chehab.

Elle affirme avoir été victime de mauvais traitements au cours de sa détention, et notamment de harcèlement en raison de son appartenance à la minorité chiite du royaume.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric WEIL, « RAISON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/