VOLONTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le contexte « épistémologique » : Descartes

La psychologie de la volonté a reçu une impulsion toute différente, parfois en conjonction avec la spéculation précédente, de la réflexion sur l'erreur. Cette réflexion n'est pas sans relation avec la méditation antérieure sur le mal. Elle s'en distingue, néanmoins, en ce qu'elle déplace l'accent de l'éthique sur l'épistémologie. L'enquête sur la volonté est un moment dans l'entreprise de fondation radicale de la connaissance vraie dont la science exacte est le modèle. La théorie du jugement est le cadre de cette nouvelle investigation, qui trouve dans les Méditations métaphysiques de Descartes (Méditation quatrième) son exposé classique. Non que la conception cartésienne soit sans antécédent : les stoïciens, déjà, avaient vu dans l'« opinion » la conjonction entre l'« assentiment » (c'est-à-dire la volonté) et la « représentation » et fait appel au pouvoir que nous avons de suspendre (épochè) notre assentiment pour briser l'empire des passions ; la psychologie médiévale, d'autre part, avait conçu, avant Descartes, le jugement comme une action réciproque de l'entendement et de la volonté. Mais c'est la première fois, avec Descartes, que cette psychologie de l'assentiment s'intègre, à travers la question des causes de l'erreur, à une recherche sur les moyens de « parvenir à la connaissance de la vérité ». En faisant porter sur la volonté tout le poids de l'erreur, Descartes libère de tout soupçon « la puissance de connaître [...] : car par l'entendement seul je n'assure ni ne nie aucune chose, mais je conçois seulement les idées des choses, que je puis assurer ou nier. Or, en le considérant ainsi précisément, on peut dire qu'il ne se trouve jamais en lui aucune erreur, pourvu qu'on prenne le mot d'erreur en sa propre signification. » Il n'y a donc pas d'idée fausse, pas de fausseté matérielle. Ce n'est pas à dire que la volonté comme telle soit cause d'erreur : « car elle consiste seulement en ce que nous pouvons faire une chose, ou ne la faire pas [c'est-à-dire affirmer ou nier, poursuivre ou fuir], ou plutôt seulement en ce que, pour affirmer ou nier, poursuivre ou fuir les choses que l'entendement nous propose, nous agissons en telle sorte que nous ne sentons point qu'une force extérieure nous y contraigne ». En tant que simple pouvoir, la volonté aussi est donc innocente. Mais elle ne l'est point en tant qu'usage. Si je viens à me tromper, c'est que je ne contiens pas ma volonté dans les limites de mon entendement, « mais que je l'étends aussi aux choses que je n'entends pas : auxquelles étant de soi indifférente, elle s'égare fort aisément ». Cette indifférence de la volonté, qui me permet de me tromper, n'est sans doute que « le plus bas degré de la liberté et fait plutôt paraître un défaut de la connaissance qu'une perfection de la volonté » ; du moins est-elle le régime ordinaire de la volonté, pour toutes les choses que l'entendement ne découvre pas avec une parfaite clarté. C'est donc seulement par une méthode abstractive qu'on connaît la volonté, comme le moment d'action qui se compose avec le moment de passion de l'entendement. Seul le jugement est l'objet d'une expérience complète et concrète ; du moins, cette expérience se prête à la décomposition en deux causes concourantes, à la faveur de la disproportion qu'elle présente entre le caractère borné de l'une et l'amplitude sans borne de l'autre. Mais cette méthode abstractive n'est pas appliquée au bénéfice d'une « psychologie », dont nul à cette époque n'a l'idée ; en déterminant le lieu de l'erreur, elle lève le soupçon que Dieu pourrait être cause de l'erreur ; or, si Dieu était trompeur, il ne serait pas le garant de la vérité et toute la philosophie selon l'ordre des raisons s'effondrerait. Seul, par conséquent, l'établissement de la vérité sur un fondement indubitable exige que le cours des Méditations passe par une explication de l'erreur, donc par une psychologie du jugement, donc par la formulation du concept de volonté comme pur pouvoir des contraires. De la même manière que la psychologie aristotélicienne de la volonté était le segment d'un parcours essentiellement éthique, la psychologie cartésienne de la volonté est le segment d'un parcours essentiellement épistémologique. Elle vise à répondre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification

Autres références

«  VOLONTÉ  » est également traité dans :

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Le français et l'allemand »  : […] En passant du sens juridique au sens politique, il n'est pas douteux que le mot aliénation ait pris son premier « emballement ». Le terrain est prêt pour la traduction française, en terme d'aliénation, de vocables appartenant à une tout autre tradition. C'est pourquoi il importe de placer correctement le cran d'arrêt à cette signification de l'aliénation-contrat. C'est ce que fait Hegel dans les […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme et la liberté »  : […] Cette question, primordiale, fut posée à Augustin par le pélagianisme. Les tenants de cette doctrine – qu'il faut considérer comme l'une des tendances fondamentales de l'esprit humain – professaient que l'homme seul est l'artisan de sa destinée terrestre et spirituelle. Les pélagiens insistaient avec vigueur sur la responsabilité du libre arbitre de l'homme, s'appropriant ainsi l'héritage lointai […] Lire la suite

AUTONOMIE

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 4 121 mots

Dans le chapitre « Du blasphème pascalien au « respect » kantien »  : […] Cette obéissance a quelque chose d'ambigu, puisqu'elle nous constitue en individus parfaitement suffisants. C'est ce thème que Pascal développe avec éclat dans l' Entretien avec M. de Saci sur Épictète et Montaigne. Après avoir fait crédit à Épictète, pris comme symbole de la sagesse « païenne », d'être « un des philosophes du monde qui a le mieux connu les devoirs de l'homme », il lui reproche d […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les biens objectifs et la bonne volonté kantienne »  : […] L'hypothèse d'une objectivité du bien humain correspond à l'intuition qu'il est possible de juger du bonheur selon des critères relativement stables, en adoptant un point de vue de troisième personne. Plusieurs philosophes ont souligné l'aspect propositionnel du bonheur. Cette conception est étroitement liée à l'idée qu'il existe des biens humains objectifs. Le bonheur ne consiste pas seulement d […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Bonheur, espoir et vertu »  : […] Une telle expérience – précisément parce qu'elle est absolument simple – suppose un bouleversement de notre rapport au temps. Si le désir est manque, presque toujours, c'est qu'il est temporel : le désir est manque à chaque fois qu'il se fait espérance. Arrêtons-nous là, un instant. On ne peut, on l'a vu, concéder à Platon que tout désir soit manque. C'est au contraire le propre de toute action – […] Lire la suite

CONCUPISCENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 689 mots

Du latin concupiscere , désirer ardemment (même origine : cupere , désirer, convoiter, d'où est tiré le nom romain du dieu de l'Amour, Cupidon, identifié à l'Éros des Grecs). Dans la langue courante, concupiscence désigne le penchant à jouir des biens sensibles, voire l'attachement aux plaisirs sensuels. Dans la langue philosophique et théologique, l'amour de concupiscence se distingue de l'amour […] Lire la suite

CONTRAT

  • Écrit par 
  • Georges ROUHETTE
  •  • 7 193 mots

Dans le chapitre « Le contractualisme »  : […] Classiquement, la notion de contrat se meut au sein de la doctrine dite de l'autonomie de la volonté. Les principes – ou les postulats – sur lesquels se fonde cette dernière peuvent être ramenés à deux : nul ne saurait être obligé en dehors de sa volonté (il n'est point d'engagement juridique sans contrat) ; tout engagement volontaire est légitime (il n'est point de contrat qui ne doive recevoir l […] Lire la suite

