VOLONTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le noyau phénoménologique

Au terme de ce parcours à travers quelques-uns des contextes philosophiques, on peut se demander s'il existe une signification stable qui permette de dire qu'il s'agit chaque fois du même phénomène. Par deux voies différentes, la phénoménologie, à la suite de Husserl, et la philosophie du langage ordinaire, dans la ligne de la Linguistic Analysis de l'école d'Oxford, ont tenté d'isoler ce noyau. Mais il faut bien voir que c'est toujours au prix d'une abstraction de méthode qui neutralise les enjeux philosophiques.

Ainsi, la phénoménologie prétend être « sans présuppositions », ce qui veut dire qu'elle met entre parenthèses les théories et prises de position dans lesquelles le phénomène à décrire est inséré. Cette mise entre parenthèses des théories est seulement un cas particulier de la méthode de « réduction » qui frappe l'attitude « naturelle » et, avec elle, l'implication de l'expérience vive dans une histoire et dans une culture. Reste un « vécu » pur qui présente certaines articulations, certaines structures essentielles, accessibles elles-mêmes à une analyse essentielle. À cette essence du « vécu de la volonté » appartient un certain nombre de traits. D'abord, la volition est un acte intentionnel qui vise une « action-à-faire-par-moi ». Cette visée a des traits communs avec toutes les anticipations : elle désigne « à vide » un cours d'événements dont l'effectuation future est susceptible de remplir la visée ; mais le projet diffère par des marques propres des autres formes d'anticipation et d'abord de la simple révision ; l'événement visé est une action, et une action à faire non par un autre que celui qui anticipe l'action, mais par le même que celui qui, en décidant, s'engage à faire ; cette auto-implication du sujet volontaire dans le contenu de son projet est caractéristique de la volition. En outre, la volition présente une architecture très complexe : on y retrouve la saisie perceptive d'une situation, l'imagination de certains buts à atteindre, la projection de certains désirs à satisfaire, des estimations ethiques et autres, une appréciation des obstacles et des voies praticables, un calcul raisonné des moyens et des fins, un jugement de probabilité sur les chances de réussir, etc. C'est pourquoi Husserl place la volition au rang des « synthèses polythétiques », c'est-à-dire des actes du niveau du jugement, comportant plusieurs « thèses » ou positions (perceptives, imaginatives, etc.). C'est cette architecture complexe qui trouve son expression dans une articulation linguistique, c'est-à-dire dans une sorte d'énoncés, ceux-là même que la Linguistic Analysis prendra pour point de départ.

Mais la phénoménologie ne s'enferme pas dans une théorie des énoncés, d'abord parce que la couche des énoncés ne produit rien et exprime seulement une articulation de sens qui n'est pas linguistique, mais surtout parce que cette articulation de sens plonge dans des structures « antéprédicatives », c'est-à-dire plus profondes que l'expression dans le jugement.

Ces structures antéprédicatives sont d'abord celles de la motivation de nos projets. Le rapport motif-projet est peut-être la connexion majeure de la phénoménologie de la volonté ; ce mode d'enchaînement est révélé dans sa spécificité, lorsque la sphère du vécu est nettement distinguée du cours naturel des choses où règne la connexion causale. La coupure entre motif et cause est ainsi une conquête de la « réduction » de l'attitude naturelle. Est-ce à dire que, n'étant pas des causes, les motifs sont des raisons ? On serait enclin à le croire, comme le font tant d'analystes du langage de l'action, si l'on consultait seulement le langage ; en effet, les motifs trouvent dans le langage une expression privilégiée, lorsqu'ils prennent la forme canonique d'un argument, d'une justification, d'un plaidoyer ; ils s'énoncent alors comme des « raisons de » faire ceci plutôt que cela. Mais, si le cours de motivation laisse un tracé dans le langage sous forme de « raisons de... », celles-ci peuvent n'être que des « rationalisations », au sens psychanalytique du mot, c'est-à-dire des écrans et des masques. Il faut donc en appeler de l'expression linguistique au sens même du vécu. Une phénoménologie fine [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification

Autres références

«  VOLONTÉ  » est également traité dans :

ALIÉNATION

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 998 mots

Dans le chapitre « Le français et l'allemand »  : […] En passant du sens juridique au sens politique, il n'est pas douteux que le mot aliénation ait pris son premier « emballement ». Le terrain est prêt pour la traduction française, en terme d'aliénation, de vocables appartenant à une tout autre tradition. C'est pourquoi il importe de placer correctement le cran d'arrêt à cette signification de l'aliénation-contrat. C'est ce que fait Hegel dans les […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme et la liberté »  : […] Cette question, primordiale, fut posée à Augustin par le pélagianisme. Les tenants de cette doctrine – qu'il faut considérer comme l'une des tendances fondamentales de l'esprit humain – professaient que l'homme seul est l'artisan de sa destinée terrestre et spirituelle. Les pélagiens insistaient avec vigueur sur la responsabilité du libre arbitre de l'homme, s'appropriant ainsi l'héritage lointai […] Lire la suite

AUTONOMIE

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 4 121 mots

Dans le chapitre « Du blasphème pascalien au « respect » kantien »  : […] Cette obéissance a quelque chose d'ambigu, puisqu'elle nous constitue en individus parfaitement suffisants. C'est ce thème que Pascal développe avec éclat dans l' Entretien avec M. de Saci sur Épictète et Montaigne. Après avoir fait crédit à Épictète, pris comme symbole de la sagesse « païenne », d'être « un des philosophes du monde qui a le mieux connu les devoirs de l'homme », il lui reproche d […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les biens objectifs et la bonne volonté kantienne »  : […] L'hypothèse d'une objectivité du bien humain correspond à l'intuition qu'il est possible de juger du bonheur selon des critères relativement stables, en adoptant un point de vue de troisième personne. Plusieurs philosophes ont souligné l'aspect propositionnel du bonheur. Cette conception est étroitement liée à l'idée qu'il existe des biens humains objectifs. Le bonheur ne consiste pas seulement d […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Bonheur, espoir et vertu »  : […] Une telle expérience – précisément parce qu'elle est absolument simple – suppose un bouleversement de notre rapport au temps. Si le désir est manque, presque toujours, c'est qu'il est temporel : le désir est manque à chaque fois qu'il se fait espérance. Arrêtons-nous là, un instant. On ne peut, on l'a vu, concéder à Platon que tout désir soit manque. C'est au contraire le propre de toute action – […] Lire la suite

CONCUPISCENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 689 mots

Du latin concupiscere , désirer ardemment (même origine : cupere , désirer, convoiter, d'où est tiré le nom romain du dieu de l'Amour, Cupidon, identifié à l'Éros des Grecs). Dans la langue courante, concupiscence désigne le penchant à jouir des biens sensibles, voire l'attachement aux plaisirs sensuels. Dans la langue philosophique et théologique, l'amour de concupiscence se distingue de l'amour […] Lire la suite

CONTRAT

  • Écrit par 
  • Georges ROUHETTE
  •  • 7 193 mots

Dans le chapitre « Le contractualisme »  : […] Classiquement, la notion de contrat se meut au sein de la doctrine dite de l'autonomie de la volonté. Les principes – ou les postulats – sur lesquels se fonde cette dernière peuvent être ramenés à deux : nul ne saurait être obligé en dehors de sa volonté (il n'est point d'engagement juridique sans contrat) ; tout engagement volontaire est légitime (il n'est point de contrat qui ne doive recevoir l […] Lire la suite

CRÉATION - Création et créativité

  • Écrit par 
  • Bernard BOURGEOIS
  •  • 4 319 mots

Dans le chapitre « La théologie de la créativité divine en l'homme »  : […] Si la pensée religieuse attribue essentiellement à Dieu la puissance créatrice, elle affirme une différence fondamentale entre les créatures : la créature humaine, image de Dieu, coopère à l'œuvre divine, et la Bible dit que Dieu plaça l'homme dans le jardin d'Éden pour qu'il le cultive. La philosophie religieuse, qu'on pense à saint Augustin, à Malebranche ou à Fichte, accentue et radicalise la t […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « L'assentiment »  : […] On doit aux stoïciens d'avoir ajouté un troisième trait à la philosophie grecque de l'opinion ; ce troisième trait devait conduire de façon décisive à la philosophie moderne (cartésienne, humienne, kantienne) du jugement. C'est d'une tout autre distribution des notions que cette dernière procède, à savoir d'une véritable analyse psychologique de l'opération en quoi consiste la saisie ( katalepsis […] Lire la suite

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Utiliser la nature et agir sur elle »  : […] On le voit : les passions « incitent et disposent » l'âme des hommes « à vouloir des choses auxquelles elles préparent leur corps ». Elles ont du reste une fin utile, et leur usage est « d'inciter l'âme à consentir et contribuer aux actions qui peuvent servir à conserver le corps, ou à le rendre en quelque façon plus parfait ». En ce sens, les passions sont toutes bonnes. L'âme n'a donc pas à les […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-12 mai 2022 Sri Lanka. Démission du Premier ministre Mahinda Rajapakse.

Le 11, dans un discours télévisé, Gotabaya Rajapakse, qui a appelé les forces de sécurité à tirer à balles réelles sur les manifestants, annonce sa volonté de renoncer à la plupart de ses prérogatives et de donner plus de pouvoir au Parlement. En octobre 2020, il avait fait adopter un amendement constitutionnel qui lui conférait des pouvoirs étendus. […] Lire la suite

19 mars 2022 France – Algérie. Célébration du soixantième anniversaire des accords d'Évian.

La veille, le président algérien Abdelmadjid Tebboune avait indiqué sa volonté d’assainir les différends entre les deux pays, tout en affirmant que les « hideux crimes de la colonisation ne seront pas oubliés et ne sauraient être frappés de prescription ».  […] Lire la suite

10-18 février 2022 France. Annonce du programme énergétique du président Emmanuel Macron.

Le chef de l’État indique sa volonté de relancer la filière nucléaire en vue de « garantir l’indépendance énergétique de la France », comme il l’avait annoncé en novembre 2021. Il « demande à EDF d’étudier les conditions de prolongation au-delà de cinquante ans [de] tous les réacteurs nucléaires qui peuvent l’être » et annonce la construction de six réacteurs EPR 2 – version optimisée de l’EPR (Evolutionary Power Reactor) – associée à l’étude de la construction de huit autres. […] Lire la suite

7-17 février 2022 Mali – France. Annonce du retrait des forces antiterroristes étrangères.

Le 17, les représentants d’une vingtaine de pays africains et européens réunis à Paris adoptent un communiqué commun indiquant que « le Canada et les États européens opérant aux côtés de l’opération Barkhane et au sein de la task force Tabuka estiment que les conditions politiques, opérationnelles et juridiques ne sont plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire actuel dans la lutte contre le terrorisme au Mali et ont donc décidé d’entamer le retrait coordonné du territoire malien de leurs moyens militaires respectifs dédiés à ces opérations », tout en exprimant leur « volonté de rester engagés dans la région ». […] Lire la suite

24 décembre 2021 Corée du Sud. Grâce accordée à l'ancienne présidente Park Geun-hye.

Justifiée par la volonté de « renforcer l’unité nationale » et par l’état de santé de la prisonnière, cette décision est dénoncée par l’opposition conservatrice et divise la majorité démocrate.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « VOLONTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/