STRUCTURALISME, grammaire

Articles associés

  • BENVENISTE ÉMILE (1902-1976)

    • Écrit par Jean-Claude MILNER
    • 2 636 mots
    • 1 média
    ...Conformément à la tradition saussurienne, la grammaire comparée se relie ainsi constamment à des hypothèses et des conclusions de portée générale. C'est par là d'abord que Benveniste prend sa place dans la révolution scientifique qu'a connue la linguistique au xx e siècle et qui...
  • CONSTITUANT IMMÉDIAT

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 249 mots

    Lorsqu'on souhaite segmenter un énoncé en unités plus petites et ainsi de suite jusqu'à des éléments indécomposables, les morphèmes, on est conduit à user de procédures purement formelles qui permettent de décomposer l'ensemble et chaque sous-ensemble obtenu en sous-ensembles de rang immédiatement...

  • CORPUS, linguistique

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 272 mots

    Ensemble homogène et significatif de données linguistiques observées et à partir desquelles pourra s'élaborer la théorie. La notion de corpus est évidemment fondamentale dans la linguistique structurale : désireuse de substituer à la normativité de la grammaire ou aux fondements...

  • DISTRIBUTIONNALISME

    • Écrit par Catherine FUCHS
    • 848 mots

    On désigne sous le nom de distributionnalisme un courant linguistique d'inspiration structuraliste qui s'est développé aux États-Unis à partir des travaux de Leonard Bloomfield (1887-1949), rassemblés dans Language (1933), et qui a dominé la linguistique américaine jusqu'au début...

  • ÉTYMOLOGIE

    • Écrit par Paul ZUMTHOR
    • 4 762 mots
    ...La Faillite de l'étymologie phonétique, 1919) que, par une sorte de malentendu, les étymologistes à sa suite négligèrent de tirer profit du structuralisme naissant. Inversement, par réaction contre l'historicisme, l'école structuraliste s'intéressa peu à l'étymologie. Il reste que la géographie...
  • GRAMMAIRE

    • Écrit par Jean-Claude MILNER
    • 7 556 mots
    ...désignent alors des discours entièrement séparés, relevant de principes et de méthodes hétérogènes. Cette position a été largement développée à la fin du xix e siècle et demeurait encore régnante, dans les années soixante, au moment où la linguistique revêtait essentiellement la formestructuraliste.
  • GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

    • Écrit par Jean-Claude CHEVALIER, Universalis, Jean STÉFANINI
    • 4 224 mots
    Le structuralisme des années 1920-1930 a des sources multiples, jusque dans l'organicisme du xix e siècle (Koerner), convergeant dans l'œuvre de Saussure et dans celle de Bloomfield. Le premier dégage de la pratique de la grammaire comparée principes et concepts qui la fondent (arbitraire...
  • HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)

    • Écrit par Louis-Jean CALVET
    • 612 mots
    • 1 média

    Linguiste danois, animateur du cercle linguistique de Copenhague, Louis Hjelmslev se situe dans la perspective structurale issue de l'enseignement de Ferdinand de Saussure. Sa théorie « glossématique » constitue un approfondissement et une tentative de formalisation de la plupart...

  • HOMONYMIE / POLYSÉMIE, notion d'

    • Écrit par Catherine FUCHS
    • 1 188 mots

    Le terme « homonymie », introduit en français au xvi e siècle, nous vient, par l'intermédiaire du latin, du grec homônymia, formé sur homo- et onoma (littéralement « [qui a] même nom »). Sont dits homonymes des mots ayant des sens différents et qui possèdent la même forme...

  • JAKOBSON ROMAN (1896-1982)

    • Écrit par Nicolas RUWET
    • 2 029 mots
    • 2 médias
    ...(étude des aires) et à la phonologie diachronique : dans ses « Remarques sur l'évolution phonologique du russe... » (1929), il entreprend de montrer que la structure d'un système phonologique joue un rôle crucial dans l'évolution. Il prend ainsi le contre-pied de la conception atomistique des néo-grammairiens,...
  • LANGAGE PHILOSOPHIES DU

    • Écrit par Jean-Pierre COMETTI, Paul RICŒUR
    • 20 714 mots
    • 9 médias
    Saussure isolait la langue, comme système social, de la parole, comme exécution individuelle ; dans la langue, il éliminait la « substance » sonore et psychique pour ne retenir que la « forme », c'est-à-dire les rapports purement différentiels et oppositifs entre éléments, qu'il s'agisse des phonèmes...
  • LINGUISTIQUE - Théories

    • Écrit par Catherine FUCHS
    • 6 788 mots
    • 1 média
    Le structuralisme linguistique ne constitue pas une école unique se référant à une doctrine précise ; il s'agit bien plutôt d'un ensemble de courants, voire d'individus, qui ont développé des théories diverses fondées sur certains principes généraux communs. Le nom même de « structuralisme » indique que...
  • MARTINET ANDRÉ (1908-1999)

    • Écrit par Claude HAGÈGE
    • 963 mots

    Par l'importance de son œuvre comme par le rôle historique qu'il a joué dans l'avènement de la linguistique structurale, par le rayonnement de son enseignement comme par la solide unité d'une conception de la langue qu'il n'a jamais cessé de défendre sans rien en modifier, André Martinet...

