VOLONTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept de volonté présente les aspects psychologiques d'un problème dont la dimension philosophique est exprimée par le concept de liberté. L'analyse du concept de volonté doit donc commencer par un parcours des contextes philosophiques successifs dans lesquels ce concept a été inséré, afin d'expliciter et d'isoler le noyau de la description psychologique.

Le contexte « éthique » : Aristote

C'est d'abord dans le cadre d'une éthique que, pour la première fois, Aristote a conçu une analyse – subordonnée mais néanmoins distincte – du volontaire et de l'involontaire. Cette analyse, recueillie dans le livre III de l'Éthique à Nicomaque, contient en germe, outre les développements que lui donneront la psychologie médiévale et celle du xviie siècle cartésien, l'annonce d'une conjonction possible entre analyse phénoménologique et analyse linguistique, sur laquelle on reviendra plus loin. La description du noyau volontaire de l'action humaine supposait, en effet, des choix de nature sémantique, opérés sur le vif de la langue grecque, telle que l'avaient forgée les poètes et les orateurs. C'est ainsi qu'Aristote commence par délimiter la sphère des actes que nous faisons de « plein gré », pour les distinguer de ceux qui sont « contre le gré » de l'agent.

Cette réflexion avait été préparée par les auteurs tragiques. Ainsi, Sophocle, dans Œdipe à Colone, montre le héros méditant après coup sur le drame précédent d'Œdipe roi et lui fait dire que c'est « contre son gré » qu'il a commis les monstrueux forfaits qui l'ont conduit à la ruine, mais que c'est de « plein gré » qu'il a résisté à la découverte de la vérité. Euripide, le plus grand des tragiques grecs, tient que Phèdre est livrée « contre son gré » à sa passion. Quant aux orateurs, c'est d'une part devant le tribunal, d'autre part devant les assemblées politiques qu'ils forgent un langage de la responsabilité et de la décision : il s'agit, en effet, d'introduire des distinctions fines et des degrés dans l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification


Autres références

«  VOLONTÉ  » est également traité dans :

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Le français et l'allemand »  : […] ailleurs responsable de l'extension de la notion, mais dans une autre direction, qui sera examinée à son tour. Les Principes de la philosophie du droit incorporent à une philosophie de la volonté, c'est-à-dire de la liberté réalisée, la notion du contrat d'échange et d'aliénation qu'elle implique ; cependant, dans le même ouvrage, Hegel récuse l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation/#i_7979

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme et la liberté »  : […] sur l'idée que la grâce est une délectation céleste. Elle constitue l'appel à un tel bonheur qu'elle entraîne l'adhésion de la volonté de l'homme. En d'autres termes, l'amour de Dieu, que la grâce propose, peut seul entraîner l'adhésion de la volonté. Et dans l'analyse de ce mécanisme on retrouve sans peine la structure hiérarchisée des causes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin/#i_7979

AUTONOMIE

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 4 124 mots

Dans le chapitre « Du blasphème pascalien au « respect » kantien »  : […] il restait passablement équivoque : ou bien elle était confondue avec Dieu lui-même, ou bien elle était présentée comme un ensemble de dispositions psychologiques à peu près permanentes et universelles. Mais, dans la variante psychologiste comme dans la variante théologique, la loi est un donné devant lequel doit s'incliner la volonté individuelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autonomie/#i_7979

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les biens objectifs et la bonne volonté kantienne »  : […] juste de vouloir et qui rendent réellement heureux. Ils ne sont pas voulus par tous, mais sont dignes d'être voulus. Ces biens sont des valeurs intrinsèques. La bonne volonté, au sens où la définit Kant dans les Fondements de la métaphysique des mœurs (1785) et dans la Critique de la raison pure (1781), est par excellence un bien de ce type […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-philosophie/#i_7979

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 851 mots

Dans le chapitre « Bonheur, espoir et vertu »  : […] dernier désir (désir d'un bien présent qui dépend de moi), les stoïciens lui donnent le nom, qui est le sien, de volonté. C'est la puissance d'agir. Elle est au sage ce que l'espérance est aux fous, et son rapport privilégié au bonheur. Puisque le sage veut tout ce qui arrive, tout arrive comme il veut ; il est donc heureux toujours sans espérer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_7979

CONCUPISCENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 689 mots

Du latin concupiscere, désirer ardemment (même origine : cupere, désirer, convoiter, d'où est tiré le nom romain du dieu de l'Amour, Cupidon, identifié à l'Éros des Grecs). Dans la langue courante, concupiscence désigne le penchant à jouir des biens sensibles, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concupiscence/#i_7979

CONTRAT

  • Écrit par 
  • Georges ROUHETTE
  •  • 7 193 mots

Dans le chapitre « Le contractualisme »  : […] Classiquement, la notion de contrat se meut au sein de la doctrine dite de l'autonomie de la volonté. Les principes – ou les postulats – sur lesquels se fonde cette dernière peuvent être ramenés à deux : nul ne saurait être obligé en dehors de sa volonté (il n'est point d'engagement juridique sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contrat/#i_7979

