CITOYENNETÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire et formes concrètes

La citoyenneté n'est pas une essence donnée une fois pour tous, qu'il importerait de maintenir et de transmettre. Qu'il s'agisse de la conception qu'on s'en fait ou des règles juridiques et, plus généralement, de l'ensemble des institutions et des pratiques sociales qui l'organisent, elle ne cesse d'évoluer. C'est une construction historique.

L'idée même de la citoyenneté est issue de deux histoires particulières, celle de l'Angleterre et celle de la France. Le citoyen, dans la tradition anglaise, est d'abord libéral. Il a exigé la sûreté des personnes, la liberté de penser, de parler et d'agir. Son libéralisme s'est ensuite démocratisé par l'extension des droits politiques à l'ensemble des citoyens. Il reste attaché au pluralisme des appartenances et des attachements qu'il perçoit comme l'expression « naturelle » des libertés. Dans la tradition française, le citoyen est l'héritier de l'absolutisme royal qui avait construit une relation directe entre le roi et ses sujets. C'est d'abord un démocrate, disposant de la liberté politique par la participation à la souveraineté collective. La citoyenneté est, pour lui, une et unitaire.

Les définitions de la citoyenneté ne se recouvrent pas, elles sont le produit de conflits et de compromis entre des conceptions diverses, entre des groupes sociaux opposés, selon les rapports de forces qui s'établissaient entre eux. La définition a évolué au cours du temps et continue à le faire. Les formes varient d'un pays à l'autre. Les mêmes principes proclamés ont été appliqués de manière différente selon les traditions historiques de chaque pays. Les institutions qui organisent concrètement la vie commune diffèrent et évoluent dans le temps. Les démocraties ont élaboré des systèmes politiques extrêmement divers. L'agencement des pouvoirs et les manières d'organiser la représentation sont, dans chaque pays, spécifiques, qu'il s'agisse des partis politiques, des modes de scrutin, des traditions parlementaires, des relations entre l'État central et les pouvoirs locaux [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CITOYENNETÉ  » est également traité dans :

CITOYENNETÉ ET NATIONALITÉ EN FRANCE ET EN ALLEMAGNE (R. Brubaker)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 1 297 mots

Professeur de sociologie à l'université de Californie à Los Angeles (U.C.L.A.), Rogers Brubaker considère que la définition juridique de la nationalité joue un rôle central dans le développement et le fonctionnement de l'État. Pour ne pas en rester au niveau des généralités, il étudie deux cas très différents, celui d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/citoyennete-et-nationalite-en-france-et-en-allemagne/#i_5227

DROIT ET CITOYENNETÉ AU DÉBUT DU XXIe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Renaud DEMOYEN
  •  • 2 536 mots

La relation de l'individu au droit est traditionnellement appréhendée par le biais de la distinction entre droit objectif (la règle qui s'impose à tous les individus, objets de droit) et droit subjectif (l'individu en tant que titulaire de droits, qu'il peut exercer). Mais la façon dont l'individu lui-même perçoit cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-et-citoyennete-au-debut-du-xxie-siecle/#i_5227

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 285 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La charge symbolique des cérémonies électorales »  : […] Le droit de vote est généralement – bien qu'inégalement – perçu comme une conquête. Des hommes et des femmes ont sacrifié leur vie pour l'obtenir et le transmettre. Il symbolise l'appartenance et l'adhésion à la communauté nationale (Sophie Duchesne) et distingue traditionnellement le citoyen de l'étranger. Voter, c'est donc aussi manifester son intérêt pour son pays. Les élections sont par aille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abstentionnisme/#i_5227

ACHÈVEMENT DE LA DÉMOCRATIE ATHÉNIENNE

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 278 mots

La « remise du fardeau » (annulation des dettes) décrétée par Solon vers — 594 est une première mesure en faveur du peuple des paysans athéniens : ils sont libérés à jamais du risque d'esclavage pour dettes envers les nobles propriétaires terriens. Mais il faut attendre les réformes de Clisthène (— 508), pour que soient posées les conditions d'instauration d'une démocratie : le brassage imposé des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/achevement-de-la-democratie-athenienne/#i_5227

