Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LA PEINTURE DE PAYSAGE, John Constable Fiche de lecture

<it>La Cathédrale de Salisbury vue du jardin épiscopal</it>, J. Constable - crédits :  Bridgeman Images

La Cathédrale de Salisbury vue du jardin épiscopal, J. Constable

John Constable (1776-1837) consacra l'essentiel de sa carrière à la peinture de paysage. Il avait une connaissance approfondie de son histoire et de sa théorie : on a conservé la liste des livres qu'il possédait sur le sujet, et qui montrent l'ampleur de ses curiosités dans ce domaine. Mais relativement en marge des cercles officiels, et en particulier de la Royal Academy (il en est membre associé en 1819, et membre de plein droit – académicien – dix ans plus tard seulement), Constable n'eut que très tardivement l'occasion de coucher ses idées sur le papier, en 1830-1832, lors de la publication de gravures en recueil tirées de ses œuvres, et en 1833-1836, lorsqu'il fut invité à prononcer des conférences sur l'histoire du paysage en peinture. Ses amis, en particulier le peintre Charles Robert Leslie (1794-1859), connaissaient la valeur de ces textes, ainsi que celle des très nombreuses lettres écrites par l'artiste. Des extraits en furent incorporés à la biographie publiée par Leslie en 1843, peu de temps après la mort de Constable. Repris, amplifiés, ils n'ont cessé d'enrichir depuis l'analyse de la peinture de paysage au xixe siècle, dont Constable est l'un des plus éminents représentants.

L'English Landscape Scenery

Constable avait été contacté, en 1826, par le directeur d'un journal nouvellement fondé à Brighton, afin d'écrire quelques articles sur le paysage. Il déclina l'offre, qui ne lui aurait peut-être pas donné la tribune qu'il espérait. Il en alla différemment trois ans plus tard, lorsqu'il se lança entre 1830 et 1832 dans la publication d'estampes en manière noire exécutées sous son étroite direction par le graveur David Lucas. Il clarifia alors ses idées, afin d'écrire une Préface au recueil et un commentaire détaillé pour chaque planche. Le titre qu'il avait choisi pour l'ouvrage, tel qu'il apparaît dans la première édition complète, en 1833, est en lui-même démonstratif de ce qu'il attendait de la peinture de paysage : Various Subjects of Landscape, Characteristic of English Scenery, Principally Intended to Display the Phenomena of the Chiar'oscuro of Nature, from Pictures Painted by John Constable, R.A. (Divers Sujets de paysage, tirés de peintures exécutées par John Constable, membre de la Royal Academy, caractéristiques de l'Angleterre, choisis pour illustrer principalement le phénomène du clair-obscur de la nature).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Barthélémy JOBERT. LA PEINTURE DE PAYSAGE, John Constable - Fiche de lecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>La Cathédrale de Salisbury vue du jardin épiscopal</it>, J. Constable - crédits :  Bridgeman Images

La Cathédrale de Salisbury vue du jardin épiscopal, J. Constable

Voir aussi