MODÈLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Peintre et son modèle, Kitagawa Utamaro

Le Peintre et son modèle, Kitagawa Utamaro
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Notre-Dame de Paris, les voûtes

Notre-Dame de Paris, les voûtes
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie


Le modèle dans les sciences de la Terre

Les sciences de la Terre se proposent d'aboutir à une description du globe sur lequel vivent les hommes.

Le souci d'objectivité qui doit les animer paraît s'opposer à la considération de modèles conçus a priori ; l'usage de ceux-ci est cependant nécessaire pour analyser les relations entre les aspects différents d'un même phénomène, mais leur portée ne doit pas être surestimée.

La géologie et la classification naturaliste

La géologie est née comme une des branches des sciences naturelles ; et l'idéal de celles-ci, formées pour l'étude des êtres vivants, est la prééminence de l'observation. Pour décrire, nommer et classer, il suffit d'observer les objets fournis par la nature, et il n'y a point à y substituer un modèle construit par l'esprit. Même lorsqu'on compare des espèces différentes, pour les grouper en genres, familles ou ordres, ces groupements ne sont point conçus comme des modèles idéaux, dotés de certains caractères, et indéterminés quant à ceux qui varient d'une espèce à l'autre. C'est à partir d'une espèce type que l'on définit le genre, qui est conçu comme un groupement d'espèces réelles, non comme un ensemble abstrait de caractères qui leur seraient communs.

La géologie s'est inspirée de cette méthode, non sans quelques difficultés, dues à ce qu'en l'absence des phénomènes de la reproduction, les limites de l'espèce ne s'imposent pas. Par exemple, il a fallu réagir contre la tendance à décrire et à nommer toutes les roches magmatiques, les différences qui les séparaient pouvant n'être pas significatives. Pour les familles retenues, il n'existe le plus souvent plus de type, et chaque roche réelle présente quelques caractères particuliers, même si elle répond pleinement à la définition de cette famille. Ne pourrait-on dire qu'au type s'est substitué un modèle idéal, défini par un nombre limité de caractères ? Ou faut-il plutôt considérer que la famille est simplement définie par une liste de caractères ? De même, une notion comme celle d'anticlinal est définie par quelques carac [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 37 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université des sciences humaines, lettres et arts de Lille
  • : ingénieur général des Mines, ancien directeur du service de la carte géologique de France
  • : maître de recherche au C.N.R.S.
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : membre de l'Académie des sciences morales et politiques, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : membre de l'Académie des sciences
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études
  • : professeur de psychologie à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  MODÈLE  » est également traité dans :

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Analogie sémantique et analogie structurale »  : […] Le cas de l'analogie sémantique se rencontre lorsque l'on met en correspondance deux éléments placés, chacun de son côté, dans un environnement défini seulement de manière très globale, c'est-à-dire juste assez spécifié pour que la dénomination sémantique donnée à l'élément ait quand même une signification fonctionnelle, si vague fût-elle. C'est ce que l'on fait, par exemple, si l'on prononce une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_239

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Archéologie et nouvelles technologies

  • Écrit par 
  • Bruno DESACHY, 
  • François DJINDJIAN, 
  • François GILIGNY
  •  • 3 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Acquisition et gestion des données de prospection et de fouilles et systèmes d'information archéologiques »  : […] Deux aspects caractérisent l'informatisation en archéologie de terrain. Le premier est la mise en œuvre de bases de données. Avec leurs multiples possibilités de tri, de requête et d'inventaires, les bases de données ont amené un rapport à l'information plus dynamique que celui qui est permis par les fichiers manuels. Leur emploi n'a pas été sans conséquence méthodologique, car il impose une stru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-traitement-et-interpretation-archeologie-et-nouvelles-technologies/#i_239

ARCHÉTYPE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 273 mots

On appelle archétype un modèle idéal, un type suprême ou un prototype : dans ce sens, les Idées chez Platon sont le modèle en même temps que le fondement des choses. Bien d'autres philosophes (Malebranche, Berkeley, mais aussi Locke et Condillac) ont parlé d'archétypes. Cependant, c'est un psychanalyste, Jung, disciple dissident de Freud, qui a répandu l'usage de ce terme à partir de 1912 et qui l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archetype/#i_239

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le principe de causalité dans la physique classique »  : […] Schématiquement, c'est la forme de la trajectoire des astres (planètes, Soleil, étoiles) qui est le premier objet de la physique mathématique. Cette description du déplacement des planètes culmine dans l'œuvre de Ptolémée et, quatorze siècles plus tard, de Copernic. L'astronomie ne formule pas d'hypothèse sur la nature des astres ni sur les causes de leur mouvement : elle en étudie la forme et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_239