ALTHUSIUS JOHANN ALTHAUS dit JOHANNES (1557-1638)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 1 156 mots

Né à une époque où l'Allemagne, notamment la Westphalie où il naquit, était une succession de petits fiefs animés surtout par les communautés calvinistes, Althusius appliqua sa pensée et son activité à ce contexte, aussi original que sa conception de la souveraineté devait l'être pour l'époque. Il étudie Aristote à Cologne, puis, à Bâle, la théologie, l'histoire et le droit ; en 1586, il est reçu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/althusius-johann-althaus-dit-johannes/#i_5227

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éthique et la politique »  : […] Pour Aristote l'éthique et la politique sont des disciplines connexes : toutes deux traitent du souverain bien, qui n'est pas idéal mais ne se distingue pas du bonheur, et qui se propose autant à l'individu humain qu'à la cité, forme achevée de la vie sociale. D'ailleurs l'individu libre est le citoyen d'une cité et la justice du citoyen est sa conformité aux lois d'une cité. Il n'en reste pas mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_5227

ASSOCIATION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Matthieu HELY
  •  • 2 134 mots

Dans le chapitre « Aspects historiques »  : […] Dans la France de la III e  République, les institutions religieuses et en particulier celles de la foi catholique constituent un véritable « État dans l’État ». L’affirmation de l’État républicain va ainsi passer par une remise en cause des établissements publics du culte et des congrégations religieuses. Comme le relève justement Claude Nicolet dans L’Idée républicaine en France (1789-1924)  : « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/association-sociologie/#i_5227

BALIBAR ÉTIENNE (1942- )

  • Écrit par 
  • Patrice MANIGLIER
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Étienne Balibar est une des plus grandes figures internationales de ce qu'on a parfois appelé « post-marxisme ». Après avoir connu très tôt la notoriété par sa contribution à l'ouvrage dirigé par Louis Althusser Lire le Capital (1965), qui permit à toute une génération d'apprendre à concilier la référence politique au marxisme avec la modernité intellectuelle alors incarnée par le structuralisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-balibar/#i_5227

CARACALLA (ÉDIT DE)

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 414 mots

On désigne sous ce nom une constitution prise par l'empereur Caracalla (198-217) qui donnait, selon ses propres termes, « à tous les pérégrins (étrangers) qui sont sur terre la citoyenneté romaine ». Seuls les deditices (Barbares soumis par la force) étaient exclus de cette faveur. Cette mesure fut très probablement prise en 212. Son importance théorique et sa valeur symbolique lui ont valu depui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caracalla-edit-de/#i_5227

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 5 626 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Affirmation d'un nationalisme identitaire »  : […] Conformément à ses annonces de campagne, Nicolas Sarkozy crée en 2007 un ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire – lequel sera supprimé en 2010. Il s'agit de rendre plus simples, donc plus nombreuses, les expulsions d'immigrés en situation irrégulière, de contrôler davantage le droit d'asile, les regroupements familiaux et les accès à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-sarkozy-2007-2012/#i_5227

CITÉ ANTIQUE CONCEPTIONS POLITIQUES DE LA

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 1 063 mots

Philosophes, historiens, orateurs de la Grèce classique ont défini, analysé, discuté ce type d'organisation originale qu'est la cité, favorable à l'éclosion d'une réflexion politique qui fut plus idéaliste que positive et toujours dominée par des préoccupations morales. C'est à leurs yeux un don des dieux, la société politique par excellence. La Grèce paya de son indépendance de n'avoir pas dépass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conceptions-politiques-de-la-cite-antique/#i_5227

CITÉ-ÉTAT

  • Écrit par 
  • François HARTOG
  •  • 1 345 mots

Dans le chapitre « La cité grecque comme modèle politique »  : […] Si le mot cité vient du latin ( civitas ), la réalité a d'abord été grecque ( polis ). D'origine indo-européenne, le mot polis correspond au sanskrit pur , « citadelle », « forteresse ». Mais dans la langue grecque, les linguistes rapprochent polis de polus (« nombreux »). Si bien que la signification originelle pourrait avoir été « foule », « communauté réunie ». Historiquement, la polis co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cite-etat/#i_5227

