DESSIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La lecture d'un dessin, l'investigation de tous les signes inscrits sur la surface d'un feuillet résulte de multiples observations dont la première est l'étude objective de la matière déposée sur le support. Cette dernière peut avoir la diversité la plus grande selon qu'elle provient de médiums secs ou gras, colorés ou non. La variété des matériaux techniques en fonction du choix de tel artiste, de telle école ou de telle époque est très révélatrice de tendances artistiques profondes. L'étude des techniques permet de contribuer à situer un dessin dans le temps. On pourrait presque dire, en effet, que chaque siècle a sa ou ses techniques de prédilection : le xve siècle la pointe de métal, le xvie siècle la pierre noire, le xviie siècle le lavis brun, le xviiie siècle la sanguine, le xixe siècle l'aquarelle. Le choix de telle technique renseigne déjà avec précision sur le but, le style et le caractère purement artistique du dessin projeté. Ainsi peut-on tenter de voir quelle fut la méthode de travail de l'artiste. S'agit-il d'une première pensée, pensiero, d'une étude d'ensemble ou au contraire d'une étude de détail isolée ? La connaissance de séries de dessins en vue d'une même composition révèle le processus habituel : une première pensée, rapide croquis, puis une mise en place générale de la composition, suivie des études de détails, puis du modello, dessin souvent très pictural donnant les indications des valeurs, et enfin le carton, dernière étape précédant l'exécution définitive ; le carton était parfois mis aux carreaux pour faciliter le report des proportions. Le dessin apparaît alors comme le moyen idéal pour mettre en évidence le processus créateur dans toute sa spontanéité et sa sincérité.

Étude d'ensemble pour le «Serment des Horaces», J. L. David, 1

Étude d'ensemble pour le «Serment des Horaces», J. L. David, 1

Photographie

Jacques Louis David, Étude d'ensemble pour le «Serment des Horaces». Mine de plomb reprise en partie à la plume et encre brune, 20 cm x 26,8 cm. École nationale supérieure des beaux-arts, Paris. 

Crédits : École nationale supérieure des beaux-arts, Paris

Afficher

Si la plupart sont conçus, en effet, comme des études préparatoires à des œuvres définitives, il faut insister également sur une catégorie de dessins dont le nombre est assez réduit, mais qui comptent peut-être parmi les plus sublimes. Il s'agit de dessins faits pour eux-mêmes, suffisamment aboutis pour exister en tant qu'œuvres d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages



Médias de l’article

Étude d'ensemble pour le «Serment des Horaces», J. L. David, 1

Étude d'ensemble pour le «Serment des Horaces», J. L. David, 1
Crédits : École nationale supérieure des beaux-arts, Paris

photographie

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas

Après le bain, femme s'essuyant la nuque, E. Degas
Crédits : Josse/ Leemage/ Corbis/ Getty Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  DESSIN  » est également traité dans :

DESSIN CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 2 082 mots
  •  • 1 média

Longtemps cantonné à l'émergence d'un motif sur une simple feuille de papier, le dessin a conquis au fil du temps de nouveaux espaces et de nouvelles formes en se confrontant à des médiums, des techniques et des protocoles nouveaux. L'éclatement des pratiques artistiques, dont l'art contemporain est l'objet dep […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ET APPRENTISSAGE DU DESSIN

  • Écrit par 
  • Delphine PICARD
  •  • 1 239 mots

L’espèce humaine dispose d’une variété de modes de notation externe des objets de l’environnement servant à la communication. Le dessin est l’un de ces modes. Dessiner consiste à produire de manière ordonnée dans le temps un ensemble de formes graphiques dans un espace restreint, en général celui d’une feuille, en vue de représenter visuellement un […] Lire la suite

BOUËT-WILLAUMEZ RENÉ (1900-1979)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 805 mots

Illustrateur de grand talent, René Bouët-Willaumez s'est intéressé au dessin de mode et aux scènes hippiques. Le style graphique qu'il a défini, nerveux et distingué, traduit bien l'esthétique arrogante de la haute couture des années 1930-1950. Breton de naissance, le comte Bouët-Willaumez appartient à une famille qui a donné plusieurs amiraux français. Son éducation, très sportive, le familiarise […] Lire la suite

CALLOT JACQUES (1592-1635)