CRÉATION - Création et créativité

  • Écrit par 
  • Bernard BOURGEOIS
  •  • 4 319 mots

Dans le chapitre « La théologie de la créativité divine en l'homme »  : […] Si la pensée religieuse attribue essentiellement à Dieu la puissance créatrice, elle affirme une différence fondamentale entre les créatures : la créature humaine, image de Dieu, coopère à l'œuvre divine, et la Bible dit que Dieu plaça l'homme dans le jardin d'Éden pour qu'il le cultive. La philosophie religieuse, qu'on pense à saint Augustin, à Malebranche ou à Fichte, accentue et radicalise la t […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « L'assentiment »  : […] On doit aux stoïciens d'avoir ajouté un troisième trait à la philosophie grecque de l'opinion ; ce troisième trait devait conduire de façon décisive à la philosophie moderne (cartésienne, humienne, kantienne) du jugement. C'est d'une tout autre distribution des notions que cette dernière procède, à savoir d'une véritable analyse psychologique de l'opération en quoi consiste la saisie ( katalepsis […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Utiliser la nature et agir sur elle »  : […] On le voit : les passions « incitent et disposent » l'âme des hommes « à vouloir des choses auxquelles elles préparent leur corps ». Elles ont du reste une fin utile, et leur usage est « d'inciter l'âme à consentir et contribuer aux actions qui peuvent servir à conserver le corps, ou à le rendre en quelque façon plus parfait ». En ce sens, les passions sont toutes bonnes. L'âme n'a donc pas à les […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 mars 2022 France – Algérie. Célébration du soixantième anniversaire des accords d'Évian.

La veille, le président algérien Abdelmadjid Tebboune avait indiqué sa volonté d’assainir les différends entre les deux pays, tout en affirmant que les « hideux crimes de la colonisation ne seront pas oubliés et ne sauraient être frappés de prescription ».  […] Lire la suite

10-18 février 2022 France. Annonce du programme énergétique du président Emmanuel Macron.

Le chef de l’État indique sa volonté de relancer la filière nucléaire en vue de « garantir l’indépendance énergétique de la France », comme il l’avait annoncé en novembre 2021. Il « demande à EDF d’étudier les conditions de prolongation au-delà de cinquante ans [de] tous les réacteurs nucléaires qui peuvent l’être » et annonce la construction de six réacteurs EPR 2 – version optimisée de l’EPR (Evolutionary Power Reactor) – associée à l’étude de la construction de huit autres. […] Lire la suite

7-17 février 2022 Mali – France. Annonce du retrait des forces antiterroristes étrangères.

Le 17, les représentants d’une vingtaine de pays africains et européens réunis à Paris adoptent un communiqué commun indiquant que « le Canada et les États européens opérant aux côtés de l’opération Barkhane et au sein de la task force Tabuka estiment que les conditions politiques, opérationnelles et juridiques ne sont plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire actuel dans la lutte contre le terrorisme au Mali et ont donc décidé d’entamer le retrait coordonné du territoire malien de leurs moyens militaires respectifs dédiés à ces opérations », tout en exprimant leur « volonté de rester engagés dans la région ». […] Lire la suite

24 décembre 2021 Corée du Sud. Grâce accordée à l'ancienne présidente Park Geun-hye.

Justifiée par la volonté de « renforcer l’unité nationale » et par l’état de santé de la prisonnière, cette décision est dénoncée par l’opposition conservatrice et divise la majorité démocrate.  […] Lire la suite

13 décembre 2021 Suisse. Classement sans suite de l'enquête pour blanchiment contre l'ancien roi Juan Carlos.

Le Ministère public genevois déclare que le dispositif utilisé démontre une volonté de dissimulation et que les circonstances constituent des indices à charge, mais qu’il n’a pas été établi de lien suffisant entre la somme reçue de Riyad et les contrats concernés. La banque Mirabaud est condamnée à une amende de 50 000 francs suisses (48 000 euros) pour ne pas avoir saisi le Bureau de communication en matière de blanchiment […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « VOLONTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/