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 275 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une République de citoyens »  : […] Sous la République, être citoyen est à la fois un privilège et un métier. Un privilège, car les citoyens constituent une minorité, dont sont exclus les femmes, les étrangers, les esclaves et les affranchis. Est citoyen tout homme libre né d’un père citoyen. On peut également le devenir par naturalisation. Le citoyen jouit de droits politiques, qui sont le droit de vote, d’être élu, de participer a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-romaine/#i_5227

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Une notion au statut ambigu »  : […] Au xx e siècle, il est impossible de traiter du civisme sans référence à la valeur, comme le montrent ses deux antonymes contemporains, anticivisme et incivisme. Incivique se dit de la conduite d'un citoyen qui n'accomplit pas les actes exigés par le dévouement à la chose publique, bien plus : qui laisse libre cours à ses intérêts ou à son égoïsme. L'incivisme peut dériver d'une volonté mauvais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/#i_5227

COMMUNAUTÉ

  • Écrit par 
  • Stéphanie MOREL
  •  • 1 424 mots

Dans le chapitre « Communauté et citoyenneté »  : […] Porter un regard sur la genèse, l'évolution et la mise en application du concept de citoyenneté dans les États modernes permet de rendre compte de la tension permanente entre universalisme et particularismes, et de la difficulté d'organiser la communauté nationale. La citoyenneté universelle « à la française » repose sur le postulat d'un dédoublement théorique de l'individu qui, en tant que cito […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communaute/#i_5227

CONTRAT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 4 442 mots

Dans le chapitre « Rousseau »  : […] Comme le pacte de Hobbes, le contrat social de Rousseau fonde à la fois la société et l'État et institue un pouvoir sans limites. Mais là s'arrêtent les analogies. Rousseau ne cherche pas comme Hobbes et les autres théoriciens du contrat social à trouver le fondement logique de l'autorité politique, quelle qu'elle soit, mais seulement d'une autorité telle qu'elle rende les individus aussi libres d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contrat-social/#i_5227

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 257 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Analyse de la notion »  : […] La définition proposée – proche de celle que donne John Rawls dans Théorie de la justice (1971) – appelle quelques précisions. La désobéissance est dite « civile », d'abord, parce qu'elle est le fait de « citoyens » : ce n'est pas une rupture de citoyenneté, ni un acte insurrectionnel. Il s'agit d'une manifestation de « civisme » au sens fort : volonté d'œuvrer pour l'intérêt général, même au pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desobeissance-civile/#i_5227

DIFFUSION DES STATUES-PORTRAITS FUNÉRAIRES, Rome

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 222 mots
  •  • 1 média

La multiplication des affranchissements d'esclaves et l'attribution de la citoyenneté romaine à l'ensemble des habitants libres de l'Italie à la suite de la guerre « sociale » (entre Rome et ses « alliés », socii ) ont entraîné, à la fin de la République romaine, une diffusion sans précédent de représentations funéraires : reliefs ou statues montrent ces nouveaux citoyens romains engoncés dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diffusion-des-statues-portraits-funeraires/#i_5227

ÉDIT DE CARACALLA, en bref

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 193 mots
  •  • 1 média

La Constitution antoninienne, appelée édit de Caracalla, accorde en 212 le droit de cité romaine à tous les habitants libres de l'Empire qui ne l'avaient pas encore. Les raisons de cette constitution impériale (décision de l'empereur qui a force de loi) sont mal connues : fiscales (élargir l'assiette de l'impôt), politiques (rallier les provinciaux à Caracalla, après l'assassinat de son frère, Get […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edit-de-caracalla-en-bref/#i_5227

ESCLAVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE, 
  • Maurice LENGELLÉ, 
  • Claude NICOLET
  •  • 8 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origine et développement »  : […] D'abord se pose une question de vocabulaire. Contrairement à ce que les textes élaborés par les juristes romains du ii e ou du iii e  siècle peuvent laisser croire, la conception de l'esclave-chose n'a jamais été la seule en vigueur, à aucun moment de l'histoire grecque ou romaine. C'est là plutôt une formulation relativement tardive, qui, au moment même où elle est énoncée (par Gaius, par exemp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esclavage/#i_5227