CRÉATION - Création et créativité

  • Écrit par 
  • Bernard BOURGEOIS
  •  • 4 319 mots

Dans le chapitre « La théologie de la créativité divine en l'homme »  : […] et valeurs éternelles. Lors même que ces philosophies concèdent à l'homme un être et une liberté propres, de telle sorte que l'on peut tout au plus parler d'un accord entre la volonté humaine et la volonté divine, ce pouvoir d'adhérer ou non au contenu du monde des vérités et des valeurs ou à la puissance qui les maintient ou qui les pose, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-creation-et-creativite/#i_7979

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 005 mots

Dans le chapitre « L'assentiment »  : […] ; la faculté de juger doit être telle que l'erreur soit possible. À partir de ce point, l'analyse se poursuit en termes quasi stoïciens ; le clivage que Descartes institue entre l'entendement et la volonté est une reprise exacte de celui que les stoïciens introduisaient entre la représentation et l'assentiment. Ce qui est nouveau et doit être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_7979

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Utiliser la nature et agir sur elle »  : […] On le voit : les passions « incitent et disposent » l'âme des hommes « à vouloir des choses auxquelles elles préparent leur corps ». Elles ont du reste une fin utile, et leur usage est « d'inciter l'âme à consentir et contribuer aux actions qui peuvent servir à conserver le corps, ou à le rendre en quelque façon plus parfait ». En ce sens, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_7979

DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 6 225 mots

Dans le chapitre « Intellect et volonté »  : […] Un schéma analogue peut éclairer la relation entre le connaître et le vouloir, souvent défigurée par des exposés superficiels et tendancieux. Il est certain que la liberté est, pour Scot, la plus « noble cause » parce qu'elle seule conduit à la jouissance d'un Dieu qui est avant tout amour (et, sur un plan plus profane, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-duns-scot/#i_7979

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 580 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'engagement comme conduite »  : […] sujet, à donner ses raisons, et à subir toutes les conséquences qui en découleront. Or, ce qui est remarquable dans la conduite d'engagement, c'est qu'elle porte sur un état de choses en grande partie indépendant de la volonté de l'acteur, et quant au passé et quant à l'avenir. L'acteur ne fait qu'hériter de la situation qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/engagement/#i_7979

FAMILLE - Les enjeux de la parentalité

  • Écrit par 
  • Daniel BORRILLO
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Culture contre nature »  : […] règles du droit civil romain, en accordant à l'autonomie de la volonté une place centrale dans l'établissement des liens de filiation et une place éminente à la fiction juridique (fictio legis), créatrice de droits. Ce qui compte ce ne sont plus tant les racines naturelles ou surnaturelles d'institutions intangibles que l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-les-enjeux-de-la-parentalite/#i_7979

FONDEMENTS DE LA MÉTAPHYSIQUE DES MŒURS, Emmanuel Kant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 862 mots

Dans le chapitre « La morale dans le projet critique »  : […] finalité morale nous était « naturelle »), l'instinct serait mieux à même de nous y conduire que la raison. Au contraire, la morale n'est rationnelle que pour autant que le mobile de l'action se distingue de toute inclination : mobile pur de la volonté, le « devoir » remplit seul cette condition. Mais qu'est-ce que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondements-de-la-metaphysique-des-moeurs/#i_7979

GODEFROID DE FONTAINES (av. 1250-apr. 1305)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 640 mots

Né près de Liège, ce clerc séculier fut étudiant à l'université de Paris vers 1270 et assista à la grande querelle entre Thomas d'Aquin, Gérard d'Abbeville et Siger de Brabant. Puis il suivit les leçons d'Henri de Gand et défendit contre lui le thomisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/godefroid-de-fontaines/#i_7979

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

III). La notion de l'infini se rapproche ici de la notion de transcendance. Mais elle réside aussi dans l'idée même de puissance, dans la volonté que la puissance suppose, dans la spontanéité qui est précisément une façon d'être sans se déterminer par le dehors, c'est-à-dire sans avoir de limites. Le Dieu cartésien sera infini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_7979

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le privilège de la liberté »  : […] pratique, c'est-à-dire capable par son seul pouvoir législateur de déterminer la volonté. Il s'agit cette fois de prévenir cette autre forme d'égarement dans le transcendant qui consiste à concevoir à partir de déterminations empiriques un objet dont devrait dépendre l'exercice de la volonté : de quelque manière qu'il soit finalement conçu, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_7979

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 646 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Intention et fin »  : […] descriptives de la philosophie pratique de Kant ; on évoquera celle-ci à propos du « deuxième discours » sur l'action libre ; les notions de devoir et de loi déterminent sans doute ce que Kant appelle la volonté objective ; mais, chez un être comme l'homme, dont la volonté est affectée par le désir, la volonté subjective est à la croisée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_7979

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Le système de l'univers »  : […] Ici encore, la tâche est ardue, car la volonté, loin de s'identifier, comme chez Descartes, avec la liberté, semblerait devoir l'exclure. En effet, la volonté de l'homme, c'est la volonté même de Dieu, c'est l'amour que Dieu se porte, traversant, pour ainsi dire, la créature. Or, Dieu s'aimant d'un amour nécessaire et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_7979