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 794 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Modifications des précipitations »  : […] Le réchauffement modifie l'opération du cycle de l'eau ; que deviennent alors les ressources en eau et la biosphère ? On prédit (et dans une certaine mesure, on observe déjà) que les précipitations moyennes sur les terres augmenteront. Cependant, ce qui compte, c'est la répartition géographique de ces changements, mais on ne dispose pas encore de projections fiables des modifications de la carte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique/#i_239

CLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Frédéric FLUTEAU, 
  • Guillaume LE HIR
  •  • 3 655 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Prédire le climat »  : […] Prédire le climat et son évolution est possible à partir d'un ensemble de lois physiques qui régissent le fonctionnement du système climatique. Ces lois physiques sont établies à partir des observations de la situation actuelle et restent valides pour l'étude des climats passés et futurs. Des modèles numériques du climat s'appuient sur ces lois physiques pour simuler le climat. L'intérêt de la m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/climatologie/#i_239

CORPS - Corps et langage

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 5 693 mots
  •  • 1 média

Si la sémiologie est la science des signes, la sémiologie du corps se définira comme la région de cette science dont l'objet est le corps comme signe. Comment le corps humain peut-il être signe ou ensemble de signes ? Comment peut-il signifier ? Quel peut être son type propre de signifiance ? Quelles lois la régissent ? La moindre attention à notre corps, à ses comportements dans la vie sociale et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-corps-et-langage/#i_239

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Structuralisme, sémiotique, poétique, narratologie »  : […] Entre Saussure, Jakobson et la critique structurale française, Lévi-Strauss a joué un rôle essentiel de médiateur, appliquant le modèle linguistique à d'autres systèmes culturels, d'abord la parenté puis les mythes. L'analyse du récit pouvait suivre (Roland Barthes, Algirdas-Julien Greimas, Umberto Eco, Tzvetan Todorov, Gérard Genette, Julia Kristeva). Le programme d'une sémiologie figurait chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_239

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le monogramme de sociabilité et sa manifestation »  : […] Référons-nous plus précisément à la lettre du texte de Thucydide. La constitution est d'emblée considérée comme une pratique (« χρώμεθα γὰρ πολιτεία̩ »), dont le nom de « démocratie » désigne, de la façon la plus générale, la fonction de distribution, et dont l'égalité devant la loi – au regard des intérêts privés –, le critère du mérite – au regard de la hiérarchie des dignités – règlent l'app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_239

EAU CYCLE URBAIN DE L'

  • Écrit par 
  • Nassima MOUHOUS-VOYNEAU
  •  • 1 758 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les outils de modélisation mis en œuvre pour une gestion intégrée des eaux urbaines. »  : […] Pendant longtemps, les chercheurs ont développé des modèles hydrologiques dans le but de comprendre le fonctionnement des systèmes hydriques et d’anticiper l’impact des aménagements sur le cycle de l’eau. Ces modèles se sont améliorés au fil des années en affinant la résolution spatiale et temporelle pour obtenir une meilleure représentation du ruissellement urbain. Aujourd’hui, le paradigme cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-urbain-de-l-eau/#i_239

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Science et rationalité »  : […] Le mot de rationalité a été prononcé plus haut sans commentaire. Mais, si nul ne peut douter sincèrement que la science se veuille rationnelle, le sens de cette rationalité est pourtant susceptible d'interprétations diverses. Le mot sera pour certains l'indice d'une volonté de fermeture à toute forme d'expérience autre que celles que les procédures scientifiques codifient. L'épistémologie, croyon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_239

ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 025 mots

La notion d'équilibre a une puissance heuristique exceptionnelle. Il n'est pas de régions d'objectivité où elle ne se retrouve. Si elle joue un rôle fondamental dans l'ensemble des sciences de la nature, elle est aussi centrale dans les sciences sociales. Bien plus, il se peut qu'elle constitue l'objet propre, tant des savoirs portant sur les normes (depuis la gymnastique jusqu'à la médecine ou à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre/#i_239

FACTORIELLE ANALYSE

  • Écrit par 
  • Mariano YELA
  •  • 4 915 mots
  •  • 8 médias

L'analyse factorielle est une méthode mathématique expérimentale, spécialement employée en psychologie, qui a pour objet l'étude des dimensions, ou facteurs , d'un domaine empirique donné. Soit, par exemple, les mesures de longueur, de surface et de volume d'un ensemble de corps physiques. L'analyse factorielle de ces mesures découvre trois facteurs : la longueur, la hauteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-factorielle/#i_239

FORMALISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 5 002 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Formalisation et connaissance »  : […] L'histoire de la formalisation met en évidence la réalisation par les mathématiques d'une idée de la connaissance formelle qu'elles ne peuvent s'approprier effectivement sans la transformer. Mouvement caractéristique du travail scientifique, qui porte seulement ici sur un problème plus traditionnellement investi que d'autres par la philosophie. Si les mathématiques en viennent historiquement à se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme/#i_239

GÉNIE CHIMIQUE

  • Écrit par 
  • Henri ANGELINO, 
  • Henri GIBERT, 
  • Pierre PIGANIOL
  •  • 7 784 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Contrôle et commande automatique des procédés »  : […] Dès que l'on désire obtenir des produits de qualité constante, assurer la régularité de fonctionnement d'un procédé, réduire l'impact de l'énergie et des matières premières sur le coût de production, le contrôle et l'automatisation s'imposent. Dans une première étape, on a utilisé des régulateurs analogiques à effet proportionnel, intégral et dérivé (P.I.D.) dont les réglages étaient figés. En ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genie-chimique/#i_239

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De nouveaux moyens d'information au service d'une géographie utilitaire »  : […] Par un phénomène de convergence, la géographie évolue de façon similaire, sinon identique, dans d'autres pays, mais dans un contexte généralement beaucoup plus pragmatique, sauf en Italie. À côté de l'académisme et du scientisme français se développe une géographie pratique qui retrouve et affirme sa vocation de fournir les éléments de maîtrise de l'espace. La géographie est appelée, concurremment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geographie/#i_239

HYDROLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre HUBERT, 
  • Gaston RÉMÉNIÉRAS
  •  • 9 869 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les modèles mathématiques »  : […] L'évolution de l'hydrologie au cours des dernières décennies a été marquée par l'introduction de l'informatique. Cette dernière a d'abord permis, et permet toujours, la réalisation rapide, économique et sûre de tâches traditionnelles de collecte, de stockage, d'édition et de traitement des volumineuses données hydrologiques. Mais l'informatique a également permis de mettre en scène et d'animer l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrologie/#i_239

JEUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 8 066 mots

La théorie des jeux se propose d'étudier des situations (appelées « jeux ») où des individus (les « joueurs ») prennent des décisions, chacun étant conscient que le résultat de son propre choix (ses « gains ») dépend de celui des autres. C'est pourquoi on dit parfois de la théorie des jeux qu'elle est une « théorie de la décision en interaction ». Les décisions ayant pour but un gain maximum – el […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-jeux/#i_239

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 324 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Articulations »  : […] Dans le couple ainsi constitué, plusieurs stratégies de corrélation sont concevables, qui sont loin d'ailleurs de s'exclure ; il est rare, au contraire, que l'articulation proposée par telle ou telle méthode ne résulte pas de la combinaison de plusieurs possibilités : l'interdisciplinarité fonctionne volontiers à l'éclectisme. L'accent, dans ces échanges, a été mis surtout, depuis les années 1950, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-litterature/#i_239

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Évolution du modèle »  : […] Dans le dispositif mis en place à partir du rapport de Rome, la position de la linguistique est donc claire : elle permet et justifie une théorie nouvelle de l'Un et de la causalité. Or ce dispositif n'a pu se maintenir. Pour une raison notamment : la linguistique elle-même a changé. Elle est demeurée corpusculaire, mais elle ne propose plus une doctrine originale du corpuscule. L'élément linguist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-psychanalyse/#i_239

MÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 309 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les systèmes de prévision de Météo-France »  : […] Les progrès accomplis ces dernières années ont été considérables. La qualité de la prévision permet de gagner un jour à peu près tous les dix ans. Ainsi, la prévision à trois jours d’échéance est-elle aujourd’hui aussi bonne que celle de la prévision à 24 heures il y a une vingtaine d’années. On appelle « temps sensible », l’ensemble des éléments significatifs de l’atmosphère ressentis par un obs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteorologie/#i_239

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « L'objet scientifique irréductible à l'objet perçu »  : […] Le but de la « constitution » était de produire le cadre tout préparé pour les descriptions et l'établissement des lois empiriques de la physique, ainsi que – mais avec quelques réserves – de la psychologie et des sciences sociales. De telles constructions systématiques sont, dans une large mesure, des échecs instructifs. L'une des raisons en est que l'hypothèse d'une homogénéité de la perception […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_239