ETHNOCIDE

  • Écrit par 
  • Pierre CLASTRES
  •  • 4 680 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire, culture et ethnocide »  : […] L'ethnocide, est-il admis, c'est la suppression des différences culturelles jugées inférieures et mauvaises, c'est la mise en œuvre d'un principe d'identification, d'un projet de réduction de l'Autre au même (l'Indien amazonien supprimé comme Autre et réduit au même comme citoyen brésilien). En d'autres termes, l'ethnocide aboutit à la dissolution du multiple dans l'Un. Qu'en est-il maintenant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnocide/#i_5227

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 280 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ce que dit le traité de Lisbonne »  : […] Comme dans le Préambule du traité constitutionnel adopté le 18 juin 2004, les États membres déclarent s'inspirer : « des héritages culturels, religieux et humanistes de l'Europe, à partir desquels se sont développées les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l'égalité et l'État de droit » (Préambule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-diversite-religieuse/#i_5227

EXTENSION DE LA CITOYENNETÉ ROMAINE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 144 mots

— 451-— 450 Loi des Douze Tables : premier texte écrit de droit romain. — 91-— 89 Guerre « sociale » : révolte des Italiens contre les Romains pour obtenir la citoyenneté romaine. — 90-— 88 Lois qui accordent progressivement la citoyenneté romaine aux habitants libres de l'Italie. 211 Mort de l'empereur Septime Sévère qui laisse deux fils : Caracalla et Geta. Vers 211-212 Caracalla fait assas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extension-de-la-citoyennete-romaine-reperes-chronologiques/#i_5227

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 726 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les cités et le temps »  : […] La fin du viii e  siècle, les vii e et vi e  siècles sont caractérisés par des crises démographiques, économiques, sociales, que les cités résolvent par différentes techniques dont la principale est précisément l'invention de la politique , procédure de choix où interviennent des ensembles. Les législateurs – semi-légendaires comme Lycurgue ou historique comme Dracon (627 av. J.-C.) et Solon (59 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-cite-grecque/#i_5227

GUERRE SOCIALE, en bref

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 260 mots

La guerre sociale (du latin socii : alliés) oppose une partie des peuples italiens à la cité de Rome, qui refusait de leur accorder la citoyenneté alors que la péninsule était sous sa domination depuis le iii e  siècle. L'insurrection est déclenchée par le projet de Livius Drusus, tribun de la plèbe en — 91, qui proposait de réduire l'inégalité de statut juridique entre citoyens romains et alliés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-sociale-en-bref/#i_5227

GUERRE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 673 mots

La guerre qui se déroule de ~ 91 à ~ 89 entre Rome et les alliés italiens révoltés et au cours de laquelle les Marses et les Samnites jouent un rôle prépondérant est si peu populaire que les historiens latins se contentent de généralités pleines de réticences. Il est vrai que les Romains, par leur égoïsme politique et économique, ont provoqué cette révolte, comme il est sûr que l'orgueil romain a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-sociale/#i_5227

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire politique

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 645 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sociétés politiques »  : […] Un second axe de recherches, non moins prometteur, concerne les sociétés politiques. Celles-ci ont donné lieu à d'intéressants travaux, organisés sur le plan international (Wim Blockmans et Jean-Philippe Genet dir., Les Origines de l'État moderne en Europe , 7 vol., à partir de 1996), en ce qui concerne l'Antiquité, le Moyen Âge et les Temps modernes alors que ces sociétés existent sous des formes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-histoire-politique/#i_5227

IMPÔT - Histoire de l'impôt

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  • , Universalis
  •  • 13 947 mots

Phénomène social à multiples facettes dont la complexité n'est plus à démontrer, l'impôt fait partie intégrante de la vie publique et rythme tous les instants de la vie du citoyen. Sans doute l'impôt a-t-il varié dans son poids, dans sa répartition, dans ses justifications, mais de tout temps le prélèvement fiscal a été utilisé comme mode de financement des dépenses publiques. Depuis la II e dyna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-histoire-de-l-impot/#i_5227

