ÉNONCIATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La prise en considération systématique de l'énonciation n'est devenue habituelle que depuis les années 1960, à l'intérieur de la linguistique dite moderne ou scientifique. Bien qu'on puisse déjà observer cette attitude dans divers ouvrages de Charles Bally ou d'Henri Frei, sa popularité date des Problèmes de linguistique générale d'Émile Benveniste (1966), dont la section V porte le titre significatif : « L'Homme dans la langue ». L'originalité d'une telle décision apparaît dès qu'on la confronte à la doctrine de Ferdinand de Saussure.

Distinguant, du point de vue méthodologique, le domaine des faits qui constitue le champ d'observation de la linguistique et le système théorique construit par le linguiste pour en rendre compte, Saussure appelle l'observable « parole », et le système « langue ». En choisissant le mot « parole », souvent explicité par « usage », pour désigner le domaine des faits, il suggère par contraste que l'objet théorique ne doit contenir aucune allusion à l'acte de parler. D'où l'idée que cet objet (= la langue) consiste en un code, entendu comme une correspondance entre la réalité phonique et la réalité psychique qu'elle exprime et communique. Si l'objet scientifique « langue » peut remplir sa fonction méthodologique et permettre, au moins partiellement, d'expliquer l'activité linguistique, considérée comme fait, ce serait donc dans la mesure où celle-ci serait la mise en œuvre, l'utilisation de ce code. Mais la langue elle-même, le code, ne contiendrait aucune allusion à l'usage, pas plus qu'un instrument ne fait référence à ses divers emplois.

C'est une démarche inverse qui caractérise la linguistique de l'énonciation. Même si on maintient la distinction méthodologique entre l'observable – constitué par les pratiques langagières – et l'objet théorique construit pour l'expliquer – objet que l'on peut continuer à app [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  ÉNONCIATION  » est également traité dans :

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

L'idée même que quelqu'un, racontant sa vie, fasse quelque chose d'important, quelque chose même qui puisse être fait, s'impose comme une évidence qui semble interdire le moindre questionnement. Une sorte de violence, comme venue du sujet lui-même, du sujet enfin devenu lui-même, est là pour nous en imposer. L'égard dû à la personne humaine, ou à l'être réputé unique de la génétique, ou à l'indiv […] Lire la suite

CERTEAU MICHEL DE (1925-1986)

  • Écrit par 
  • Dominique JULIA, 
  • Claude RABANT
  •  • 2 889 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'écoute des voix »  : […] Le type d'épistémologie mis en œuvre par Michel de Certeau pour rendre compte des mystiques aux xvi e et xvii e  siècles s'articule très expressément avec une réflexion et une pratique insérées dans l'univers contemporain. Dans son travail historique, il met en effet l'accent sur la solidarité que l'expérience mystique a entretenue avec la régression des institutions du sens dans une chrétienté […] Lire la suite

CORPS - Corps et langage

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 5 693 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fonction référentielle et la fonction phatique »  : […] Dans le chapitre de l' Institution oratoire que l'on vient d'évoquer, qui parle des mains et de la langue universelle qu'elles paraissent constituer, Quintilien écrit : « Pour désigner les lieux et les personnes, n'équivalent-elles pas à des adverbes et à des pronoms ? » C'est ce point que nous examinerons maintenant en étudiant l'application des fonctions référentielle et phatique à la sémiotiqu […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dialogisme et intertextualité »  : […] L'œuvre de Mikhaïl Bakhtine est contemporaine du formalisme russe mais son influence s'est fait sentir plus tard, après le structuralisme. Bakhtine se démarquait des formalistes en décrivant le fait linguistique comme procès social et situation communicationnelle. Cette insistance sur l' énonciation a pour conséquence de faire apparaître la pluralité de sens des énoncés, que Bakhtine appelle « hét […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche sémiotique »  : […] Avec A. J. Greimas, dans la Sémantique structurale (1965), Du sens I (1970), Maupassant (1976), et Du sens II (1983), une nouvelle tentative de mise en ordre des structures élémentaires de la croyance se fait jour, qui, à l'opposé de la phénoménologie, ne repose sur aucune intuition du vécu, mais sur la structure de l' énonciation , telle qu'elle est investie dans le discours oral ou écrit et […] Lire la suite

DICTION, théâtre

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 274 mots

La diction est l'un des éléments du jeu du comédien caractérisant l'énonciation d'un texte. Elle prend en compte l'intonation, le débit, l'articulation, la prononciation, le volume sonore, etc. Souvent associée à la versification, elle déborde cependant le seul cas de l'alexandrin (« diction classique ») : tout acteur confronté à un texte travaille sa diction. L'intérêt porté à cette notion, s'il […] Lire la suite

ÉNONCÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 326 mots

En linguistique, un énoncé peut être défini comme une séquence orale ou écrite résultant d'un acte d'énonciation, c'est-à-dire produite par un sujet énonciateur dans une situation donnée. En français, la phrase minimale comporte nécessairement au moins un sujet et un verbe conjugué. En revanche, l'énoncé minimal peut être constitué d'un seul élément, de nature quelconque : des séquences comme « […] Lire la suite

ÉVÉNEMENT, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 927 mots

Dans le chapitre « Penser le singulier et la succession »  : […] Dès l'origine, le discours philosophique sur la réalité recourt aux puissances contrastées du nom et du verbe. Dans la première optique, que la pensée occidentale tend toujours à privilégier, le monde se compose de substances et d'accidents, de choses et d'états de choses constituant des faits. Dans une ontologie substantialiste, l'événement représente l'accidentel, ce dont il ne peut pas y avoir […] Lire la suite

