Épistémologie générale


AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 894 mots
  •  • 2 médias

Le terme « agnotologie » a été introduit par l’historien des sciences Robert N. Proctor (université de Stanford) pour désigner l’étude de l’ignorance et, au-delà de ce sens général, la « production culturelle de l’ignorance ». Si son usage académique semble assez circonscrit à la philosophie, l’histoire et la sociologie des sciences, il a largement essai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agnotologie/#i_0

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 443 mots

Dans le chapitre « Analogie et connaissance scientifique »  : […] Dans son acception ancienne, venue des mathématiques, l'analogie était une identité de proportions, de rapports. Si a/b = c/d, on peut dire que a est à b ce que c est à d. Ainsi, deux objets dont certaines dimensions homologues sont dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/2-analogie-et-connaissance-scientifique/

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 080 mots

Imprécise dans ses contours, la pensée catégoriale semble participer de la connaissance et du langage, de la logique, de l'ontologie, de la psychologie. Aussi sera-t-on porté à accentuer l'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categories/#i_0

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 290 mots
  •  • 4 médias

Les sciences cognitives ont pour objet de décrire, d'expliquer et le cas échéant de simuler voire d'amplifier les principales dispositions et capacités de l'esprit humain – langage, raisonnement, perception, coordination motrice, plani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-cognitives/#i_0

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 910 mots

Dans le chapitre « La contingence dans la pensée scientifique »  : […] L'idée de contingence prend-elle rang au milieu des concepts scientifiques ? À coup sûr, elle appartient, depuis l'Antiquité, à la logique, où elle qualifie le contraire du nécessaire. Joue-t-elle aussi un rôle dans les sciences de la nature et dans les sciences sociales ?IEn logique, contingent s'oppose à nécessaire. Est nécessaire une proposition dont le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contingence/2-la-contingence-dans-la-pensee-scientifique/

CONTINU & DISCRET

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 7 682 mots

Le mot continu désigne en général ce qui est d'un seul tenant, ce qui se module avec tous les degrés intermédiaires souhaitables (ainsi les flux liquides nous semblent continus, l'espace et le temps nous paraissent devoir l'être) ; de l'autre côté, relève du discret ce qui éclate, se résout en individus isolés, ce qui est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/#i_0

COPENHAGUE ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Bernard d' ESPAGNAT
  •  • 738 mots
  •  • 2 médias

On regroupe sous ce nom les physiciens théoriciens qui, entre 1920 et 1930, après avoir élaboré la mécanique quantique, mirent en évidence ses aspects les plus révolutionnaires par rapport aux concepts en vigueur jusqu'alors et furent les instigateurs d'un très profond débat épistémologique qui se poursuit encore actuellement.La description statistique des phénomènes atomiques et nucléaires doit-e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-copenhague/#i_0

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 400 mots
  •  • 1 média

Certaines disciplines sont descriptives : astronomie, anatomie, zoologie. Une description peut être plus qu'une simple collection non ordonnée de faits ou de données, l'exemple des taxinomies le montre. La géographie comporte une partie descriptive ; les cartes sont de pures d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-et-explication/#i_0

DIALLÈLE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 468 mots

Raisonnement erroné qui a été repéré et thématisé par les philosophes grecs, notamment les sceptiques. Diallèle est la transcription de diallèlos, nom grec de ce qu'on appelle aussi « cercle vicieux » ou « inférence réciproque », et qui consiste à définir un terme ou à démontrer une proposition au moyen d'un autre terme ou d'une autr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diallele/#i_0

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 128 mots
  •  • 4 médias

Si l'on traduit par notre mot « science » le mot grec ἐπιστήμη, l'épistémologie est, étymologiquement, la théorie de la science. Bien que la forme anglaise du vocable ait existé avant que le français ne l'assimile, c'est pourtant avec le sens différent et plus large de « théorie de la connaissance » qu'il est généralement utilisé par les Anglo-Saxons. Ce déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_0

ÉPISTÉMOLOGIE DES SCIENCES SOCIALES (dir. J.-M. Berthelot) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis AFFERGAN
  •  • 968 mots

Voici un livre collectif (Presses universitaires de France, 2001) dont la hauteur des vues développées, la qualité de l'information et l'organisation de l'argumentation peuvent intéresser un vaste public. S'il faut souligner l'opportunité de sa parution, c'est en raison du moment crucial traversé par les sciences sociales qui s'interrogent sur la validité de leurs procédures et la légitimité des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie-des-sciences-sociales/#i_0

ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 034 mots

La notion d'équilibre a une puissance heuristique exceptionnelle. Il n'est pas de régions d'objectivité où elle ne se retrouve. Si elle joue un rôle fondamental dans l'ensemble des sciences de la nature, elle est aussi centrale dans les sciences sociales. Bien plus, il se peut qu'elle constitue l'objet propre, tant d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre/#i_0

ÉTHER

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 5 559 mots
  •  • 1 média

La notion d'éther est aussi vieille que la physique, mais sa signification a considérablement varié, suivant en cela l'évolution des théories et les progrès de l'expérience. Oscillant entre l'idée de feu, de lumière et celle de représentation subtile de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ether/#i_0

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 640 mots

La finalité d'une action en est le « pourquoi », le sens, par opposition à son « comment », aux mécanismes ou fonctionnements qu'elle met en jeu. Le mot « finalité » et l'expression « cause finale » sont démodés ; on les emploie souvent entre guillemets, comme antiscientifiques.La finalité est éprouvée comme une évidence lorsque l'on entreprend de faire quelque chose, d'obtenir un résultat. Cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finalite/#i_0

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 387 mots

L'histoire du concept de forme et des théories de la forme est des plus singulières. Nous vivons dans un monde constitué de formes naturelles. Celles-ci sont omniprésentes dans notre environnement et dans les représentations que nous nous en faisons. Et pourtant, jusqu'à une époque récente, on ne disposait d'aucune scien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_0

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 436 mots
  •  • 3 médias

Ce terme de méthodologie scientifique qualifie tous les outils intellectuels, tous les procédés et plus généralement toutes les démarches favorisant la découverte – c'est la racine grecque du mot – ou l'invention dans les sciences. On a pu également désigner par là, d'une manière plus globale, l'une des deux dimensions épistémologiques fondamentales de l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_0

INTUITION

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 595 mots

Le terme d'intuition désigne la manière d'être d'une connaissance qui comprend directement son objet, par un contact sans médiats avec lui, et sans le secours des signes ou des procédés expérimentaux. À ces caractères d'immédiateté on relie en général d'autres caractères, celui d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuition/#i_0

LOI, épistémologie

  • Écrit par 
  • Pierre JACOB
  •  • 6 835 mots
  •  • 1 média

Le nom français « loi » tire son étymologie du mot latin lex. L'adjectif français « nomologique », qui désigne la propriété d'être une loi, tire son étymologie du mot grec nomos (qui signifie loi). À quel genre d'entité attribue-t-on cette propriété ? De nos jours, le mot « loi » sert à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-epistemologie/#i_0

MACHINE

  • Écrit par 
  • Sophie JANKÉLÉVITCH
  •  • 1 173 mots
  •  • 3 médias

La machine est une réalité technique qui joue un rôle dans la production, mais c'est aussi une réalité humaine et sociale qui a des effets profonds sur la vie matérielle des hommes, sur l'organisation du travail et les rapports sociaux. Ce dernier aspect alimente depuis Aristote la réflexion des philosophes dont l'attitude vis-à-vis de la machine s'est mod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machine/#i_0

MATHÉMATIQUE ÉPISTÉMOLOGIE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 2 885 mots

Certes, l'épistémologie se distingue de toutes les réflexions d'ordre éthique ou politique qui interrogent la science et entendent contribuer à la réponse individuelle et collective à la question pratique « Que faire de la science ? ». Elle ne prétend pas travailler à la constitution d'une « conscience » de la science. Mais, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie-de-la-mathematique/#i_0

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 709 mots
  •  • 1 média

Pour l'action comme pour la connaissance, la « matière » est toujours première. Première dans ses mixtes et ses confusions, lorsqu'elle résiste aux projets de façonnage ; première dans sa présence originelle, dès qu'apparut le projet d'une construction intelligible du monde. Mais, avant même que soient déclarées ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere/#i_0

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 077 mots

Le mot « méthode », d'origine grecque, signifie chemin : celui, tracé à l'avance, qui conduit à un résultat. La méthode ou bien se rapporte à la meilleure façon de conduire un raisonnement, ou bien est un programme de recherche (Aristote : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methode/#i_0

MÉTHODE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 2 304 mots

Il n'est pas rare de caractériser la méthode scientifique par le recours à l'expérience ou à l'expérimentation, et de situer celle-ci à titre de troisième moment d'un processus inauguré par l'observation et suivi de la formulation d'une hypothèse, qui serait ainsi vérifiée ou infirmée. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methode-scientifique/#i_0

