Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ABBATIALE DE CLUNY III

La légende veut que ce soit saint Pierre, apparaissant au moine Gunzo, qui ait jeté les plans de la troisième église abbatiale de Cluny, la plus grande de tout l'Occident médiéval. Cette transformation débuta en 1088, sous l'abbatiat d'Hugues de Semur (1049-1109), afin de répondre aux besoins de la communauté religieuse, dont le succès avait rendu Cluny II trop exiguë. L'abbé fit appel au moine clunisien Hézelon de Liège pour la construction de la majestueuse abbatiale romane dédiée aux saints Pierre et Paul. L'édifice, long de 187 mètres, présentait une nef barrée de deux transepts aux dimensions inégales et flanqués d'absidioles. Le chœur semi-circulaire, pourvu d'un déambulatoire ouvrant sur des chapelles rayonnantes, abritait de nombreuses reliques. L'ensemble, dont il ne reste aujourd'hui que le bras sud de chaque transept ainsi que le soubassement du narthex, était rehaussé de sculptures et de peintures d'influence byzantine attribuées au Maître de Berzé, auteur vers 1100 des peintures de la chapelle prieurale de Berzé-la-Ville. Cet imposant édifice, achevé sous l'abbatiat de Pons de Melgueil à l'orée de l'époque gothique, marque l'apogée du rayonnement clunisien, mais aussi l'amorce de son déclin.

— Christophe MOREAU

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Christophe MOREAU. ABBATIALE DE CLUNY III [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009