  • Écrit par 
  • Paulette CHONÉ
  •  • 1 949 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le séjour à Florence »  : […] Le 18 octobre 1614, il est admis parmi les artistes pensionnés des Offices et reçoit sa première commande officielle, celle des seize planches de la Vie de Ferdinand I er , d'après des compositions de Jacopo da Empoli, Matteo Rosselli et Bernardino Poccetti. Commence alors une période d'activité intense qui va durer sept années. D'après Baldinucci, c'est grâce à Parigi que Callot approfondit les l […] Lire la suite

ENSEIGNEMENT DE L'ART

  • Écrit par 
  • Annie VERGER
  •  • 16 047 mots

Dans le chapitre « L'enseignement de l'art à l'université »  : […] L'entrée de l'enseignement de l'art à l'université, après 1968, n'est que la conclusion d'un long processus amorcé au xix e  siècle. Elle résulte de la réflexion menée après la Révolution sur la fonction sociale de l'art : mis à la portée de tous, et notamment des classes qui n'y avaient pas accès jusque-là, l'art peut être le véritable ferment de l'éducation morale et civique. À travers l'appren […] Lire la suite

HUGO VICTOR

  • Écrit par 
  • Pierre ALBOUY, 
  • Pierre GEORGEL, 
  • Jacques SEEBACHER, 
  • Anne UBERSFELD, 
  • Philippe VERDIER
  •  • 13 601 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le dessinateur »  : […] On estime aux alentours de trois mille (en tenant compte des œuvres perdues mais connues par des reproductions ou des références et en comptant séparément celles qui appartiennent à des recueils, carnets, albums, etc.) le nombre des dessins de toutes dimensions et de toutes techniques laissés par Victor Hugo, nombre considérable pour un homme qui avait, comme il le rappelait lui-même, « autre chos […] Lire la suite

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 068 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le dessin »  : […] Pour bien des raisons, les tableaux de Léonard ne permettent pas toujours de retrouver l'ampleur des calculs et des recherches que leur auteur multipliait. Il n'en va pas de même avec les dessins qui constituent sans doute l'apport le plus riche et le plus convaincant de l'artiste. Ils ouvrent par leur diversité un domaine inépuisable où l'on distinguera plusieurs familles : les études directes d […] Lire la suite

MARS MAURICE BONVOISIN dit (1849-1912)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 610 mots

Dessinateur belge, né à Verviers, mort à Menton, Maurice Bonvoisin appartient au milieu des filateurs, et sa formation initiale le prépare à diriger les usines familiales. Doué d'un crayon infatigable et d'un sens méticuleux de l'observation, bon portraitiste, il entre dans la presse illustrée, son aisance sociale lui ouvrant les portes du reportage illustré pour de nombreux journaux tant françai […] Lire la suite

TRAITÉ DE LA PEINTURE, Léonard de Vinci - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Ne lise mes principes qui n'est pas mathématicien » »  : […] « Le jeune homme doit d'abord apprendre la perspective, ensuite les proportions de toutes les choses », car « la perspective est bride et gouvernail de la peinture ». Mais à la perspective linéaire héritée de la tradition toscane et dont il critique certaines apories, Léonard propose des alternatives (perspective curviligne, anamorphoses) et des compléments sur le plan chromatique (perspective atm […] Lire la suite

ORNEMANISTES

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 2 572 mots

Si le terme d' ornement est constamment employé, à partir du xvi e  siècle sous diverses acceptions ou nuances, celui d'ornemaniste, d'apparition tardive, est mal défini. Et lorsque Pierre-Edme Babel est reçu à l'Académie de Saint-Luc comme «  sculpteur-ornemaniste », il ne s'agit que d'une qualification appliquée à son métier de sculpteur. À la fin du xvii e  siècle, la correspondance de Cronströ […] Lire la suite

POUSSIN NICOLAS (1594-1665)

  • Écrit par 
  • Stéphane LOIRE
  •  • 3 565 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Poussin à Rome : la maturité et les dernières années »  : […] Retrouvant les conditions morales propices à sa création et jouissant d'un respect croissant de la part des milieux artistiques tant en Italie qu'en France, Poussin allait, au cours des années suivant son retour à Rome, apparaître progressivement comme l'une des figures dominantes de la peinture européenne. Il sera désormais le peintre-philosophe dont l' Autoportrait peint en 1650 pour Chantelou […] Lire la suite