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 526 mots
  •  • 2 médias

Le langage de la philosophie aiderait peu à éclairer l'origine de la notion de modèle, qui a reçu un emploi très large dans la méthodologie des sciences. Cette origine est technologique : le modèle est d'abord la « maquette », l'objet réduit et maniable qui reproduit en lui, sous une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_0

OPPOSÉS

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 944 mots

Depuis les formes les plus archaïques de la pensée, jusqu'en ses schèmes les plus abstraits, se retrouvent des oppositions (chaud-froid, bas-haut, civilisé-barbare, homme-femme, plein-vide, homogène-hétérogène, etc.). Une même intuition philosophique semble partagée en de nombreuses civilisations : l'être humain ne connaît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opposes/#i_0

PARADOXE

  • Écrit par 
  • Yannis DELMAS-RIGOUTSOS
  •  • 1 642 mots

Paradoxe signifie, fondamentalement, « contre » (en grec, para) « l'opinion commune » (doxa). Pourtant, la part de vérité des paradoxes est suffisante pour que l'on ne puisse pas facilement les délaisser. Le paradoxe suscite la curiosité.Le mot paradoxe admet trois acceptions principales, selon la force qu'on veut bien lui donner. Au sens le plus fort, il s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradoxe/#i_0

PHÉNOMÈNE (sciences)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 793 mots

Selon l'étymologie grecque (phainomenon, « ce qui apparaît »), un phénomène est un événement qui se produit à un certain moment par opposition à ce qui est immuable. Pour les physiciens ioniens (vie siècle av. J.-C.), la science des phénomènes consiste à établir des relations intelligibles, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomene-sciences/#i_0

PHYSIQUE - Le modèle en physique

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 3 177 mots

On peut établir un intéressant parallélisme entre l'utilisation des modèles en physique et dans les autres sciences exactes ou humaines. Il n'empêche que la signification d'un modèle présente, en physique, une résonance et une portée propres à cette discipline. La notion de modèle soulève, en effet, la question même de l'objectivité d'une science, soucieuse d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-le-modele-en-physique/#i_0

PRATIQUE ET PRAXIS

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 6 705 mots

Dans le chapitre « Théorie et pratique dans la science moderne : la technique rationnelle »  : […] Le concept de théorie change de signification avec l'apparition de la nouvelle science. L'intention platonico-aristotélicienne demeure, mais seulement en ce qu'elle a de plus profond, la volonté de déceler le permanent dans le changeant, de réduire le flux des sensations et des observations immédiates à quelque chose d'immuable qui le sous-tend et le rend ains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pratique-et-praxis/3-theorie-et-pratique-dans-la-science-moderne-la-technique-rationnelle/

PREUVE, épistémologie

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 3 344 mots
  •  • 1 média

Une proposition est dite prouvée si, ayant été établie par une méthode reconnue, elle fait l'objet d'une croyance. Cette formulation permet de distinguer quatre versants dans la théorie de la preuve : 1o un élément sémantico-formel, la proposition qu'il s'ag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/#i_0

PREUVE, sciences

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 545 mots

On prouve pour établir la vérité. La preuve est ce qui convainc la personne à laquelle elle s'adresse dès lors que celle-ci la comprend. Elle a son origine dans le droit, s'illustre en philosophie et en théologie, s'affirme dans la pensée scientifique. Quiconque est amené à donner des gages de son dire, et n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-sciences/#i_0

RÉDUCTIONNISME, sciences

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 1 047 mots

L'usage courant du mot « réductionnisme » est péjoratif. Il désigne des approches scientifiques réductrices, voire simplistes. Accusation assurément trop rapide, pour autant que la recherche de principes généraux et de théories fondamentales, qui anime le réductionnisme, s'inscrit dans la dynamique scientifique, celle du renoncement au chatoiement des apparences au profit des éléments qui les rend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reductionnisme-sciences/#i_0

RÉGULATION, épistémologie

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 3 476 mots

Le concept de régulation, dans son acception la plus large, renferme au minimum trois idées : celle de relation d'interaction entre éléments instables, celle de critère ou de repère, celle de comparateur. La régulation, c'est l'ajustement, conformément à quelque règle ou norme, d'une pluralité de mouvements ou d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regulation-epistemologie/#i_0

