ANATOMIE ARTISTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mannequins, modèles et académisme

Les modèles schématiques s'apparentent par ailleurs à l'usage des mannequins, qui se développe à partir du xvie siècle.

Jan Steen et Vermeer sont parmi les plus connus des artistes qui usèrent assez volontiers de cet auxiliaire. Ils ne furent pas les seuls et l'on peut encore citer, parmi bien d'autres, P. Aertsen, P. Codde, G. Dou, P. de Hooghe, G. Metsu, C. Netscher, P. Slingelandt, G. Terborch, E. de Witte. Il semble bien qu'il faille aussi compter parmi les initiateurs de cette pratique des artistes aussi fameux que Ghirlandaio, Fra Bartolomeo et Dürer. Ces maîtres surent cependant corriger la raideur d'attitude du mannequin articulé au moyen d'études dessinées sur le modèle vivant. L'artifice saute aux yeux dans les autres cas ; l'impression de vie fait très souvent défaut, les regards, tout particulièrement, ne semblent pas se répondre et la séduction du moment scénique manque cruellement.

On a pu retrouver dans l'attirail fossile des ateliers un certain nombre de ces anciens mannequins articulés : la plupart ont quelque vingt-cinq centimètres de haut, d'autres le double ; il y a lieu de penser qu'on en utilisa de grandeur nature. Le prix et la solidité de ces modèles articulés firent qu'ils servirent souvent à plusieurs générations de peintres. C'est pourquoi des mannequins anciens de proportions maniéristes, aux membres allongés et terminés en pointe, firent survivre en plein xviiie siècle des types corporels bien antérieurs. L'emploi de ces personnages ne pouvait, de toute façon, avoir de sens que dans des recherches préliminaires d'attitudes ou pour des études de draperies. Leur existence est bien représentative de la dégénérescence du travail d'atelier où la division des tâches se substitue au feu du génie.

Aujourd'hui, le mannequin articulé est sorti de l'atelier. Il peuple les vitrines et célèbre les accordailles du textile et du profit. Son statut d'automate arrêté valorise l'étoffe qui le vêt. Il est remarquable qu'on accorde la même dénomination aux êtres animés chargés de repré [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Peinture du tombeau de Nebamon à Thèbes

Peinture du tombeau de Nebamon à Thèbes
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Laocoon

Laocoon
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L’Homme de Vitruve, Léonard de Vinci

L’Homme de Vitruve, Léonard de Vinci
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Viscères abdominaux sous-pariétaux de l'homme

Viscères abdominaux sous-pariétaux de l'homme
Crédits : BIU Sante, Paris, côte : 000302

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANATOMIE ARTISTIQUE  » est également traité dans :

L'ATELIER D'INGRES, Eugène Emmanuel Amaury-Duval - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 026 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La doctrine classique rénovée par Ingres »  : […] Amaury-Duval parle le premier des « bizarreries » du style d'Ingres, de tout ce qui éloigne ses tableaux, en particulier ceux de sa jeunesse, du métier classique hérité de David. Ingres, volontiers archaïsant, « gothique », « grec » ou « primitif », s'oppose en effet à la stricte doctrine du « beau idéal » défendue par Quatremère de Quincy ; il ne se reconnaît pas non plus dans l'ancien atelier de […] Lire la suite

DESSIN

  • Écrit par 
  • Robert FOHR, 
  • Geneviève MONNIER
  •  • 6 940 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La sanguine et les trois crayons »  : […] Connue dès l'Antiquité, la sanguine – ainsi dénommée en raison de l'analogie de sa couleur avec le sang – est une pierre d'oxyde ferrique argileux appelé hématite qui se présente sous forme de pigment en poudre, de bâtonnet ou encore de plaque dont la couleur va du rouge orangé au rouge-brun violacé. Comme le fusain, et parfois associée à lui, elle fut d'abord utilisée par les fresquistes pour l' […] Lire la suite