WATTEAU ANTOINE (1684-1721)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 5 604 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Watteau et le dessin »  : […] On a vu que Watteau est avant tout décrit comme dessinateur impénitent ; tout lui est bon depuis ses débuts à Valenciennes, et les premiers dessins qu'on lui attribue s'attachent à rendre scènes de la rue ou figures populaires, rapidement mises en place : une estrade, un charlatan, des branchages vite esquissés, la silhouette d'un chien, tout est dit dans une sanguine preste qui ne cherche pas l'e […] Lire la suite

ACADÉMISME

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN
  •  • 3 543 mots
  •  • 2 médias

Le terme « académisme » se rapporte aux attitudes et principes enseignés dans des écoles d'art dûment organisées, habituellement appelées académies de peinture, ainsi qu'aux œuvres d'art et jugements critiques, produits conformément à ces principes par des académiciens, c'est-à-dire par les membres des écoles, qu'ils soient professeurs, étudiants ou partisans de leurs méthodes. Ce mot se rapporte […] Lire la suite

DESSINS DE LA RENAISSANCE ITALIENNE (expositions)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 956 mots

Dans divers espaces du musée du Louvre se sont tenues, durant le printemps de 2003, trois expositions de dessins de la Renaissance italienne : Michel-Ange, les dessins du Louvre  ; Léonard de Vinci, dessins et manuscrits et Savoir-faire, la variante dans le dessin italien au XVI e   siècle . Chacune des trois expositions proposait une visite commentée des coulisses de la création artistique, une […] Lire la suite

ÉTAIX PIERRE (1928-2016)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 684 mots
  •  • 1 média

Acteur, prestidigitateur, musicien, clown, peintre, dessinateur, sculpteur, créateur d’automates, affichiste, humoriste, écrivain, dramaturge, metteur en scène, gagman, scénariste et réalisateur de cinéma, tel était Pierre Étaix. Né à Roanne le 23 novembre 1928, il découvre à cinq ans le cirque et manifeste aussitôt le désir d’être clown. Il étudie le violon, puis le piano et le dessin. Il rencon […] Lire la suite

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Préparation des fresques »  : […] Les peintures murales étaient préparées de plusieurs façons. On faisait souvent des dessins sur l' arriccio au moyen de terre noire, jaune ou rouge (la prétendue sinopia , du nom de la fameuse terre rouge de Sinope, en Asie Mineure). On a trouvé des dessins préliminaires de ce genre, tracés dès le v e  siècle après J.-C., sous les mosaïques de l'arc triomphal de Sainte-Marie-Majeure à Rome. Parfo […] Lire la suite

FRÖLICH LORENS (1820-1908)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 850 mots

Peintre et dessinateur, Lorens Frölich, de nationalité danoise, vient se fixer à Paris de 1857 (où il fréquente l'atelier de Thomas Couture) à 1877, date à laquelle il retourne à Copenhague pour enseigner à l'Académie des beaux-arts. À Paris, il trouve sa voie d'illustrateur grâce à l'éditeur Hetzel, séduit d'emblée par la qualité de ses croquis d'enfants et mettant à profit cette veine dans des c […] Lire la suite

HODLER FERDINAND (1853-1918)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  • , Universalis
  •  • 1 626 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Portraits et paysage »  : […] À partir de 1900, Hodler devient un portraitiste recherché par les collectionneurs tels que Gertrud Müller (1911, Kunstmuseum, Soleure), les poètes et les critiques. Tout au long de sa carrière, il réalise également de nombreux autoportraits, esquissant ainsi une autobiographie faite d'introspection, de doutes et de satisfactions, qui compte quelque deux cents dessins et peintures. En 1914-1915, […] Lire la suite

JORDAENS JACOB (1593-1678)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 3 009 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le décorateur, le peintre baroque »  : […] Cette tendance constante à l'amplification monumentale des formats et à la surcharge des compositions s'accentue dans les années trente et plus encore après la mort de Rubens, tandis qu'elle s'accompagne d'un changement de facture et de palette. Peu à peu, la belle dureté de style des années 1618-1620 s'atténue très sensiblement, et s'instaure une profonde rupture avec la manière harmonieuse de Ru […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, Geneviève MONNIER, « DESSIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin/