NOM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le sens, la référence et le nom propre

Logiciens et anthropologues ont diversement traité la question du nom propre dans son rapport au sens et à la référence, les linguistes s'en trouvant détournés par la clôture saussurienne sur la relation, immanente au signe lui-même, du signifiant au signifié.

Le nom propre des logiciens ne coïncide sans doute que partiellement avec le nom propre de la langue naturelle et avec l'anthroponymie et la toponymie des anthropologues. Leur éclairage, on le verra, est pourtant pertinent. Dans le mouvement de la philosophie analytique, la considération du nom propre fait partie d'une longue réflexion collective sur la référence et sur l'aptitude à assurer la référence dont font preuve tant les termes singuliers (vrais d'un seul) que les termes généraux (vrais de plusieurs). Ce que les logiciens mettent en évidence, par leurs constructions, c'est, de Russell à Quine, le caractère dispensable des noms propres pour assurer la référence singulière. L'entreprise d'élimination, par analyse, des descriptions chez Russell (On Denoting, 1905) reste partielle dans la mesure où sa théorie des « noms logiquement propres » reste conforme à la vue traditionnelle (unum nomen, unum nominatum), combinée avec une nonsense theory héritée de Mill et une sémantique empiriste de sense-data (The Philosophy of Logical Atomism, 1918). L'entreprise d'élimination se fait radicale chez Quine (Word and Object, 1960) ; elle touche, en effet, tous les termes singuliers, y compris les noms propres. La référence est portée par la variable dans l'appareil de quantification. L'opérateur d'individualisation se trouve alors associé à un terme général. Mais le cadre de l'analyse devait évoluer.

Le principe était explicite chez Frege et chez Wittgenstein – et il était en œuvre chez Russell – de ne considérer un nom comme ayant une signification que dans le contexte d'une proposition, et non à l'état [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification

Autres références

«  NOM  » est également traité dans :

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

  • Écrit par 
  • Barbara GLOWCZEWSKI
  •  • 7 130 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Société et parenté »  : […] Chez tous les Aborigènes, des interdits s'appliquent à la sexualité, à l'espace, à la parole, à la nourriture ou à l'utilisation de certains objets. Ces interdits concernent quatre domaines principaux : les relations de parenté et d'alliance, le deuil, les rites totémiques et les rites qui ponctuent le cycle de vie. Le tabou le plus important, commun à tous les Aborigènes, interdit à un garçon et […] Lire la suite

AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 4 727 mots

Dans le chapitre « Modalités de l'aménagement linguistique »  : […] De fait, la compréhension de la notion d'aménagement linguistique n'a cessé de se diversifier, et il est possible de l'articuler globalement aujourd'hui de la façon suivante : — l'aménagement du statut des langues ; il inclut le type de statut, constitutionnel, législatif, juridique, réglementaire (usage de la ou des langues, présence de ces langues dans la vie publique et administrative, apprenti […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Amérique centrale

  • Écrit par 
  • Georgette SOUSTELLE
  • , Universalis
  •  • 7 492 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le nom »  : […] Il existe encore un très petit nombre de groupes dans lesquels chaque individu ne porte, comme avant la conquête, qu'un nom personnel et pas de nom de famille. Tel est le cas chez les Lacandons : chaque Lacandon a un nom individuel auquel s'ajoute celui d'un animal-totem, qu'il a en commun avec les autres membres du groupe ; il possède encore un troisième nom, correspondant à l'une des deux phratr […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 555 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « noms de commodité » »  : […] Le cas le plus clair, le cas limite pourrait-on dire, de distinction entre personnalité empirique, et personnalité esthétique est celui de l'artiste appelé « Maître de... », c'est-à-dire du dénominateur commun conféré à un groupe d'œuvres réunies d'après des caractéristiques de style et attribuées à un artiste dont le nom est inconnu, mais qui, pour en permettre la classification, est appelé « Ma […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Vers une astrologie restaurée »  : […] La démarche de l'historien peut-elle servir le praticien ? Signaler un syncrétisme accentué par des développements différents d'un pays à l'autre, un découplage, est-ce que cela est susceptible d'interpeller l'astrologue et de l'engager à renoncer à ses déviations ? Dans la mesure où celles-ci ont fait l'objet d'une exégèse justificatrice, que les Gémeaux, par exemple, sont attribués, depuis au m […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Difficulté d'une définition »  : […] Peut-on définir l'autobiographie ? Aucun critère purement linguistique ne semble pertinent. Rien ne distingue a priori autobiographie et roman à la première personne. Le je n'a de référence actuelle qu'à l'intérieur du discours : il renvoie à l'énonciateur, que celui-ci soit fictif ou réel (attesté par l'état civil). Le je n'est d'ailleurs nullement la marque exclusive de l'autobiographie : le […] Lire la suite

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le jeu avec le « je » »  : […] L'âge d'or du roman n'a pas résisté à l'ère du soupçon, mais aussi au retour du biographique, qui refait la part de l'effectif et celle du fictif. Dans les années 1950, on peut voir dans le Nouveau Roman un refus des pouvoirs dévolus à l'auteur et un retour au principe flaubertien de l'absence nécessaire du romancier à l'intérieur de son œuvre. On retrouve ici Serge Doubrovsky , qui, dans un modèl […] Lire la suite

CLAN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 066 mots

Dans le chapitre « Exogamie et totémisme »  : […] Si les membres d'un même clan ne peuvent retracer, génération par génération, leur ascendance à l'ancêtre clanique, comment se reconnaissent-ils ? Par le nom, le blason et le totem , affirmait Marcel Mauss, en 1937. Et par totémisme, il entendait « la croyance à une descendance commune de l'homme et d'une espèce déterminée d'animaux ou de plantes ». Il ajoutait d'ailleurs que le lien du clan au to […] Lire la suite

CLASSES D'ÂGE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Denise PAULME
  •  • 2 279 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les systèmes de classes d'âge »  : […] Le problème, cependant, reste entier de savoir à quoi tient, passé un certain âge, la persistance, en certaines sociétés seulement, des classes d'âge. Les informations dont Eisenstadt disposait ne lui ont pas permis de distinguer clairement entre les deux grands types possibles de systèmes de classes d'âge, les systèmes linéaires , d'une part, les systèmes cycliques , d'autre part. Dans chacun de […] Lire la suite

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « La pensée biologique »  : […] Toute société élabore un savoir sur les modalités de sa propre reproduction, une pensée « biologique » qui s'exprime dans des conceptions de l'hérédité et de la composition du corps. Ainsi, de nombreuses sociétés de l'Ouest africain considèrent que le garçon est la réincarnation d'un grand-père défunt, dont il est censé posséder certains traits physiologiques ou psychiques. D'autres ancêtres, ou […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Nigeria. Enlèvement de centaines d’élèves. 11-17 décembre 2020

Le 11, trois à quatre cents collégiens et lycéens sont enlevés à Kankara, dans l’État nordiste de Katsina, jusque-là relativement épargné par les violences djihadistes. Le 15, l’opération est revendiquée par Abubakar Shekau, chef d’une des deux factions de Boko Haram – nom signifiant « l’éducation […] Lire la suite

France. Condamnation d’un imam de Villiers-le-Bel. 26 novembre 2020

de l’ouverture du procès de l’attentat contre Charlie Hebdo, puis lors de l’attaque perpétrée devant les anciens locaux du journal, Luqman H. avait défendu sur le réseau social TikTok le principe du sacrifice au nom du prophète. […] Lire la suite

Suisse. Fondation du parti Le Centre. 14-28 novembre 2020

Le 14, les délégués du Parti bourgeois- démocratique (PBD) approuvent la fusion de celui-ci avec le Parti démocrate-chrétien (PDC) pour créer une nouvelle formation, Le Centre. Le 28, les délégués du PDC approuvent à leur tour la fusion de leur formation avec le PBD, ainsi que le changement de nom […] Lire la suite

Maghreb – France. Réactions aux propos du président Emmanuel Macron sur les caricatures. 25-29 octobre 2020

islamique algérien, une institution officielle, « condamne fermement cette campagne virulente contre le prophète Mahomet » émanant d’« un responsable qui se targue d’être le protecteur des valeurs de fraternité, de liberté et d’égalité ». Le 29, le ministère des Affaires étrangères tunisien exprime « son profond mécontentement face à la campagne menée par certains partis au nom de la liberté d’expression ». […] Lire la suite

Slovaquie. Condamnation de Marian Kotleba. 12 octobre 2020

Le tribunal de Pezinoc condamne Marian Kotleba, chef du parti d’extrême droite qui porte son nom, à quatre ans et quatre mois de prison pour avoir fait usage de symboles néonazis et avoir « fondé, soutenu et promu un mouvement visant à supprimer les droits et libertés fondamentaux ». Le parti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « NOM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mars 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/