VOLONTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le contexte « théologique » : Augustin

La philosophie de la volonté d'Aristote n'aurait pas développé toutes ses ressources si elle n'avait été relayée, dans l'Occident chrétien, par une réflexion proprement théologique qui, d'une triple façon au moins, a affecté l'anthropologie philosophique jusqu'à Kant.

C'est d'abord sur le fond d'une méditation sur le mal, ou péché, que s'est affinée et approfondie la psychologie de la volonté. Avec le christianisme, en effet, s'introduit l'infini de la réflexion, dans lequel Hegel discerne le tournant du monde grec au monde moderne : « Le droit de la particularité du sujet à se trouver satisfaite, ou, ce qui est la même chose, le droit de la liberté subjective, constitue le point critique et central dans la différence de l'Antiquité et des Temps modernes. Ce droit dans son infinité est exprimé dans le christianisme et y devient le principe universel réel d'une nouvelle forme du monde » (Principes de la philosophie du droit). À cette « nouvelle forme du monde » appartient l'appréhension de la volonté comme infinie. La métaphysique aristotélicienne de l'action finie s'enrichit d'une métaphysique du désir de Dieu. Ce tournant peut être reconnu chez saint Augustin. Avec lui, la voluntas se révèle dans sa grandeur terrible, dans l'expérience du mal et du péché ; la volonté a le pouvoir de nier l'être, de décliner et de défaillir, de se « détourner de » Dieu et de se « tourner vers » les créatures. Ce pouvoir redoutable de faire défection – ce posse peccare – est la marque même de l'infini dans la volonté. Peut-être n'y a-t-il eu un concept de volonté dans la philosophie occidentale qu'après que la pensée eut été confrontée avec ce que saint Augustin appelle le modus defectivus de la volonté. Les deux grandes querelles d'Augustin, contre les manichéens d'abord, puis contre les pélagiens, constituent à cet égard un exceptionnel laboratoire conceptuel. Contre les premiers, il fallut exorciser l'idée que le mal est quelque chose : il n'est pas de nature, mais de volonté ; il n'est pas, nous le faisons ; c'est donc dans le vouloir même qu'il faut concevoir une orientation vers le néant. Mais, contre les pélagiens, il fallut ensuite affirmer que cette active défaillance est une manière d'être durable, une quasi-nature, de telle sorte que le rien du mal constitue une réelle captivité, plus fondamentale que toute décision particulière ; c'est en s'efforçant de conceptualiser le « péché originel », sur la base des symboles de la chute et de la captivité, que la pensée chrétienne fit avancer la réflexion sur une dimension cachée du vouloir humain, où le pouvoir de faire trouve sa limite dans un non-pouvoir en quelque sorte constitutif.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification

Autres références

«  VOLONTÉ  » est également traité dans :

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Le français et l'allemand »  : […] En passant du sens juridique au sens politique, il n'est pas douteux que le mot aliénation ait pris son premier « emballement ». Le terrain est prêt pour la traduction française, en terme d'aliénation, de vocables appartenant à une tout autre tradition. C'est pourquoi il importe de placer correctement le cran d'arrêt à cette signification de l'aliénation-contrat. C'est ce que fait Hegel dans les […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme et la liberté »  : […] Cette question, primordiale, fut posée à Augustin par le pélagianisme. Les tenants de cette doctrine – qu'il faut considérer comme l'une des tendances fondamentales de l'esprit humain – professaient que l'homme seul est l'artisan de sa destinée terrestre et spirituelle. Les pélagiens insistaient avec vigueur sur la responsabilité du libre arbitre de l'homme, s'appropriant ainsi l'héritage lointai […] Lire la suite

AUTONOMIE

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 4 121 mots

Dans le chapitre « Du blasphème pascalien au « respect » kantien »  : […] Cette obéissance a quelque chose d'ambigu, puisqu'elle nous constitue en individus parfaitement suffisants. C'est ce thème que Pascal développe avec éclat dans l' Entretien avec M. de Saci sur Épictète et Montaigne. Après avoir fait crédit à Épictète, pris comme symbole de la sagesse « païenne », d'être « un des philosophes du monde qui a le mieux connu les devoirs de l'homme », il lui reproche d […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les biens objectifs et la bonne volonté kantienne »  : […] L'hypothèse d'une objectivité du bien humain correspond à l'intuition qu'il est possible de juger du bonheur selon des critères relativement stables, en adoptant un point de vue de troisième personne. Plusieurs philosophes ont souligné l'aspect propositionnel du bonheur. Cette conception est étroitement liée à l'idée qu'il existe des biens humains objectifs. Le bonheur ne consiste pas seulement d […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Bonheur, espoir et vertu »  : […] Une telle expérience – précisément parce qu'elle est absolument simple – suppose un bouleversement de notre rapport au temps. Si le désir est manque, presque toujours, c'est qu'il est temporel : le désir est manque à chaque fois qu'il se fait espérance. Arrêtons-nous là, un instant. On ne peut, on l'a vu, concéder à Platon que tout désir soit manque. C'est au contraire le propre de toute action – […] Lire la suite

CONCUPISCENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 689 mots

Du latin concupiscere , désirer ardemment (même origine : cupere , désirer, convoiter, d'où est tiré le nom romain du dieu de l'Amour, Cupidon, identifié à l'Éros des Grecs). Dans la langue courante, concupiscence désigne le penchant à jouir des biens sensibles, voire l'attachement aux plaisirs sensuels. Dans la langue philosophique et théologique, l'amour de concupiscence se distingue de l'amour […] Lire la suite

CONTRAT

  • Écrit par 
  • Georges ROUHETTE
  •  • 7 193 mots

Dans le chapitre « Le contractualisme »  : […] Classiquement, la notion de contrat se meut au sein de la doctrine dite de l'autonomie de la volonté. Les principes – ou les postulats – sur lesquels se fonde cette dernière peuvent être ramenés à deux : nul ne saurait être obligé en dehors de sa volonté (il n'est point d'engagement juridique sans contrat) ; tout engagement volontaire est légitime (il n'est point de contrat qui ne doive recevoir l […] Lire la suite

CRÉATION - Création et créativité

  • Écrit par 
  • Bernard BOURGEOIS
  •  • 4 319 mots

Dans le chapitre « La théologie de la créativité divine en l'homme »  : […] Si la pensée religieuse attribue essentiellement à Dieu la puissance créatrice, elle affirme une différence fondamentale entre les créatures : la créature humaine, image de Dieu, coopère à l'œuvre divine, et la Bible dit que Dieu plaça l'homme dans le jardin d'Éden pour qu'il le cultive. La philosophie religieuse, qu'on pense à saint Augustin, à Malebranche ou à Fichte, accentue et radicalise la t […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « L'assentiment »  : […] On doit aux stoïciens d'avoir ajouté un troisième trait à la philosophie grecque de l'opinion ; ce troisième trait devait conduire de façon décisive à la philosophie moderne (cartésienne, humienne, kantienne) du jugement. C'est d'une tout autre distribution des notions que cette dernière procède, à savoir d'une véritable analyse psychologique de l'opération en quoi consiste la saisie ( katalepsis […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Utiliser la nature et agir sur elle »  : […] On le voit : les passions « incitent et disposent » l'âme des hommes « à vouloir des choses auxquelles elles préparent leur corps ». Elles ont du reste une fin utile, et leur usage est « d'inciter l'âme à consentir et contribuer aux actions qui peuvent servir à conserver le corps, ou à le rendre en quelque façon plus parfait ». En ce sens, les passions sont toutes bonnes. L'âme n'a donc pas à les […] Lire la suite

Les derniers événements

Allemagne. Contestation de la loi sur le climat par la Cour constitutionnelle. 29-5 avril 2021

l’améliorer d’ici à fin 2022. Le 5 mai, la ministre de l’Environnement Svenja Schulze et le vice-chancelier et ministre des Finances Olaf Scholz annoncent le prochain dépôt d’un projet de loi prévoyant un relèvement des objectifs de réduction des GES, avec une diminution de 65 % d’ici à 2030, puis 88 % d’ici à 2040, et avec la volonté d’atteindre la neutralité carbone en 2045, soit cinq ans plus tôt que prévu par l’Union européenne. […] Lire la suite

États-Unis. Premier discours de Joe Biden devant le Congrès. 28 avril 2021

par une hausse des impôts des entreprises et des plus riches. Il rejette la « théorie du ruissellement » chère aux conservateurs au profit du principe de redistribution et présente sa volonté réformatrice comme le moyen de prouver « que la démocratie fonctionne toujours […] au service du peuple […] Lire la suite

États-Unis. Annonce du projet d’un taux d’imposition minimal sur les sociétés. 5-7 avril 2021

mars, d’un projet de plan de dépenses et d’investissements de 2 250 milliards de dollars (1 918 milliards d’euros) sur huit ans, financé par une hausse de 21 à 28 % de l’impôt sur les sociétés, et de 10,5 à 21 % de la taxation des bénéfices réalisés à l’étranger par les sociétés américaines. Le 7, les ministres des Finances des pays du G20 réunis en visioconférence affirment leur volonté de parvenir à un accord à ce sujet « d’ici à la mi-2021 ». […] Lire la suite

États-Unis. Première réunion en présence du nouveau secrétaire d’État américain. 23 mars 2021

Lors de la première réunion à Bruxelles, depuis l’arrivée au pouvoir du président américain Joe Biden, des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN, le secrétaire d’État américain Antony Blinken affirme sa volonté de « reconstruire » l’Alliance. Son engagement, qu’il qualifie d’« inébranlable », rompt avec l’attitude critique affichée par l’ancien président Donald Trump face à ses alliés transatlantiques. […] Lire la suite

Royaume-Uni. Présentation d’un document sur la place du pays dans le monde. 16 mars 2021

 ». Il indique la volonté de Londres de se rapprocher de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), d’adhérer à l’Accord de partenariat transpacifique (TPP) et de participer à des exercices militaires visant à garantir « la liberté des mers » dans la région. Le gouvernement se dit prêt à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « VOLONTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/