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « Les orientations de la recherche »  : […] Les incivilités se trouvent versées au chapitre consacré aux « Déviances et délits » dans l'ouvrage collectif dirigé par Olivier Galland et Yannick Lemel, La Nouvelle Société française (1998). S. Roché les définit comme « ensemble de nuisances sociales extraordinairement variées qui ne blessent pas physiquement les personnes, mais bousculent les règles élémentaires de la vie sociale qui permetten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incivilite/#i_5227

INTÉGRATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Gilles FERREOL
  •  • 1 272 mots

Dans le chapitre « Le modèle français d'intégration  »  : […] Depuis les années 1980, la philosophie politique sous-jacente est celle de la citoyenneté (désormais élargie, plurielle et davantage active), le vieux modèle assimilationniste français étant de plus en plus questionné. Pour comprendre ce modèle, il faut d'abord confronter, à partir d'une lecture critique de textes législatifs ou de travaux pionniers comme ceux d'Ernest Renan, de François Guizot ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/integration-sociologie/#i_5227

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Nation(s) et nationalisme(s) »  : […] Le mouvement national est un fait récent et caractéristique du modernisme de l'islam arabe, même si l'idéologie nationaliste arabe la plus élaborée (le Baas) fait remonter, évidemment, la nation arabe aux origines de l'histoire du Moyen-Orient tout entier : Sumer et les antiques empires égyptiens. Cette mythologie nationaliste copie les mythologies nationalistes allemande et italienne, les fondat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_5227

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « L'administration des communes »  : […] La participation active des citoyens au gouvernement de leur cité caractérise le mouvement communal. Est citoyen quiconque prend part aux charges de la ville et y réside depuis quelques années. L'assemblée populaire, ou arengo , détient le pouvoir de décision aux premiers temps de la commune. Puis des conseils la remplacent ; ils aident dans leur gestion les consuls, élus en nombre variable pour u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_5227

LE PROCÈS DES DROITS DE L'HOMME. GÉNÉALOGIE DU SCEPTICISME DÉMOCRATIQUE (J. Lacroix et J.-Y. Planchère)

  • Écrit par 
  • Marie GARRAU
  •  • 1 076 mots

Dans le chapitre « Droits de l’homme et citoyenneté »  : […] La deuxiéme partie de l’ouvrage est consacrée à la généalogie de ces positions. Les auteurs analysent successivement les critiques formulées par Burke au nom de la tradition, par Bentham et Comte au nom de l’utilité sociale, par de Bonald et de Maistre au nom des droits de Dieu, par Marx au nom de l’émancipation humaine, et enfin par Schmitt au nom « d’un concept contre-révolutionnaire du politiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-proces-des-droits-de-l-homme-genealogie-du-scepticisme-democratique/#i_5227

LIBERTÉS PUBLIQUES

  • Écrit par 
  • Georges LESCUYER
  •  • 4 916 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La démocratie politique »  : […] L'idéal démocratique peut se résumer en une recherche de l'affranchissement de la personne humaine. Lorsque la Déclaration des droits de 1789 proclame que les hommes naissent et demeurent libres, elle se borne à indiquer cette transcendance de l'idée de liberté et impose aux institutions politiques de s'en accommoder, quelles que puissent être les difficultés. Affirmer l'existence de libertés pub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertes-publiques/#i_5227

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Loyauté et distance »  : […] La meilleure manière de saisir les phénomènes de loyauté, c'est de les traiter comme des relations de dévouement et d'attachement entre des individus situés à la périphérie et des individus placés au centre , sous la condition de ne pas oublier les relations de ces deux catégories avec celles qui sont situées au sommet de l'organisation sociale. La distance entre ces personnes affecte évidemment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_5227

MÉTÈQUES

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 1 726 mots

Dans le chapitre « Statut juridique »  : […] Le métèque est un étranger qui a choisi de se fixer en Attique. En cela, il se distingue de l'étranger de passage. Il est d'une certaine manière intégré à la communauté athénienne ; mais, par rapport au citoyen, il reste un inférieur. Pour reprendre une image d'Aristophane dans Les Acharniens , les métèques « forment le son des citoyens », ces derniers constituant évidemment la fine fleur du blé. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteques/#i_5227