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 520 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Entre la tradition gothique et l'exemple italien »  : […] Dürer reçut une formation traditionnelle. Il commença par apprendre le métier d'orfèvre, apprentissage qui explique certainement son habileté à manier le burin. Ayant manifesté très tôt le désir de devenir peintre, il fut placé dans l'atelier de Wolgemut, artiste médiocre et tourné vers le passé. En 1490, il part pour Colmar avec l'intention de travailler auprès de Martin Schongauer, que ses grav […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les inventions du xve siècle »  : […] Ce n'est pas un hasard si la perspective devient un point fondamental de la recherche théorique et de l'expérience pratique. Elle conserve sa valeur mystique : le point de convergence situé à l'infini, ou bien l'œil du spectateur, d'où part un autre réseau de lignes, constituent certainement une capacité créatrice. La difficulté majeure consistant à établir une dégradation correcte des lignes para […] Lire la suite

HOUDON JEAN-ANTOINE (1741-1828)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 462 mots
  •  • 1 média

Le jugement de la postérité a placé Houdon au tout premier rang parmi les sculpteurs de la fin du xviii e siècle. Appréciation qui n'est pas sans fondement, mais qui a rejeté abusivement dans l'ombre tel ou tel contemporain de Houdon comme Moitte, Chinard ou Chaudet. Médiocrement concerné par les débats d'idées et les grands problèmes de style, Houdon doit en fait sa réputation à ses exceptionnel […] Lire la suite

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 072 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le « corpus vincianum » »  : […] L'œuvre de Léonard comprend une trentaine de peintures (plus d'un tiers a disparu et un quart seulement est d'attribution certaine) et une masse considérable de manuscrits et de dessins (soit dans des cahiers, soit sur feuilles séparées) ; c'est là un ensemble unique. Ces textes et leurs illustrations débordent les problèmes de l'art et concernent toutes les branches du savoir ; mais les questions […] Lire la suite

MICHEL-ANGE (1475-1564)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 12 230 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le dessin et l'idée »  : […] « Le dessin, que d'un autre nom nous appelons trait, est ce en quoi consiste et ce qui constitue la source et le corps de la peinture, de l'architecture et de tous les autres genres d'art, et la racine de toutes les sciences », fait dire à l'artiste le miniaturiste portugais Francisco da Hollanda dans ses Dialogues avec Michel-Ange écrits à la suite de leurs conversations à Rome en 1538. Mais ce […] Lire la suite

POLLAIUOLO ANTONIO BENCI dit (1432-1498)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 437 mots
  •  • 2 médias

Peintre, sculpteur , orfèvre et graveur, Antonio Pollaiuolo dirige à Florence, avec la collaboration de son frère Piero, un atelier très achalandé. Il exécute des portraits , des médailles, des statues pour les Médicis et l'aristocratie florentine, des fresques et des broderies pour les églises, des tombeaux pour les papes : Laurent de Médicis écrivait en 1489 que Pollaiuolo était « le principal m […] Lire la suite

PROPORTION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON, 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 241 mots

Dans le chapitre « Normes idéales et normes statistiques de proportion »  : […] L'explication métrique du corps a sa source littéraire dans le livre III de Vitruve ( De architectura ) ; il y énonce, avec la division arithmétique de l'organisme, la proportion de chaque membre avec le tout, et préconise la composition analogique des édifices : « Jamais un bâtiment ne pourra être bien ordonné [...] si toutes les parties ne sont, les unes par rapport aux autres, comme le sont ce […] Lire la suite

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 059 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La France »  : […] On désigne par le terme de rococo le courant qui domine la sculpture française de la dernière période du style de Versailles à la veille de la Révolution, où il finit, à l'issue d'un long conflit, par céder la place au néo-classicisme et à l'historicisme. À la différence de la peinture, marquée par la brutale irruption de la manière de Watteau, l'évolution en sculpture s'effectue de façon progres […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, « ANATOMIE ARTISTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anatomie-artistique/