Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CLIMATOLOGIE

  • Article mis en ligne le
  • Écrit par et

La climatologie est la science du climat. Elle s'appuie sur l'analyse de la distribution statistique de variables météorologiques, principalement la température et les précipitations, d'une région donnée sur une période de trente ans. Cette approche statistique du climat permet de s'affranchir des variations interannuelles parfois considérables. Elle diffère ainsi de la météorologie, qui s'intéresse à l'état d'une variable atmosphérique à de très courtes échelles de temps (heures, journées). Pour cette raison, un événement météorologique comme une canicule ou une tempête ne pourra pas s'interpréter simplement comme un changement du climat.

La climatologie fut d'abord une science qualitative. Dès l'Antiquité, la civilisation égyptienne s'illustrait par sa connaissance du climat à travers sa maîtrise de phénomènes cycliques tels que les crues du Nil. L'observation du climat par les premières sociétés humaines était tout d'abord motivée par le besoin de subsistance et la nécessité d'estimer les ressources potentielles dont elles disposaient. L'invention du thermomètre au xviie siècle transforma la climatologie en une science quantitative. La création des observatoires puis des réseaux de mesures au xixe siècle a permis de généraliser l'enregistrement continu des données météorologiques pour aboutir dans les années 1970, à une couverture globale de la Terre avec l'arrivée des mesures satellitaires. Ces cinquante dernières années s'est développée la climatologie physique, branche récente de la climatologie qui a pour but de prédire le climat et son évolution à partir de « lois physiques ». Le développement des ordinateurs a contribué à l'essor de la modélisation climatique dès les années 1960, dans le contexte géopolitique de la guerre froide, l'U.R.S.S. et les États-Unis voulant tous deux connaître les conséquences climatiques d'une guerre nucléaire.

Climat et zonation climatique

L'état climatique de la Terre et la variabilité climatique

L'état climatique actuel de la Terre est défini sur la période de référence 1961-1990. Sur cette période, la température moyenne annuelle à la surface de la Terre est de 15 0C, mais cette valeur a varié dans le passé et peut s'assimiler à la somme des variabilités observées aux différentes échelles de temps. Cette fluctuation, autour de cette moyenne, représente la variabilité du climat. Cette variabilité est dite naturelle lorsque l'activité humaine n'en est pas la cause. Les archives climatiques sont étudiées pour observer et comprendre la variabilité naturelle du climat.

À l'échelle du dernier millénaire l'observation du climat passé en Europe a révélé que, jusqu'au milieu du xixe siècle, les glaciers étaient plus volumineux qu'aujourd'hui, indice d'un climat un peu plus froid. Cette période se nomme le « petit âge glaciaire » ; lui-même succèdant à une période légèrement plus chaude appelée « l'optimum climatique médiéval ». À l'échelle du dernier million d'années, les enregistrements climatiques montrent une variabilité plus marquée contrôlée par des cycles de cent mille ans, oscillant entre de longues périodes froides (ou glaciaires) et de courtes périodes interglaciaires (nous vivons actuellement dans une période interglaciaire appelée Holocène).

Variations du climat depuis 1 milliard d'années - crédits : Encyclopædia Universalis France

Variations du climat depuis 1 milliard d'années

À l'échelle du dernier milliard d'années nous pouvons définir, à l'aide d'indicateurs paléoclimatiques, l'extension en latitude des dépôts glaciaires (fig. 1) caractérisant trois états climatiques stables (fig. 2) : un état climatique similaire à l'état actuel marqué par la présence de calottes de glace continentale dans les régions polaires ; un état climatique plus chaud qu'aujourd'hui[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités à l'Institut de physique du globe de Paris
  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Pour citer cet article

Frédéric FLUTEAU et Guillaume LE HIR. CLIMATOLOGIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Médias

Variations du climat depuis 1 milliard d'années - crédits : Encyclopædia Universalis France

Variations du climat depuis 1 milliard d'années

Climat terrestre et fonction de la teneur en CO<inf>2</inf> - crédits : Encyclopædia Universalis France

Climat terrestre et fonction de la teneur en CO2

Terre boule de neige - crédits : IPGP, 2011

Terre boule de neige

Autres références

  • CLIMATS (notions de base)

    • Écrit par
    • 3 593 mots
    • 10 médias

    Le climat terrestre a, de tout temps, été sujet à des variations naturelles. Ainsi, les deux derniers millions d’années ont vu plusieurs glaciations. Mais l’homme, depuis quelques dizaines d’années, modifie cet équilibre fragile en provoquant un réchauffement planétaire rapide sans précédent. Pour mieux...

  • MODIFICATION ARTIFICIELLE DU TEMPS ET DU CLIMAT

    • Écrit par
    • 7 044 mots
    • 4 médias

    Les perturbations atmosphériques peuvent avoir des conséquences catastrophiques. Elles font chaque année près de 1,5 million de victimes et entraînent des pertes économiques évaluées à plus de 900 milliards d’euros. D’après l’Organisation météorologique mondiale (OMM), plus de 90 % des ...

  • ANTICYCLONES

    • Écrit par
    • 4 113 mots
    • 5 médias
    ...agit fortement sur le temps observé à un instant donné, au-dessus d’une région déterminée. Dans le cas des anticyclones permanents ou quasi permanents, c’est la climatologie de cette même région qui est touchée, avec une forte répercussion sur les modes de vie, l’agriculture, l’économie, etc.
  • ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

    • Écrit par
    • 7 816 mots
    • 7 médias
    Dans les études du bilan énergétique de la Terre, les climatologues placent conceptuellement le « sommet de l’atmosphère » à une altitude d’environ 100 kilomètres, altitude au-dessus de laquelle on ne rencontrerait plus que 0,3 millionième de la masse, c’est-à-dire que 99,999 97 p. 100 se trouveraient...
  • BOLIN BERT RICHARD JOHANNES (1925-2007)

    • Écrit par
    • 278 mots

    Le climatologue suédois Bert Bolin fut l'un des membres fondateurs du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (G.I.E.C.). Ses efforts furent couronnés par l'attribution du prix Nobel de la paix 2007 au G.I.E.C., partagé avec l'ancien vice-président des Etats-Unis Al Gore....

  • CATASTROPHES NATURELLES (notions de base)

    • Écrit par
    • 2 855 mots
    • 12 médias
    On regroupe sous cette appellation les inondations, les sécheresses, les cyclones, les tornades et les trombes ainsi que les crises climatiques.
  • Afficher les 57 références