  • MODÈLE

    • Écrit par Raymond BOUDON, Hubert DAMISCH, Jean GOGUEL, Sylvanie GUINAND, Bernard JAULIN, Noël MOULOUD, Jean-François RICHARD, Bernard VICTORRI
    • 21 528 mots
    • 2 médias
    Cette domination des modèles algébriques n'est pas étonnante. Elle est en fait une conséquence directe, au moins pour les modèles internes, du structuralisme tel qu'il s'est imposé, après avoir rompu tout lien avec la Gestalttheorie : définir les unités linguistiques des différents...
  • PARADIGME, linguistique

    • Écrit par Françoise ARMENGAUD, Michel BRAUDEAU
    • 598 mots

    Au sens traditionnel du terme, un paradigme est l'ensemble caractéristique des formes fléchies d'un morphème lexical. Ainsi, dans une langue à cas, le nom, le pronom, l'adjectif prennent, selon le genre, le nombre, la personne qui leur sont propres et les...

  • PHONOLOGIE

    • Écrit par Jean Léonce DONEUX, Véronique REY, Robert VION
    • 6 566 mots
    • 1 média

    La linguistique a vécu, dans les années 1960, des heures de gloire qu'elle n'avait jamais connues auparavant. Considérée comme science pilote, elle était susceptible d'offrir, à l'ensemble des sciences humaines, des concepts généraux et des modèles d'analyses. Des chercheurs comme Claude Lévi-Strauss,...

  • PROLÉGOMÈNES À UNE THÉORIE DU LANGAGE, Louis Trolle Hjelmslev - Fiche de lecture

    • Écrit par Gabriel BERGOUNIOUX
    • 406 mots
    • 1 média
    Pour le structuralisme linguistique, dont la glossématique est une variante, le système est fondé sur des relations – ou des rapports – et non sur des entités. Prolongeant l'intuition de Saussure – « la langue est forme et non substance » –, Hjelmslev propose de définir la structure comme une « entité...
  • PSYCHOMÉCANIQUE, linguistique

    • Écrit par Catherine FUCHS
    • 919 mots

    Le nom de « psychomécanique » (ou encore « psychosystématique ») du langage a été donné à la théorie développée dans la première moitié du xx e siècle par le linguiste français Gustave Guillaume (1883-1960), dont les écrits sont rassemblés dans deux recueils posthumes d'articles...

  • SÉMANTIQUE

    • Écrit par Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
    • 9 076 mots
    • 1 média
    ...Greimas, Coseriu, Prieto, Mounin). Mais son objectif est toujours le même : il s'agit de rendre compte de l'organisation structurale des contenus lexicaux. Or, si l'on veut faire une description structurale du lexique (envisagé du point de vue du contenu), il faut comparer (du point de vue du contenu)...
  • ŠAUMJAN SEBASTIAN KONSTANTINOVIČ (1916-2007)

    • Écrit par Zlatka GUENTCHÉVA
    • 646 mots

    Connu comme le créateur du modèle génératif applicationnel, S. K. Šaumjan (ou Chaoumian) a été membre du conseil scientifique de l'Académie des sciences de l'U.R.S.S. et chef de la section des méthodes structurales dans l'étude des langues à l'Institut de la langue russe à Moscou....

  • SAUSSURE FERDINAND DE (1857-1913)

    • Écrit par André MARTINET
    • 1 271 mots
    • 1 média

    Il serait inexact de dire de Saussure qu'il est le fondateur de la linguistique scientifique contemporaine. L'enseignement qu'il a donné à l'université de Genève se plaçait en effet d'emblée, par sa nouveauté et sa rigueur, à un niveau que ses auditeurs n'avaient pas atteint, et il a fallu maturation...

  • SIGNE ET SENS

    • Écrit par Paul RICŒUR
    • 6 849 mots
    • 1 média
    ...importante dans l'histoire du problème, elle n'abolit pas pour autant les enjeux philosophiques. On peut dire, en première approximation, que la linguistique structurale place à nouveau la notion de sens sous l'empire de celle du signe (nous disons : en première approximation, afin de réserver l'éventualité...
  • STRUCTURALISME

    • Écrit par Jean-Louis CHISS, Michel IZARD, Christian PUECH
    • 21 168 mots
    • 2 médias
    Le structuralisme ne constitue pas à proprement parler une communauté de doctrine. Il se caractérise plutôt par le partage d'un ensemble de principes très généraux qui peuvent orienter ou infléchir les recherches dans des directions différentes : attention portée au signifiant phonique, tentative...
  • SYNTAGME

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 327 mots

    Le concept de syntagme, dans les théories structurales de la linguistique, s'oppose à paradigme et renvoie à la succession chronologique des unités mises en œuvre dans l'énoncé réalisé : au sens étroit, « renverrons » est un syntagme, car il consiste en une suite de quatre morphèmes,...

  • TAXINOMIE, linguistique

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 189 mots

    En linguistique, la conception taxinomique de la grammaire caractérise la plupart des théories structurales qui veulent aboutir, selon l'expression de Z. Harris, à une « grammaire de listes » ayant pour souci d'inventorier les classes d'items et celles, plus complexes, des séquences d'items ;...

  • UNIVERSAUX, linguistique

    • Écrit par Catherine FUCHS
    • 4 393 mots
    ...linguistique qui ne puisse différer d'une langue à l'autre » : cette affirmation d'André Martinet (1908-1999) explique que, pendant plusieurs décennies, les linguistes issus de cette tradition structuraliste se soient attachés à étudier chaque langue comme un système spécifique, évitant par prudence méthodologique...
  • VALEUR, linguistique

    • Écrit par Louis-Jean CALVET
    • 482 mots

    On appelle valeur le sens d'une unité linguistique considéré comme le produit des relations que cette unité entretient avec les autres unités du système, et non pas comme un contenu intrinsèque. C'est Ferdinand de Saussure qui a le premier utilisé cette notion, qu'il...