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du dialogisme au dialogue »  : […] À l'inverse de l'habitude, il convient donc de définir le dialogue à partir du dialogisme du discours. Les tentatives constructivistes renouent fort heureusement avec la synthèse médiévale de la logique et de la rhétorique. C. Perelman et N. Rescher montrent dans la dispute rationnelle une méthode pour conduire systématiquement une controverse, et pas seulement pour susciter la persuasion. L'écol […] Lire la suite

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « La langue souveraine »  : […] Tout locuteur affronte, lorsqu'il prend la parole, la contradiction suivante : c'est lui qui parle, et pourtant ce n'est pas lui, mais la langue. Je parle en effet ma langue : elle me sert d'instrument, traduit mes pensées et les communique à autrui, est soumise à ma maîtrise. Je dis ce que je veux dire et je veux dire ce que je dis. Mais en même temps je sais bien que, même si je m'exprime dans […] Lire la suite

GRAMMAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 8 566 mots

Dans le chapitre « Conditions d'effectuation »  : […] Pour que le terme grammaire soit employé avec un minimum de signification, il faut que soient réunies les hypothèses suivantes : – Tout ne peut pas se dire – ou il y a un différentiel dans les données de langue. Ce différentiel est généralement présenté sous la forme d'une opposition correct/incorrect. Autrement dit, la proposition de grammaire, dans sa forme générale, consiste en un jugement de […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le recours au langage ordinaire »  : […] La philosophie du langage ordinaire a en commun avec le positivisme logique la conviction que les énoncés métaphysiques sont dénués de sens. Mais elle poursuit le même but thérapeutique par un travail de clarification appliqué au langage naturel ; il résulterait de ce travail que celui-ci fonctionne correctement aussi longtemps qu'il reste contenu dans les bornes de son usage propre. Les fondatio […] Lire la suite

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 324 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Linguistique de l'énonciation »  : […] La coupure même et la pertinence du seuil qui sépare phrase et texte se sont trouvées mises en question à l'intérieur de la linguistique elle-même. Une théorie de l'énonciation s'est élaborée, pour rendre compte de faits d'intersection des deux domaines, et cette théorie n'a pas manqué de rendre attentif à des faits de plus en plus nombreux et troublants. Il s'agissait, en effet, de rendre compte […] Lire la suite

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lettre et ses littératures »  : […] Cela se vérifie sans peine pour une grande partie de la littérature épistolaire si l'on entend dans un premier temps par « littérature » l'ensemble des productions textuelles. Les lettres dites officielles, les lettres de créance, les lettres d'embauche ou de démission, les lettres de candidature et les lettres-contrats, etc., sont autant d'actes accomplis par écrit. Mais cela s'étend aussi à des […] Lire la suite

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Pratique et poétique de la métaphore »  : […] Personne sans doute n'a mieux que Proust senti et fait sentir à quel point la métaphore est tout autre chose qu'une figure de rhétorique ; elle est un moyen d'approcher et de retenir la sensation du réel, c'est-à-dire l'événement fugitif au cours duquel nous avons eu un instant le sentiment d'être vraiment au cœur des choses. Pour rejoindre cet instant disparu, pour restituer sa formidable puissa […] Lire la suite

METZ CHRISTIAN (1931-1993)

  • Écrit par 
  • Suzanne LIANDRAT-GUIGUES
  •  • 573 mots

Christian Metz est à l'origine d'une discipline nouvelle : la sémiologie du cinéma. Son œuvre, d'inspiration linguistique, s'est développée à partir d'un article paru dans Communications en 1964 : “Le cinéma : langue ou langage ?” Et les ouvrages se sont succédé : le premier volume des Essais sur la signification au cinéma , en 1968, le second en 1973 ; puis, Langage et cinéma (1971) ; Le Sign […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « L'homme qui lie »  : […] Comme on pouvait s'y attendre, l' herméneutique du Moyen Âge a repris l'essentiel des méthodes de travail des grammatici latins. Quel que soit le niveau de développement atteint par la ponctuation médiévale, le fondement de l'explication de texte, la lectio , est donc demeuré quasi inchangé : d'abord couper les mots, les membres et les périodes ( distinguere ), bref « marquer par des silences et […] Lire la suite

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle métaphorique »  : […] Le deuxième modèle de langage peut ici relayer le premier. C'est, disions-nous, l' énonciation en tant qu'acte de discours qui porte le sens et la référence : ce que l'on dit et ce sur quoi on le dit. Il faut maintenant placer le processus métaphorique sur lequel repose le mythe à l'intérieur de ce cadre d'une « sémantique », dont on vient de montrer l'irréductibilité à une « sémiotique » (ce voc […] Lire la suite

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 080 mots

Dans le chapitre « La place des noms propres parmi les expressions à référence singulière. Les indicateurs et les descriptions définies »  : […] Les indicateurs sont les expressions comme « ici », « là-bas », « ceci », « cela », « je », « tu », démonstratifs et pronoms personnels qui, dans le contexte d'interlocution, assurent la référence singulière hic et nunc de manière essentiellement variable, c'est-à-dire directement liée à l' énonciation. Les noms propres se rapprochent, par leur fonction, des indicateurs ; ils s'en distinguent sur […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Oswald DUCROT, « ÉNONCIATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/enonciation/