ÉGLISE, architecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réforme grégorienne

Le césaropapisme carolingien était lié au centralisme administratif. Il portait en lui-même ses propres limites : dès lors que les forces de dissolution l'emporteraient, apparaîtraient de nouvelles structures politiques adaptées aux nécessités de l'époque. L'empereur du Saint Empire romain germanique tenta de protéger le schéma dont il était l'héritier. Partout ailleurs, une multitude de seigneurs cherchèrent à affirmer leur pouvoir en conservant une partie de l'autorité publique. Le conflit devenait inévitable avec l'Église, dont la mission ne pouvait se réduire à une obéissance au monde laïc. Il prit suivant les régions des aspects bien différents, se prolongeant parfois très tardivement. Le grain semé par Benoît d'Aniane, portant la promesse d'une réforme monastique, finit par germer au tout début du xe siècle au sein d'une abbaye, celle de Cluny, fondée par un seigneur laïc. Il s'agissait, comme il a été dit en une formule, d'« arracher l'Église aux laïcs ». Le mouvement irrésistible triompha lorsque fut élu sur le trône pontifical, en 1073, un pape qui prit le nom évocateur de Grégoire VII. On lui donna le nom de « réforme grégorienne » ; elle aboutit à créer pour l'Église un nouvel espace de liberté, l'évêque retrouvant une certaine indépendance, et un nouvel équilibre s'instaurant entre clercs et laïcs. Ce courant réformateur était étroitement lié au fantastique sursaut qui traversa l'Europe occidentale autour de l'an mil. Touchant tous les domaines, en raison de la nécessité vitale de reconstruction sur des cendres dont certaines étaient encore chaudes, il connut dans le domaine démographique une ampleur dont on a pris conscience depuis quelques années seulement : il aboutit en effet à un repeuplement généralisé, plus accentué encore dans les villes. Les nouveaux arrivants, ceux que l'on appelait les « pieds poudreux », transformèrent celles-ci très rapidement. De désertées, elles se trouvèrent rapidement repeup [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Premier Saint-Pierre de Rome

Premier Saint-Pierre de Rome
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cathédrale de Cologne

Cathédrale de Cologne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉGLISE, architecture  » est également traité dans :

ABADIE PAUL (1812-1884)

  • Écrit par 
  • Claude LAROCHE
  •  • 975 mots

Paul Abadie est né à Paris le 9 novembre 1812. Il est le fils d'un architecte néo-classique homonyme (1783-1868) qui fut architecte du département de la Charente : on lui doit notamment le palais de justice d'Angoulême (env. 1825-1828). Abadie entre à Paris dans l'atelier d'Achille Leclère (1832) puis à l'École des beaux-arts (1835) pour étudier l'architecture. Parallèlement à cette formation clas […] Lire la suite

ABBATIALE DE CLUNY III

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 222 mots

La légende veut que ce soit saint Pierre, apparaissant au moine Gunzo, qui ait jeté les plans de la troisième église abbatiale de Cluny, la plus grande de tout l'Occident médiéval. Cette transformation débuta en 1088, sous l'abbatiat d'Hugues de Semur (1049-1109), afin de répondre aux besoins de la communauté religieuse, dont le succès avait rendu Cluny II trop exiguë. L'abbé fit appel au moine cl […] Lire la suite

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 106 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De la théorie à la pratique »  : […] L'œuvre construite est peu importante en quantité. Alberti, homme de cabinet, ne fut pas présent sur les chantiers, comme le révèle par exemple la lettre dans laquelle il donne des instructions très précises à Matteo de' Pasti, chargé de l'exécution de San Francesco à Rimini. Dans d'autres cas, son intervention n'est pas prouvée. On lui attribue généralement la paternité du palais Rucellai , à Fl […] Lire la suite

AMBON

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 194 mots

Nom donné, dans l'art paléochrétien, à la chaire du haut de laquelle sont lus les textes sacrés ou prononcés les sermons. De formes diverses, l'ambon peut être isolé dans la nef principale de l'édifice ou bien faire partie d'un chancel situé devant l'abside ; dans ce cas, les ambons sont au nombre de deux, un du côté de l'évangile, l'autre du côté de l'épître. On y accède par quelques marches. L'é […] Lire la suite

AMIENS CATHÉDRALE D'

  • Écrit par 
  • Arnaud TIMBERT
  •  • 526 mots
  •  • 2 médias

La cathédrale Notre-Dame d’Amiens (Somme) est une église gothique du x iii e  siècle. L’édifice (145 mètres de longueur, 70 mètres de largeur au niveau du transept, 42,30 mètres de hauteur) est dû à l’initiative de l’évêque Évrard de Fouilloy (1211-1222). Les travaux débutent par la nef et ses portails en 1220 et se poursuivent dans le chœur en 1241. En 1258, les chapelles rayonnantes sont achevé […] Lire la suite

ANGOULÊME, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Pierre DUBOURG-NOVES
  •  • 938 mots
  •  • 1 média

Angoulême, érigée en civitas à la fin du iii e  siècle ou au début du iv e , conserve de cette époque les restes d'un soubassement de rempart aux parements en gros appareil régulier. Le blocage intérieur, constitué de vestiges de monuments (colonnes, blocs sculptés, inscriptions...), a enrichi le Musée archéologique de la Charente avec, en particulier, des lions et de gros chapiteaux corinthiens […] Lire la suite

ANNEAU D'OR

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 4 071 mots

Dans le chapitre « Vladimir »  : […] Vladimir, dont les monuments les plus prestigieux, après ceux de Kiev et de Novgorod datent du xii e  siècle, est située à 190 kilomètres au nord-est de Moscou, sur les bords de la Kliazma. La ville est connue depuis 1108. Les premières églises y furent érigées par les princes kiéviens Vladimir Vsevolodovitch Monomaque (1053-1125) et Iouri Dolgorouki (années 1090-1157). Mais c'est seulement sous […] Lire la suite

ANTHÉMIOS DE TRALLES (2e moitié Ve s.-env. 534)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 793 mots
  •  • 1 média

Architecte lydien né à Tralles dans la seconde moitié du v e  siècle, Anthémios appartenait à une famille extrêmement cultivée. L'historien Agathias nous apprend que son père était un médecin réputé et que ses frères furent respectivement maître de rhétorique (Métrodore, qui s'installa à Constantinople), juriste et médecins (dont l'un exerça à Rome). Possédant d'excellentes connaissances en mathém […] Lire la suite

ANTINOÉ

  • Écrit par 
  • Marie-Hélène RUTSCHOWSCAYA
  •  • 662 mots
  •  • 1 média

La ville d'Antinoé fut fondée par Hadrien en 132. Elle devint, à l'époque chrétienne , le siège d'un évêché dépendant de Thèbes, puis fut élevée au rang de métropole de la Thébaïde à partir de Dioclétien. Les ruines s'étendent sur la rive orientale du Nil en face de Rôda, à 290 kilomètres du Caire. La ville romaine est située dans la plaine derrière le village de Cheykh Abadeh. Sur les premiers co […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 294 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Formes et goûts nouveaux »  : […] L'architecture reste directement tributaire de l' Antiquité, mais des villes et des quartiers nouveaux naissent ou se développent, notamment là où réside l'empereur. Parmi les palais du iv e siècle, seul celui de Trèves (avec peut-être celui de Thessalonique dont l'identification reste incertaine) a laissé des vestiges significatifs, et notamment la « basilique » à nef unique se terminant par un […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « ÉGLISE, architecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-architecture/