L'ATELIER D'INGRES, Eugène Emmanuel Amaury-DuvalFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la suite d'Étienne Jean Delécluze, élève de David et critique d'art, qui avait publié, en 1855, Louis David, son école et son temps, Eugène Emmanuel Amaury Pineu-Duval dit Amaury-Duval (1808-1885), disciple d'Ingres, rend hommage à son maître dans un ouvrage vivant, fourmillant d'anecdotes mais aussi d'idées, qui connut à sa parution en 1878 un succès immédiat. Réédité avec une érudition sans faille par le meilleur connaisseur de l'œuvre d'Ingres, Daniel Ternois, ce document, capital pour comprendre la place centrale occupée par « Monsieur Ingres » au cœur du xixe siècle, vaut aussi pour le panorama qu'il offre de la vie artistique du temps : la pratique de l'enseignement, la formation des jeunes artistes, l'organisation matérielle du circuit des commandes, des Salons, des grands chantiers officiels. Au-delà de l'originalité d'Ingres, de son amour pour Raphaël, de son goût pour l'Italie, on y découvre le portrait en pied d'un grand artiste au xixe siècle. Ingres, moins cultivé que Delacroix, moins « homme de lettres » – malgré l'Apothéose d'Homère – n'a rédigé aucun traité, aucun dictionnaire : ses maximes, recopiées par ses élèves, Amaury-Duval ou Henri Delaborde, sont devenues des règles de vie. Amaury-Duval, plus que l'évangile ingriste, apporte avec ce livre, – biographie collective d'un milieu artistique cohérent, – une pierre importante à l'histoire de l'édification littéraire de la figure du grand artiste – une histoire commencée à la Renaissance avec Giorgio Vasari dans les Vite... et l'autobiographie de Benvenuto Cellini. C'est dans cette lignée, en pleine époque de redécouverte des primitifs italiens, que s'inscrit l'ouvrage : comme L'Atelier de Courbet (1855, musée d'Orsay, Paris), il se veut la peinture d'une société tout entière.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  L'ATELIER D'INGRES, Eugène Emmanuel Amaury-Duval  » est également traité dans :

ATELIER, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 5 926 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'atelier cénacle. Sanctuaire romantique et grand atelier de la nature »  : […] De l'atelier traditionnel, il ne reste, au xix e  siècle, que la fonction pédagogique exercée par quelques grands maîtres, mais la pédagogie se ressent aussi de l'idéologie romantique, et le rapport du maître à l'élève est tout à fait original. Ce qu'on apprend d'un maître est d'ordre purement formel. Les marchands de pinceaux, de couleurs, de to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atelier-art/#i_34229

Voir aussi

Pour citer l’article

Adrien GOETZ, « L'ATELIER D'INGRES, Eugène Emmanuel Amaury-Duval - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-atelier-d-ingres/