LE SENTIMENT DE LA MONTAGNE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les paysages de montagne résument et exacerbent les débats liés à la peinture de paysage en général. Présente à l'arrière-plan de nombreuses œuvres dès le xve siècle en Occident, la montagne n'accède véritablement à la dignité picturale qu'à la fin du xviiie siècle. C'est le mérite du musée de Grenoble que d'avoir rassemblé, à l'initiative de Serge Lemoine, plusieurs tableaux qui, de 1760 à 1920, illustrent l'émergence et les métamorphoses de ce thème à travers divers pays européens (1er mars-1er juin 1998). Au choix de ces toiles ont manifestement présidé quelques interrogations fondamentales. Quel statut occupait la montagne dans les esthétiques normatives du xviiie et du xixe siècle ? Comment s'articulaient l'imitation et l'invention, le travail sur le motif et le travail en atelier ? Le thème de la montagne a-t-il connu une évolution identique à travers tous les pays européens ? Quelle fonction remplit-il dans la peinture moderne ?

L'intérêt de cette exposition était de fournir, par la juxtaposition d'écoles et de mouvements européens divers, des réponses plurielles et contrastées à ces questions. Au tournant du xviiie et du xixe siècle, la peinture de montagnes s'inscrit dans un contexte théorique incontesté, celui de la hiérarchie classique des genres, et reproduit une pratique picturale ancienne : le balancement entre le travail en plein air et le travail en atelier, l'étude sur le motif et la recomposition a posteriori. Si l'on s'en tient au discours académique classique, elle occupe, comme la peinture de paysage en général, un rang inférieur à la peinture d'histoire et laisse apparaître en son sein une hiérarchie nette entre représentation idéale, d'une part, et fidélité topographique, d'autre part. Les qualités d'invention étant placées au-dessus des qualités d'imitation, un site idéal, recomposé en atelier par le peintre, sera plus propre à émouvoir le spectateur que la vue strictement fidèle d'un massif peint en plein air. À cette époque néanmoins, ce discours académique se heurte à des mutations d' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Elisabeth DÉCULTOT, « LE SENTIMENT DE LA MONTAGNE (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sentiment-de-la-montagne/