NONSENSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

«  A piece of nonsense », c'est en anglais courant une bêtise, une absurdité : un « non-sens » bien sûr ; et pourtant, le terme anglais a une richesse spécifique. Anglais d'abord parce que la langue anglaise en est le lieu sonore d'élection ; ainsi les « nursery rhymes  », telles « Humpty Dumpty... », chères à Mallarmé autant qu'à la merveilleuse Alice, mais dont on trouve l'équivalent dans toutes les langues ; en France, par exemple, de nombreuses comptines relèvent de l'art du « nonsense ». Anglais surtout à cause de Lewis Carroll qui, conteur et logicien, ouvre ou rouvre, en faisant acte de nonsense, le problème du sens. « Le non-sens est à la fois ce qui n'a pas de sens, mais qui, comme tel, s'oppose à l'absence de sens en opérant la donation de sens. Et c'est ce qu'il faut entendre par nonsense » : commentant Lewis Carroll, Gilles Deleuze institue, par opposition à la logique du vrai et du faux, exclusifs l'un de l'autre, celle du sens et du non-sens, comme un certain mode de coprésence (Logique du sens) ; c'est la circulation du non-sens qui produit cet effet de surface et de position, le sens, comme les structuralistes l'ont pu mettre en évidence avec des notions telles que « signifiant flottant » (Lévi-Strauss à propos du « mana »), blanc ou valeur zéro. Le nonsense et le non-sens s'opposent dès lors à l'absurde qui, en logique, depuis les preuves aristotéliciennes, comme en philosophie et en littérature (Merleau-Ponty, Camus), se définit par le manque et l'absence : le nonsense, c'est au contraire un « trop » dont la surabondance produit le sens.

Lewis Carroll

Lewis Carroll

photographie

Mathématicien, écrivain et photographe, le Britannique Charles Lutwidge Dodgson, plus connu sous le pseudonyme de Lewis Carroll, se photographie ici en compagnie de Mrs. MacDonald, épouse de l'écrivain George MacDonald, et surtout parmi ses enfants, en 1862. 

Crédits : Lewis Carroll/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

—  Barbara CASSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NONSENSE  » est également traité dans :

ALICE AU PAYS DES MERVEILLES, Lewis Carroll - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sophie MARRET
  •  • 1 212 mots
  •  • 1 média

« Quand je lisais des contes de fées, je m'imaginais que des aventures de ce genre n'arrivaient jamais, et, maintenant, voici que je suis en train d'en vivre une ! On devrait écrire un livre sur moi, on le devrait ! », s'exclame l'héroïne des Aventures d'Alice au pays des merveilles , poussant le lecteur à suspendre toute « incroyance » – pour paraphraser le romantique anglai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alice-au-pays-des-merveilles/#i_2488

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Vers l'imagination et la fantaisie »  : […] Une révolution allait se préparer grâce à la publication en traduction des Contes populaires des frères Grimm (1823), puis des Contes d'Andersen (1846), et à la parution entre 1841 et 1849 d'un « Recueil familial » ( Home Treasury ) de livres, d'illustrations, de jouets, « destinés à nourrir le sentiment, l'imagination, la fantaisi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_2488

CARROLL LEWIS (1832-1898)

  • Écrit par 
  • Jean GATTÉGNO
  •  • 2 947 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le langage remis en question »  : […] Sylvie et Bruno , tout en poursuivant la découverte du monde enfantin – et en l'agrémentant d'une histoire d'amour et de morale passablement ennuyeuse – met en lumière plus clairement l'une des difficultés essentielles que l'enfant rencontre dans ses rapports avec les adultes : la communication. C'est au niveau du langage et du raisonnement que commencent les problèmes. Et ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-carroll/#i_2488

DELESSERT ÉTIENNE (1941- )

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 1 145 mots

Né en 1941 à Lausanne, fils de pasteur, Étienne Delessert garde de son enfance la croyance « aux personnages venus de notre inconscient qui cognent, s'envolent et rient en renversant tout ce qui est sur la table de notre raison ». Sa formation de dessinateur de presse ( Elle , Twen , Graphis ) et son expérience de graphiste et de pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-delessert/#i_2488

FATRASIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 775 mots

Apparemment dérivé de fatras , le mot fatrasie est pourtant attesté dans l'usage vers 1250, soit plusieurs décennies avant lui. D'étymologie obscure (on a voulu les faire remonter au latin farsura , « remplissage »), l'un et l'autre appartiennent en ancien français au vocabulaire littéraire (peut-être humoristique) et désignent deu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fatrasie/#i_2488

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Situations du locuteur »  : […] Si le fou littéraire se laisse aller à quelque excès langagier, on voit qu'il ne fait que suivre l'exemple de la langue. La différence avec le locuteur « normal » est que celui-ci s'arrête plus tôt, résiste mieux aux sollicitations de son langage. Cela montre cependant la fragilité de la maîtrise du locuteur sur sa parole. Cette perte de maîtrise n'est pas le propre du fou littéraire, et l'on peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/#i_2488

GOREY EDWARD (1925-2000)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 568 mots

Écrivain, illustrateur et dessinateur américain à l'humour malicieux et à la sensibilité gothique. Dans le monde très noir qui apparaît sous la plume de Gorey, vont des personnages aux yeux en boutons de bottine, aux visages inexpressifs et au maintien très digne (Edwardien), dont les événements stupides et généralement macabres auxquels ils sont confrontés ne les déparent qu'à peine. Ses poèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-gorey/#i_2488

IONESCO EUGÈNE (1909-1994)

  • Écrit par 
  • Philippe SELLIER
  •  • 2 586 mots

Dans le chapitre « L'effondrement du langage »  : […] Il décide d'apprendre l'anglais, et c'est en l'étudiant avec la méthode Assimil que l'idée lui vient de La Cantatrice chauve dont une partie du dialogue imite les phrases incohérentes d'un manuel de conversation courante en langue étrangère. « Les répliques du manuel, que j'avais pourtant correctement, soigneusement copiées les unes à la suite des autres, se déréglèrent », c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-ionesco/#i_2488

LEAR EDWARD (1812-1888)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 348 mots
  •  • 1 média

Dessinateur et peintre, Edward Lear, spécialiste d'ornithologie, auteur de livres de voyages, demeure essentiellement célèbre pour sa poésie de nonsense  : poèmes comiques écrits pour les enfants d'une famille amie (comme le furent les Alice de Lewis Carroll), mais où les adultes d'un monde postfreudien découvrent des abîmes de révélation de soi et une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-lear/#i_2488

Pour citer l’article

Barbara CASSIN, « NONSENSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nonsense/