Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AUTORITÉ

Constamment tiraillée entre l'approximation conceptuelle et l'instrumentalisation idéologique, la notion d'autorité requiert un usage particulièrement prudent. D'un côté, elle fait l'objet d'une acception lâche par le sens commun, qui l'emploie indifféremment comme synonyme de pouvoir, de force, d'influence ou encore de domination. De l'autre, elle est mobilisée par les analyses contradictoires soutenues dans le cadre du débat sur la « crise des valeurs » : les diverses solutions, « permissives » ou « réactionnaires », prônées pour remédier aux effets délétères sur le lien social de son déclin supposé dans les sociétés démocratiques l'invoquent toutes. En fait, seul le détour par l'histoire permet une juste évaluation de cette notion complexe et délicate qui relève d'une longue tradition de pensée, à la croisée de la philosophie politique et des sciences sociales.

Les premières conceptions de l'autorité

Platon - Athènes

Platon - Athènes

À l'origine, la philosophie politique de Platon (— 428-347) a apporté une contribution décisive en posant en des termes essentialistes une conception du pouvoir en rupture avec le contractualisme dominant des sophistes, de Protagoras (~490-420) à Lycophron, élève de Gorgias (~480-374). Pour ces derniers, l'autorité était largement entendue comme le produit artificiel d'un accord passé entre les hommes en vue d'assurer leur concorde, moins au nom de principes universels qu'au titre d'objectifs pratiques et ponctuels à remplir.

Dans La République (livres VI et VII), l'autorité est en revanche inscrite dans un ordre supérieur, celui de la Raison (Logos) et des Idées, seul à pouvoir garantir la pleine légitimité de son exercice sans s'exposer aux velléités des volontés particulières et à la tyrannie de l'opinion et des subjectivités. Les conduites des gouvernés se règlent alors sur les normes transcendantes de cet ordre qui, s'accommodant mal du régime démocratique, sera politiquement tenu par la classe des gouvernants la plus familière des formes intelligibles pures, à savoir celle des rois-philosophes. Placées en dehors des vouloirs humains et des arbitraires individuels, ces idéalités suprêmes autorisent donc la conversion de la pratique du simple pouvoir en un type d'autorité incontestable dont l'exercice n'exigera ni force brutale ni violence de la part de ses détenteurs, auxquels on se pliera non pas par contrainte, mais librement, par devoir d'obéissance. Le surcroît de puissance qu'offrent le savoir et l'intellect par rapport au commandement ordinaire dévoile le montage caché dont procède impérativement l'autorité chez Platon : une légitimité artificielle parée de transcendance pour mieux mettre à l'abri de la contestation ceux qui s'en prévalent.

Aristote, dans sa Politique, justifie lui aussi par un argument pré-politique l'origine de la distinction qu'il opère entre « ceux qui commandent et ceux qui sont commandés ». Dans cette argumentation, un ordre cosmique, dont l'existence est posée implicitement, établit au nom de la Nature (Physis) des différences entre les êtres et autorise que celles-ci s'instituent socialement par une distribution inégale du pouvoir. À côté de cette séparation opposant classiquement la pensée et l'action, l'exercice de la citoyenneté, par laquelle les individus de la cité (polis) accèdent au statut d'homme libre et forment ensemble une communauté d'égaux, s'oppose au système monarchique que les chefs de famille, en tant qu'aînés, imposent au sein de leur maisonnée. Il suppose donc comme condition nécessaire à la participation politique la libération des nécessités matérielles et physiques inhérentes à la communauté familiale au moyen d'une économie domestique fondée sur l'[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en sociologie, D.E.A. de philosophie, maître de conférences à l'université de Paris V-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Platon - Athènes

Platon - Athènes

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand

Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau

Autres références

  • ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

    • Écrit par Miguel ABENSOUR
    • 7 899 mots
    • 1 média
    ...analyser en détail la teneur de cette critique de la domination retenons une des contributions les plus originales d'Adorno, telle qu'elle est formulée dans l'ouvrage collectif The Authoritarian Personality (1950). À savoir, l'hypothèse de la personnalité autoritaire, selon laquelle un système démocratique,...
  • AGRESSION (psychologie sociale)

    • Écrit par Laurent BÈGUE
    • 902 mots

    L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires...

  • ARMÉE - Pouvoir et société

    • Écrit par Pierre DABEZIES
    • 16 324 mots
    • 5 médias
    ...grandes, s'imbriquent les unités, tandis qu'au même niveau toutes sont identiques pour rendre relèves, remplacements et manœuvres d'ensemble plus aisés. Uniformité doublée, pour l'efficacité, du souci de plier le soldat à un seul ordre, c'est-à-dire à un seul chef, ainsi qu'à une règle de discipline telle...
  • AZTÈQUES

    • Écrit par Rosario ACOSTA NIEVA, Alexandra BIAR, Mireille SIMONI
    • 12 577 mots
    • 22 médias
    ...le reflet d'une organisation sociale déjà très poussée, fort différente de ce qu'elle avait été au temps des migrations de la petite tribu. Alors, l' autorité semble avoir été exercée par les prêtres de Huitzilopochtli, qui, peut-être avec l'aide des chefs de famille, guidaient la migration. Deux cents...
  • Afficher les 34 références

Voir aussi