MONARCHIE

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 9 646 mots

Dans le chapitre « La nation souveraine »  : […] Comment se posait le problème ? Le monarque ne peut se concevoir que comme souverain. Il y avait d'ailleurs normalement confusion entre les termes, et le mot de souverain avait servi au roi pour combattre les grands féodaux qui ne pouvaient se prétendre souverains et pour affirmer la spécificité du monarque en face de tous les autres pouvoirs. Souverain qualifiait la situation de celui qui ne dépe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie/#i_5227

MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BENREKASSA
  •  • 7 177 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Réalisation et sens du grand œuvre : « De l'esprit des lois » (1748) »  : […] Nous voici au moment où va prendre forme la systématique, où la méthode va engendrer un savoir nouveau, une « manière d'enseigner les lois ». Et c'est d'abord l'écrivain politique qu'il faut saluer au travail dans une œuvre de pensée où le langage est essentiel. Montesquieu a un style philosophique, une manière de penser et de faire penser, des usages intellectuels propres à son temps et particul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/#i_5227

MUNICIPES

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 369 mots

Ayant changé de sens au cours de l'évolution du régime républicain puis impérial, le terme de municipe est particulièrement difficile à définir dans l'ancienne Rome. D'une manière générale, avant le ~ i er  siècle, le statut de certaines villes italiennes est calqué sur celui de Rome : leurs habitants sont des citoyens romains avec tous les droits et tous les devoirs civils et militaires. C'est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/municipes/#i_5227

NATIONALITÉ

  • Écrit par 
  • Henri BATIFFOL, 
  • Patricia BUIRETTE, 
  • Jean-Éric MALABRE, 
  • Marthe SIMON-DEPITRE, 
  • Paul TAVERNIER
  • , Universalis
  •  • 10 358 mots

Dans le chapitre « Condition des étrangers et égalité »  : […] C'est à un problème d'égalité que peuvent se ramener les droits des étrangers : ceux-ci doivent-ils, dans un pays donné, être traités comme les nationaux ou seront-ils au contraire soumis à certaines incapacités ? À supposer qu'ils fassent l'objet de mesures discriminatoires, existe-t-il des moyens par lesquels ils pourront y échapper et être traités de la même façon que les nationaux ? Dans ce c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalite/#i_5227

NOIRS AMÉRICAINS

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Daniel SABBAGH
  •  • 5 260 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'émancipation »  : […] L'émancipation fut le résultat de la victoire du Nord sur le Sud, après une lutte féroce . En vertu du 13 e amendement à la Constitution, entré en vigueur le 18 décembre 1865, toute forme de servitude était abolie sur le territoire américain. La loi sur les Civil Rights (« Droits civiques ») de 1866 donna aux Noirs le statut de citoyens, avec tous les droits qui y étaient attachés. Cependant co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noirs-americains/#i_5227

OSTRACISME

  • Écrit par 
  • Pierre BOUDOT
  •  • 9 368 mots
  •  • 2 médias

À l'origine, le terme d'ostracisme n'avait pas la valeur péjorative qu'on lui donne aujourd'hui. Il sanctionnait un vote des Athéniens contre un citoyen suspect, qui était alors banni pour dix ans. Ce jugement devait atteindre les citoyens trop avides de popularité ou à qui leurs actes avaient valu une popularité jugée excessive. Il s'agissait donc en droit d'une réaction de défense d'une collect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ostracisme/#i_5227

PEINE DE MORT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Michel TAUBE
  •  • 7 983 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Loi du talion et vengeance sacrificielle »  : […] Dans les anciennes sociétés, le sang de la victime crie vengeance contre celui qui l'a versé. La vendetta est la réponse à ce cri ; la famille ou la tribu prend en charge de rétablir l'ordre rompu par le crime en accomplissant une justice compensatrice et réparatrice que les dieux eux-mêmes réclament. Mais peu à peu on voit les codes réglementer cette vengeance familiale, afin d'approprier le châ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peine-de-mort/#i_5227

PÉRICLÈS (env. 495-429 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 3 837 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle démocratie »  : […] Encore fallait-il permettre à tous les citoyens, quelle que fût leur condition de fortune, d'accéder au maniement des affaires publiques. Après l'assassinat d'Éphialte, Périclès, devenu leader incontesté du parti démocratique qui a pris le pouvoir après l'ostracisme de Cimon, s'y emploie de toute son énergie. Dès 457 ou 456, les zeugites (citoyens de la troisième classe censitaire) ont accès à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pericles/#i_5227

