VILLA, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Villa des Mystères, Pompéi

Villa des Mystères, Pompéi
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Thermes de la villa de Piazza Armerina

Thermes de la villa de Piazza Armerina
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Canope de la villa Hadriana, Tivoli, 1

Canope de la villa Hadriana, Tivoli, 1
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Villa de Laurent de Médicis, Poggio a Caiano

Villa de Laurent de Médicis, Poggio a Caiano
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Le mot latin « villa » désigne proprement une exploitation agricole ; on en vint par la suite à l'appliquer aux résidences de plaisance, dans les campagnes ou sur les plages, sans lien avec sa fonction agricole initiale. D'origine romaine, la villa, en référence à cette époque historique idéalisée, connaît un regain d'intérêt à partir de la Renaissance. Des traités vont alors définir les fonctions de ce lieu, approfondissant l'idée de locus amœnus, asile charmant et lieu du bonheur secret, dont l'évolution influe aussi sur l'art des jardins.

La villa romaine

Entourée de terres, sur une étendue parfois considérable, la villa rurale se caractérise par une architecture purement utilitaire, les bâtiments étant distribués sans ordre autour de la cour où l'on rassemblait le bétail. La villa des Mystères à Pompéi offre l'exemple de la transition vers la résidence de plaisance : la partie est, de plain-pied avec la route d'accès, groupe les logements des esclaves, les ateliers, tandis qu'à l'ouest l'appartement de maître ouvre sur des terrasses dominant les pentes qui descendent vers la mer. Du point de vue du plan, les villas d'exploitation ou de plaisance se divisent en deux catégories : la villa à plan fermé, dont le centre est occupé par une cour à portiques, et la villa ouverte, constituée par deux ailes encadrant une cour ouverte. La villa des Mystères, déjà citée, représente bien la première catégorie, dont on trouve un exemple plus tardif à Piazza Armerina, en Sicile. La villa d'Anguillara Sabazia, dans le Latium, qui date du milieu du ier siècle environ, est un bon exemple de la seconde catégorie, avec son immense portique semi-circulaire en façade. Un type simplifié de villa ouverte, particulièrement fréquent dans le nord de la Gaule, est constitué par un corps principal en forme de rectangle allongé doté d'un pavillon à chaque extrémité. Il faut naturellement mettre à part les domaines groupant de multiple [...]

Villa des Mystères, Pompéi

Villa des Mystères, Pompéi

Photographie

Parmi les édifices suburbains (hors les murs) de Pompéi, cette villa construite vers 70-60 av. J.-C. est célèbre pour les fresques de son triclinium (salle à manger), qui représentent les phases d'un rite initiatique dionysiaque. Ces peintures indiquent la forte implantation des cultes grecs... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Thermes de la villa de Piazza Armerina

Thermes de la villa de Piazza Armerina

Photographie

Vestiges des thermes de la villa de Piazza Armerina. Art romain. Première moitié du IVe siècle après J.-C. Casale, Sicile, Italie. 

Crédits : Index/ Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VILLA, histoire  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 294 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Formes et goûts nouveaux »  : […] L'architecture reste directement tributaire de l' Antiquité, mais des villes et des quartiers nouveaux naissent ou se développent, notamment là où réside l'empereur. Parmi les palais du iv e siècle, seul celui de Trèves (avec peut-être celui de Thessalonique dont l'identification reste incertaine) a laissé des vestiges significatifs, et notammen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-l-antiquite-tardive/#i_17271

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'agriculture »  : […] L'agriculture semble avoir été, en Gaule romaine, la source la plus importante et la plus stable des revenus. Le fait saillant qui domine la transformation de la vie agraire en Gaule est une certaine extension de la moyenne et grande propriété individuelle. Le fundus , domaine foncier appartenant à un particulier, comprend en principe toutes les terres nécessaires à la ferme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_17271

PALÉOCHRÉTIEN ART

  • Écrit par 
  • François BARATTE, 
  • Françoise MONFRIN, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 547 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'habitat privé »  : […] Grâce aux découvertes archéologiques faites, depuis les années 1970, l'habitat privé est mieux connu, même si une typologie régionale paraît encore difficile à établir. La première caractéristique est le luxe et l'importance des villae ou «  palais ». Que ce soient des résidences impériales, dont les plans fragmentaires apparaissent à Constantinople, à Rhegion, dans la banl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-paleochretien/#i_17271

PIERRE DE CORTONE (1596-1669)

  • Écrit par 
  • Giuliano BRIGANTI, 
  • Claude MIGNOT
  •  • 3 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formation, premières œuvres »  : […] En architecture comme en peinture, le milieu familial, Commodi, Ciarpi ne jouèrent qu'un rôle mineur ; Cortone fit son apprentissage en copiant les édifices de la Rome antique et moderne. Les contacts avec les cercles académiques, la maison Sacchetti et Cassiano del Pozzo le familiarisèrent avec la tradition maniériste, la culture néo-platonicienne et les problèmes archéologiques. De 1623 et 1624 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-cortone/#i_17271

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bœuf et l'araire »  : […] Néanmoins, l'histoire des civilisations rurales n'est pas seulement, il s'en faut de beaucoup, constituée par une dialectique du maître et du serf. Un coup d'œil d'ensemble sur la stratigraphie temporelle de notre objet distingue immédiatement une autre innovation d'importance : c'est l'araire, machine à labourer, flanquée du bœuf de traction, sans lequel la technique aratoire est inconcevable. V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/#i_17271

VIGNOLE, ital. JACOPO BAROZZI DA VIGNOLA (1507-1573)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 438 mots
  •  • 1 média

Architecte italien. Jacopo Barozzi, dit Vignole, reçoit sa première formation d'architecte à Bologne, où il a peut-être été l'élève de Serlio. À Rome, il fréquente le cercle des Sangallo et se met à l'étude des monuments antiques. On le trouve ensuite au côté de Primatice à Fontainebleau, occupé sans doute à réaliser des fontes d'après l'antique. De retour en Italie, Vignole participe au concours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vignole-ital-jacopo-barozzi-da-vignola/#i_17271

VILAIN

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 89 mots

Le terme « vilain » dérive du bas latin villicus  : homme semi-libre attaché à une « villa », grande exploitation gallo-romaine. Ce fut, pendant tout le Moyen Âge, le nom du villageois ou paysan libre. Cependant, il se chargea au cours des siècles de tout le mépris que les seigneurs et même les bourgeois éprouvaient pour les populations rurales, jusqu'à prendre le sens usuel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vilain/#i_17271

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert-Charles PICARD, Robert FOLZ, André CHASTEL, « VILLA, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/villa-histoire/