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « paradoxe du théorique » »  : […] Les entités théoriques de la science moderne posent un difficile problème, quant à leur statut de réalité, parce que ce sont des entités « construites » : entendons des entités qui n'ont de sens que dans le cadre d'une théorie , laquelle est bien autre chose qu'une généralisation des lois empiriques. Pour le positivisme logique, seuls les « observables » sont en dernier res […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_239

OPÉRATIONNELLE RECHERCHE

  • Écrit par 
  • Georges CULLMANN
  •  • 5 547 mots
  •  • 2 médias

Bien conjecturer a toujours été le principal souci de l'homme ; il a rapidement eu conscience des avantages qu'il pouvait tirer de la prévision d'une conjoncture. Les moyens ont évolué, la complexité des problèmes à résoudre est devenue telle qu'il n'est plus possible aujourd'hui de se fier au seul bon sens, bien souvent, du reste, incapable de pouvoir s'exprimer ; l'extrême complexité du monde mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherche-operationnelle/#i_239

PARADIGME, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 319 mots

Est paradigme ce que l'on montre à titre d'exemple, ce à quoi on se réfère comme à ce qui exemplifie une règle et peut donc servir de modèle. En tant que modèle concret devant guider une activité humaine et lui servir de repère, le paradigme se distingue de l'archétype, qui suggère l'idée d'une priorité ontologique originelle. Comme l'a montré P.-M. Schuhl, ce concept a chez Platon un sens pédagog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradigme-philosophie/#i_239

PHYSIQUE - Le modèle en physique

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 3 158 mots

On peut établir un intéressant parallélisme entre l'utilisation des modèles en physique et dans les autres sciences exactes ou humaines. Il n'empêche que la signification d'un modèle présente, en physique, une résonance et une portée propres à cette discipline. La notion de modèle soulève, en effet, la question même de l'objectivité d'une science, soucieuse d'atteindre une « réalité » et des lois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-le-modele-en-physique/#i_239

SCIENCES - Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 650 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences, idéologie et éducation »  : […] Un autre aspect du rôle de la science apparaît à travers l'emploi des ordinateurs dans le domaine économique. De façon générale, l'idéologie de la science mêle inextricablement les idées justes et les idées fausses. Ainsi, il est faux de dire qu'il n'y a de science que là où il y a mesure : ce qui est essentiel, c'est la possibilité d'une représentation, la reconnaissance d'une réalité objective, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sciences-et-societe/#i_239

SCIENCES - Sciences et discours rationnel

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 6 601 mots

Dans le chapitre « Le type empirico-formel »  : […] Le modèle par excellence des sciences de type empirico-formel est fourni par la physique. À la différence des sciences formelles pures, qui construisent entièrement leur objet (ou, plus exactement, ne le découvrent qu'en le construisant), la physique se rapporte à un objet extérieur, qui est donné dans l'expérience empirique : la réalité matérielle, considérée dans ses manifestations non vivantes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sciences-et-discours-rationnel/#i_239

TARSKI ALFRED (1902-1983)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 1 076 mots

Dans le chapitre « De la « définissabilité » aux modèles et à la décision »  : […] Après le concept de vérité, Tarski a précisé un autre concept sémantique essentiel, celui de conséquence logique, qui avait été défini pour la première fois par Bolzano, en 1837, pour la langue usuelle. Pour Tarski, en effet, l'« énoncé X suit logiquement des énoncés de la classe K si et seulement si tout modèle de la classe K est aussi un modèle de l'énoncé X ». Tarski a apporté des renouvellemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-tarski/#i_239

TYPE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 217 mots

Modèle qui détermine la forme d'une série d'êtres, lui-même étant l'un de ces êtres (prototype, archétype) ; être qui présente la forme la plus caractéristique ou la plus parfaite d'une série (être « typique », « typé » ; « typifier » : exagérer les traits caractéristiques) ; catégorie d'êtres définie à partir d'un trait caractéristique : en morphophysiologie, type athlétique ou type asthénique, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/type/#i_239

Voir aussi

Pour citer l’article

Noël MOULOUD, Jean GOGUEL, Sylvanie GUINAND, Bernard VICTORRI, Raymond BOUDON, Bernard JAULIN, Hubert DAMISCH, Jean-François RICHARD, « MODÈLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/