RAISON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La raison transcendantale

Cette raison s'abstient donc, elle se déclare sceptique, dès qu'il est question de ce qui est au-delà du sensible, du donné. Or la saisie pensante du donné n'est pas donnée elle-même, elle est élaborée. Cela est vrai de la science même, qui parle réellement de la nature, mais à l'aide de la mathématique qui est une création de l'esprit humain. Cela est vrai, et plus visible, quand on regarde des concepts comme ceux de substance, de cause, de réalité, qui, loin d'être tirés des données sensibles, en rendent seulement possible la structuration. Bien plus, et en un sens bien plus important, cela est vrai dans un domaine qui nous concerne au plus profond de notre existence : nous ne pouvons nous empêcher de chercher un sens à notre vie et au monde dans lequel nous vivons – et ce sens des faits n'est pas un de ces faits : nous sommes bien obligés de nous orienter, de prendre des décisions en cherchant, consciemment ou non, non une des règles qu'offrent les différentes traditions existant empiriquement, mais une règle qui soit la même pour tous, afin qu'une morale raisonnable, c'est-à-dire universelle, puisse nous guider vers un bonheur qui ne dépende pas des accidents de ce monde et que nous soyons en droit d'espéré en proportion avec notre effort moral, dans un monde situé au-delà de celui de l'expérience sensible.

Kant et l'universalité de la raison

On a dit avec juste raison que tous les motifs de l'histoire de la pensée philosophique se rejoignent dans la pensée de Kant, qui est déterminée par cette tension-unité du sensible et du suprasensible. En effet, non satisfait de l'empirisme sensualiste et sceptique, Kant en maintient toutes les affirmations, rejetant seulement ses négations. Il est convaincu que la métaphysique traditionnelle, celle des xvie et xviie siècles, est intenable, que c'est elle-même qui pousse au scepticisme, et il soutient en même temps qu'aucune pensée humaine qui veut se comprendre ne peut renoncer à la recherche d'un inconditionné, d'un absolu, d'un fondement inaccessible au discours discursif, à la science du sensible, et pourtant plus réel que tout ce qui est donné à nos sens et à une pensée qui ne fait qu'organiser ce donné. L'homme est un être qui agit dans le monde, qui s'organise dans des sociétés et des États, parce qu'il a des intérêts concrets, parce qu'il est intéressé ; et ce même être aspire à une justice qui soit vraiment divine, divine déjà sur terre en ce qu'elle reconnaisse la valeur absolue de tout individu, divine dans un au-delà qui apporte la récompense à celui qui, au mépris de ses intérêts, de ses penchants, de cette nature sensible dont il ne se défera jamais, a cherché cette justice dans cette vie. Science, morale, religion, politique, cosmologie, tout doit être pensé par la raison dans un système qui ne néglige aucune des expressions qu'ont trouvées les aspirations les plus profondes des hommes.

Si l'humanité ne s'est pas comprise jusqu'ici, si elle ne s'est pas entendue avec elle-même, c'est qu'elle avait employé un concept doublement ambigu de la raison. Sans doute, la raison est une ; mais elle l'est sous des aspects différents. Elle pense le monde, elle vise l'action. Théorique, elle est discursive et est installée, sous le nom d'entendement, dans le fini des connaissances scientifiques, toujours particulières et partielles ; elle serait vide si elle ne recevait pas des sens une matière qu'organisent ses concepts en objets de connaissance, mais qu'ils ne créent pas : son activité, en soi pure spontanéité, ne devient effective que sur fond de passivité. Il n'en est pas de même quand elle ne cherche plus les déterminations des objets particuliers à l'intérieur du monde, mais se met à penser ce monde même, la Totalité-Unité (qu'elle doit viser si elle veut établir ordre et cohérence parmi les résultats de l'entendement) ; elle est alors raison au sens fort, mais elle n'a plus d'accès direct au sensible ; elle doit s'appuyer sur l'entendement, comme celui-ci s'appuyait sur la sensibilité, pour parvenir à cette unité en elle-même, d'un côté, à celle de son objet, de l'autre, unité sans laquelle aucune science ne serait vraiment fondée. Pratique, elle a affaire, non à ce qui est, mais à ce qui doit être, à un sens du monde et de la vie humaine et aux conditions morales de la réalisa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAISON  » est également traité dans :

RAISON (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 943 mots

Les historiens de la philosophie sont très nombreux à avoir décrit la mutation intellectuelle qui s’est produite sur le sol de la Grèce antique comme un combat du « logos » contre le « muthos », autrement dit (en se souvenant que le mot grec logos possède de multiples significations) de la raison […] Lire la suite

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mythe et raison »  : […] Ainsi s'énonce la question inaugurale qui commande l'enquête critique qui sous-tend l'ouvrage : pourquoi l'humanité, au lieu de s'engager dans des conditions vraiment humaines, a-t-elle sombré dans une nouvelle forme de barbarie ? Ou encore, pourquoi la raison, à vocation émancipatrice, s'est-elle inversée en son contraire, donnant naissance à des formes inédites de domination ? Il s'agit donc bi […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affect et de la passion : Kant »  : […] La profonde nouveauté de Kant dans l'histoire de la philosophie, le « renversement » ou la « révolution copernicienne », consiste en sa conception architectonique de la pensée, c'est-à-dire en ce que les termes (concepts) et les choses ( Sachen ) de la pensée dépendent, dans leur pouvoir de signifier, de l'orientation préliminaire de la pensée au sein du champ symbolique des concepts et de la lang […] Lire la suite

ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

  • Écrit par 
  • Robert BOURGNE
  •  • 4 551 mots

Dans le chapitre « Philosophie de l'entendement ouvert »  : […] Alain rétrograde ici de Hegel à Descartes ; il opère, en toute connaissance de cause – ayant été l'un des premiers en France à introduire Hegel dans son enseignement –, une « restauration » de l'entendement. Si l'entendement séparé impose au savoir de s'autolimiter à l'univers du fini, la raison est, dans l'entendement même, négation de la finitude, mais cette négation ne s'arrache pas elle-même […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les deux cultures »  : […] À la différence des humanistes, les inventeurs de ce que nous appelons aujourd'hui les sciences exactes ne nourrissent aucun complexe à l'égard de l'Antiquité. Conscients des progrès qu'ils réalisent, ils les expriment dans les langues vulgaires et délaissent progressivement le latin, réservé, écrit Descartes dans le Discours de la méthode (1637), « à ceux qui ne croient qu'aux livres anciens ». […] Lire la suite

ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 2 177 mots

Dans le chapitre « Un des premiers maîtres du dialogue entre la logique et la foi »  : […] Né à Aoste, d'un puissant lignage, Anselme est venu jeune à l'abbaye du Bec (Bec-Hellouin) en Normandie, dont l'abbé, Lanfranc, était son compatriote ; il y parcourut, selon la science et la foi de son temps, un cycle de fructueuses études sur la Bible, en logique et en patristique. Il y gravit les échelons des fonctions internes d'enseignement et de gouvernement. En 1063, pour sa trentaine, il es […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Toute la pensée de l'évêque d'Hippone est naturellement tournée vers Dieu, tendue vers lui. Mais comment l'atteindre ? Converti, Augustin ne se pose pas le problème d'un Dieu dont il faut démontrer l'existence, mais d'une foi qu'il faut acquérir à travers l'Écriture sainte et l'enseignement de l'Église. Non que cette priorité de la foi soit pour lui obscurcissement de la raison humaine : Intellig […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

L'œuvre du philosophe français Gaston Bachelard est dominée par deux thématiques bien distinctes, développées dans deux séries d’ouvrages aux références et aux lecteurs bien différents. Bachelard constitue de ce fait une figure singulière du paysage intellectuel français. Il échappe à toute simplification et se range malaisément dans une école de pensée. C'est bien cette singularité, mais aussi ce […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bien comme bonheur, ou « eudaimonia »  »  : […] Les philosophes de l'Antiquité ont lié la recherche du bonheur à la moralité. D'où le nom d'eudémonisme (du terme grec eudaimonia , bonheur, prospérité ou félicité) donné à leur philosophie. La thèse centrale de l'eudémonisme a trait à la coïncidence de la poursuite du bonheur et de l'accès à la vertu. Les philosophes antiques l'ont défendue contre les objections communes qui leur étaient opposées […] Lire la suite

BLONDEL MAURICE (1861-1949)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 877 mots

Dans le chapitre « L'action et l'infini »  : […] Blondel eut très vite le sentiment que la philosophie et la foi avaient en définitive tout à gagner dans l'approfondissement du conflit qui les opposait. De sa rigueur même devait surgir la solution. Si raison et foi semblaient incompatibles, c'est qu'on s'en tenait à des oppositions artificielles sans ramener l'une et l'autre à leur pureté originelle. Si on suit la genèse de la raison, on voit q […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-28 février 2022 Canada. Réactions à l'invasion russe de l'Ukraine.

Le 12, le ministère des Affaires étrangères annonce le transfert de l’ambassade du Canada en Ukraine de Kiev à Lviv, dans l’ouest du pays, en raison « de la détérioration de la situation en matière de sécurité causée par le déploiement des troupes russes à la frontière de l’Ukraine ». En janvier, le gouvernement avait annoncé l’octroi à l’Ukraine d’un prêt de 120 millions de dollars canadiens (83 millions d’euros environ), mais avait rejeté sa demande de fourniture de matériel militaire létal. […] Lire la suite

10-18 février 2022 France. Annonce du programme énergétique du président Emmanuel Macron.

EDF s’attend à une baisse de revenus de 19 milliards d’euros en 2022 : 8 milliards au titre du « bouclier tarifaire » instauré par le gouvernement pour limiter l’effet de l’augmentation des prix de l’énergie sur les consommateurs et 11 milliards au titre de la diminution de la production d’électricité en raison de la mise à l’arrêt pour travaux de plusieurs réacteurs. […] Lire la suite

2-16 février 2022 Suisse. Allègement des mesures sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19.

Le 2, le Conseil fédéral supprime l’obligation du télétravail et de la quarantaine imposée aux cas contacts, en raison d’« une évolution favorable de la situation dans les hôpitaux » et malgré un record de contaminations par le variant Omicron. Le 16, le Conseil fédéral lève l’obligation de porter un masque et de présenter un certificat Covid pour entrer dans les lieux ouverts au public à partir du lendemain. […] Lire la suite

3-7 février 2022 France. Retour en prison de Patrick Balkany.

Il avait été libéré en février 2020 pour raison de santé et était placé sous bracelet électronique depuis mars 2021. […] Lire la suite

10-31 janvier 2022 Royaume-Uni. Rapport du Cabinet Office sur les fêtes à Downing Street pendant la pandémie.

Cette fête s’était tenue en présence de Boris Johnson, alors que les Britanniques étaient invités à rester chez eux et contraints de ne pas se trouver à plus de deux en extérieur en raison de la pandémie de Covid-19. Il s’agit de la première preuve concrète des fêtes organisées à la résidence du Premier ministre en violation des contraintes sanitaires, que la presse avait commencé à dénoncer fin novembre 2021. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric WEIL, « RAISON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/