MŒURS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 7 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La morale subjective et la moralité réalisée »  : […] Il n'y a pas de conscience morale sans « subjectivité du vouloir », mais cette subjectivité n'est que la première étape de la conscience morale. En effet, ma volonté, à moins qu'elle ne soit condamnée à demeurer tout à fait indéterminée, cherche à se réaliser dans l'« accomplissement de mes buts » (Philosophie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moeurs/#i_7979

LE MONDE COMME VOLONTÉ ET COMME REPRÉSENTATION, Arthur Schopenhauer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 746 mots
  •  • 1 média

il place la souffrance et l’ennui au cœur de sa réflexion. Le monde n’est que le leurre de celui qui croit naïvement qu’il correspond à ses représentations, tandis que la volonté, véritable « chose en soi », est l’essence de la vie qui ne cherche obscurément rien d’autre qu’à persévérer par tous les moyens dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-monde-comme-volonte-et-comme-representation/#i_7979

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « La morale cosmique »  : […] débat entre les pélagiens et saint Augustin, les deux tendances, soit à l'affirmation du pouvoir de la volonté humaine, soit à celle de l'absolue insuffisance de la volonté déchue, se sont affirmées, la pensée morale du christianisme a été tirée tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, même à l'intérieur du catholicisme (il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_7979

PASSION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 6 821 mots

qui contredit la raison dans son principe formel : un élément est pris pour le tout, si bien qu'est rendue impossible toute détermination de la volonté par le libre arbitre. Mais la passion, pour la première fois dans l'histoire des idées, caractérise le sujet, et lui seulement, puisqu'elle ne saurait être attribuée à un être dépourvu de volonté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passion/#i_7979

RECHERCHES PHILOSOPHIQUES SUR L'ESSENCE DE LA LIBERTÉ HUMAINE, Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 828 mots

Dans le chapitre « La liberté et le mal »  : […] qui lui est propre, et qui le constitue comme être intelligible. La liberté constitue bien le fond de l'être : « En dernière et suprême instance, il n'y a pas d'autre être que le vouloir. Vouloir est l'être originaire, et c'est à lui seul que reviennent tous les prédicats de ce dernier : absence de fondement, éternité, indépendance à l'égard du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-philosophiques-sur-l-essence-de-la-liberte-humaine/#i_7979

RICŒUR PAUL (1913-2005)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 2 371 mots

Dans le chapitre « « Un cogito militant et blessé » »  : […] Qu'est-ce qu'un « cogito blessé ? ». Pour découvrir le sens de cette formule, il faut revenir au vaste chantier d'une philosophie de la volonté, telle qu'elle se met en place en 1949 avec Le volontaire et l'involontaire. La description phénoménologique de la sphère du volontaire – allant du projet, du motif, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ricoeur/#i_7979

SAGESSE

  • Écrit par 
  • Manuel de DIÉGUEZ
  •  • 10 402 mots

Dans le chapitre « La preuve par la force ; la sagesse et la liberté »  : […] raisonnable aux objets inanimés et en quelque sorte fournir le verbe à la nature. S'il a refusé de sauver son corps, c'est que la liberté du sage est dans sa volonté ; et sa volonté de subir le verdict des Athéniens dit que la force ne peut agir que sur la matière de son corps, non sur le « vrai Socrate ». Celui-ci est un tout autre être que celui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagesse/#i_7979

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique de la volonté »  : […] objet en soi qui redoublerait vainement le phénomène, mais dans l'expérience de la volonté étendue à toute la vie affective, à la vie du corps entier saisi subjectivement et non plus objectivement comme représentation. Schopenhauer est très conscient d'être novateur en substituant la dualité de la volonté et de l'intellect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_7979

SUICIDE

  • Écrit par 
  • René ARLABOSSE, 
  • Jean-Pierre BLANADET, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  • , Universalis
  •  • 7 381 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le paradoxe d'un désir de mort »  : […] petit à petit vers elle : nous mourons chaque jour. » Et Kojève : l'homme n'est qu'une « mort différée ». Le suicide apparaît alors comme le triomphe de la volonté individuelle, au temps même où celle-ci perd son support. Mais, si le cadavre est retour à l'existence naturelle, nous savons par ailleurs que toute victoire est d'autant plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/#i_7979

THOMISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 5 229 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'homme »  : […] Enfin, la volonté, principe d'appétit essentiel à l'âme intellective, intègre normalement l'affection sensible. Toutefois, c'est la régence de la volonté sur les émotions qui définit l'acte volontaire. Principe moteur par excellence, la volonté exerce un dynamisme qui comporte cependant passivité ou motion venue de l'objet voulu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomisme/#i_7979

VOLONTARISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 347 mots

Doctrine qui affirme le primat de la volonté sur l'intelligence. Elle inspire des théologies (Duns Scot), des philosophies (Schopenhauer, Nietzsche, et aussi Descartes), des psychologies (Wundt, Burloud), des sociologies (Weber, Tönnies, jusqu'à un certain point Talcott Parsons et Alain Touraine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volontarisme/#i_7979

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « VOLONTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/