DÉNOTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme qui désigne en linguistique l'ensemble des sens d'un signe, objet d'un consentement entre les usagers d'une langue. Il est emprunté à la logique, où il renvoie à l'extension du concept ; en linguistique, le terme dénotation n'a d'intérêt théorique que dans le couple qu'il forme avec connotation : il représente alors l'hypothèse selon laquelle il existe une communication purement informative à partir de quoi seraient repérables certaines déviations affectives (la ou, plutôt, les connotations). Parfois, « dénotatif » est pris comme synonyme de « référentiel » : c'est dire à quel point on a pu tirer le mot vers une acception étroite, par exemple du genre « qui renvoie à l'existence objective d'une chose définie ». Naturellement surgit alors la question de savoir si « licorne » ou « Jupiter » dénotent quoi que ce soit. On est amené, dans ces conditions, à distinguer entre la dénotation référentielle et la dénotation linguistique : si la seconde ne suppose qu'une insertion dans le système général des signes qui servent de repères à la définition, la première exige que, dans son expérience, le locuteur ait eu contact avec la réalité qu'il désigne. Ainsi, dénotation pourrait s'inclure dans un réseau à trois termes, s'opposant certes à connotation, mais aussi à signification (c'est-à-dire à « connaissance par les signes »). Il ne faut pas perdre de vue, toutefois, que la signification contient aussi les connotations. Mais, tandis qu'avec celles-ci on est d'emblée sur le terrain épineux du sens exact à donner à ce mot, il se fait à propos de dénotation un assez large accord sur des formules dont celle de Miller (Langage et communication) reste la plus achevée : « La relation non causale établie entre un signe et son référent, spécialement lorsque ce dernier est une chose, un fait, une propriété physiques (denotatum). » De fait, on n'a pas, à l'heure actuelle, d'appareil de concepts suffisamment fins pour décider si, somme toute, ce qui l'emporte dans le contenu d'un message, c'est le rapport entre la chose et le signe ou l'attitude du locuteur en face des signes. Choisir le premier, c'est s'exposer, comme les tenants de la « pure » dénotation, à un positivisme qui balaie le sujet : opter pour la seconde, c'est prendre le risque de l'idéalisme, tant qu'aucune formalisation sérieuse n'aura pas permis de clarifier le champ de la rhétorique, qu'on a trop tendance à prendre comme un ornement secondaire du message.

—  Robert SCTRICK

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉNOTATION  » est également traité dans :

CONNOTATION

  • Écrit par 
  • Philippe DUBOIS
  •  • 1 034 mots

Si c'est en 1933 seulement que Bloomfield introduisit le terme de connotation parmi les concepts de la linguistique scientifique, l'idée même que véhicule ce mot (emprunté à la logique et à la philosophie, non sans modification de sens) était en fait perçue depuis longtemps. Dans la Logique de Port-Royal, par exemple, il en était déjà question sous la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connotation/#i_51066

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 080 mots

Dans le chapitre « La controverse contemporaine sur le statut des noms propres »  : […] À vrai dire, deux conceptions du nom propre peuvent entrer en compétition. Pour la première, les noms ont d'abord essentiellement une référence, mais pas de sens. Les noms propres dénotent mais ne connotent pas. Les noms propres permettent de désigner un individu sans rien dire de lui et sans le décrire. Cette conception, qui est so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/#i_51066

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Le champ de la stylistique »  : […] Il est ainsi loisible, à ce point de l'exposé, de présenter sommairement le champ de travail stylistique, à la manière d'un champ de fouilles avec ses multiples filons. Ce champ représente un inventaire de tous les postes possibles d'observation stylistique. A priori, sous réserve des manipulations rythmo-versifiées spécifiques et des jeux microstructuraux plus déliés, on pose que l'unité stylisti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_51066

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Dans le chapitre « Les codes picturaux : dénotation, connotation »  : […] Si lire un tableau consiste non seulement à le parcourir du regard, mais à le déchiffrer, l'interprétation implique un ou des codes d'interprétation pour en reconnaître et en comprendre le sens. Ainsi, la peinture représentative dispose d'un premier code, le code perceptif, d'autant plus profond que sa mise en œuvre est plus immédiate et plus inconsciente, qu'il semble ne jamais apparaître comme c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-le-discours-sur-l-art-semiologie-de-l-art/#i_51066

EXPRESSION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 991 mots

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être. Les sources historiques du concept d'expression appartiennent à la philosophie néo-platonicienne, au spinozisme et à la pensée leibnizienne, enfin à la philosophie hégélienne. Pour le néo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-philosophie/#i_51066

EXTENSION & COMPRÉHENSION, logique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 443 mots

Distinction introduite par la Logique de Port-Royal et portant sur les idées universelles : « J'appelle compréhension de l'idée les attributs qu'elle enferme en soi, et qu'on ne peut lui ôter sans la détruire, comme la compréhension de l'idée du triangle enferme extension, figure, trois lignes, trois angles, et l'égalité de ces trois angles à deux droi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extension-et-comprehension-logique/#i_51066

FREGE GOTTLOB (1848-1925)

  • Écrit par 
  • Claude IMBERT
  •  • 3 260 mots

Dans le chapitre « La deuxième idéographie »  : […] Le premier tome s'ouvre sur un nouvel exposé de l'idéographie. Il fallait en effet caractériser par de nouveaux symboles les extensions de concepts et codifier les pratiques algébriques décrites dans les Fondements. Mais, plus que de la définition de nouveaux signes, ce préambule tire son importance des rudiments de syntaxe logique et de sémantique qu'il contient et auxquels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottlob-frege/#i_51066

HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 694 mots
  •  • 1 média

Linguiste danois, animateur du cercle linguistique de Copenhague, Louis Hjelmslev se situe dans la perspective structurale issue de l'enseignement de Ferdinand de Saussure. Sa théorie « glossématique » constitue un approfondissement et une tentative de formalisation de la plupart des concepts de ce dernier. Il retient, en effet, du Cours de linguistique générale les deux po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-trolle-hjelmslev/#i_51066

RÉFÉRENT

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 251 mots

Le référent est l'élément extérieur à quoi quelque chose peut être rapporté, référé. La linguistique saussurienne, pour qui « le signe linguistique unit, non une chose et un nom, mais un concept et une image acoustique » (Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale ), oblige à distinguer entre la fonction référentielle, ou dénotation, et la signification, ou rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/referent/#i_51066

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « DÉNOTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/denotation/