PAYSAGE, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire du paysage pictural

L'origine du paysage (origine permanente dans la mesure où le phénomène s'est répété plusieurs fois) se trouve dans le développement et la coordination naturaliste d'éléments symboliques suggérant une ambiance, c'est-à-dire dans la présentation d'une architecture ou d'une partie d'architecture (une porte, une chambre), des arbres, des jardins, exceptionnellement des fleuves, des montagnes, le tout servant de référence topographique ou historique à des scènes narratives. L'attention portée à la réalité peut transformer ces représentations allusives en fragments d'une documentation scrupuleuse (mais ayant cependant toujours pour fonction de représenter un cadre ou de créer des lointains). Et leur juxtaposition, comme c'est le cas pour les représentations archéologiques ou médiévales, peut devenir une véritable énumération de termes et constituer ainsi un catalogue. Pour que puisse naître le véritable paysage, il suffit que la fonction symbolique de ces éléments soit portée au second plan ; il faut aussi que leur corrélation soit fondée sur une perspective scientifique ou sur une perspective intuitive, qui joue un rôle prioritaire sur chacun de ceux-ci. Cette corrélation peut utiliser des expédients qui, abstraits ou optiques, sont d'ailleurs souvent répétés, tels que la série des décors latéraux ou transversaux, le fleuve et la rue tortueuse, les décors aériens constitués de brumes ou de nuages, mais elle doit être effective.

La Grèce et Rome

Le paysage tient dans l'art antique et classique une place nettement moins importante que les scènes historiques et surtout que les représentations mythiques. Le paysage ne porte pas de nom spécial, bien qu'on parle d'articles topographiques ou topiaires, c'est-à-dire d'articles capables de représenter un lieu particulier ou même générique, peut-être en liaison avec la cartographie. Des paysages, ou mieux des vedute, furent introduits dans certaines œuvres ; ils sont parfois en relief, comme ceux qui se trouvent sur les colonnes impériales ou sur la face des sarcophages ; et la description que fait Vitruve des trois types de scènes utilisées pour le théâtre fait penser à une tradition du décor de paysage assez élaborée. Les conseils donnés, plus spécialement par Aristote concernant l'importance de l'air, en tant qu'écran visuel, capable d'abaisser et de réduire vers des gammes froides des couleurs lointaines, semblent appliqués à la lettre dans les décorations murales que nous connaissons, tout particulièrement dans les villes de la région du Vésuve, dénotant à nouveau une tradition antique (ce qui en reste pourrait être une copie assez fidèle). On peut lire dans Platon des commentaires pertinents sur la différence qui existe entre celui qui cherche à établir une ressemblance du portrait qu'il peint d'un personnage et celui qui se contente d'une ressemblance générale, ou plus exactement fantaisiste lorsqu'il regarde un paysage. « Comme nous ne savons rien de précis sur ces choses, nous n'en discutons pas et nous n'examinons pas de trop près ces représentations : nous nous contentons d'une peinture schématique et allusive » (Critias, 107 b, c, d). Il est difficile de déduire de ce passage l'existence de paysages indépendants, mais on y trouve cependant, de façon très claire, des références montrant qu'on utilisait au moins de vastes lointains « de terre, de montagnes, de fleuves, de forêts et de tout ce qui existe et se meut sous le ciel ». Et les paysages de L'Odyssée provenant d'une villa romaine (actuellement au Vatican) peuvent être considérés comme des preuves archéologiques : ils seraient les copies d'un codex enluminé du type rouleau, datant de 320 avant J.-C. ; de même la grande mode décorative introduite, ou plus exactement vulgarisée, par Ludius (ou Studius) à la suite des topographes grecs ou égyptiens comme Demetrios ou Serapione et qui consiste à décorer des intérieurs avec « des ports, des promontoires, des littoraux, des fleuves, des fontaines, des canaux » remonterait bien au-delà de l'époque d'Auguste. Ce qui nous reste de ces témoignages (et qui inclut ainsi des décorations imitant des jardins) dénote un emploi très habile de la perspective : points de vue nettement élevés pour agrandir l'espace visible, raccourcis corrects et lumières, caractère idyllique accentué.

Fresque de la villa de Livie

Photographie : Fresque de la villa de Livie

Fresque de la villa de Livie, Prima Porta, Rome. Muzeo nationale, Rome. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Extrême-Orient

Le paysage chinois et, plus tardivement, le paysage japonais trouvent certainement leurs origines dans la cartographie et da [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Fresque de la villa de Livie

Fresque de la villa de Livie
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Érudit regardant une cascade, Ma Yuan

Érudit regardant une cascade, Ma Yuan
Crédits : Courtesy of the Metropolitan Museum of Art, New York City, C. C. Wang Family, Gift of The Dillon Fund, 1973

photographie

Le Mois d'avril, attribué à Maître Wenceslas

Le Mois d'avril, attribué à Maître Wenceslas
Crédits : A. De Gregorio/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Westminster Bridge, Londres, procession du Lord Maire sur la Tamise, Canaletto

Westminster Bridge, Londres, procession du Lord Maire sur la Tamise, Canaletto
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Florence et à la Pennsylvania State University, membre de l'Institute for the Arts and Humanities

Classification

Autres références

«  PAYSAGE, peinture  » est également traité dans :

LE SENTIMENT DE LA MONTAGNE (exposition)

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 1 284 mots

Les paysages de montagne résument et exacerbent les débats liés à la peinture de paysage en général. Présente à l'arrière-plan de nombreuses œuvres dès le xve siècle en Occident, la montagne n'accède véritablement à la dignité picturale qu'à la fin du xviii […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'exemple du paysage »  : […] Le plaisir et l'intérêt que présentent de tels ouvrages, même parfois discutables et souvent discutés, se mesurent au regard nouveau qu'ils obligent à porter sur des genres ou des artistes parmi les plus connus ou les plus populaires, comme par exemple la peinture de paysage. Les vues idéales de la campagne anglaise peintes par Gainsborough, traditionnellement tenues pour de purs exercices de vir […] Lire la suite

LA JETÉE DE CALAIS (J. M. W. Turner)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 229 mots

Joseph Mallord William Turner (1775-1851), dès qu'il en eut la possibilité matérielle, fut un voyageur insatiable, d'abord en Grande-Bretagne même, puis sur tout le continent européen. La Jetée de Calais, avec des « poissards » français se préparant à appareiller : arrivée d'un paquebot anglais (National Gallery, Londres) – pour lui donner le titre exact choisi par le peintre –, commémore à sa ma […] Lire la suite

LETTRES SUR LA PEINTURE DE PAYSAGE, Carl Gustav Carus - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 883 mots

Les Lettres sur la peinture de paysage de Carl Gustav Carus (1789-1869), publiées en deux éditions en 1831 et 1835, ont été souvent considérées comme un manifeste de l'esthétique romantique du paysage en Allemagne. Si elle n'est pas dépourvue de fondement, cette lecture tend pourtant à occulter l'extrême diversité des traditions qui nourrissent l'ouvrage, une diversité qui tient à la personnalité […] Lire la suite

LA PEINTURE DE PAYSAGE, John Constable - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 976 mots
  •  • 1 média

John Constable (1776-1837) consacra l'essentiel de sa carrière à la peinture de paysage . Il avait une connaissance approfondie de son histoire et de sa théorie : on a conservé la liste des livres qu'il possédait sur le sujet, et qui montrent l'ampleur de ses curiosités dans ce domaine. Mais relativement en marge des cercles officiels, et en particulier de la Royal Academy (il en est membre assoc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Eugenio BATTISTI, « PAYSAGE, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paysage-peinture/