PHRATRIE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 322 mots

Terme qui désigne à l'origine des groupes de parenté ( phrater  : frère) rassemblant plusieurs familles (au sens large) dans le culte d'un ancêtre commun. Dans Homère, la phratrie apparaît comme une subdivision de la tribu ( phylè ) et les héros combattent groupés par tribu et par phratrie. En fait, on est assez mal renseigné sur l'évolution de cette institution dont on ne peut suivre le fonctionn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phratrie/#i_5227

POLITIQUE - La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 294 mots

Dans le chapitre « Le pape et l'empereur au Moyen Âge »  : […] Le conflit entre les deux autorités remplit l'histoire et la pensée politique du Moyen Âge. Le souvenir de l'Empire romain ne périt pas et affleure toujours de nouveau, particulièrement dans la pensée des légistes, défenseurs et propagandistes de l'autonomie de l'empire et bientôt de ces États particuliers qui refusent la subordination à tout pouvoir universel, soit d'Église, soit d'empire. La rel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-philosophie-politique/#i_5227

POLYNÉSIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 4 645 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La fin de la colonie et le statut de TOM »  : […] À la fin de la Seconde Guerre mondiale, on estime que la colonie compte 21 000 citoyens et 19 000 sujets ressortissant d’un « statut personnel ». Cette distinction entre des citoyens soumis au Code civil et des sujets relevant d’un statut plus ou moins codifié disparaît en 1945, avec l’accès à la pleine citoyenneté française de tous ses habitants. Une telle différenciation ne s’est pas effectuée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polynesie-francaise/#i_5227

PROSTITUTION EN EUROPE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 3 064 mots

Dans le chapitre « Prostitution et citoyenneté dans l’Antiquité »  : […] Dans l’Antiquité, la relation entre prostitution et citoyenneté prédomine. Cette dernière repose sur l’autonomie intellectuelle et corporelle de la personne, tandis que la prostitution est considérée comme une soumission au plaisir d’autrui. Ainsi, le citoyen qui se prostitue, assimilé alors à un esclave, perd ses droits civiques. Au contraire, le recours à la prostitution, jamais interdit, s’int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-en-europe-histoire-de-la/#i_5227

PROSTITUTION DANS L'ANTIQUITÉ

  • Écrit par 
  • Violaine SEBILLOTTE CUCHET
  •  • 2 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des marchés sexuels légalement ouverts à tous »  : […] Dans l’Antiquité, le commerce du sexe n’est pas circonscrit à un espace particulier : quelle que soit la ville, à Athènes, dans le port d’Éphèse, à Alexandrie en Égypte, à Rome, à Pompéi, à Ostie ou à Volubilis, les hommes et femmes prostitués se tiennent dans les parcs, près des portes d’accès aux cités, dans les bordels et les tavernes, derrière les tombeaux ou au sein même des armées. L’imbrica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-dans-l-antiquite/#i_5227

RAPATRIÉS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 8 350 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les intermédiaires allogènes »  : […] Aux indigènes auxiliaires il convient d'ajouter tous les allogènes ayant un rôle d'intermédiaire entre les colonisateurs et les colonisés. Entraînés dans le mouvement de repli des communautés dont ils vivaient ou expulsés par les nouveaux États qui les assimilaient à l'ancienne domination, ils sont plusieurs centaines de milliers à chercher de nouveaux établissements. Tout un monde de réfugiés-ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rapatries/#i_5227

RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BUSSIÈRE
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « La république et la représentation du peuple »  : […] Avant la Révolution française, la notion renvoie, chez les philosophes des Lumières, notamment dans l'œuvre de Jean-Jacques Rousseau ( Du contrat social , 1762), à une conception de la souveraineté qui exclut le principe dynastique et son corollaire, l'incarnation de la souveraineté dans le corps du roi, pour faire valoir une conception qui a pour origine le peuple, quel que soit le régime polit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique/#i_5227