REPRODUCTIBILITÉ EN SCIENCES EXPÉRIMENTALES

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 2 558 mots
  •  • 1 média

Les différents courants de l'épistémologie s'accordent sur un point : une expérience scientifique doit être reproductible. En d'autres termes, la description exacte et circonstanciée du protocole mis en œuvre dans l’expérience ou l’observation doit permettre à tout chercheur de la reproduire, et d'obtenir les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproductibilite-en-sciences-experimentales/#i_0

RUPTURE ÉPISTÉMOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 814 mots

C'estGaston Bachelard qui a insisté sur le caractère illusoire de l'« expérience première », en introduisant le concept d'« obstacle épistémologique » : « La première expérience ou, pour parler plus exactement, l'observation première est toujours un premier obstacle pour la culture scientifique. En effet, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rupture-epistemologique/#i_0

SCIENCES HUMAINES

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Histoire de la terminologie »  : […] Quelques remarques historiques pourront aider à mieux comprendre les hésitations du vocabulaire.L'« étude de l'homme » est une expression qu'utilisent les humanistes et que l'on retrouve chez Pascal. Bien qu'elles s'intéressent surtout à l'histoire des mœurs et des idées, les conceptions humanistes se caractérisent par un éclectisme universel, par une cur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/1-histoire-de-la-terminologie/

SYSTÈME, épistémologie

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 4 178 mots

La notion de système apparaît dans deux catégories de contextes, fort différentes : d'une part, lorsqu'il est question de propositions (dans lesquelles sont exprimées des relations formelles ou des conceptions relatives à la réalité), d'autre part, dans des contextes où interviennent des entités d'une certaine espèce (par exemple, des corps matériels ou d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-epistemologie/#i_0

THÉORIE, sciences

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 1 797 mots

Chacun, ne serait-ce que par ouï-dire, connaît des théories scientifiques : théorie de la gravitation de Newton, théorie de la descendance avec modifications par la sélection naturelle de Darwin, théorie de la relativité restreinte d'Einstein, théorie quantique de Planck, théorie de l'information de Shannon, etc. Ces informations autorisent une première approche des caractéristiques d'une théorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-sciences/#i_0

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 800 mots

Dans le chapitre « Le contexte « épistémologique » : Descartes »  : […] La psychologie de la volonté a reçu une impulsion toute différente, parfois en conjonction avec la spéculation précédente, de la réflexion sur l'erreur. Cette réflexion n'est pas sans relation avec la méditation antérieure sur le mal. Elle s'en distingue, néanmoins, en ce qu'elle déplace l'accent de l'éthique sur l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/3-le-contexte-epistemologique-descartes/


Affichage 

Heuristique : l'espace d'un problème

Heuristique : l'espace d'un problème

dessin

L'espace d'un problème. Alternatives aux points de choix : 2. Longueur minimale du chemin jusqu'à la solution : 3. Le chemin le plus court jusqu'à une solution est donné par les choix 2-1-2; il va du point a1, à travaers b2 et c3, jusqu'à d6, la solution. (Adapté de herbert... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Heuristiques de sélection en intelligence artificielle

Heuristiques de sélection en intelligence artificielle

dessin

Heuristiques de sélection en intelligence artificielle : espaces de deux démonstrations d'un théorème (*2,45 des "Principia mathematica" de B. Russell et A. N. Whitehead), à partir des mêmes théorèmes initiaux. Des programmes identiques ont engendré les deux espaces, à... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'hexagone des sciences cognitives

L'hexagone des sciences cognitives

dessin

Les ellipses correspondent à des subdivisions courantes dans des grands organismes de recherche tels que le C.N.R.S. Les lignes pointillées indiquent des relations particulièrement importantes pour l'interface entre des disciplines différentes. Les quatre sommets formant... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Prisme cognitif

Prisme cognitif

dessin

Le « prisme » cognitif (d'après M. Imbert et al. dir., « Cognitive Science in Europe », Springer Verlag, 1988). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Machine connexionniste

Machine connexionniste

dessin

Un réseau d'automates à seuil, exemple de machine connexionniste. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Heuristique : l'espace d'un problème

Heuristique : l'espace d'un problème
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Heuristiques de sélection en intelligence artificielle

Heuristiques de sélection en intelligence artificielle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

L'hexagone des sciences cognitives

L'hexagone des sciences cognitives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Prisme cognitif

Prisme cognitif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Machine connexionniste

Machine connexionniste
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin