AUTORITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Constamment tiraillée entre l'approximation conceptuelle et l'instrumentalisation idéologique, la notion d'autorité requiert un usage particulièrement prudent. D'un côté, elle fait l'objet d'une acception lâche par le sens commun, qui l'emploie indifféremment comme synonyme de pouvoir, de force, d'influence ou encore de domination. De l'autre, elle est mobilisée par les analyses contradictoires soutenues dans le cadre du débat sur la « crise des valeurs » : les diverses solutions, « permissives » ou « réactionnaires », prônées pour remédier aux effets délétères sur le lien social de son déclin supposé dans les sociétés démocratiques l'invoquent toutes. En fait, seul le détour par l'histoire permet une juste évaluation de cette notion complexe et délicate qui relève d'une longue tradition de pensée, à la croisée de la philosophie politique et des sciences sociales.

Les premières conceptions de l'autorité

À l'origine, la philosophie politique de Platon (— 428-347) a apporté une contribution décisive en posant en des termes essentialistes une conception du pouvoir en rupture avec le contractualisme dominant des sophistes, de Protagoras (~490-420) à Lycophron, élève de Gorgias (~480-374). Pour ces derniers, l'autorité était largement entendue comme le produit artificiel d'un accord passé entre les hommes en vue d'assurer leur concorde, moins au nom de principes universels qu'au titre d'objectifs pratiques et ponctuels à remplir.

Platon - Athènes

Photographie : Platon - Athènes

Né vers 428 avant J.-C. à Athènes, Platon a reçu l’éducation d’un jeune aristocrate athénien. Disciple de Socrate, qu’il met en scène dans ses Dialogues,  il fonde sa propre école, l’Académie. La forme du dialogue oriente la pensée vers la parole et le questionnement. Elle... 

Crédits : AKG

Afficher

Dans La République (livres VI et VII), l'autorité est en revanche inscrite dans un ordre supérieur, celui de la Raison (Logos) et des Idées, seul à pouvoir garantir la pleine légitimité de son exercice sans s'exposer aux velléités des volontés particulières et à la tyrannie de l'opinion et des subjectivités. Les conduites des gouvernés se règlent alors sur les normes transcendantes de cet ordre qui, s'accommodant mal du régime démocratique, sera politiquement tenu par la classe des gouvernants la plus familière des formes intelligibles pures, à savoir celle des rois-philosophes. Placées en dehors des vouloirs humains et des arbitraires individuels, ces idéalités suprêmes autorisent donc la conversion de la pratique du simple pouvoir en un type d'autorité incontestable dont l'exercice n'exigera ni force brutale ni violence de la part de ses détenteurs, auxquels on se pliera non pas par contrainte, mais librement, par devoir d'obéissance. Le surcroît de puissance qu'offrent le savoir et l'intellect par rapport au commandement ordinaire dévoile le montage caché dont procède impérativement l'autorité chez Platon : une légitimité artificielle parée de transcendance pour mieux mettre à l'abri de la contestation ceux qui s'en prévalent.

Aristote, dans sa Politique, justifie lui aussi par un argument pré-politique l'origine de la distinction qu'il opère entre « ceux qui commandent et ceux qui sont commandés ». Dans cette argumentation, un ordre cosmique, dont l'existence est posée implicitement, établit au nom de la Nature (Physis) des différences entre les êtres et autorise que celles-ci s'instituent socialement par une distribution inégale du pouvoir. À côté de cette séparation opposant classiquement la pensée et l'action, l'exercice de la citoyenneté, par laquelle les individus de la cité (polis) accèdent au statut d'homme libre et forment ensemble une communauté d'égaux, s'oppose au système monarchique que les chefs de famille, en tant qu'aînés, imposent au sein de leur maisonnée. Il suppose donc comme condition nécessaire à la participation politique la libération des nécessités matérielles et physiques inhérentes à la communauté familiale au moyen d'une économie domestique fondée sur l'esclavage. Mais si ce préambule ouvre de façon féconde sur la séparation des sphères privée et publique, il peine aussi à rendre compte des fondements et des formes prises par l'autorité dans les affaires de la cité. Sauf à réduire l'autorité à l'expression d'une domination ordinaire et assimiler la politique à un acte pédagogique, l'exemple des relations entre jeunes et vieux que prend Aristote pour illust [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Platon - Athènes

Platon - Athènes
Crédits : AKG

photographie

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Montesquieu

Montesquieu
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sociologie, D.E.A. de philosophie, maître de conférences à l'université de Paris V-Sorbonne

Classification

Autres références

«  AUTORITÉ  » est également traité dans :

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La personnalité autoritaire »  : […] Dans la construction du paradigme de la critique de la domination qui comprend Hegel, Marx, Nietzsche, Adorno a pour particularité, à la différence de Max Horkheimer, de ne pas faire intervenir Machiavel. En effet, si l'on considère le couple domination-émancipation, Horkheimer, sous l'emprise d'une lecture réductrice de l'auteur du Prince , se voit contraint de penser la politique du côté de la […] Lire la suite

AGRESSION (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 899 mots

L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires et policières, enquêtes de victimation ou de délinquance autoreportée, observations, tests cogniti […] Lire la suite

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 279 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La spécificité militaire »  : […] On voit pourquoi il arrive à l'armée d'être un État dans l'État et au soldat, à la fois fort de ses fonctions éminentes et rivé à un cadre particulier par des liens extrêmement puissants, de se sentir, hors de son milieu, comme un étranger. Encore ne peut-on en rester là. De la mission de défense de la collectivité et, en simplifiant, de combat ne découlent pas seulement des fonctions inattendues, […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  L'organisation sociale »  : […] Une telle ville était le reflet d'une organisation sociale déjà très poussée, fort différente de ce qu'elle avait été au temps des migrations de la petite tribu. Alors, l' autorité semble avoir été exercée par les prêtres de Huitzilopochtli, qui, peut-être avec l'aide des chefs de famille, guidaient la migration. Deux cents ans plus tard, les Espagnols trouvèrent en face d'eux un empire hautement […] Lire la suite

BASSE POLITIQUE, HAUTE POLICE (H. L'Heuillet) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 966 mots

Si la police, à la fois honnie et désirée, omniprésente dans le quotidien des cités modernes, a si peu été interrogée quant à son statut historique et philosophique, cela tient aux difficultés d'en dégager l'essence. Identifiée aux formes de l'État, son essence se dissout dans les questions liées aux institutions du politique ; vouée à la défense de l'ordre public, elle intéresse plus souvent les […] Lire la suite

BIOPOLITIQUE

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 1 813 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle logique de pouvoir »  : […] Cette rupture est cependant plus théorique que proprement historique, car les deux formes ne cessent en fait de coexister. La forme traditionnelle est le pouvoir de « souveraineté ». Il procède par prélèvement contraint et marquage symbolique. Par exemple : soustraire une partie des récoltes, supplicier les corps de condamnés, réquisitionner des richesses matérielles ou des forces de travail, off […] Lire la suite

BONALD LOUIS-AMBROISE DE (1754-1840)

  • Écrit par 
  • Colette CAPITAN PETER
  •  • 892 mots

Dans le chapitre « Un démenti à l'esprit du siècle »  : […] L'œuvre philosophique et politique de Bonald se présente comme un vaste démenti aux théories et aux idées révolutionnaires issues des encyclopédistes et de J.-J. Rousseau. Pour Bonald, l'idée contenue dans le Contrat social est une idée fausse, contredite par les faits. Les individus, dit Bonald, ne peuvent agir sur les lois qui règlent la vie en société, moins encore en être les auteurs, car ils […] Lire la suite

BOURRICAUD FRANÇOIS (1922-1991)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 867 mots

Deux intérêts bien distincts ont donné à l'œuvre de François Bourricaud son orientation et son originalité. L'un se rapporte aux thèmes classiques de la philosophie morale et politique ; l'autre, aux problèmes nés du développement de l'Amérique latine, et plus particulièrement à ceux qui sont posés par le « cas péruvien ». Ils sont présents dès l'élaboration de ses thèses pour le doctorat ès lett […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 394 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Conflits et hiérarchie »  : […] En revanche, les conflits organisationnels prennent une importance croissante. Dans le travail, l'organisation hiérarchique des salariés est de plus en plus stricte ; les rôles professionnels se définissent davantage par la situation dans une filière hiérarchique que par l'apport d'une qualité particulière. L'autonomie professionnelle tend à disparaître. L'employé se définit plus complètement que […] Lire la suite

CONTRAT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 4 442 mots

Dans le chapitre « La doctrine du « trust » »  : […] La notion de trust permet d'arriver par des procédés analogues à ceux de Hobbes – la suppression de la dualité des contrats – à des résultats inverses : permettre le gouvernement démocratique. C'est en Angleterre, à l'occasion des révolutions du xvii e  siècle, que certains écrivains commencent à substituer cette notion de trust à celle de contrat de gouvernement, même si la terminologie n'est pas […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-3 février 2022 Allemagne – Russie. Interdiction croisée des chaînes Deutsche Welle et RT.

Le 3 également, le magazine Challenges indique que l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom, ex-CSA) française a ouvert une instruction sur « le traitement de l’information par RT France », à la demande d’associations. En juillet 2019, le régulateur britannique des médias avait condamné RT à une lourde amende pour la diffusion d’émissions enfreignant « l’impartialité requise de la présentation d’informations ». […] Lire la suite

2-25 janvier 2022 France. Adoption de la loi sur le passe vaccinal.

Le 14, la Haute Autorité de santé (HAS) autorise l’utilisation du vaccin Nuvaxovid, produit par le laboratoire américain Novavax. Il s’agit d’un vaccin fondé sur une technologie classique et non sur celle de l’ARN messager. Le 16, à l’issue de vifs débats, le Parlement adopte définitivement le projet de loi examiné en procédure accélérée, qui transforme le passe sanitaire en passe vaccinal, désormais obligatoire pour accéder aux bars, restaurants, cinémas, théâtres ou transports en commun de longue distance pour les personnes de seize ans et plus. […] Lire la suite

2-27 décembre 2021 France. Annonce de la transformation du passe sanitaire en passe vaccinal.

Le 20, la Haute Autorité de santé (HAS) donne son aval à la vaccination de tous les enfants de cinq à onze ans, sous réserve d’une approbation parentale. Le 27, alors que le seuil des cent mille contaminations sur vingt-quatre heures a été dépassé deux jours plus tôt, Jean Castex annonce l’extension du port du masque en extérieur, sur décision préfectorale, le retour des jauges pour les grands rassemblements – deux mille personnes en intérieur, cinq mille en extérieur –, l’interdiction des concerts debout et de la consommation debout dans les bars, l’interdiction de la consommation de boissons et d’aliments dans les cinémas, théâtres, équipements sportifs et transports collectifs, ainsi que l’obligation du télétravail au moins trois jours par semaine, quand cela est possible. […] Lire la suite

22 décembre 2021 Union européenne – Pologne. Ouverture d'une procédure d'infraction à l'encontre de Varsovie.

La Commission européenne annonce l’ouverture d’une procédure d’infraction contre la Pologne, à la suite de la contestation par le Tribunal constitutionnel polonais, en octobre, de la primauté du droit européen sur le droit polonais et de l’autorité de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Elle estime que « le Tribunal constitutionnel ne répond plus aux exigences d’un tribunal indépendant et impartial établi par la loi, comme l’exige le traité » européen. […] Lire la suite

8 décembre 2021 France. Condamnation et démission du ministre Alain Griset.

Le tribunal correctionnel de Paris condamne le ministre délégué chargé des petites et moyennes entreprises Alain Griset (LREM) à une peine de six mois de prison avec sursis assortie d’une peine d’inéligibilité de trois ans avec sursis pour « déclaration incomplète ou mensongère » de son patrimoine à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric LETONTURIER, « AUTORITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/autorite/