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le soldat de l'an II, un citoyen modèle »  : […] L'idée de régénérer l'homme et le citoyen est au cœur de la Révolution française. Des siècles de « féodalisme », disait-on, avaient souillé les Français des vices propagés par l'aristocratie. La Révolution enlèverait peu à peu ces macules, l'homme retrouverait la pureté de ses origines et deviendrait un citoyen vertueux sans lequel il n'est point de République. Cette mission proposée à la Révolut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_5227

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolte de l'Italie (91-88 av. J.-C.) et le gouvernement de Sylla »  : […] Au milieu de ces désordres, le mécontentement des Italiens s'accroît et provoque une grave explosion. La politique de classe, égoïste, des nobles romains avait tendu, au ii e siècle avant J.-C., à réduire au rang de sujets tous ceux qui ne possédaient pas le droit de cité romaine, c'est-à-dire les détenteurs du droit latin et les pérégrins des villes alliées. Sur les alliés pesaient de lourdes c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-republique/#i_5227

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les institutions »  : […] En premier lieu, la hiérarchisation était établie publiquement, lors des opérations de ce qu'on appelait le «  census »  ; elle se faisait en fonction de règles fixes et connues de tous. Le droit intervenait donc au premier chef, en conformité avec la mentalité collective des Romains. Les habitants de l'Empire tous les cinq ans devaient donc se présenter devant le censeur à Rome, devant les duumv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_5227

ROUSSEAU JEAN-JACQUES

  • Écrit par 
  • Bernard GAGNEBIN
  •  • 4 965 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Loi et contrat »  : […] Fonder le droit politique, telle est l'ambition de Rousseau. C'est pourquoi, loin de décrire le droit tel qu'il est, Rousseau se propose de rechercher ce qu'il devrait être ; autrement dit, il décide d'établir des conditions de possibilités d'une société – et par conséquent d'une autorité – légitime. À ses yeux, le fait ne fait pas droit. C'est donc en tant que philosophe et non en tant qu'ethnol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jacques-rousseau/#i_5227

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 734 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « L'affaiblissement des complémentarités »  : […] Ces tensions et ces difficultés s'éclairent davantage quand on considère le relâchement des liens économiques et financiers qui avaient longtemps contribué, en même temps que le mouvement migratoire, à la cohésion de l'ensemble impérial. Nombre de Britanniques continuent parfois de chercher une nouvelle chance « au-delà des mers », surtout dans les « vieux » dominions. À la fin des années 1950 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_5227

SOCIÉTÉS FRATERNELLES, Révolution française

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 516 mots

Le 22 décembre 1789, l'Assemblée constituante, par la distinction qu'elle établissait entre citoyens actifs et citoyens passifs, avait écarté de la vie politique toute la masse populaire du pays. C'est le désir qu'eurent les citoyens passifs de se rassembler et de faire entendre leur voix autrement que par l'émeute, ainsi que celui de s'instruire et d'instruire les autres sur les choses de la poli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-fraternelles-revolution-francaise/#i_5227

UNIFICATION DE L'ITALIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 394 mots

Début du ii e  siècle avant notre ère Achèvement de la conquête de l'Italie du Nord (plaine du Pô) par les Romains. ii e  siècle avant notre ère Dégradation des rapports entre Romains et Italiens : face à l'unification croissante de la péninsule, les Italiens ressentent de plus en plus mal l'inégalité juridique dont ils sont victimes vis-à-vis des Romains. — 125 Révolte de la colonie latine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/unification-de-l-italie-reperes-chronologiques/#i_5227

UNION EUROPÉENNE - Justice communautaire

  • Écrit par 
  • Rostane MEHDI
  •  • 6 583 mots

Dans le chapitre « Contribution de la Cour de justice à la fondation de l'ordre juridique communautaire »  : […] Promotrice de la constitutionnalisation de l'ordre juridique communautaire, la Cour a mis au jour, au fil de sa jurisprudence, les principes structurants d'une autorité suprême dans sa sphère de compétence. Battant en brèche des thèses dont la frilosité intellectuelle n'est plus à démontrer, la Cour est ainsi passée d'une perception « internationaliste » des traités à une vision explicitement « co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-europeenne-justice-communautaire/#i_5227

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique SCHNAPPER, « CITOYENNETÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/citoyennete/